LES SANS, entre révolte et soumission où est la « Liberté » ?

Le service culturel de la ville de Poussan s’associait pour la deuxième année au Théâtre Molière-Sète pour vous proposer le formidable spectacle LES SANS ce jeudi 17 octobre 2019 à la salle de spectacle à la MJC. Inspiré du livre Les Damnés de la terre de Frantz Fanon, Les sans… écrit par Ali K. Ouédraogo qui est aussi un des acteurs est un texte puissant et révolté qui va mettre en opposition le pouvoir des uns et la liberté des autres, l’action ou la soumission.

Ce mardi le même spectacle était proposé à Gigean, le mercredi au bar du Globe à Bouzigues car les communes du Bassin de Thau ont la possibilité de choisir des représentations parmi un répertoire proposé en amont de la saison.   sansP1290723

Chaque fois, il a remporté un énorme succès : https://www.facebook.com/theatremolieresete/videos/2404145683172569/?t=14

Et ce vendredi 18 octobre, c’est à la Passerelle, à Sète où vous pouviez l’apprécier avec un plus, un concert offert par le guitariste de la troupe et le compositeur Patrick Kabré.

Les sans… ce sont FRANTZ FANON – ALI K . OUEDRAOGO (DOUESLIK) – FREDDY SABIMBONA sur scène et souvent dans la salle pour évoquer un sujet criant de l’actualité de la plupart des pays en Afrique : les présidents autocrates, la corruption morale et financière, l’absence de démocratie et plus généralement de perspectives.

Mais au second degré, philosophiquement, c’est le rapport des populations et des pouvoirs qui est analysé car l’auteur avait été frappé par l’actualité des propos tenus il y a 65 ans par Frantz Fanon. « Je me suis dit, ce qu’il a critiqué est aujourd’hui toujours d’actualité, explique-t-il. Le rapport entre le peuple, le bas peuple, et puis la bourgeoisie qui nous dirige, c’est la même chose que le rapport entre le colon et le colonisé. »

Nous allions donc découvrir Tiibo et Franck, deux anciens camarades de luttes qui se retrouvent après dix ans de séparation. Mais alors que Franck, revenu d’exil, est resté révolté, Tiibo, lui, compose avec le système. Entre le juste et le résigné ils vont s’affronter.

sansP1290727Un spectacle qui vous captive, qui vous interpelle comme il a ébahi le public lors de la pièce inaugurale des Récréâtrales

Créé en 2016 Ouagadougou à l’occasion de la 9e édition de ce festival ce spectacle de plus de 1 h 45 mn, est une analyse des comportements face à un système dans lequel tout est devenu Business : Quand on dse sent une marionnette du système doit-on s’arranger pour l’intégrer en perdant une grande partie de son âme u doit-on lever le poing et se révolter en agissant et en ne restant pas silencieux.

Le grand débat que l’on peut reporter de l’Afrique à d’autres continents: « Mourir pour des idées, cela en vaut-il la peine? »

Cette ode à la liberté, cet appel à se soulever face à un système en place qui quoi que l’on fasse se remettra en place laisse très peu de place à l’espoir. Ceux qui le vivent en Afrique savent très bien qu’atteindre la liberté, l’égalité est pour eux une utopie car le système est fait de telle façon que la colonisation, l’oppression, la présence de la police… La mort sont omniprésentes.

Un compromis : essayer de résister car on le sait, c’est cyclique : « Ce sera de toute façon la dépendance après l’indépendance ».

La liberté serait donc une illusion pour les habitants de nombreux pays africains … ou d’ailleurs.  Pouvoir, fausse démocratisation, ambition des gouvernants… Le système est bien rôdé.sansP1290734

Les Sans trouveront-ils un compromis pour vivre en étant en accord avec leurs idées : entre « El pueblo unido jamas sera vencido » et "j'accepte" le fossé est toujours énorme. Un fossé intérieur pour de nombreux africains et certainement pour des milliards d’humains…

 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon