Eco-chèque mobilité : bon pour le porte-monnaie et l’environnement

La Région favorise les déplacements doux et verts, tel l’achat de vélos et véhicules électriques. Après avoir lancé en 2019 l’éco-chèque mobilité, elle double au 1er juillet 2020 l’aide aux particuliers pour l’achat d’un vélo à assistance électrique et propose aux salariés cyclistes un bonus pour l’achat de leur vélo.

JPEG - 144.5 ko

Mis en place par la Région depuis 2019, l’éco-chèque mobilité fait du bien au pouvoir d’achat et encourage la transition énergétique. Et c’est un succès : plusieurs milliers de personnes en ont déjà bénéficié pour acheter un vélo neuf à assistance électrique ou une voiture électrique ou hybride rechargeable d’occasion.

Fin 2019, la Région a étendu son bénéfice aux collectivités locales s’engageant dans la conversion de leur parc de véhicules (jusqu’à 20 000 € pour une collectivité et 40 000 € pour un Parc Naturel Régional). Pour inciter encore plus d’Occitans à passer à l’électrique, la Région a voté deux nouvelles mesures lors de la commission permanente du 26 juin.
Au 1er juillet, elle double la prime à l’achat d’un vélo neuf à assistance électrique par les particuliers de 100 € à 200 €. En outre, elle crée un « Bonus Forfait Mobilité Durable » pour encourager plus de salariés à utiliser le vélo pour les trajets domicile-travail.
L’éco-chèque mobilité démontre notre volonté d’aider concrètement les habitants d’Occitanie à s’engager dans la transition énergétique, souligne Carole Delga. L’éco-chèque mobilité sert notre ambition de devenir la 1ère Région à énergie positive.

JPEG - 178.2 koNouveauté, le « Bonus Forfait Mobilité Durable » sera expérimenté en 2020 et 2021. Son objectif est de compléter le Forfait Mobilités Durables [1] remboursé aux salariés par l’employeur, une mesure prévue dans la Loi d’Orientation des Mobilités (mais que l’employeur n’est pas obligé de mettre en place). Le « Bonus Forfait Mobilité Durable » de la Région prendra en charge 50 à 80 % de l’achat d’un vélo.

L’aide pourra atteindre jusqu’à 240 € pour un vélo classique et jusqu’à 400 € pour un vélo à assistance électrique (VAE).

Au final, une personne non imposable achetant un VAE de 1 000 € recevrait une subvention régionale de 400 €, à laquelle pourraient s’ajouter jusqu’à 400 € versés par l’employeur et 200 € de bonus Etat. Autre calcul : une personne non imposable achetant 300 € un vélo classique recevrait une aide régionale de 240 €, à laquelle pourrait s’ajouter le Forfait Mobilités Durables versé par l’employeur.

Ils sont passés à l’électrique

Emilie, Ariégeoise : « J’ai acheté mon VTT à assistance électrique pour me rendre chez les personnes âgées ou handicapées dont je m’occupe et qui habitent à 5 ou 6 km de chez moi, d’abord pour faire des économies de carburant, ensuite pour l’aspect environnemental. L’aide de la Région m’a permis de franchir le pas. »

Thomas, de Canet-en-Roussillon, a opté pour une voiture électrique d’occasion en 2019. « J’en suis vraiment content. Je fais environ 100 km par jour et je n’ai aucun problème pour trouver des bornes de recharge. L’aide de la Région - 2 000 sur 14 500 euros - m’a décidé à sauter le pas. »

En savoir plus

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon