Festival du Livre Les Automn’Halles du 9 au 13 octobre 2019

Le festival du Livre de Sète – Automn’Halles 2019 – se consacre de plus en plus à toutes les écritures. À cet effet, l’écrivain Laurent Cachard, président du Festival, et son équipe ont concocté un programme de qualité.

Il débute, cette année, par un hommage à Georges Brassens, l’enfant du pays, dès le mercredi 9 octobre : à travers un livre souvent oublié, les Lettres à Toussenot, ou la correspondance destinée à son ami philosophe et libertaire entre 1946 et 1950. Le texte sera servi, dans le cadre du Musée Paul-Valéry, par un comédien, Thomas Andro, et un accompagnement vocal et musical de Bruno Granier, le petit cousin du célèbre chantre sétois.

Le jeudi 10 octobre, changement de lieu, de thème, de forme : le cinéma Le Comœdia accueille deux écritures de l’exil, 2 films espagnols consacrés à un phénomène qui toucha de près notre région, la Retirada… Espoir, sierra de Teruel, film d’André Malraux (1938) et The Cut (La Blessure), film de Fatih Akin.

affiche 2019

Nouveau dépaysement le vendredi avec, au Georges Hostel, une table ronde autour de la Revue Apulée « Traduire le Monde » avec Hubert Haddad (qui vient d’être sélectionné pour le Prix Renaudot), Yahia Belaskri et Carole Zalberg.

Le même jour, René Frégni animera un atelier d’écriture à la médiathèque Malraux tandis que la Nouvelle Librairie Sétoise accueillera Louis-Philippe Dalembert (qui vient de faire partie de la sélection pour le prix Goncourt).

Ces trois événements ne font que succéder aux diverses animations initiées cette année par les Automn’Halles (Poèmes Érotiques à Sète, Journée des droits de la Femme à Monbazin, Daniel Mesguich au musée Paul Valéry, Ariane Bonzon au Saint-Clair et la pièce de théâtre Pôle emploi au Bistrot du Marché) autant que précéder le cœur et la raison d’être du Festival : deux journées - 12 et 13 octobre - concentrées sur les présentations d’écrivains en entretiens individuels ou tables rondes.

Vingt auteures et auteurs nationaux ou locaux défendront leurs premiers romans ou œuvres consacrées,

Des lieux divers les recevront

Les Halles, origine même du Festival, le Réservoir, le Georges Hostel, la Médiathèque Malraux, plusieurs Établissements scolaires et, de façon permanente, la Médiathèque François-Mitterrand.

Avec le parrainage de Yahia Belaskri, comment fêter mieux le 10ème anniversaire des Automn’Halles dont voici le programme détaillé ci-dessous :

Samedi 12 octobre

  • À la médiathèque Malraux 10 h 30-11 h 15 Lirocafé avec René Frégni « Dernier arrêt avant l’automne », éd.Gallimard.
  • À la médiathèque Mitterrand à partir de 10 h 30, se succéderont (par ordre de rencontre) les auteurs suivants :

Lydie Salvayre  (lauréate du prix Goncourt 2014) ; Nathalie Yot ; Hubert Haddad ; Leïla Bahsaïn (sélectionnée pour le prix de Littérature arabe) ; Corinne Royer ; Yahia Belaskri ; Omar Youssef Souleimane ; Sandra Reinflet ; Olivier Martinelli ; Valérie Manteau (lauréate du prix Renaudot 2018) ; Stéphane Malandrin ; Serge Mestre et les traductrices Marguerite Pozzoli, Danielle Robinson & Danièle Faugeras. 

  • Et au Réservoir (45-46 quai de Bosc)de 18 h 45 à 20 heures grand entretien avec Eduardo Manet qui lira avec Moni Grégo un extrait d’une pièce de l’auteur. 

Dimanche 13 octobre

  • Aux Halles de Sète, de 10 heures à 11 heures, « Autour du patrimoine culinaire sétois » rencontre avec Jean Brunelin. 
  • À la médiathèque Mitterrand, on pourra écouter à partir de 10h30 : Leïla Bahsaïn & Nathalie Yot ; Stéphane Malandrin & Marie Rouzin. 
  • À 12h30, proclamation et remise des prix du Concours de nouvelles « Lettre à la mer » en présence de Michel Tudesq, directeur du Lycée de la mer Paul-Bousquet et président du jury.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon