"De la clinique de l'infertilité aux rendez-vous du désir" présenté à Sète au TMS

Jean 2

La Nouvelle librairie sétoise et les Éditions érès
ont le plaisir de vous inviter à une rencontre

avec Jean Reboul

à l’occasion de la parution de son ouvrage
De la clinique de l’infertilité aux rendez-vous du désir
(en savoir plus)

Le vendredi 19 avril 2019 à 18 h 30

Théâtre Molière de Sète

Avec des intermèdes musicaux

jean3Capture

 

rencoCapture

 

 » Me rappelant que rien n’a d’effet sur le corps si la dimension du sujet humain et le mystère de la vie ne sont pas respectés. Leur refus de concevoir témoigne que l’objectivité scientifique et la matérialité de la société de consommation éloignent de la vie au lieu de la servir. Cet enseignement que je reçois de mes patientes ne m’appartient pas. Il stimule depuis le début de ma pratique mon désir de le transmettre. Le vide créateur qu’incarne toute femme – qu’elle porte ou qu’elle ne porte pas d’enfant – est le fondement de son élan de vie. J’essaie de le cerner au plus près pour en rendre compte, là même où la naissance porte la mort avec la vie, quand les mots du médecin et du psychanalyste défaillent pour le dire. »

« Par l’écriture certes, mais aussi par la dimension artistique, le cinéma, le théâtre, dans le respect de ma fonction de clinicien attentif à ne point m’égarer dans une originale diversité et à ne point minimiser les progrès des biotechniques qui nous offrent des perspectives nouvelles. L’être humain souffre toujours de ses limites et de son impuissance mais aussi de ses excès qui le précipitent dans l’illusion du bonheur par le comblement du manque. Ces nouveaux symptômes interfèrent avec les influences sociétales pour décider de l’avènement de la vie. »

 » Mon histoire n’est pas un exemple, une expérience seulement qui témoigne que le désir de transmettre, de prolonger sa vie ne concernent pas seulement la patiente mais aussi bien le thérapeute. » Jean Reboul.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon