échos

Conférence sur l’Ecologie et l'Alimentation

L’image contient peut-être : plein air, texte et natureChaque année, l'agriculture intensive détruit autant de terres arables que 5 fois la surface du Languedoc, l'élevage accapare 78% des terres agricoles mondiales, et la viande et les produits laitiers utilisent la moitié de l'eau douce consommée dans le monde.

De plus, si l'on ne change rien il n’y aura plus aucun poisson dans la mer d'ici 30 ans.

Nos habitudes alimentaires ont un impact considérable sur la planète, et nous pouvons concrètement agir tous les jours pour contribuer à améliorer la situation.


Conférence animée par Marc RESCH spécialiste de la santé Humaine, alimentation vivante.

 

Invité par Catherine Chauzit

Vendredi 8 février 2019 de 18 h 30 à 21 h 00 

Cinéma Le Palace

24 Avenue Victor Hugo, 34200 Sète, Occitanie

Les travaux ont débuté rue Alsace-Lorraine à Sète

C’est un des chantiers très attendus de l’année et il a commencé ce vendredi 11 janvier. Il s’agit bien sûr de la piétonisation de la rue Alsace-Lorraine dont les travaux doivent durer jusqu’en juin. Première étape : le renouvellement des conduites et branchements de gaz. A partir de mars, la Ville s’attaquera à la conduite et aux branchements d’eau potable, à la réfection du sol et l’installation du mobilier urbain. A noter que la rue sera rapidement interdite à la circulation. Elle restera ouverte aux piétons pendant toute la durée du chantier.

Annulation du marché du mercredi 16 janvier

Afin de préparer au mieux le dispositif de réorganisation du marché et le déplacement des commerçants habituellement installés dans la rue, le marché du mercredi 16 janvier est annulé. Il reprendra une semaine plus tard, le mercredi 23 janvier.

Bike and run du Lido de Sète

Le bike and run du Lido c'est le 3 Février 2019 avec cette année une course enfant , un parcours XS , et un parcours S en speed Race ...

A vos agendas , inscrivez vous avant la majoration de tarifs.
inscriptions :http://sete.thau.triathlon .L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

A Sète, le réseau de bus doit s’adapter…

subCaptureA partir du lundi 14 janvier :

  • l’arrêt Gare SNCF n’est plus desservi par les lignes 1/2/3/6 
  • l’arrêt Gare SNCF est déplacé au niveau du Quai Maréchal Joffre pour les lignes 10/12/13/20/21/23

Lignes 1 / 3

En direction de Jean Moulin et Centre Malraux

Arrêts non desservis: Gare SNCF, Théâtre Molière et Pont de Pierre > se reporter à l’arrêt provisoire Quai Vauban (en traversant le pont de la gare, le poteau provisoire est situé à gauche après le pont).

Ligne 2

En direction de Passage le Dauphin, arrêts non desservis : Gare SNCF, Théâtre Molière et Pont de Pierre. Pour rejoindre la gare, descendre à l’arrêt Quai de Bosc puis rejoindre la gare à pied via le pont provisoire.

En direction de Centre Malraux, arrêts non desservis : Gare SNCF, Pointe Courte > se reporter à l’arrêt Quai du Pavois d’Or.

Ligne 6

En direction du Passage le Dauphin, arrêts non desservis:  Gare SNCF et Quai du Pavois d’Or > se reporter à l’arrêt provisoire Quai Vauban.

En direction de la Gare SNCF, arrêt non desservi: Espace Saint-Clair > se reporter à l’arrêt Mas Coulet de la ligne 22.

Ligne 12 

En direction de Sète, arrêt non desservi : Canal de la Peyrade > se reporter à l’arrêt Ancien Pont (avenue des eaux blanches)

Un arrêt provisoire « Pointe Courte » a été installé sur la D2 ( à l’entrée de la Pointe Courte, route de Balaruc) pendant la durée des travaux du Pont Sadi Carnot. Cet arrêt est desservi par les lignes 10/12/13/20/21/23 en direction de Sète.

  • Sète agglopôle mobilité

  • Quai de la Résistance Passage le Dauphin

    34200 Sète
  • 04 67 53 01 01
  • Site officiel

Concert spectacle en soutien aux Audois sinitsrés

Concert spectacle en soutien aux Audois sinitsrés (avec A.GIRONES, CLARA, ALAIN AOUAT, LES AMIS DE BRASSENS, LES VILS NAVETS).

Samedi 12 janvier 2019 à 20h

Salle Tarbouriech, Théâtre de la mer - Jean Vilar

15 € / adulte, 5 € / enfantL’image contient peut-être : 7 personnes, personnes souriantes, texte

La pollution par les plastiques dans les Océans

Selon les Echos :

8,3 milliards de tonnes

C'est la masse de plastique produite entre 1950 et 2015, selon les chiffres de «  Sciences Advances  », le plastique étant aujourd'hui le troisième matériau le plus fabriqué en France (derrière le ciment et l'acier). Et  cette masse va crescendo  : sur les dix dernières années, les humains ont produit plus de plastique que durant tout le XXe siècle, selon l'ONU. En 2015, 322 millions de tonnes ont été produites, contre... à peine 2 millions en 1950.

79 % de déchets

Sur ces 8,3 milliards de tonnes de plastique produit, 6,3 milliards (79 %) sont d'ores et déjà passés à l'état de déchets qui s'accumulent dans des décharges ou en pleine nature, particulièrement dans les océans. Seulement 9 % de la production de plastique a pu être recyclée et 12 %, incinérée.

 

1 million

C'est  le nombre de bouteilles en plastique vendues par minute.  Soit 480 milliards pour l'année 2016.

Voir sur : https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0301760336589-cinq-chiffres-alarmants-sur-la-pollution-plastique-dans-le-monde-2181363.php

 

L’augmentation de la consommation des plastiques s’est accompagnée d’une pollution environnementale importante et croissante depuis les années 1950. Même si la gestion des déchets est une préoccupation actuelle, des millions de tonnes de déchets sont encore rejetés chaque année dans l’environnement. Acheminés principalement par les cours d’eau, les déchets plastiques finissent par arriver dans les océans. La grande majorité (80%) des plastiques observés dans les océans provient ainsi des continents, l’autre partie provient des activités en mer.

soupe plastiqueEn fonction de leur densité, les déchets vont soit couler vers les fonds marins (comme les PVC de densité supérieure à celle de l’eau de mer), soit flotter et être entraînés par les courants marins (exemple du polyéthylène PE, de densité inférieure à celle de l’eau de mer).

(Source Image : d’après CNES-ACM)

Bouteilles*, sacs plastiques, fibres de textiles synthétiques (polyester, acrylique, polyamide, …), microbilles plastiques d’abrasifs industriels, d’exfoliants ou de produits cosmétiques, morceaux de polystyrène, pastilles de pré-production de plastiques, filets de pêche,… les déchets plastiques observables dans les eaux de surface océaniques sont d’origines diverses et de taille très variable, du microscopique au macroscopique.

* Sauf les bouteilles transparentes qui sont en PVC (eau, sodas): dès qu’elles sont cassées par l’érosion, le plastique plus dense que l’eau, coule…Par contre, on observe dans l’eau leurs bouchons, ainsi que les flacons et bouteilles non transparentes (lait, gel douche …)

Une dispersion mondiale des plastiques dans les océans

Les plastiques flottant en surface des océans sont entraînés des littoraux jusqu’à l’océan ouvert par les vents et courants marins. Les directions et les vitesses de déplacement dépendent de l’organisation générales des circulations atmosphériques et océaniques*. A l’échelle du globe, les courants marins de surface, déviés par la rotation de la Terre, présentent une circulation « en tourbillon », en spirale, appelés gyres**. On dénombre 5 gyres principaux : un dans l’océan Atlantique Nord, un dans l’océan Atlantique Sud, un dans l’océan indien, un dans l’océan Pacifique Nord et un dans le Pacifique sud :

Si les quantités globales de plastique dans les océans ne sont pas précisément estimées (en fonction des zones, on observe de 0 à 150 000 morceaux de plastiques au km2 sur les fonds marins et de 0 à 900 000 microplastiques dans les eaux de surface …), les études montrent que leur dispersion suivant les grands courants marins se fait rapidement*** et à l’échelle mondiale.

* Les circulations atmosphériques et océaniques sont liées et ont pour « moteur » l’énergie solaire. En effet, les différences d’énergie solaire reçue par la surface terrestre selon les zones (plus d’énergie reçue à l’équateur qu’aux pôles en raison de la sphéricité de la terre) et la rotation de la Terre autour de son axe (force de Coriolis) entraînent l’existence de grandes cellules de convection atmosphériques (cellules « de Hadley » à l’équateur, « de Ferrel » dans les zones tempérée et cellules polaires aux pôles). Les mouvements d’air horizontaux de ces mouvements atmosphériques sont les vents.

Ces vents entraînent des mouvements d’eau, de la surface jusqu’à plus de 100 m en profondeur. Les déplacements des déchets plastiques dépendent des sens et vitesses des vents et courants marins de surface.

** les gyres montrent un mouvement en spirale avec enroulement sur la droite dans l’hémisphère droit et sur la gauche dans l’hémisphère sud, en relation avec la force de Coriolis (rotation de la Terre).

*** Les suivis de bouées dérivantes et les modèles océaniques établis à partir des observations satellites montrent que les plastiques parcourent souvent plusieurs kilomètres par jour.

Des zones d’accumulation de plastiques : les « continents plastiques »

Les courants marins d’échelle planétaire transportent les déchets vers les zones centrales des gyres, très calmes. Les plastiques s’y concentrent et s’accumulent ainsi sur d’immenses surfaces (Exemple du « Great Pacific Garbage Patch » dans l’océan Pacifique Nord, de surface estimée à six fois celle de la France). Les « continents plastiques », existent ainsi dans les cinq grands bassins océaniques.

continents plastiques

Le terme « continent » est une métaphore : les surfaces concernées sont de l’ordre des continents, mais il ne s’agit pas d’étendues « solides » : la pollution plastique de l’océan est plutôt une « soupe plastique», autre terme également utilisé.

 

S’il existe des macrodéchets, les 7ièmes continents sont surtout constitués de petits éléments plastiques, souvent invisibles sans une fine observation, issus en grande partie de la dégradation des plastiques. Plus ou moins longue en fonction des matériaux et de leur épaisseur, la durée de dégradation est estimée en laboratoire de 1 à 5 ans pour le fil de nylon, de 1 à 20 ans pour les emballages plastiques fins, jusqu’à 450 ans pour les bouteilles plastiques et encore plus pour d’autres matériaux.

La dégradation dépend également de l’action de certains facteurs environnementaux:
– sous l’action mécanique*, le plastique se fragmente (mais les fragments restent des polymères plastiques stables et durables)
– sous l’action chimique ** ou enzymatique de dépolymérisation, les polymères plastiques sont décomposés et détruits.

Flottant à la surface des océans, les matériaux plastiques sont essentiellement soumis à l’érosion et à l’action du rayonnement solaire et se fragmentent progressivement en morceaux de plus en plus petits. La concentration en micro particules de plastique invisibles à l’œil nu aurait ainsi triplé dans les eaux de surface depuis les années 70.

*action d’érosion par les vagues
** action chimique des UV du soleil : réactions photochimiques. (Pour le PE on observe
principalement des réactions radicalaires, notamment d’oxydation)

microplastiques

Des zones de disparition de plastiques ?

Des analyses récentes sembleraient indiquer une « disparition » de déchets plastiques dans les eaux de surface océanique : en effet, les quantités de plastiques arrivées dans les océans depuis les années 50 auraient dû entraîner des concentrations supérieures à celles mesurées. Les eaux de surface ne semblent pas être la destination finale des déchets plastiques flottants dans l’océan…

Plusieurs mécanismes possibles pour expliquer l’élimination des plastiques de la surface océanique sont proposés :

– la formation de biofilms et la colonisation par des organismes pourraient diminuer la flottabilité et permettre à certains débris de plastique de couler dans les eaux profondes, et de se déposer sur le fond marin.

Cependant les observations montrent que les particules plastiques sont de faible densité dans les sédiments et n’enregistrent pas une augmentation de la concentration en plastiques en fonction du temps pour un même lieu.

– la fragmentation et photodégradation des matières plastiques seraient rapides et ne permettraient plus leur observation. Les fragments seraient assez petits pour passer à travers les filets d’échantillonnage standard, avec une taille de l’ordre du micron ou plus petite.

– un transfert de matières plastiques de l’eau vers les organismes : l’assimilation des microplastiques par ingestion et entrée dans les réseaux trophiques engendrerait un « stockage » de la matière dans les organismes et diminuerait la concentration de plastiques dans l’eau.

On observe en effet la présence de plastique dans l’estomac de nombreuses espèces marines, même jusqu’à chez 39% des poissons mésopélagiques*. De plus, la taille des fragments de plastique ingérés par ces poissons, comprise entre 0,5 et 5 mm, correspond à la taille des débris de plastique « disparus » dans les évaluations mondiales des plastiques en surface océanique.

– l’intervention d’autres processus encore à découvrir …

En savoir plus sur : http://www.septiemecontinent.com/

*Les poissons mésopélagiques jouent un rôle important dans l’écosystème marin; ils sont
omniprésents et très abondants dans l’océan ouvert. Ils vivent dans la couche intermédiaire de
l’océan (200 à 1.000 m de profondeur), mais migrent pour s’alimenter vers la couche de surface
la nuit.

« Nathalie Briand – MobiScience.briand.free.fr »

Une formation BAFA pour les jeunes avec la carte VIP

Depuis plusieurs années, la Ville de Sète propose une « carte VIP » comprenant une aide pour le passage du Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (BAFA) à destination des 17-25 ans. Cette aide se traduit par une formation qui aura lieu pendant les vacances de février 2019.

Du 23 février au 2 mars, l’Institut de formation, d'animation et de conseil (IFAC) met ainsi à disposition deux formateurs BAFA pouvant accueillir 12 jeunes Sétois prêts à se former aux métiers de l'animation. L’adhésion à la carte VIP et les inscriptions à cette formation sont à effectuer auprès de la Direction de l’éducation 11 rue Alsace Lorraine ou par téléphone au 04 99 04 74 32 ou 04 99 04 74 45.

Football – Stade Bordelais / FC Sète 34 en direct sur RSL

FC Sète 34 - Site officiel du Football Club de Sète 34

 

Samedi 12 janvier 2019 à partir de 17h30 sur RSL.

Retransmission en direct depuis le stade Sainte-Germaine de Bordeaux

Stade Bordelais – FC Sète 34

Le journaliste sportif Jacques Colicchio sera sur place pour faire vivre la rencontre.

Ce match sera à écouter sur le site: www.rsl-radio.fr
ou sur le site du FC Sète : www.fcsète34.comBordeaux fc sete rsl 1

[N2] 16ème journée : L’avant-match

Kevin TESTUD : Le match contre le stade bordelais est le premier match de la phase retour du championnat . Nous avons réussi à rester accroché en haut du tableau , à nous maintenant d’y rester , et de surfer dans l’euphorie de la coupe de France . L’équipe est en forme , on récupère des joueurs blessés depuis un petit moment , du coup la concurrence est bien présente , et elle fera du bien pour que tout les joueurs soient à fond .

Découvrez les 16 joueurs retenus par Coach Nicolas Guibal et son staff pour le match contre le Stade Bordelais :

Gardiens de But : Brice NICLOS – Vincent PAPPALARDO

Défenseurs :  Djibril DIARRA – Morgan JEAN-PIERRE – Thibault BALP – Yoan COLS – Julien BERTOUX

Milieux de Terrain : Floris ISOLA – Francis KEMBOLO – Jean-Michel ORSATTONI – Jimmy CANNAC – Damien FORESTIER

Attaquants : Abdoulaye DIABY – Brice BOUFRIZI – Didier YAGOUSSETI – Jordan KASSA – Kevin TESTUD

Blessés : Yacine Bentayeb (reprise), Ryan Ferhaoui (reprise), Quentin Gau

L’adversaire : Stade Bordelais Football
Classement : 10ème sur 16 avec 19 points (6 victoires, 1 nul et 8 défaites)
Dernier résultat : Colomier 1 – 2 Stade Bordelais
Meilleur buteur : Yaccine BAHASSA avec 5 buts
Stade : Stade Saint Germaine (7000 spectateurs)

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon