Le Programme local de l’habitat 2019-2024 de l’agglopôle approuvé par l’Etat

Par courrier signé du Préfet de l’Hérault en date du 16 octobre, L’Etat vient de donner un avis favorable au nouveau Programme local de l’habitat 2019-2024, arrêté par Sète agglopôle méditerranée (délibération du 19 septembre 2019), considérant que « les objectifs quantitatifs de ce projet de PLH, même si l’objectif de 25% de logements sociaux contenu dans la loi SRU parait difficilement atteignable à l’horizon 2025 (…) demeurent ambitieux et apportent une réponse adaptée aux besoins globaux et aux capacités du territoire, et augmente significativement le taux d’équipement des communes à terme » en offrant « une large palette d’actions » et « 5 contrats de mixité sociale établis sur les communes SRU placées en carence ». 

Territoire, ajoute le Préfet, « très contraint par sa morphologie littorale et aux exigences environnementales qui en découlent, limitant ses possibilités de développement urbain ».

 Ce nouveau PLH se fixe un objectif de production de 1200 logements neufs par an (soit 7200 sur toute la durée du programme) parmi lesquels 40% de logements locatifs sociaux. Ils seront produits pour répondre aux besoins de la population, au regard de la réduction progressive de la taille des ménages qui demande d’augmenter le nombre de logements. L’Office communautaire Sète Thau Habitat accompagnera l’agglopôle dans  la mise en oeuvre de cette feuille de route ambitieuse.

 Construction de nouveaux logements, mais aussi rénovation du bâti ancien…le PLH a également pour mission de réhabiliter les logements potentiellement dégradés des centres anciens et met en place des interventions fortes avec des opérations programmées afin de maintenir les familles dans les centre-villes. Le PLH prend en compte les enjeux du territoire sur l’ensemble des  thématiques, à la fois démographiques, sociales, économiques et foncières.
► Plus d’infos sur www.agglopole.fr

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon