Claudie Minguez, 1ère adjointe en charge de l’éducation, répond au président de l’association « Citoyens, parlons-en ! »

 

« M. Thibault Cléret fait bénéficier aux lecteurs de ses « lumières » sur l’éducation. Il a lu des « études » que personne n’a vues sur les bienfaits de la semaine des 4 jours. Il a mené une « enquête » qui lui permet d’affirmer que la grande majorité des acteurs de l’école privilégient ce système et que donc, lui aussi, est pour.

Il attribue à la municipalité la réalisation et la distribution d’un questionnaire que seuls les parents d’élèves ont fait. 1 erreur, 1 approximation et 1 mensonge… 3 raisons de l’affubler d’un bonnet d’âne !

Dans son besoin insatiable de jeter l’opprobre sur la Ville, il ne respecte ni l’action concertée des associations de parents ni le débat citoyen en cours.

Si l’humilité avait été enseignée sur les bancs de l’école, notre Buzz l’éclair local se prendrait moins les pieds dans le tapis à chacune de ses sorties. »

Communiqué

 Voir article Thau-Info

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).

 

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations