Joutes : Tournoi du 14 juillet – Un pavois pour 2

Pour les Frontignanais, le tournoi de joutes du 14 juillet revêt une importance capitale, le vainqueur de la 1ére catégorie, des jeunes qui concourent pour le fameux pavois de la ville, les autres et notamment ceux qui ont déjà remporté le trophée par le passé sont regroupés dans une autre catégorie.

 Phase finale, Valette Jean Batiste et Cazenave Anthony, les deux iront à l'eau.

La Société des Jouteurs Frontignanais (SJF) aura décidément vécu un bien beau 14 juillet 2017.

Avec un tournoi local très intéressant dans son ensemble. Les jouteurs, les pieds bien calés sur la tintaine, se sont affrontés, devant une affluence record de supporteurs ventres bleus et de vacanciers venus en nombre.

Avec de forts jolis coups de lance, même si quelquefois la garde fut quelque peu dépassée.

Le podium (haut en bas, de G à D) Valette Jean Batiste et Cazenave Anthony, Moreno Nicolas et Digonnet Emilien

Sylvio Cuccinello et Guy Bonnecaze (co-présidents) Pierre Boildoire, David Jardon et Jean Louis Delorme.

 « Les décisions des arbitres sont bonnes pour les uns et mauvaises pour les autres, mais au final le vrai vainqueur ce sont les joutes ». Mais il faut un champion, mais pour ce 14 juillet 2017, ils sont 2 et c'est donc Valette Jean Batiste et Cazenave Anthony qui ont pris place sur la plus haute marche du podium, une finale hors norme ou les 2 vainqueurs se sont trouvés à l’eau.

Il fallait en désigner un, le jury a déclaré les 2 vainqueurs. Anthony et Jean Batiste sont entrés dans l'histoire des joutes Frontignanaises

Les 3é et 4é places vont à Moreno Nicolas et Digonnet Emilien

C'est David Jardon, conseiller en charge des festivités et des joutes, en présence du maire de la ville qui a remis le trophée si réputé dit « Pavois du 14 juillet » aux vainqueurs, il ne reste plus qu’à Jean Louis Delorme, artiste plasticien, créateur des pavois du 14 juillet à se remettre à la tâche et de faire une copie de l’édition 2017.

A.S

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).