mission d'électrification dans le Nord Laos pour Electriciens sans frontières

Ils sont rentrés du Laos après une mission d'électrification de villages isolés dans le nord Laos où ils ont passé 5 semaines avec les villageois et ont partagé leur vie au quotidien.

Chef de mission Phongsaly au Laos, Robert Olive, Sétois,  nous fait partager une partie de son vécu et de celle de la mission team C (mission au Laos ESF) composée de Robert et d'Olivier Piedvache...

 akhaIMG_4415 (1)-1

Robert est parti de Montpellier le 18 janvier, et arrivé à Vientiane le 20 janvier où il retrouve Olivier Leur équipe appelée « team C » est constituée.

Le lendemain départ pour Phongsaly avec un petit avion de 11 places. Une journée à Phongsaly où ils retrouvent Antonietta la chef de projet, ils en profitent, dans leur dépôt, pour prévoir le matériel complémentaire à envoyer dans les villages.

"Départ de bon matin pour les villages, tuk tuk, bus, pirogue et 4 heures de marche pour rejoindre le village de Ban Naporxang où nous retrouvons une partie de la team A et B. Nous examinons les travaux effectués par nos collègues pour harmoniser nos activités et nos méthodes de travail. Le lendemain départ pour le village de Ban Pai Cho. Notre mission est d'électrifier ce village de 33 maison et une école. Je connais le secteur pour avoir il y a 8 ans prospecté un certain nombre de villages à électrifier en hydraulique (picos-turbines) lors du projet initial Phongsaly."

  Ils sont en pays Akha, une minorité ethnique particulière remarquable pour la tenue vestimentaire traditionnelles des femmes. Ils installent  notre camp de base à Pai Cho. Traditionnellement, les villages Akha sont situés à altitude élevé et l'environnement est boisé favorable à la culture du riz, du maïs, du pavot, des pâturages pour les vaches. Un accord avec « l'esprit de la terre » est nécessaire avant que l'établissement d'un village puisse avoir lieu. En effet, les Akhas sont en majorité animistes, ce qui explique les références permanentes aux esprits, des portails d'esprits sont installés aux extrémités du village et sont très sacrés pour les Akhas et ne doivent jamais être touchés.

"Nous logerons chez le chef de village qui nous réserve un espace couchage traditionnel, nous vivrons donc en permanence la vie des Akhas pendant la durée de notre chantier."

Comme toutes les maisons du village, la maison du chef est typique Akha, toit de chaume et de tôle ondulée, murs de bois et de bambou, zone de stockage d'aliments en hauteur et des zones surélevées pour couchage sur les côtés de la pièce principale. Chaque maison a un côté masculin et féminin. Les femmes et les enfants passent leur temps aux champs ou dans la cuisine où sont préparés les repas dans laquelle des feux de bois brûlent en permanence.

akhaIMG_4341 (1)-1Ils organisent alors leurs méthodes de travail en prenant une journée pour :

  • préparer tout le matériel de notre chantier et identifier les manques.

  • Pré-équiper ce qui peut être fait dans les tableaux (câblages).

  • Organisation des équipes de travail :

  • Robert et Anny notre interprète sont affectés aux panneaux solaires, préparation des supports bois par les villageois, leur implantation et calage à la pierre sèche, respect le l'inclinaison optimale (23°) et orientation sud 170°.

  • La deuxième équipe composée d'Olivier et Say le technicien du District ont la mission de raccorder électriquement les panneaux solaires et de réaliser les installations intérieures.

  • Ils ont pour trois jours, le renfort de Nina (ESF Italie) et d'Antoine (ESF team B) qui intègrent les activités de la team C.

En quelques jours, le village est totalement électrifié. Il manquera dans chaque maison à raccorder les batteries et le régulateur de charge qui ne sont pas encore arrivés à Phongsaly. Après 9 jours passés dans les villages, ils prennent une pause de 2 jours à Phongsaly pour vivre et fêter le nouvel an chinois.

Puis retour pour eux le 6 février dans les villages avec la même mission électrifier 2 nouveaux villages, Ban Peryenxangkao (31 maison plus une grande école construite en dur par le gouvernement Australien) et Ban Chalern (21 maison et une école).

"Notre deuxième partie de mission sera réalisée en 11 jours par notre équipe composée d'Olivier, Robert, Anny notre interprète, Say le technicien du district et pour les six derniers jours, par Air un technicien qui sera chargé de la maintenance après travaux. Un ultime passage au village de Ban Naporxang pour électrifier les deux dernières maisons qui étaient en attente de panneaux solaires, et compléter l'électrification de l'école."

 

Retour ensuite à la civilisation à Phongsaly (malgré 24h de coupure d'électricité dans la capitale régionale) puis Vientiane et sa vie paisible avant leur retour en France.

"Nous avons vécu et partagé en permanence la vie des Akhas pendant plus de trois semaines, une expérience extraordinaire, difficile mais tellement authentique, passionnante et exaltante. Nous rentrons avec des images plein la tête, fiers du travail accompli auprès de cette population très attachante." conclut Robert Olive

 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon