23e #FIRN Frontignan : le festival résiste et se réinvente

23e #FIRN Frontignan :
le festival résiste et se réinvente

L’édition 2020 du Festival international du roman noir (FIRN) qui devait se tenir à Frontignan début juin  se tiendra les 11, 12 et 13 septembre. Une décision prise mi-avril sans connaître le cadre légal qui s’imposerait à la rentrée à l’organisation d’une manifestation accueillant 50 auteurs dont 30% d’étrangers et près de 10.000 personnes dans une quinzaine de lieux sur 6 communes différentes.

Les contraintes sanitaires persistantes contraignent le FIRN à s’adapter et à proposer cette année aux auteurs et aux lecteurs, une nouvelle formule résistante et résiliente, in vivo avec des balades littéraires à la découverte du territoire de Thau et in visio avec des entretiens inédits et des lectures exclusives.

Notre rôle de « passeur »

Malgré les contraintes et les incertitudes le FIRN existera car les organisateurs du festival, avec le soutien des partenaires, notamment financiers, ont fait le choix de ne pas annuler purement et simplement cette édition mais de l’adapter à la situation.

Un choix fait en cohérence avec la thématique 2020 Résistance(s) ! /Résilience ? retenue dès octobre 2019. Une thématique qui désormais fait la une et gronde comme un tonnerre. La voie du roman et la voix des auteurs doivent plus que jamais être empruntées et entendues pour comprendre ce qui nous arrive individuellement et collectivement. Cette 23e édition du FIRN y contribuera donc presque autant (nous le souhaitons) que les 22 précédentes, même si la convivialité et le bonheur issus des regards et des paroles échangées en toute simplicité entres tous les festivaliers lors de ce grand rassemblement national autour des littératures noires se teinteront de la mélancolie de l’absence physique et de l’espoir de retrouvailles prochaines.

Le cadre légal qui s’impose à tous, les protocoles nécessaires à la lutte contre la propagation du virus, les grandes difficultés de déplacement des auteurs -notamment ceux qui vivent à l’étranger, sont antinomiques avec un festival de littérature culturellement exigeant et fondamentalement populaire, où les gens discutent avec les meilleurs auteurs du moment, partagent, boivent et mangent ensemble, qu’ils se connaissent depuis 25 ans ou 25 minutes… car le FIRN c’est aussi ça.

Mais le FIRN, qui s’est toujours inscrit en responsabilité dans une chaîne du livre et de la lecture publique, se doit de jouer son rôle de « passeur » auprès de ses acteurs – auteurs et lecteurs en tout premier lieu, mais aussi éditeurs et libraires – qui subissent directement ou indirectement les conséquences de la crise actuelle.

Nous avons donc inventé des petites formes, attentives à l’écoute et à l’œuvre, à tenter ne pas vouloir faire nombre au détriment du sens, à l’image de Frontignan, ville résiliente, sortie de la crise industrielle pour se reconstruire*, et du territoire de Thau, en invitant 54 auteurs à raconter l’humanité, ses faiblesses et ses forces, et nous redire que sous la couleur du noir se cache un formidable espoir. La majorité le fera sur la Toile, 9 d’entre eux, vivant en Occitanie ou venu d’Espagne, seront avec nous.

Programme local et global, in vivo et in visio

Festival international atypique, qui a reçu des centaines d’auteurs issus des 6 continents sur les places et dans les cafés d’une ville moyenne d’Occitanie, le FIRN a toujours fait sienne la dualité féconde du local et du global.

Le FIRN est un festival international dont en moyenne un auteur sur trois est étranger. Cette année ce sont 7 nationalités différentes qui seront représentées. Outre l’invité d’honneur, le romancier culte Joe R. Landsale, 3 autres auteur.e.s canadienne et américains étaient attendus physiquement. Ne sachant pas à l’avance quelle serait leur possibilité de se déplacer et de pouvoir rencontrer réellement un public, également incertain, il a été décidé de les solliciter pour des interventions à distance en vidéo.

Ainsi, chaque auteur, étranger comme français, sera soumis à la question (triple) et invité à lire un extrait de son œuvre depuis chez-lui.

Les différentes vidéos seront publiées sur le site du festival durant le week-end du 11 au 13 septembre. Accessibles en ligne, ces vidéos permettront à un public plus large que jamais, de rencontrer des auteurs, grands maîtres ou nouvelles plumes, français ou étrangers, de littérature ou de BD et de nourrir l’envie de lire leur dernier livre ou l’ensemble de leur œuvre.

Parmi les auteurs invités, ceux qui vivent en Occitanie – Mouloud Akkouche, Charles Aubert, Lilian Bathelot, Thierry Crouzet, Serguei Dounovetz, Olivier Martinelli, Michel Moatti et Benoit Séverac- vont inviter le public sur leur territoire, géographique et intime, le temps de ballades littéraires et gourmandes.

Ainsi, durant les 3 jours du festival, à pied ou à vélo, de jour ou de nuit, dans la nature à la recherche de champignons, dans un mas viticole, un cimetière ou une friche industrielle, de Villeneuve les Maguelonne à Mèze, en passant par Frontignan, Sète, Balaruc les Bains et Vic la Gardiole, ces auteurs guideront le public dans leur univers pour se raconter, lire des extraits de leur roman et dialoguer. Des ventes de livres et dédicaces seront proposées à l’issue de ces balades.

Des balades littéraires fluviales, sur le canal du Rhône à Sète, seront également organisées sur le bateau électrique ECOTHAU, au départ du quai Jean-Jacques Rousseau, à Frontignan, lieu d’un grand déballage de bouquins et romans noirs d’occasion le samedi 12 septembre, avec la complicité des Compagnons du livre.

Les romans du FIRN seront présents dans votre librairie préférée, et particulièrement en Occitanie auprès de nos partenaires : La plume bleue (Frontignan), Prose Café (Frontignan), la Nouvelle librairie Sétoise (Sète), la Cavale (Montpellier) et Série B (Toulouse).

Ces balades ne seront pas les seules occasions de rencontres et d’interactions in vivo. En amont de la manifestation des Siestes noires, séances de lectures d’auteurs invités seront proposées par les médiathécaires du Bassin de Thau. Dans le cadre de l’action l’Art dans la rue portée par la Ville, l’artiste peintre et laqueuse Aurélia Gritte proposera à partir de début septembre aux passants du cœur de ville de Frontignan ses interprétations graphiques, en grand format sur les vitrines des commerces locaux, des premières ou dernières phrases des romans des auteurs invités…

Le vendredi 11 septembre une Nuit « Lansdale fait son cinéma… » sera proposée gratuitement au CinéMistral avec la projection de deux films culte adaptés de son œuvre (Bubba Ho-Tep de Don Coscarelli avec Bruce Campbell et Cold in July de Jim Mickle avec Michael C. Hall et Don Johnson, Sam Shepard) et une intervention vidéo de l’auteur américain.  Le même jour, une rencontre littéraire avec l’auteur catalan, Carlos Zanon, qui a repris les aventures de Pepe Carvalho, le héros de Montalban, sera organisé avec la librairie La Cavale à Montpellier.

Pour le public des ados – à partir de 10 ans -, deux spectacles seront proposés gratuitement :

Ronge ton os par la Cie L‘Awantura, un spectacle original qui se situe au croisement du spectacle vivant, de la bande dessinée, du concert et de la vidéo le mercredi 9 septembre à la médiathèque Montaigne à Frontignan.

Le public jeunesse sera également convié, le samedi 12 septembre place de la Vieille Poste à Frontignan pour Projet XVII : Mary Shelley – Frankenstein, une lecture musicale et scénographiée du conte horrifique de Mary Shelley en partenariat avec la librairie associative Prose Café.

La dictée noire, moment très attendu du festival, sera proposée cette année encore mais avec une jauge réduite.

Cette 23e édition sera également l’occasion de la publication de Killer bees une nouvelle dont l’action se passe à Frontignan par un auteur qui connaît bien la ville et qui est un des fidèles du festival : Sergei Dounovetz.  Ce texte mellifère sera offert à chaque festivalier.

Escape-game ou studio photo ? Une installation originale en centre-ville permettra à tou.te.s de devenir acteur ou actrice du festival en se mettant en scène et en se faisant photographier dans les décors choisis pour l’affiche du FIRN 2020 (réalisée par Laurent Delemotte aka Mister Kots et Fabien Albert de Cultures urbaines sans frontières) : une image urbex et urbaine de l’ancienne usine Lactel/Chambourcy de Frontignan, récemment acquise par la Ville pour un projet de tiers-lieu culturel, social et solidaire.

Même si le virtuel prendra cette année une nouvelle place dans la manifestation, se sera sans mettre à distance le réel. Il y aura, une fois encore, beaucoup de passerelles créées pour réduire les fractures, sociales et numériques, et rester un festival convivial de littérature populaire, exigeant et qui n’existe que par et pour les gens.

Qui cherche la vérité de l’homme doit s’emparer de sa douleur
Georges Bernanos

Le FIRN Frontignan est organisé par la Ville de Frontignan la Peyrade en complicité éditoriale avec l’association Soleil Noir et 6 pieds sous terre et avec le soutien de l’État (DRAC), du Centre National du Livre, de la SOFIA, de la Région Occitanie, d’Occitanie Livre et Lecture, du Département de l’Hérault, de Sète Agglo Méditerranée, de Véolia, du GPCI et d’HoPrint.

 Il repose aussi sur la participation et l’implication de nombreuses associations, établissements, commerces, producteurs et acteurs locaux de Frontignan et du bassin de Thau notamment : Société laïque de lecture, les Auteurs au soleil, La Fabrikulture, la MLI, CUSF, l’Arbre à bouteilles,  Mad series, Marceline Dentel, Les Fanfreluches, Emi Salles Alexandrine, Salon Torrent Francine, Les voyages d’Apogée, L’atelier de la main noire, Pasta Paola, Optique Riso, Griffon Dog toilettage, La gourmandise du Gecko, Le Flaconneur, Maison de la Presse,  lycée Maurice-Clavel…

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).