Joutes et Feu d'artifice pour ce 14 juillet 2017

Aprés  les traditionnelles commémorations à 10 h 30, place Gabriel Péri à la Peyrade, c'est à Frontignan qu'il fallait être pour assister au défilé des jouteurs.

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Dés 11h30, les hommes en blanc se sont rassemblés sur le parvis de la mairie pour un défilé à travers les rues de la ville, arborant le trophée 2017, remis officiellement par le premier magistrat de la ville.

 
Voici les futurs champions de la tintaine!  

Un pavois créé par le plasticien Jean Louis Delorme dont le thème repris par l'artiste est inspiré du pavois géant installé à l'entrée Est de la ville et cela depuis plus de nombreuses années. En cortège avec les petits de l'école de joutes en tête du défilé, au travers des rues de la ville, non sans avoir au préalable fait une halte place Jean Jaurés, au monument aux morts et au quai Vauban à la stèle des jouteurs pour y effectuer un dépôt de gerbes traditionnel.

L'après midi fut consacré au tournoi du 14 juillet (voir Thau info).

La nuit tombée, place au feu d'artifice traditionnel du 14 juillet, de mémoire de frontignanais l'on avait rarement vu un feu d'artifice aussi splendide ou couleurs, thématique, durée, relief ne furent laissés au hasard .

Et pour en finir avec ce 14 juillet 2017, un petit tour à la fête foraine toute proche et au concert du comité des fêtes au plan du bassin ou se produisait le groupe Nîmois « La compagnie française du soleil ».

Le spectacle ne fut pas superbe, il fut tout simplement éblouissant. Les 22 musiciens, les 7 chanteurs et chanteuses aux voix impressionnantes, les danseurs et danseuses de grand talent, la sympathie de toute la troupe ont offert au public une des plus belles soirées Frontignanaises.

Seuls les rétrogrades pourraient s'en plaindre en invoquant la nostalgie des flonflons et du petit bal musette d'antan ou chacun pouvait s'essayer aux pas glissés sur la piste de danse.

Une longue journée de fête, de joie et de bonne humeur que ce 14 juillet 2017.

A.S

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).