Convention citoyenne : les membres prennent la parole

Pour construire son Green New Deal, la Région a choisi de faire appel à ses habitants. 100 citoyens tirés au sort se sont réunis du 10 au 12 septembre lors de la première session de la Convention Citoyenne Occitanie. Leurs propositions seront soumises à un vote citoyen à partir du 16 octobre.

Durant 3 jours, 100 citoyens tirés au sort ont échangé afin de bâtir l’Occitanie de demain. Ensemble, ils ont élaboré 360 propositions sur des thématiques variées, correspondant aux compétences dont la Région a la charge. Ils se réuniront de nouveau du 24 au 26 septembre afin d’approfondir ce travail en rencontrant des experts quand ils le souhaitent. Le 3 octobre la Convention Citoyenne se clôturera. Les propositions d’actions finalisées seront proposées au vote de tous les citoyens d’Occitanie à partir du 16 octobre. Le résultat de ce travail sera pris en compte dans le plan de transformation et de développement de la Région, le Green New Deal.

La parole aux citoyens

Ce qui me motive c’est de pouvoir aider nos citoyens par mon expérience, mon vécu et de faire avancer les choses. J’attends qu’un maximum de propositions soient prises en compte. (Jean-Claude, chef d’entreprise, 62 ans, Tarn)

"La convention citoyenne me paraît être une bonne initiative qui permet aux citoyens de s’exprimer et de se responsabiliser vis-à-vis de l’action publique. Ce qui est intéressant, c’est de partir à la rencontre de personnes qui souhaitent travailler à l’Occitanie de demain. Il n’est pas facile de reprendre confiance dans nos dirigeants. Mais notre présence prouve que nous sommes capables d’y croire, et donc d’y parvenir." (Lucille, comédienne, 26 ans, Haute-Garonne)

 

"J’attends de cette convention une réelle prise en compte des attentes exprimées par les citoyens présents, en leur apportant une réponse. Le sujet de l’éducation me tient particulièrement à cœur. Car éduquer à la citoyenneté permettra de faire participer tous les citoyens aux actions et projets menés." (Mehdi, enseignant, 41 ans, Hérault)

"La convention citoyenne permet aux citoyens de s’exprimer et de se responsabiliser vis-à-vis de l’action publique. Mon sentiment sur celle-ci est assez partagé. D’un côté la richesse des échanges entre citoyens me donne l’espoir de vraies avancées mais la lourdeur de l’organisation et le temps passé à gérer la forme m’inquiètent." (Charline, maraîchère bio, 31 ans, Tarn)

"Ce que j’attends de cette convention citoyenne c’est une réflexion intéressante et surtout populaire. On va incarner tout le monde, tout le reflet complet de la société. J’ai envie d’écouter, de participer, de travailler et d’apporter une petite contribution" (Georges, ingénieur, 50-65 ans, Pyrénées-Orientales)

Ce qui me motive dans cette démarche c’est de me confronter à des idées diverses et variées ayant pour but de proposer des solutions, des alternatives à ce qui a été mis en place jusqu’à présent. J’espère et je souhaite que les propositions qui vont sortir de cette convention soient prises en compte, et aussi tenues dans la durée (Héloïse, musicienne, 22 ans, Haute-Garonne).

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon