Inauguration de la rue de la 1ère Armée et parking Ginouvès

La rue de la 1ère Armée, qui relie l’avenue de la Résistance à la rue des Jardiniers, est totalement rénovée et aménagée.

Cliquez sur l'image pour agrandir.

La chaussée et les trottoirs sont refaits, 2 traversées piétonnes créées, le stationnement organisé avec des places marquées au sol et l’éclairage public, avec 4 candélabres, remplacé.

En parallèle, les travaux de création du parking Ginouvès, du nom des entrepreneurs qui créèrent le quartier, menés depuis juillet dernier par Hérault Aménagement sur le site de l’ancienne caserne des pompiers sont aussi terminés.

Ce sont 55 places de stationnement, une borne permettant de recharger simultanément 2 voitures électriques (Thau-Info 01/10/17 ) et 2 places réservées aux personnes à mobilité réduite qui sont disponibles.

En zone bleue, le parking Ginouvès permet ainsi le stationnement gratuit et en principe favoriser la rotation le jour, évitant ainsi les véhicules ventouses.

Quand s’applique la zone bleue ?

Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 19h, hors jours fériés. Le jeudi matin, jour de marché, ou les jours de manifestations, les places de la zone bleue inclues dans les périmètres d’interdictions de stationner et de circuler sont aussi concernées.

Coût des travaux

Parking Ginouvès : 160 000€ / Financement : Hérault Aménagement (ZAC des Pielles)

Plan action voirie rue de la 1ère Armée : 90 000€ / Financement : Ville de Frontignan la Peyrade

 

Un peu d’histoire : Du lotissement Marcou-Ginouvès au parking Ginouvès :

Reconstruction des villes après-guerre, décolonisation, baby-boom… Dans les années 50, le problème de mal-logement est une priorité nationale : il s’agit d’offrir dans des délais très courts des logements sains et confortables. Plusieurs dispositifs sont alors mis en place pour proposer logements simples, aux frais de constructions réduits, parmi lesquels les « opérations millions » : un logement/un million (d’ancien francs). (1500€ de nos jours).

C’est dans ce cadre que la Ville de Frontignan la Peyrade établit un plan de reconstruction, validé par la Préfecture en 1954, et recherche des terrains. Ceux des familles Marcou-Ginouvès et Bages sont ainsi négociés pour la 1ère tranche de construction, en 1955, de 32 logements. 2 autres tranches suivront. Le lotissement communal Marcou-Ginouvès est né. Pour financer sa création, la Ville s’appuie sur la politique nationale du logement d’alors, qui engage les principaux employeurs locaux à participer à l’effort de reconstruction du pays en versant des subventions à fonds perdus. Elle sollicite la Mobil, Chambourcy et les Ets Botta, entre autres, qui disposeront, en contrepartie, de logements réservés pour leurs employés. Plus tard, en 1971, la stèle en mémoire du Maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1952) est érigée au carrefour de la rue de la 1ère Armée et de l’avenue éponyme. En 1962, la caserne des pompiers est construite en lieu et place de l’entrée du domaine Marcou-Ginouvès. En fonction jusqu’en 2008, elle sera démolie après la réalisation de la nouvelle caserne, à l’entrée de la ville, avenue du 81e RI, face à l’aire des loisirs. Elle cède aujourd’hui la place au parking Ginouvès.

 

A.Sanfilippo

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).