échos

Deux géants et un petit

Voisinage insolite : un modeste chalutier passant devant deux géants croisiéristes. Deux métiers portuaires bien différents… (Photo Malachane)

Manon Miss Sète

Vendredi soir, à la salle Brassens de Sète, a eu lieu l’élection de Miss Sète 2016.
C’est Manon Trenza qui a été sacrée. La  premiere dauphine est Kelly Jourdain et sa deuxième dauphine Jessica Boiroux. Les lauréates ont posées également avec d'autres Miss du Comité Miss France pour le plus grand plaisir d'un public venu en nombre.

Miss Sète Manon Trenza, sa première dauphine Kelly Jourdain et sa deuxième dauphine Jessica Boiroux.
Elles sont entourées par Olivier Oddi et Hugues Barthès les co-organisateurs

Les 1ères Assises de la Jeunesse à Sète

un moment d'échange et de partage pour les jeunes

Passionnants échanges et riches expériences de vie relatées par la jeunesse de Sète et du bassin de Thau à l'initiative de la Jeune chambre économique et son action Parlementreprises, visant à faire dialoguer parlementaires et acteurs économiques. Des Sétois comme Fidji Simo, directrice vidéo de facebook, les dirigeants de la radio RTS ou l'artiste Demi Portion, des jeunes de Loupian, Marseillan ou Frontignan qui ont relaté des expériences singulières et réussies, de quoi donner motivation et espoir à une jeunesse parfois désorientée et en proie au doute, à la veille des résultats du bac, un sésame utile mais, comme l'ont montré plusieurs exemples pas forcément indispensable pour mener à bien des projets enthousiasmants.

 

Nicolas Guyonnet, président de la jeune chambre de commerce de Sète

"L'objectif de cette conférence-débat est de donner à la jeunesse l'envie de créer, de rêver, de s'impliquer, d'oser et d'innover. La jeunesse est d'utilité publique. Nous voulons lui redonner espoir et montrer que ce n'est pas parce qu'on est jeune qu'on ne peut pas réussir. Quel que soit son parcours et sa situation" - Nicolas Guyonnet.

 

Ce lundi 4 juillet se tenait les 1èreassises de la jeunesse à Sète. Le théâtre Molière qui a accueilli cet événement, a été le témoin d’un échange très humain entre les élus, des jeunes entrepreneurs et un public à majorité composé de jeunes venus chercher ici des idées pour leur propre futur.

Sur le plateau, autour de Nicolas Guyonnet, président de la Jeune Chambre Economique, étaient présents le Sénateur-maire de Sète François Commeinhes et trois députés : Sébastien Denaja, Christian Assaf et Frédéric Roig et des jeunes de pays de Thau venus exposer leurs parcours et leurs réussites. Dans la salle on notait aussi la présence, entre autres, d'Olivier Oddi, le Président de la Chambre de Commerce de Sète-Frontignan-Mèze, du directeur de la Mission locale d'Insertion ou encore du directeur du CFA de Sète, Michel Ferrier.

La parole a surtout été donnée à de jeunes sétois ou du bassin de Thau qui ont réussi et qui sont venus partager leur expérience : Fidji Simo, jeune sétoise de 29 ans et numéro 3 de la grande entreprise Facebook, Rachid Daïf alias Demi-portion jeune rappeur sétois à succès et bien d’autres aux parcours tout autant exceptionnels.

Les invités, tous très émouvants par la mise à nu de leur histoire, sur scène et devant le spectateur, parfois intimidés et n'ayant pas l'habitude de s'exprimer en public, n’en étaient que plus touchants.

Ainsi, Sami travaillant initialement dans le BTP, nous raconte comment il a monté son entreprise de transports haut standing (taxis, minibus etc), avec WIFI intégrée. Ce projet a pu se réaliser grâce au dispositif Thau initiative qui lui a fait un prêt à taux 0, lui permettant d’obtenir sa licence de taxi.
Brian Prieur lui est à présent ostréiculteur, pêcheur et plongeur et produit des huitres haut de gamme, qu’il exporte jusqu’en Russie. Il a su apporter à un milieu traditionnel un renouveau porté par sa polyvalence, son dynamisme et surtout sa volonté de réussir.
C’est ensuite Sofiane qui nous a partagé son aventure : jeune sétois ayant grandi à Marseillan, il sort une marque de vêtement « street » pour les jeunes, puis travaille pour la police municipale (le cliché du jeune désœuvré haïssant la police est ici mis à mal) sur les plages de Marseillan. Ce travail lui avait proposé par le maire de Marseillan. C’est sur ces plages que Sofiane aura l’idée de monter une entreprise de bateaux qui assurent des navettes, comme on en trouve déjà à Sète et Agde. Soutenu par la mission locale qui lui propose des contrats d’avenir et le maire qui l’introduit lui et son projet au conseil portuaire, son projet est actuellement en très bonne voie de réussir.
La courageuse Emma, 21ans, qui prend la tête de la pâtisserie familiale lorsque son père décède, nous explique les difficultés qu’elle rencontre en tant que jeune mais aussi en tant que femme : le stress, la crédibilité, la vie sociale contrariée par des horaires décalées…
Sarah Masson, 23 ans est venue partager son engagement politique. En effet, cela fait 4 ans qu’elle est engagée au parti socialiste et qu’elle milite. A seulement 21 ans elle devient conseillère municipale à Frontignan. Elle aimerait changer l’image qu’ont les jeunes de la politique et les pousser à d’avantage participer à ce qu’elle considère comme « la vie de la cité ».

François Xavier et Diane Delacoux, à la tête de RTS (Radio Thau Sète), nous racontent également leur histoire : lui y travaille depuis ses 14 ans avec son père, Gérard Delacoux qui la fonde en 1999 à Sète. Elle, ne souhaite pas travailler dans la radio mais veut faire des études de langues. Ce n’est que plus tard et après des études de gestion, qu’elle rejoindra son frère, en 2005, lorsque leur père décède. Diane apportera de l’expertise à RTS et permettra le succès que nous lui connaissons aujourd’hui.

Fidji Simo n°3 de FacebookPuis c’est au tour de Fidji Simo d’être invitée sur scène : c’est l’invitée de marque de l’événement car à 29 ans, sa carrière est très brillante : Comme il est dit plus haut elle est l’actuel n°3 de Facebook et travaille à son siège social en Californie. Et pourtant, cette jeune sétoise qui a su garder son accent, nous semble si proche lorsqu’elle nous livre qu’elle a, comme beaucoup de jeunes de la région, commencé ses études sur les bancs de Paul Valery à Montpellier. Elle y rencontre d’ailleurs son mari. Après une prépa à Joffre, elle rentre à HEC. Elle supplia un entrepreneur basé à Miami de la prendre en stage. Elle réalisera sa dernière année d’études à Los Angeles. Elle fera ensuite un stage chez eBay en France, dans l’espoir d’ensuite partir ensuite aux Etats Unis. Finalement elle rentrera à Facebook, dans un premier temps dans la section marketing, qui ne lui correspond pas du tout. Elle nous confiera qu’elle n’a jamais abandonné, qu’elle a toujours vu grand et qu’elle a avancé par étapes, jusqu’à son rêve. Elle a pu remarquer par son expatriation aux Etats-Unis, qu’en France l’échec est très mal vu, il est vu comme une défaite. A contrario, aux Etats-Unis, l’échec n’est pas un terme connoté négativement : il est vu comme une expérience vers la prochaine étape. De quoi nous faire réfléchir donc…

Demi-Portion, rappeur sétoisEnfin pour conclure, c’est Rachid Daïf (alias Demi-Portion) né à Sète en 1983 qui est appelé sur scène. Il nous parle de sa motivation qui l’a amené à être aujourd’hui connu et reconnu. Fils d’un artisan, il se considère comme « artisan du BIC » car son stylo, la musique et son RAP a été pour lui un moyen d’expression. Aujourd’hui il réalise une centaine de concerts par an, dans toute la France et malgré sa grande modestie, aucun doute à avoir sur son talent et sa réussite. Cet été Sète lui a fait confiance pour organiser le premier "demi-festival" regroupant plusieurs grands noms de la scène « Rap français » et urbaine: c'est déjà une réussite car toutes les places du Théâtre de la Mer ont été vendues en quelques heures à peine. Sold out!

Au travers leur parcours, ces jeunes nous ont partagé leur soif de réussir, leurs projets, leurs ressentis et les difficultés auxquelles ils ont dû faire face. Ce qui peut frapper l’auditeur dans ces témoignages, c’est que très nombreux sont les jeunes qui ont été en échec scolaire. Beaucoup ont parlé de « parcours scolaire catastrophique ». Il y a donc une remise en question à avoir sur notre système éducatif ou du moins sur la priorité qu’il donne aux études longues au détriment d’études plus courtes mais aussi plus professionnalisantes. Le directeur du CFA de Sète, lors de son passage sur scène à dénoncé cette réalité en rappelant tous les avantages que procurent l’apprentissage. Egalement, un accident personnel ou le décès d’un membre proche sont des éléments qui sont ressortis dans les discours. Mais en tout cas, tous ont été animés par la soif de s’en sortir et de faire quelque chose de grand.
Le seul bémol de l’évènement est qu’à 8h30 un lundi matin et lendemain de soir de match (saluons encore une fois la performance de l’équipe française), les jeunes n’ont pas été nombreux. Malgré tout 2 lycéens, en attente des résultats du BAC ont demandé conseil à Fidji Simo sur la meilleure poursuite d’étude pour réussir. Fidji leur a répondu en citant les phrases écrites sur les murs de l’entreprise Facebook ou elle travaille, ici traduite : « que feriez-vous si vous n’aviez pas peur ? » - « agir vite et améliorer ensuite » (elle nous expliquait ici que lorsqu’une idée de produit émerge chez Facebook il est très vite mise en vente et ensuite amélioré, en fonction de la réaction du client face à celui-ci) – « Apportez plus d’opinion sur la table » en rappelant que la diversité est une force, qu’elle soit diversité d’origines et de cultures, d’opinions ou encore d’actions.

De gauche à droite : Nicolas Guyonnet, Denaja Sébastien, François Commeinhes, Christian Assaf et Michel Ferrier
De gauche à droite : Nicolas Guyonnet, Denaja Sébastien, François Commeinhes, Christian Assaf et Michel Ferrier

Cet événement fut donc très riche et inspirant pour ses participants. Les élus ponctuaient les interventions par leurs commentaires et les spectateurs pouvaient poser leurs questions. Un vrai partage et une vrai convivialité s’est installée, porteuse parfois d’opportunités. C’est ainsi qu’une représentante de La Passerelle (salle de concert d’un quartier sétois) présente dans la salle a proposé un partenariat à FX et Diane de RTS pour mettre en place une web radio. Une visite de la radio a donc été organisée pour faire découvrir le métier aux jeunes porteurs de ce projet de web radio. Les représentants d’RTS, FX et Diane ont profité de l’occasion pour demander la fibre au sénateur maire François Commeinhes qui a rappelé que le Très Haut Débit arrivait à Sète et que d'ici fin 2016 déjà 15.000 foyers seraient raccordés à la fibre optique.

On espère que ces premières assises de la jeunesse en pays de Thau seront de nouveau au programme l'année prochaine.

Laura Ouchêne

 

Fidji Simo et François Commeinhes
Fidji Simo et le sénateur-maire François Commeinhes au théâtre Molière

 

Fidji Simo

Il y a 29 quand le Dcoteur François Commeinhes mit au monde Fidji Simo dans sa clinique à Sète, il était loin de se douter du destin exceptionnel qu'allait connaître cette petite sétoise, fille et petite-fille de pêcheurs venus d'Espagne et de mère italienne.

Fidji Simo fait ses études secondaires au lycée à Paul Valéry, puis son bac (mention Très Bien) en poche elle entre en classe préparatoire au lycée Joffre de Montpellier et intègre en 2004 la prestigieuse école des Hautes Etudes Commerciales (HEC) à Paris.

A sa sortie de HEC, et après quelques stages aux USA, Fidji, est recrutée par Ebay à Paris. De là elle se fait muter aux USA et finit par se retrouver chez Facebook en Californie.

Ses qualités sont vite remarquées et en peu de temps la voilà n°3 du groupe de Mark Zuckerberg où elle dirige tout le secteur vidéo. Les dernières nouveautés comme les vidéo 360° c'est elle, les pubs agaçantes en début de film c'est aussi elle. Bref c'est la grande prêtresse incontournable du plus grand réseau social de la planète. Le magazine américain Vanity Fair l'a même retenue dans son classement des 50 personnalités les plus influentes du monde!

 

 

Inauguration de la permanence Sétoise de « Les Républicains »

Vendredi 1er juillet, vers 20 heures 30, alors que la fête de la Saint-Pierre battait son plein, la permanence de « Les Républicains » a été inaugurée 1 rue Proudhon à Sète.

Sébastien Pacull, Adjoint au maire de la ville de Sète et conseiller national de « Les Républicains », avait invité pour la circonstance le député des Yvelines, H. Gaino, candidat déclaré à la primaire ouverte de la droite et du centre. Le Sénateur-maire de la ville F. Commeihnes, le député E. Aboud par ailleurs Président de « Les Républicains » de l’Hérault, ont également participé à cette cérémonie qui s’est déroulée en présence de nombreux militants et sympathisants. 

Après que le traditionnel ruban tricolore ait été coupé, que les discours officiels aient été prononcés, H. Gaino s’est adressé aux militants présents expliquant sans emphase les raisons de sa candidature et en a rapidement mais très précisément détaillé les contours. Citant successivement le Général C. de Gaulle et C. Pasqua, il souhaite que la France retrouve ses valeurs fondamentales qui ont fait d’elle une grande nation européenne. « Notre société n’est ni Américaine, ni Britannique, ni Allemande, elle est Française », « Nos valeurs ne doivent pas être abandonnées, ni diluées mais affermies, car elles sont le ciment de notre Nation et de notre République » dira-t-il.

En conclusion, alors que la nuit venue donnait une certaine confidentialité à l’instant, H. Gaino a confié à l’assistance  « Si je m’aperçois que des pressions sont faites au sein du parti pour m’empêcher d’avoir les parrainages nécessaires à ma candidature à la primaire, je n’hésiterais pas à aller chercher les 500 signatures d’élus locaux pour me présenter directement à l’élection présidentielle ». 

H. Gaino est ensuite allé à la rencontre des nombreux militants et sympathisants présents avant d’aller se mêler à la foule des Sétoises et des Sétois qui fêtaient la Saint-Pierre et sollicitaient son Grand Pardon. 

R ANDRÉ.

Demoustication

La ville de Sète organise une Réunion d’information sur le moustique tigre Mardi 5 juillet 2016 à 18h à l’IUT de Chimie animée par l’EID (entente interdépartementale pour la démoustication) et en présence du Sénateur-maire François Commeinhes qui présentera son travail parlementaire sur le sujet. La réunion portera sur les campagnes de démoustication, les gestes pour lutter contre le moustique.

Centre balnéaire Raoul Fonquerne : Horaires vacances scolaires

Depuis le 27 juin, le centre balnéaire est passé en horaires d’été pour l’ouverture au public. Voici les horaires d’accès :

  • Au grand bassin et au bassin aventure: lundi, mardi et mercredi de 12h à 18h45, jeudi et vendredi de 12h à 19h45, samedi et dimanche de 10h à 18h45
  • Au bassin à vagues et SPA : lundi, mardi et mercredi de 13h15 à 18h45, jeudi et vendredi de 13h15 à 19h45, samedi et dimanche de 10h à 18h45

Stages d’été :

La piscine Fonquerne propose également des stages de natation et d'aquagym du 4 juillet au 26 août. Le certificat médical est obligatoire au premier cours. Les activités sont encadrées par des éducateurs sportifs diplômés d’Etat. Les inscriptions sont à faire sur www.thau-agglo.fr

Stage « Natation » :

  • de 9h à 9h45 pour les 5/6 ans débutant (apprentissage à la natation) ou en perfectionnement (savoir nager sur 12,5 mètres sans appréhension).
  • De 10h à 10h45 pour les 7/8 ans débutant ou en perfectionnement (savoir nager sur 25 mètres sans appréhension).
  • De 11h à 11h45 pour les 4 ans (familiarisation au milieu aquatique).

 Tarif 42 € la semaine (sauf semaine du 22 août : 34 €)

Stage « Aquagym » :

  • De 12h15 à 13h. Tarif 47 € la semaine.   

Contact Centre balnéaire Raoul Fonquerne, 1 chemin des Poules d’eau, à Sète
Tel. : 04 99 04 76 50 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Brèves d’agglo

L'essentiel de la réunion du conseil communautaire tenu à Sète le 16 juin 2016


Politique de la ville : première étape du projet de renouvellement urbain du quartier de l'Ile de Thau 
La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe le nouveau cadre de la politique de la ville en redéfinissant à la fois le contrat de ville 2015-2020 et sa géographie prioritaire. Sur le périmètre de Thau agglo, trois quartiers prioritaires ont été retenus par l'Etat dont celui de l'Ile de Thau à Sète. Le contrat de ville 2015-2020 de l'agglomération de Thau agglo, approuvé et signé par 17 partenaires, propose entre autre un projet de renouvellement urbain du quartier de l'Ile de Thau. Quartier retenu par le conseil d'administration de l'Agence de Renouvellement Urbain (Anru) au titre des projets d'envergure régionale, qui devront faire l'objet d'une contractualisation en deux temps. Dans une première phase, un protocole de préfiguration permettra aux partenaires de s'accorder sur un plan d'actions. Il sera ensuite traduit dans  une convention de renouvellement urbain déterminant les engagements financiers des partenaires durant la période 2015-2020. Dans ce projet de rénovation urbaine du quartier, est prévue la rénovation du centre commercial, de la Passerelle (désormais MJC), de la Médiathèque, des espaces publics et de la place du marché. Est également prévue la création d'un pont permettant d'accéder à la partie nord du quartier sans passer sous l'immeuble "le Globe" (pour un mieux-être des habitants de cet immeuble qui reste le plus grand ensemble du quartier). Les élus viennent d'approuver en Conseil communautaire le protocole de préfiguration du projet de renouvellement urbain du quartier prioritaire de l'Ile de Thau, annexe au contrat de ville. Ce dernier présente le programme de travail prévisionnel, les modalités d'association des habitants et des usagers au projet, les études financées au titre de ce programme ainsi que les calendriers prévisionnels de réalisation et de suivi du protocole jusqu'à la contractualisation avec l'Anru de la convention de renouvellement urbain.

Les nouveaux tarifs de l’électricité pour les AGV

Afin de se conformer aux préconisations du Schéma Départemental pour l’Accueil et l’Habitat des Gens du Voyage, Thau agglo met à disposition des gens du voyage deux aires d’accueil permanentes sur les communes de Marseillan et de Frontignan/Balaruc-les-Bains. Les usagers des deux aires s’acquittent de charges liées à leur consommation d’eau et d’électricité, d’une redevance de stationnement et d’une caution. Le coût des fluides facturé aux usagers doit refléter le coût réel de leur consommation. Ainsi, au regard des dernières facturations émises par le fournisseur d’énergie EDF, une actualisation s’impose. A compter du 1er juillet 2016, les tarifs applicables seront donc les suivants :

 

Aire de Marseillan

Aire de Frontignan

Electricité

0,138 € le kw/h

0,194 € le kw/h

Eau

3,26 €/m3

3,69 €/m3

Séjour

3€/jour/emplacement

3€/jour/emplacement

Caution

100 €

100 €

Fonds de Solidarité Logement (FSL)

Thau agglo a octroyé une subvention d’un montant de 35 000 € au titre du Fonds de solidarité logement (FSL), dispositif géré par les Conseils départementaux. Ce Fonds est intégré dans le Plan départemental d’action pour le logement des personnes défavorisées (PDALPD). Il est alimenté par les contributions de l’Etat, du Département, des collectivités locales et des bailleurs publics. Son objectif est d’aider les personnes à accéder ou à se maintenir dans un logement. Les aides octroyées sont des subventions et/ou des prêts et restent soumises à des conditions de ressources. Le FSL participe également au financement de structures conventionnées qui mettent en œuvre des actions d’accompagnement et d’insertion par le logement : telles l’ADIL, l’AIVS (Agence Immobilière à Vocation Sociale), l’association Habitat Jeunes Sète et Bassin de Thau, le SUS (Solidarité Urgence Sétoise) et l’UDAF (L’Union Départementale des Associations Familiales); les compagnons bâtisseurs et le Gefosat pour des actions d’auto réhabilitation, enfin  la CLCV (L'association Consommation Logement et Cadre de Vie) pour des actions de médiation.
 En 2015, 1208 dossiers ont été financés par une subvention ou par un prêt, pour un montant total de 713 174 €. Il peut s’agir d’un soutien financier pour le maintien ou l’accès à un logement ou d’une aide en cas d’impayés de factures d’électricité, de gaz ou d’eau.

L’OPH rattaché à l’agglo au 1er janvier 2017

Créé en 1922, l’OPH a commencé ses constructions en 1951. Il construit, mais également, réhabilite et gère les logements sociaux (2875 logements en service au 31 décembre 2015 et 400 logements en cours pour une livraison en 2016 et 2017). La loi ALUR du 24 mars 2014 prévoit au 1er janvier 2017, au plus tard, le rattachement à l’intercommunalité de l’OPH dont la commune de rattachement est comprise dans le périmètre d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) doté de la compétence habitat. C’est donc à Thau agglo que devra être rattaché l’OPH de Sète, et non plus à la Ville de Sète. Cette dernière désignera ses représentants au sein du Conseil d’administration de l’office. Thau agglo, qui peut démarcher avant la date butoir a donc engagé une procédure de transfert de rattachement sans attendre l’échéance du 1er janvier 2017

15 nouveaux studios pour l’extension de la Résidence sociale Habitat Jeunes à Sète

A la demande de l’Association Habitat Jeunes Sète et Bassin de Thau, l’OPH de Sète envisage l’acquisition de locaux (appartenant au Conseil départemental de l’Hérault) sis 19 rue Pascal à Sète en vue de les transformer en une résidence sociale Habitat Jeunes. Elle sera composée de 15 studios et de locaux communs et constituera une annexe de l’actuelle résidence Habitat Jeunes située rue Louis Blanc. L’OPH de Sète sera propriétaire de l’immeuble et l’association Habitat Jeunes Sète et Bassin de Thau en sera gestionnaire. En contrepartie, elle versera annuellement à l’OPH de Sète une redevance. Thau agglo soutient ce projet (à hauteur de 261 825 €) qui va permettre l’ouverture de nouvelles places en faveur de l’hébergement des jeunes (PLH 2012/2017). Située dans le centre ancien dégradé de Sète, cette réalisation va également contribuer au renouvellement urbain du quartier. Les travaux devraient démarrer en septembre 2016 pour une livraison prévue en juin 2017.

Des bornes de recharge pour les véhicules électriques

Les élus communautaires ont voté le transfert de la compétence « Création, entretien et exploitation des infrastructures de charges nécessaires à l'usage des véhicules électriques ou hybrides rechargeables » à Hérault Energies pour la mise en place d'un service, dont l'exploitation comprend l'achat d'électricité nécessaire à l'alimentation des infrastructures de charge et le coût de fonctionnement des bornes jusqu'en 2018. Ce transfert permet aussi de toucher une subvention de l'ADEME de 50 % sur les frais d'investissement de 12 des 13 bornes qui seront prochainement installées sur le territoire de Thau (fin 2016 début 2017). Parallèlement, les communes membres accorderont pendant 2 années à compter de la pose de la borne, la gratuité du stationnement pour les véhicules rechargeables sur tout emplacement de stationnement situé sur le territoire communal.

Pôle aéroportuaire Béziers - Cap d’Agde en Languedoc

Créé il y a une quarantaine d’années, l’aéroport Béziers Cap d’Agde en Languedoc est un équipement structurant important et un acteur prépondérant du tourisme local de par sa proximité avec le Bassin de Thau. Au vu de sa compétence « développement économique » et spécifiquement la promotion touristique du territoire, Thau agglo a demandé son adhésion au Syndicat mixte dénommé «Pôle aéroportuaire Béziers Cap d’Agde en Languedoc» pour sa compétence « développement des flux touristiques aéronautiques au départ ou à l’arrivée du Languedoc ». La contribution de Thau agglo au budget du Syndicat mixte prendra la forme d’une contribution annuelle forfaitaire et proportionnelle au nombre de passagers transportés (1€ / passager), soit une participation de près de 250 000 € par an pour le premier exercice. Thau agglo siégera au comité syndical élargi qui comporterait 28 sièges répartis entre les différents adhérents, dont 2 sièges pour Thau agglo.

Sécuriser les accès et faciliter l’économie

Spécialisée en commerce « de gros » de produits alimentaires, l’entreprise Distrisud,  implantée sur Frontignan depuis 1974, génère un chiffre d’affaire de 94 M€ (2014) et emploie 249 salariés. Du fait de l’évolution du tissu urbain au cours des 20 dernières années et de l’accroissement exponentiel de son volume d’affaires, l’activité logistique de cette entreprise est devenue en totale inadéquation avec les espaces environnants. Elle se trouve pourtant à très faible distance du RD612, ce qui a conduit les acteurs publics concernés (ville, Département, Thau agglo) à concevoir, puis réaliser une bretelle d’accès direct permettant l’embranchement de cette entreprise sur l’axe départemental. Ce projet permet une part une meilleure fonctionnalité logistique pour l’une des plus importantes entreprises du territoire. En supprimant un flux important de poids-lourds dans des zones urbanisées, il permet par ailleurs de contribuer au Plan de Déplacements Urbains de Thau agglo et à limiter ou détourner les flux de transit des centres villes. Au vu de l’intérêt que représente cette réalisation pour une meilleure desserte économique du territoire, Thau agglo soutient la Ville de Frontignan (qui a réalisé les travaux) dans cet investissement en participant à l’opération selon le plan de financement suivant :

 

RECETTES (€)

Département

133 424 €

Distrisud

204 000 €

Thau agglo

131 000 €

Ville de Frontignan

131 759 €

TOTAL

600 183 €

Achats : toujours plus d’économies

Les élus de Thau agglo ont approuvé la mise en place d’une convention degroupement de commandes publiques entre les communes de Balaruc-les-Bains, Sète, Vic-la-Gardiole, Marseillan, Gigean, le Centre Communal d’Action Sociale de Sète et Thau Agglopour la fourniture et livraison d’outillage et de petite quincaillerie. Ces groupements de commande facilités par la mutualisation permettent de faire des économies sur les prix d’achats.

322 500 € pour les projets des communes

Thau agglo entend poursuivre la politique d’accompagnement financier des projets structurants des communes menée depuis 2004. Ainsi, une maquette financière destinée à l’attribution de fonds de concours aux communes sur la période 2015-2020 a été mise en place. Ces subventions d’équipement sont subordonnées au dépôt de demande de subventions par opération et par commune. L’attribution des subventions d’équipement interviendra dans le cadre d’une programmation annuelle et de délibérations spécifiques qui en fixeront les modalités d’exécution et les dispositions financières. Au vu des demandes de subventions des communes et des calendriers de réalisation dans des délais très courts, une 4ème programmation de subvention d’équipements a été établie. Elle comprend les projets suivants :

- Le réaménagement des abords des halles des centres villes et leurs accessibilités à Frontignan et à Sète ;

- La requalification de voies de circulation favorisant le cheminement piéton et cyclable à Frontignan et à Sète (Rue des Airolles à Frontignan et Quai Herber à Sète) ;

- Le développement de l’éco-construction dans les bâtiments publics à Marseillan, notamment pour les bâtiments de l’Ecole Bardou/Maffre à Marseillan ;

- L’étude topographique et archéologique pour la réhabilitation de l’abbaye Saint Felix de Montceau, patrimoine culturel à Gigean.

Ces projets s’inscrivent dans le cadre du développement de plusieurs axes stratégiques de Thau agglo : la mobilité au titre de la politique générale de déplacement du territoire ; le développement économique avec le soutien à l’amélioration de l’accessibilité des centres villes ; les énergies renouvelables et les équipements favorisant la rénovation ou construction éco-responsable au titre du Plan Climat Energie du territoire ; la réhabilitation du patrimoine culturel sur le territoire. Ci-dessous les principaux montants de subvention accordés par Thau agglo pour les opérations suivantes

 

ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS D'EQUIPEMENTS

Opération

Montant

 d'investissement € TTC

Montant

Subvention

 

 

Commune de Frontignan

 

 

FR–16- 05

Aménagement des abords des halles en lien avec la réhabilitation des halles

300 000 €

50 000 €

FR–16-06

Réalisation d'un cheminement cyclable entre le boulevard urbain et le cœur de ville par la rue des Airolles

114 000 €

23 750 €

 

TOTAL

414 000 €

73 750 €

 

Commune de Gigean

 

 

GI-16-07

Abbaye Saint Felix de Montceau – Etudes complémentaires topographiques et archéologiques

132 000 €

22 000 €

 

TOTAL

132 000 €

22 000 €

 

Commune de Marseillan

 

 

MA-16-08

Groupe scolaire Bardou/Maffre – rénovation accessibilité et matériaux de réemploi – production photovoltaïque

1 080 000 €

135 000 €

 

TOTAL

1 080 000 €

135 000 €

Opération

Montant

 d'investissement € TTC

Montant

Subvention

 

 

Commune de Sète

 

 

SE-16-09

Réaménagement du Quai Herber – requalification du quai et amélioration de l'accessibilité piétonne

540 000 €

112 500 €

SE-16-10

Requalification de la rue Gambetta dans la continuité de la réhabilitation des halles

1 008 000 €

210 000 €

 

TOTAL

1 548 000 €

322 500 €

Les groupes sétois de La France Insoumise

Avenir du rail - Non au projet duraille !
Les usagers ne veulent pas rester à quai.

Le 13 juin, usagers, militants associatifs, syndicaux et politiques, élus participaient au débat public préalable aux Etats Généraux du Rail de Montpellier, qui s’est tenu au Palace, à Sète, en présence des trois élus héraultais de la liste Nouveau Monde en Commun.
Habitants et élus ont débattu de la politique des transports dans la région pour les vingt prochaines années. La discussion a largement porté sur les besoins du Bassin de Thau suivants... télécharger la suite.

Conseil de Développement de Thau agglo : voir loin et large

Un an après sa mise en place en juillet 2015, le Conseil de Développement (C2D) de Thau agglo a dressé, ce lundi 13 juin, un premier bilan de son action lors d'une réunion plénière tenue dans l'enceinte du théâtre Molière à Sète en présence des élus communautaires.

Le Président Jean-Guy Majourel a ouvert lundi soir au théâtre Molière de Sète la troisième séance plénière du Conseil de Développement de Thau agglo en remerciant les membres du conseil, tous bénévoles, pour leur travail en commissions tout au long de l'année.
Evoquant les nombreuses rencontres avec l’administration, les communes et les acteurs locaux pour travailler en harmonie et identifier des thèmes de réflexion, il a également tenu à remercier les services de Thau agglo "qui n'ont pas ménager leurs efforts pour donner toutes les informations nécessaires aux membres du Conseil de développement et leur éviter de s'enfermer dans des sujets déjà étudiés voire sur le point d'être mis en oeuvre".
Jean-Guy Majourel n'a pas manqué non plus de remercier les élus présents qui, comme le soulignera François Commeinhes, le Président de Thau agglo, étaient là aujourd'hui , "une fois n’est pas coutume, pour écouter et répondre aux questions".

 

Le Conseil de Développement (C2D)
de Thau agglo

Le "C2D" est composé d’acteurs économiques, sociaux, culturels, associatifs, partenaires et acteurs du développement de Thau agglo.
Constitué de bénévoles, il est un lieu de réflexion et d’échange sur le devenir de Thau favorisant une vision globale des enjeux et des objectifs de développement à moyen et long terme.
il permet d’éclairer la décision publique, avec les points de vue, les idées, les propositions, l’expérience d’une diversité d’acteurs. Il permet aussi de donner une dimension prospective à l’action publique.
Organe consultatif, le Conseil de Développement n’a pas le pouvoir de décision, lequel appartient aux élus désignés par le suffrage universel. Il représente néanmoins une force de proposition pour contribuer à la réflexion des élus sur les projets concernant le territoire. Il permet aussi de relayer auprès des élus les points de vue de la société civile sur les grands thèmes qui fondent le développement et l’attractivité de Thau Agglo.

Les membres du Conseil de développement sont désignés par le Conseil Communautaire de l’Agglo sur propositions de l’ensemble des élus. Le mandat des membres dure le temps du mandat de l’exécutif de Thau Agglo.
En mai 2016 le Conseil de Développement de Thau agglo a rejoint la coordination nationale des Conseils de développement.

Jean-Guy Majourel

Dirigeant d'entreprise à la trajectoire remarquable, homme d'écoute et de consensus, Jean-Guy Majourel préside avec efficacité le Conseil de Développement de Thau agglo.

Né à Sète où il a passé toute son enfance, Jean-Guy Majourel, obtient son bac, section C, en 1975 au lycée Paul-Valéry. L’aboutissement logique d’un cursus scolaire qui lui laissera une tendresse particulière pour cet établissement un peu spécial, où les élèves Georges Brassens et Henri Colpi ont découvert l’amitié, l’inspiration et la poésie et dont Pierre-Jean Vaillard disait « qu’il n’en existe pas en France de plus ingénieusement conçu pour le développement de la paresse ». Jean-Guy Majourel, lui, n’a pas de temps pour la paresse. Famille modeste, père récemment retraité... son sens des responsabilités le conduit à s’engager dans une filière d’études courtes pour accéder rapidement au monde du travail. Il choisit une formation de deux ans à Lyon au sein du groupe EDF d’où il sort en 1977 électrotechnicien. Il exerce ensuite à Béziers et Montpellier. En 1981, il entreprend 3 ans d’études à l’école supérieure d’EDF à Paris et obtient la qualification d’ingénieur. De 1985 à 2001, il parcourt le Sud de la France et gravit tous les échelons. Il est promu en 2014 directeur délégué régional Languedoc-Roussillon. Une carrière exemplaire, qui lui vaut d’être nommé président du Conseil de développement de Thau agglo.

"Il ne s’agit pas de faire valoir des opinions politiques mais d’assumer des responsabilités en concertation avec les élus et les institutions. Associer la société civile dans sa diversité au devenir du territoire, dans une période où le citoyen a tendance à s’éloigner de la vie publique est une initiative intéressante. C’est ce qui m’a décidé à accepter. Nous allons travailler sur le moyen et le long terme en concertation avec une multitude d’acteurs » - Jean-Guy Majourel

   

Un travail et une activité intenses

Dans la pratique, le C2D intervient selon deux procédés possibles: soit il est saisi sur un sujet précis par le Président de Thau agglo (saisine), soit il se saisit d'un thème de son choix par décision de son Bureau, prise à la majorité des voix (auto-saisine).

Lors de sa première année d'existence, le Conseil de développement a émis  3 avis sur saisines concernant :

  • le rapport sur le développement durable 2015 de Thau agglo,
  • le projet d’aménagement de la ZAC de Balaruc loisirs
  • le projet d’aménagement de l’entrée Est de Sète.

Il a également participé aux réunions publiques sur les projets structurants que sont les travaux d’aménagement du lido de Frontignan et les travaux d’aménagement du Bd Verdun & Camille Blanc à Sète.

Le Président Majourel a par ailleurs présenté le cap du Conseil de développement : "Thau agglo, un territoire de référence où les activités humaines innovent et coexistent en harmonie, dans un environnement exceptionnel".
Dans ce cadre, les animateurs de chacune des  commissions ont ensuite donné la synthèse d'une année de travail et ils ont indiqué leurs grandes orientations pour la période 2016/2017 :

  • Commission "Environnement" :
    Replacer la lagune de Thau au cœur de nos priorités

  • Commission "Economie" :
    Développer l’économie du futur en s’appuyant sur nos racines

  • Commission "Rayonner et attirer"
    La culture et la nature, vecteurs d’attractivité et de rayonnement

  • Commission "Solidaires et vivre ensemble":
    L’éducation et la jeunesse, priorités à un parcours de vie

  • Commission "Aménager, se déplacer" :
    Aménager, se déplacer, un autre regard pour mieux vivre ensemble

Les animateurs des commissions ont détaillé leurs feuilles de route en privilégiant les actions concrètes qui s’inscrivent dans ces orientations à moyens et longs termes.

  No images found.

 

 

François Commeinhes : un travail apprécié 

"Je veux d’abord vous remercier, toutes et tous, pour cet investissement bénévole, désintéressé, au service de votre territoire et de ses habitants. Je sais combien il est prenant, après une dure journée de travail, avec tous les tracas de la gestion du quotidien, de donner de son temps, régulièrement.
La démocratie participative telle que vous la pratiquez, détachée des contraintes politiques ou financières à toute son utilité, car la prospective est indispensable pour donner de la vision, et je dirais même de l’espoir, à nos concitoyens. C’est dans la nature même des conseils de développement, affranchis du court terme, que de voir loin, vers des horizons dans lesquels les élus, tout à leur tâche du quotidien, se projettent trop rarement. - François Commeinhes

 

 

  cliquer sur une diapositive pour l'agrandir
No images found.

 

 

Fusion de Thau agglo et de la Communauté de Communes du Nord du Bassin de Thau (CCNBT):

François Commeinhes, Président de Thau agglo s'est exprimé sur la fusion des deux agglos de Thau qui interviendra au 1er janvier 2017 et sur ce qu'il attend du Conseil de Développement dans ce contexte.

une décision précipitée mais une cohérence territoriale
"Concentré sur la seule réduction du nombre d’intercommunalité dans l’Hérault, le préfet est passé outre l'avis exprimé par 13 des 14 communes concernées par cette fusion, en s’affranchissant des préconisations de la loi NOTRe et en imposant dès 2017 une fusion précipitée... Le préfet à la loi avec lui, nous allons faire avec. Ce qui ne veut pas dire que nous allons nous laisser faire pour tout et n’importe quoi... Personne ne nie, et sûrement pas moi, qu’il y a une cohérence territoriale à regrouper Nord et Sud du bassin de Thau dans une même intercommunalité. Là aussi, le conseil de développement, libre de toute contingence de calendrier, doit nous permettre de voir plus loin, de se projeter pour l’usage de notre poumon bleu qu’est l’étang de Thau, mais il ne faut pas oublier non plus les poumons verts comme la Gardiole qui unit aussi les communes de Thau, plus encore avec ce nouvel ensemble."

En janvier 2017 , les deux agglomérations qui bordent le nord et le sud de l’étang de Thau fusionneront. L’ensemble de la Communauté de Communes du Nord du Bassin de Thau (CCNBT) et la Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau (Thau agglo)  couvrira 14 communes et rassemblera plus de120.000 habitants. Le centre de gravité, pondéré de la population, de la future agglomération de Thau aura pour coordonnées : Latitude : N 43° 26’ 09’’ - Longitude : E 3° 41’ 18’’. Ce point se trouve à la frontière entre la commune de Balaruc-les bains et celle de Frontignan la Peyrade,  à quelques centaines de mètre à peine de l’emplacement de l’actuel hôtel d’agglomération de Thau agglo.

 

Grande réussite du troisième Tour Thau

Photos : Michel Dumergue, Jean-Louis Richet et Claude Stekelorom
cliquez sur les images pour les agrandir








 

Temps magnifique et organisation parfaite, toutes les conditions étaient réunies pour faire de cette troisième édition du Tour Thau une très grande réussite. Et ce fut bien le cas avec environ 400 participants à vélos et une centaine de bénévoles dévoués et tout sourire qui ont grandement contribué à créer une superbe ambiance dans cette randonnée de 55 km organisée par l’UCM (Union Cycliste Marseillanaise) en partenariat avec La Municipalité de Marseillan.
Après le départ du rond-point de Marseillan-plage, le peloton étiré traversa les communes de Marseillan, Mèze, Loupian, Bouzigues, Balaruc le Vieux, Balaruc les Bains, Frontignan et Sète pour un retour à à Marseillan-plage sur l’esplanade de l’avenue de la Méditerranée... sans oublier les ravitaillement copieux pour ne pas manquer d'energie.

Tout aussi réussi le Mobili’Thau, organisé par le Conseil Municipal des Jeunes et le service Agenda 21 pour une déambulation cycliste dans la bonne humeur de Marseillan-plage à Sète et retour.

Un grand bravo aux participants et un grand bravo aux organisateurs. Bravo aussi à tous ces élus discrets qui ont su se mêler à la foule ou au peloton en toute simplicité.


 

cliquez sur les images pour les agrandir

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations