Frontignan

Conseil municipal : le Parc Photovoltaïque a le vent en poupe

Avec l'élaboration de son Agenda 21 et de sa politique de développement durable, la Ville souhaite engager un processus qui doit lui permettre d’infléchir les courbes des émissions de gaz à effets de serre produit sur son territoire, grâce notamment au déploiement des énergies renouvelables ou moins polluantes et par la même mettre en valeur le site de l'ancien centre d’enfouissement technique d’ordures ménagères Les Près Saint Martin, situé au Sud-Ouest de la ville.

Une ancienne décharge qui a fait l’objet d’une réhabilitation conforme.

Ainsi, compte tenu des potentialités offertes par le site, la Ville envisage d’allier l’aménagement de cet espace au développement d’un projet de production d’énergie d’origine solaire photovoltaïque, qui permettra de valoriser des terrains non urbanisables et non utilisables en agriculture de par son usage passé.

 
Parc photovoltaïque (photo archives)  

L'Installation photovoltaïque envisagée, d'une surface approximative de 6,5 hectares devra être raccordée au réseau public aux fins de vente de l'énergie produite. En contrepartie, le co-contractant en assumera toutes les charges d'exploitation et de remise en état naturel des lieux. L'exploitation interviendra pour une durée minimale de 23 ans et maximale de 25 ans, toutes étapes étant comprises (procédure, mise en place, exploitation, démantèlement).

La rémunération du co-contractant sera assurée par les recettes liées aux tarifs d'achat de l'électricité produite.

Cette installation devra être conforme aux conditions de réhabilitation du CET mises en oeuvre.

Dans cette perspective, un bail emphytéotique administratif doit être conclu avec un concessionnaire qui aura la charge de réaliser la centrale photovoltaïque sur des terrains communaux.

Parmi les terrains concernés figurent des parcelles, d’une contenance totale de 32 030m2, appartenant encore aujourd’hui au SIVOM du canton de Frontignan. Le conseil approuve à l’unanimité l’acquisition, auprès du SIVOM, de l’ensemble des parcelles au prix de 11 530,80 €, soit 0,36 €/m², conformément à l’avis de France Domaine en date du 30 juin 2015.

Un parc photovoltaïque, face aux cuves de GDH, invisible côté habitations est un pied de nez aux énergies fossiles, tout un symbole !.

A noter également au cours de ce conseil, la création d’un conseil des sages. Un appel à candidature avait été lancé auprès des citoyens, responsables associatifs et anciens élus de la ville. Conditions pour pouvoir postuler

  • Avoir 65 ans ou plus
  • Avoir ou avoir eu des responsabilité associatives ou citoyennes.

A l’issue de la clôture des candidatures 25 candidatures ont été enregistrées. Le conseil sera installé officiellement le 1er décembre 2017. ( Thau-infos reviendra sur le sujet lors d’un prochain article).

A.Sanfilippo

Visite Inaugurale de la Mission Locale d’Insertion Jeunes (MLIJ).

Ce 22 novembre 2017 à eu lieu l’inauguration de la mission locale d’insertion des jeunes.

 Maxime Margueritat et Thomas Bonnotte à l'aise dans leur présentation.

Pour cette visite inaugurale de nombreux élus et techniciens étaient présents. Notamment M. Emile Anfosso, président de la MLIJ – Mme Nathalie GLAUDE, vice-présidente de la MLIJ, M. Bruno GALAN, directeur de la MLIJ et M. Pierre Bouldoire, Maire, Vice-Président du CD34. Parmi les spectateurs, venus en nombre on a pu apercevoir, entres autres Mmes Sylvie Pradelle conseillère départementale et Magalie Ferrier maire de Vic la Gardiole et vice présidente à SéteAgglo et quelque représentants locaux.

La MLIJ c’est quoi ?

La MLIJ assure un accompagnement socioprofessionnel et de proximité pour les jeunes du territoire. Cela se traduit par une forte présence sur les 14 communes, dont 4 antennes permanentes, Sète, Frontignan, Mèze et Marseillan.

Assure 7 permanences : Vic la Gardiole, Balaruc-les-Bains, Gigean, Médiathèque André Malraux Île de Thau à Sète, Montbazin, Poussan, Mireval et 3 autres lieux, mais uniquement sur rendez vous Villeveyrac, Loupian, Bouzigues.

S’dresse à des jeunes de 16 à 25 ans ayant terminé leur scolarité. Les missions sont d’accueil, d’information et d’orientation. Pour cela des moyens sont à dispositions avec espace de travail numérique, photocopieur, téléphone, bureaux d’entretiens face à face et salle de travail en collectif.

Pour accompagner son public la MLIJ disposent d'une large offre de services permettant de répondre aux attentes des jeunes dans des domaines tels que la mobilité, le logement, la santé, la citoyenneté, la subsistance, l'élaboration du projet professionnel, l'accès à la formation, l'accès à l'emploi et à l'alternance.

Quelques exemples d'actions en faveur des jeunes : préparations au code de la route, aides financières à l'équipement d'un premier logement, aides financières à la subsistance, ateliers d'aide à la gestion du budget, promotion du service civique, point d'accueil et d'écoute psychologique, ateliers relooking et gestion de stress, chantiers jeunes d'implication locale, réseau de parrainage, clubs de jeunes chercheurs d'emploi, ateliers de techniques de recherche d'emploi, candidathèque, visites d'entreprises, stages en entreprise, actions de découverte des métiers.

Un nouveau dispositif a été confié par l’état aux Missions Locales : La Garantie Jeunes.

C’est un accompagnement bien plus intensif, les jeunes sont présents à temps plein pendant le 1er mois de leur année de Garantie Jeunes. Les anciens locaux ne nous permettant pas de mettre en place cette action. La ville de Frontignan a mis à titre gracieux ces nouveaux locaux baptisés Georges Patry, situés dans l’impasse du petit Versailles, doublant ainsi la surface de l’antenne qui passe ainsi de 140 à 275 m2.

L'équipe de la mission locale réunie pour la photo.

L’équipe de la Mission locale d’insertion de frontignan :

Directeur : M. Bruno GALAN

Responsable d’antenne et conseiller : M. Philippe LAPRADE

Conseillers en insertion : Mmes Martine CHABANON, Lisa MALVALDI, Magali MORALES et Hélène ROIG

Chargé d'accueil : M. Raphael SCELLES

Et 2 jeunes en service civique : Maxime MARGUERITAT et Thomas BONNOTTE qui ont par ailleurs été félicités par le Maire Pierre Bouldoire pour la présentation le leur motivation devant un public fourni " A vingt j'étais bien incapable de faire ce vous faites, on dit souvent avant c'était mieux, demain se sera meilleur, le regret et l'espérance, vous êtes capable d'accueillir les autres"

A.S

La jeunesse s’engage, invite au débat contre le racisme, les violences sexistes et pour le bien vivre ensemble

Les jeunes frontignanais sont sollicités par la Ville pour aborder des questions sociétales qui nous concernent tous : engagement, racisme, discrimination, violences faîtes aux femmes…

Leurs questions, comme leurs réponses, sont comme un miroir tendu à l’ensemble de nos concitoyens. Persuadée de l’importance du débat, de l’information et au-delà de l’éducation pour le bien vivre ensemble, la Ville de Frontignan la Peyrade, organise régulièrement des échanges et de rencontres sur ces questions difficiles qui se posent ici… comme ailleurs.

3 pistes d’actions

  • 1) Préjugés racistes : Une exposition humoristique pour lancer le débat

Autour de la question de la lutte contre le racisme, l’Espace Kifo, a accueilli, du 13 au 18 novembre, l’exposition « Attention travail d’arabe », origine d’un débat animé par Olivier Jeanne qui a largement dépassés le cadre et le public de ce lieu.

  • 2) Violence faites aux femmes : Informer et sensibiliser

Signataire de la charte Européenne pour l’égalité des femmes et des hommes, la Ville de Frontignan la Peyrade participera activement à la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes du samedi 25 novembre de 10h à 12h. pendant le marché de Frontignan, place de l’Hôtel de Ville, les services municipaux en lien avec le planning familial 34 animeront, un stand d’information et de sensibilisation sur la question des violences faites aux femmes, destiné à tous les publics.

Deux expositions sont proposées.

La première a été réalisée par un groupe de jeunes de Frontignan fréquentant l’espace Kifo accompagnés dans leur travail par le service jeunesse présente des situations de harcèlement ou de violence, telles que peuvent être amenées à vivre jeunes et moins jeunes. A l’instar de l’exposition photographique et la publication qui avaient été réalisées à l’occasion la journée internationale des droits des femmes sur les stéréotypes professionnels en rapport au genre, les jeunes kifeurs se sont emparés de l’outil photographique pour traiter à leur manière le sujet des violences faîtes aux femmes… Ils seront présents pour expliquer leur initiative et leur propos.

Une autre exposition, prêtée par le département de l’Eure sur les aspects légaux des violences faites aux femmes, à destination plus particulièrement des jeunes sera également présentée. Ce stand permettra également de diffuser des informations sur les services d’aides aux victimes, les lieux d’écoute et de prise en charge ainsi qu’un rappel historique sur la mise en place de cette journée internationale.

  • 3) Portraits d’une jeunesse engagée

Du 4 au 8 décembre, une semaine d’engagement avec deux temps forts.

Mardi 5 décembre à 18h30, à l’espace Kifo, vernissage de l’exposition de la jeune photographe Sandra Mehl, qui se tiendra du 4 au 8 décembre à l’espace Kifo, qui a posé son regard sur des jeunes Héraultais de 15 à 25 ans engagés dans des projets humanitaires, intergénérationnels, des actions citoyennes, le sport, la culture.

L’engagement de ces jeunes naît d’une passion, récente ou de longue date, d’une prise de conscience sociétale ou environnementale, et parfois d’une opportunité offerte par un dispositif public comme par exemple pour Grégory, jeune Frontignanais amateur de BMX, membre du Conseil municipal (et du conseil départemental) des jeunes.

 

Cette semaine de l’engagement sera également rythmée par un rendez-vous cinématographique avec la projection le mercredi 06 décembre à 18h, au CinéMistral, de « Ils l’ont fait » (Fr, 2017, 1h20) de Said Bahij et Rachid Akiyahou.

"Ils l’ont fait" est un film autoproduit à l’écriture collective qui dura plus d'un an et d'un tournage auquel plus de 300 bénévoles mirent la main à la pâte.

Aujourd'hui c'est un film modeste et ironique qui tient tant de la critique que de l'autocritique de la gestion politique des quartiers populaires et de l'engagement de leurs habitants.

Suivi d’un débat autour de l’engagement et la participation des jeunes.

A.S

Une consultation en vue de créer un espace de vie sociale aux Calmettes

Un projet participatif a été initié par la ville en vue de créer un espace de vie sociale. Pour ce faire une consultation publique a été organisée ce samedi 18 novembre, dans la salle d’honneur de l’hôtel de ville, afin de recenser les différents besoins des habitants en matière de vie locale.

Une consultation présidée par Youcef El Amri, maire adjoint délégué à la jeunesse et Pascale Gregogna, conseillère déléguée à l’égalité des chances, au droit des femmes et à la laïcité, une vingtaine de personnes étaient présentes, des Calmettes pour l’essentiel et les représentants du conseil de quartier des Carrières/2Pins.

Cette réunion avait pour objectifs de cerner et de définir des axes généraux d'action à partir des besoins identifiés et constituer éventuellement un groupe de pilotage du projet.

À la lumière de l'ensemble des besoins recensés par les participants, le représentant de la municipalité, précise qui s’agit de créer un espace de vie sociale et solidaire, bien évidemment ouvert aux résidents des Calmettes, mais pas seulement, car le souhait de la municipalité est de mettre ce lieu à disposition de l’ensemble de la population de Frontignan la Peyrade.

« Ce doit être lieu de proximité et de mixité , polyvalent, pour tous les publics et en particulier les familles, les enfants et les jeunes. Il doit permettre aux habitants d'être écoutés, de s'exprimer et de concevoir des projets pour le renforcement de la parentalité et des liens de voisinage et favoriser la participation active des habitants à la vie et l'animation de leur quartier ».

Pour exemple, le conseil de quartier a émis le souhait de faire ses réunions dans cet espace de vie sociale et solidaire.

Cet espace de vie sociale devrait voir le jour en 2018, dans un local mis à disposition par Hérault Habitat avec le soutien de la CAF et un agent territorial, gestionnaire et responsable, situé à demeure, sera désigné.

A.S

Conseil municipal mercredi 22 novembre 2017

18h30 - Salle Voltaire -  Conseil municipal ou il sera question en  18 points de:

   
  • Aménagement et Urbanisme.
  • D'environnement et d'économie
  • Plan action voirie (PAV)
  • De Ressources humaines
  • D'éducation ( activités péri et extra scolaire)
  • Coopération Intercommunale
  • Questions diverses / Questions orales.

Les jardiniers de Gaeta - Un ouvrage publié par la Ville

Terre d’accueil historique, la Ville de Frontignan s’est engagée depuis 1995 dans une politique de relations européennes, en tissant des liens de plus en plus étroits avec des villes du bassin méditerranéen et de l’Europe du Sud.

   
Signature du jumelage avec Gaéta en 1997    

Cet engagement s’est traduit en 1997 par le jumelage avec Gaeta. Bien plus qu’une signature officielle entre maires et le nom d’une ville posé sur un panneau, le jumelage avec Gaeta a atteint sa majorité. Une idée de rapprochement sortie de l’esprit de « Papy Paul » Paul Gonthier Maurin et qui fut le 1ér président de cette union. ( une histoire de famille à l'origine avec son frère Maurice et  Marie Rose)

Dans le cadre de cet anniversaire du jumelage entre Frontignan la Peyrade et Gaeta,  une exposition consacrée aux jardiniers des Crozes avait été organisée.

Une exposition qui retrace l’histoire de ces maraichers italiens pour la plupart originaires de Gaeta qui sont venus dans les années 20 du XXe siècle cultiver les terres agricoles de Frontignan qui connaissait alors, avec sa voisine Sète, un fort développement industriel et démographique.

   

Un livre a été édité, un ouvrage qui retrace la vie de ces immigrés a été présenté ce jeudi 16 novembre au musée municipal par Michel Sala Conseiller au patrimoine et au muscat et Simone Tant maire conseillère en charge de la lecture publique et des festivals internationaux. Quelque 300 familles ont quitté les territoires de l'Italie maritime pour le port de Sète, une vingtaine de ces familles originaires de la côte de Gaeta s'installe dans le quartier des Crozes et de ses environs. Certains d'entre eux recouvre une activité agricole et une sociabilité paysanne qu'ils ont perdu dans l'immigration. Dans les terrains en périphérie de Frontignan la Peyrade, les réserves d'eau sont importantes et les terrains disponibles, les Gaétans valorisent ses terrains, pour fournir à une population frontignanaise et sétoise toujours plus nombreuse se dont elle a besoin en produits frais.

Dés lors ils sont considérés comme de véritables colons.  Les propriétés occupées aux Crozes sont petites et ont du être activement travaillées afin que soit rendu possible une culture maraîchère.

Avec cet ouvrage la ville explore un pan important de sa mémoire et de son histoire, celle écrite pour des personnes venues d'ailleurs, qui ont participé à forger la réalité de la ville que l'on connait aujourd'hui. Aussi à l'occasion de ce 20é anniversaire avec sa ville jumelle Gaeta l'iltalienne, du 10é anniversaire avec Vizela la portugaise et des 7 ans avec Pinéda De Mar l'espagnole, Frontignan la Peyrade ouvre un nouveau chapitre de son roman communal par l'évocation de tous ceux qui en sont et en furent les héros.

A.S

Jouteurs et Rameurs récompensés par la Ligue et le Département

jouDSC_0091 (1)Ce vendredi 17 novembre le monde des Joutes Languedociennes et celui des Rames Traditionnelles étaient en fête et à l'honneur à Frontignan à l'occasion de la remise des récompenses du Championnat de Ligue 2017 et des trophées du 29ème Prix du Département de l'Hérault.

Klébert Mesquida, Président du Conseil Départemental et Marie Passieux Vice- Présidente du Conseil Départemental Déléguée aux Sports, et Présidente d'Hérault Sport étaient excusés mais très bien représentés par Pierre Bouldoire, Maire de Frontignan- La Peyrade et 1er Vice-Président du Conseil Départemental et Délégué général, tandis que Robert Bancilhon, Vice Président de la Fédération nautique de Joutes et sauvetage nautique et Président de la Ligue Languedocienne de Joutes traditionnelles Languedoc Roussillon entouré par de nombreux autres membres de la ligue, allait avec les élus remettre ces prix aux valeureux sportifs qui s'étaient illustrés durant les Championnats de Ligue.joutDSC_0006 (48)

joutDSC_0040 (5)Robert Bancilhon précisait devant un public très nombreux dans une salle Voltaire surchauffée que malgré la disparition récente de certains qui ont marqué la vie de la Ligue, cette cérémonie marquait la fin d'une belle saison tandis que François Liberti était remercié pour avoir été un de ceux qui ont lancé ce partenariat de la Ligue avec le Conseil Départemental.

D'ailleurs, il recevait les armes des chevaliers de la tintaine, un pavois et une lance, en témoignage d'amitié.

François Liberti souhaitait alors que ce partenariat perdure dans le temps. "Symbole de la tradition sportive et culturelle, avec des compétitions qui vont des plus jeunes aux seniors, la Ligue est passée de 1176 membres il y a 10 ans à 1750 maintenant.

jouDSC_0031 (15)

Et que ce soit pour les Rames ou les Joutes s'il y a quelques points à améliorer pour que sportifs et publics se régalent encore plus, le but est que rameurs et jouteurs partagent la même passion pour que vivent les Joutes Languedociennes et la Rame Traditionnelle.

C'est d'ailleurs sur cet objectif que Pierre Bouldoire revenait avec des sports qui reflètent une façon de vivre, qui rassemblent et qui honorent nos traditions et notre territoire en transmettant des valeurs universelles de cohérence et de vivre ensemble qui se traduisent dans les actes. Et que dire de tous les bénévoles qui s'associent à cette grande famille de sportifs.

jouDSC_0068 (3)

Si Pierre Bouldoire souhaitait dédier cette soirée à Louis Nicollin, très bon porteur de la flamme des joutes,c'est que lui aussi en avait bien compris qu'au travers du sport et du jeu, la tradition et les valeurs comme le respect, le partage, l'entraide, allaient de pair avec les Joutes et la Rame.

Si dans un premier temps l'on remettait aux récipiendaires les brevets d'éducateur sportif l'on attendait avec impatience la remise des récompenses individuelles et collectives qui se déclinaient ainsi.

Champions de Ligue 2017 en rame traditionnelle : En mixte Tamalou, Cttarames 2

jouDSC_0074 (2)

En mixte SNJA2 En Masculin, Cettarames 1
En féminin, SNJA2

Sociétés de Joutes :

1ères : Juniors, LAS;
Seniors, SNJA;
Moyens, LAS;
Lourds, LAS

Grand prix du Conseil Départemental : LAS

Et pour les Joutes languedociennes :

1ers Juniors, Fabre Valentin, LAS
Seniors, Wolff Mickaël, NLM
Moyens, Caselli Simon, LAS
Lourds, Arnau Benjamin, LAS

Après une dernière photographie des heureux sportifs récompensés il était temps de partager le verre de l'amitié.

L’entrée ouest, la rue des Thermes fait peau neuve

C’est une renaissance qui est en cour de réalisation à l’entrée ouest de la ville. Après des travaux d’enfouissement des réseaux au cours de l’été, la rue des Thermes prépare sa mue finale avec les travaux d’aménagements.

 Rue des termes, des travaux qui devraient s'achever fin 2017

Principale opération du Plan action voirie/PAV pour l’année 2017, la réfection totale de la rue des Thermes à l’entrée ouest de la ville a démarré pendant l’été par l’enfouissement des réseaux secs et la reprise des branchements d’eau potable. Les travaux d’aménagement sont en cours, pour une livraison attendue d’ici la fin de l’année 2017.

Ces travaux consistent en un rétrécissement de la chaussée à 6,20m afin de réduire la vitesse et de sécuriser, de fait, l’entrée du cimetière, la création d’une vingtaine de places de stationnements, l’aménagement d’un espace partagé de 2,5 à 3,5m vélo/piéton du côté sud de la voie (côté cimetière) et la création d’un cheminement piéton bordé d’espaces verts côté nord. Ainsi que la création d’un plateau surélevé avec passage limité à 30km/h à hauteur de l’entrée principale du cimetière et la mise en place d’un éclairage avec lampadaires à leds.

A terme, une nouvelle entrée de ville partagée et totalement sécurisée, à l’instar du modèle de voie partagée en place depuis quelques années sur l’avenue du 81e RI à l’entrée sud de la ville.

Côté parking situé à l’ouest, l’entrée sera réaménagée avec entrée/sortie à 6m isolée de la route par des plantations et une place de stationnement pour personne à handicap sera matérialisée.

Coût de l’opération : 460 000€ dont 130 000€ du département, le restant étant financé par la ville et Hérault Energie.

En projet, dans la continuité de la rue des termes, et dans le cadre de ses opérations de sécurité de réhabilitation/OSR, le Département de l’Hérault reprendra la partie non urbaine de cette voie, qui se poursuit via la route de Balaruc (du cimetière jusqu’au rond-point de la Cible) avec un rétrécissement de la chaussée, un nouveau revêtement rugueux, du marquage ainsi que du panneautage pour sécuriser l’ensemble de cette route actuellement bien trop accidentogène. (la date des travaux  n’étant pour l’instant pas connue)

Bilan des actions plan action voirie 2017 pour 1M€

  • Réaménagement du carrefour Mistral / de Gaulle
  • Extension du parking Caramus
  • Réalisation de trottoirs rue des Terres Blanches
  • Rue Saint-Paul avec pose de potelets en aciers supplémentaires
  • Parking de l’ancienne caserne des pompiers,
  • Rue de la 1ère armée la voirie reprise avec notamment le remplacement des candélabres et la création d’un square autour de la stèle

En prévision pour 2018 avenue Maréchal Juin -  2019/2020 entrée coté Barnier

A.S

La ville consulte les habitants.

La ville consulte les habitants pour la création de l'Espace de vie sociale Calmette, le samedi 18 novembre de 10h à 12h à la salle d'honneur de l'Hôtel de Ville.

Une espace de vie sociale qui devrait voir le jour en 2018, dans un local mis à disposition par Herault Habitat avec le soutien de la CAF.

Un lieu de proximité et de mixité pour tous les publics et en particulier les familles, les enfants et les jeunes. Il doit permettre aux habitants d'être écoutés, de s'exprimer et de concevoir des projets pour le renforcement de la parentalité et des liens de voisinage et favoriser la participation active des habitants à la vie et l'animation de leur quartier.

  • Salle d'honneur de l'hôtel de ville
  • Samedi 18 novembre de 10h à 12h
  • Ouvert à tous.

Les Républicains communiquent

 
Jacqueline LICALSI  

La fédération de l’Hérault a choisi de me confier la responsabilité de rassembler notre famille politique sur FRONTIGNAN LA PEYRADE.

J’ai souhaité succéder à un ami qui a fait le choix d’un engagement politique communal, pour défendre mes convictions et porter nos valeurs autant que possible.

Aujourd’hui, veille des élections du président de « LES RÉPUBLICAINS », nous avons plus que jamais un rôle à jouer dans la reconstruction de notre mouvement.

Mercredi 25 octobre, lors d’une réunion nous avons pris la décision de nous retrouver chaque mois afin nous rencontrer, de créer des événements et d’être force de propositions.

Rejoignez-nous !

Jacqueline LICALSI 06.37.58.83.08 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Communiqué de Jacqueline LICALSI

 

Rencontre Handicap et Emploi à Voltaire.

Ce mardi 14 novembre 2017, dans la salle Voltaire s’est tenu une rencontre sur l’emploi et l’insertion professionnelle d’un individu en situation de handicap, dans le cadre du mois de l’économie sociale et solidaire.

Une rencontre organisée par l'AMETRA, médecine du travail à Montpellier, à laquelle ont participé Mme Dominique Prentout, médecin du travail, Cyrille Petitjean, psychologue et Sylvie Poletto, assistante santé.

Yannie Coquery conseillère municipale déléguée aux handicaps représentait la municipalité.

Après la projection d’un film «Gagnant-gagnant», dans lequel Julien Taurine y joue un rôle prépondérant, le sien. Handicapé, non voyant, Julien, présent dans la salle, y évoque, son parcours personnel et sa situation de salarié au sein de l’entreprise « j’ai du m’adapter à mon poste car il n’était pas possible d’adapter le poste » qui n’est autre que la mairie de Frontignan la Peyrade ou il est agent d'accueil territorial.

Physique, psychique ou par maladie, Il n’y a pas un handicap, mais plusieurs, si certains sont bien visibles, d’autres ne sont pas apparents, mais bien plus nombreux.

On ne recrute pas un travailleur handicapé parce qu’il en situation de handicap mais bien par ses compétences, bien que les entreprises soient réticentes à ce type d’embauche et préfèrent verser une contribution financière à l’AGEFIPH, pour l’insertion des personnes en situation de handicap.

La loi impose à tous employeurs de 20 salariés ou plus d’employer 6% de son effectif par des travailleurs handicapés (TH), que l’entreprise soit du domaine privé ou publique.

C’est à l’entreprise de prendre les mesures adéquates pour permettre au TH d’accéder à un emploi, le conserver et progresser sur son poste. Un TH aurait moins d’arrêt de travail et permettrait un gain de 13% de l’activité de l’entreprise, des chiffres qui sont par ailleurs mis en doute par un participant dans la salle.

Yannie Coquery signale un manque d’information évident de ce domaine. Le travailleur handicapé n’est pas la moitié d’un employé et bien une force pour l’entreprise, on ne saurait que trop encourager un employeur à embaucher un travailleur handicapé.

A.S

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).