Fête de l’Huître à Bouzigues : 1 600 personnes véhiculées par navette maritime avec Sète agglopôle méditerranée

 tabeauCapture

Belle réussite de la Fête de l’Huitre ce week-end à Bouzigues, pour laquelle l’agglo avait mis en place des navettes maritimes pour pouvoir s’y rendre depuis Sète. Le Vice-président de l’agglo délégué aux activités agricoles et viticoles, Michel Garcia, s’est même fait un plaisir d’embarquer pour faire la traversée. Et l’on comptabilise environ 1600 personnes qui en ont fait autant. Un mode de déplacement doux et écologique pour l’évènement, un  gain du temps et de confort pour les passagers. Sans parler du plaisir de traverser l’étang en bateau ou de pouvoir savourer les plaisirs culinaires et viticoles de la Fête sans se soucier de reprendre la route ensuite.

Ce service de navettes s’est rajouté le temps d’un week-end aux nombreuses autres mis en place par l’agglopôle, afin de diminuer la pression automobile en cœur d'agglomération: un service de mai à septembre pour les mercredis matin de marché à Sète, un service reliant l'entrée Est de Sète et la criée pour desservir les spectacles du théâtre de la mer, et un service tous les matins de juillet et août pour rejoindre le centre ville sétois en laissant sa voiture garée à l’entrée Est. Côté Marseillan, un service relie également tous les mardis matin entre juin et septembre Marseillan-Plage à Marseillan-Ville.

 

En 2018, on compte plus de 75.000 voyageurs avec un débit atteignant 900 personnes/h en pointe. Pour 2019 : les navettes maritimes comptabilisent déjà 40.000 voyageurs dont plus de 10.000 pour les seules matinées d’été (hors mercredis de marché). Les 30.000 autres se répartissent ainsi : 23.000 voyageurs pour les mercredis matin jour du marché en centre-ville sétois et 7.000 pour les soirées de festivals.

 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon