Frontignan

Reconfinement : « La Ville sera présente et accompagnera tous les citoyens durant cette nouvelle épreuve »

 
  Michel Arrouy, maire de Frontignan la Peyrade
Communiqué de Michel Arrouy, maire de Frontignan la Peyrade, suite à la mise en place d’un reconfinement national à compter de ce soir minuit annoncé hier par le président la République.
 
« Comme beaucoup le craignaient, le reconfinement national est réenclenché dès ce soir minuit. Il sera toutefois moins contraignant, avec des écoles, collèges et lycées qui restent ouverts et autorisant une plus large frange de la population à poursuivre son activité professionnelle. À commencer par les services publics. Aussi je tiens à assurer à chaque Frontignanais.e.s et Lapeyradois.e.s que la Ville sera présente et les accompagnera au mieux pour surmonter cette nouvelle épreuve commune. L’ensemble des élu.e.s et des équipes de la Ville sont d’ores et déjà au travail pour assurer la continuité du lien social, à tous les niveaux.
En ce sens, j’ai réuni dès ce matin la cellule COVID de la Ville, afin de coordonner les actions à mettre en place. Les commerçants, artisans, entreprises… seront soutenus et orientés dans leurs démarches. Les enfants et les plus fragiles feront cette fois encore l’objet de toute notre attention. Nous avons déjà acté que, comme lors du premier confinement, un fil d’actualité sera publié quotidiennement sur le site de la Ville et relayé via les différents médias dont elle dispose, permettant à chacun.e d’être informés en temps réel de toute les décisions et mesures prises pour minimiser le plus possible l’impact de ce nouveau coup dur, tant au point de vue économique que social.
 
Je reviendrais vers vous très prochainement pour vous donner plus de détails sur l’organisation à venir ces prochaines semaines.
 
Face à ce contexte difficile, nous nous devons d’être tous ensemble mobilisés, déterminés et solidaires. »
 
Michel Arrouy, maire de Frontignan la Peyrade
 

La Frontignanaise Mariane Beltrando sacrée championne de France junior de BMX

Samedi 17 octobre dernier, la Frontignanaise Mariane Beltrando a remporté le titre de championne de France Junior.

Déjà 7 fois championne de France, 4 fois championne d’Europe et 2 fois championne du monde (en étant montée 7 fois sur le podium en 8 championnats), la jeune athlète âgée de tout juste 17 ans, a été sacrée de Championne de France 2020 la semaine dernière à Lempdes (dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes), pour sa première année en junior. La performance est d’autant plus impressionnante que Mariane sort tout juste d’une blessure qui l’avait contrainte à passer plusieurs semaines sans rouler.

 
Mariane Beltrando et  son coach Mickaël Chalvon  

Félicitation à Mariane mais aussi à son coach Mickaël Chalvon et à son club pour ce titre !

À noter également que Mariane, qui suit un cursus scolaire en première scientifique au lycée Paul Valéry à Sète, a également récemment été désignée pour faire partie du groupe élargi pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2021. Elle a accepté de répondre à une série de questions à ce sujet.

Depuis quand pratiquez-vous le BMX et comment êtes-vous venue à ce sport ?

Je pratique le BMX race depuis plus de 12 ans (soit dès l’âge de 4 ans NDLR). J'ai commencé grâce à mon grand frère qui en faisait.

Que signifie inscrite sur la liste large des JO pour le BMX race ?

Comme vous le savez les JO ont été reportés d'un an et par conséquent j'ai eu la chance d'être inscrite sur la liste large des sportifs pour 2021. Cela veut dire que je suis susceptible de pouvoir me qualifier pour y participer. Lors de mes prochaines compétitions, je vais être observée par les sélectionneurs et je participerai également aux stages organisés avec l'équipe de France dans le but de me former.

Quels entrainements spécifiques sont mis en place dans cet objectif ?

A vrai dire, nous (avec son entraineur Mickaël NDLR) ne mettons pas d'entrainements spécifiques en place. Nous maintenons simplement les entrainements habituels (sur piste, musculation, vélocité...) et nous les réalisons toujours en essayant de le faire à 120%.

Pourquoi avoir choisi de rester vous entrainer à Frontignan ?

Pour moi le plus important est de prendre du plaisir et de garder de la stabilité dans mon quotidien. Rester ici me semble être le mieux car je suis auprès de ma famille, mes amis et mon entraineur mais aussi de mon groupe d'entrainement, Anatole Chaillou, que je connais depuis des années et avec qui nous partageons énormément. Je suis aussi proche de mon lycée et ma scolarité reste également une priorité.

Quel est votre objectif pour cette compétition ?

Si je parviens à me qualifier pour les JO mon but sera bien sûr de donner le meilleur et de faire un bon résultat mais surtout d’utiliser cette course comme une expérience. Étant donné mon jeune âge, elle me permettra de rencontrer mes idoles - pas seulement dans le vélo mais issus de tous les horizons sportifs - et de vivre à leur côté un temps.

Un mot de la fin pour vos supporters ?

Voilà à quoi ressemble mon sport et une partie de ma vie, si j'ai réussi à vous intéresser, n'hésitez pas à m'encourager sur les réseaux sociaux ou à venir sur la piste de Frontignan pour rencontrer le reste de l'équipe. Les JO sont reportés à l'été prochain et le BMX se déroulera probablement fin juillet, j'espère donc que si j'arrive à me qualifier en réalisant de bons résultats tout au long de la saison vous regarderez ma compétition à la télé.

Mariane, qui s’entraine tous les jours de la semaine (les lundis et jeudis : Musculation ; mercredis : Préparation physique ; mardis et vendredis : Entraînement sur piste), est toujours à la recherche de sponsors et de soutiens qui lui garantissent une plus grande indépendance dans la pratique de son sport.

Le club BMX Frontignan

Enseignant la pratique du BMX race, le Club BMX Frontignan, qui dispose d’une des meilleures pistes de France depuis sa restructuration en 2017, a déjà vu monter quelques-uns de ses pilotes au plus haut niveau avec des champions de France, d’Europe et du Monde, dont Nicolas Marchand, Geoffrey Richard, Mickaël Chalvon (actuellement entraîneur au club), Moana Moo Caille et plus récemment Mariane Beltrando.

Depuis 2017, le club BMX Frontignan accueille des petit.e.s, dès 2 ans, pour la pratique des draisiennes (vélos sans pédales) qui permet de développer l’équilibre et l’assurance sur un 2 roues.

Facebook - Club BMX Frontignan - Officiel

« Musc’art » a-ligne son public avec des interviews - Aujourd’hui, Bernard Cazin

 
Bernard Cazin  
L’association Musc’art, active depuis 2012, a suspendu les réunions mensuelles de son cénacle artistico-littéraire depuis mars dernier pour des raisons évidentes. Alors, compte tenu des conditions sanitaires qui vont encore plus restreindre les activités culturelles de toutes sortes, Musc’art s’adapte aussi à la situation et donne dans une sorte de télé-activité, qui va permettre de rester au contact de tous les artistes locaux, nationaux et internationaux, qui venaient exposer pendant une heure, au restaurant Côté Mer de la plage, leur œuvre et leur personnalité, de continuer à s’entretenir avec Angela Mamier et le public, mais par le biais des réseaux sociaux et de la bienveillante presse en ligne de « La Gazette de Frontignan la Peyrade » et par le passé, de la presse papier.
Plus de « présentiel » donc, plus de parole en public dans ce cadre chaleureux qui accueillait entre 20 et 40 personnes par mois, lesquelles prenaient un repas en commun, après les dédicaces des écrivains, par exemple, mais quand même un contact par les mots écrits (qui restent, alors que les paroles….!!) au moyen de ces rédactionnels que nous vous proposerons régulièrement sur la Gazette, pour maintenir contact et activité avec celles et ceux qui travaillent chacun dans leur coin et en silence, le plus souvent, si comme avec Musc’art, on ne projette pas sur eux un rayon de lumière.
Un concours est d’ailleurs aussi lancé en direction de tous ces artistes sur le thème « Témoignages confinés » (exposé par ailleurs dans la Gazette).
Bernard Cazin, fidèle adhérent de Musc’art, loin d’être un inconnu donc pour y être déjà « passé », est le premier à étrenner la formule en ligne de Musc’art dans un format qui a aussi le mérite de permettre à ceux qui ne le connaissaient pas, d’entrer dans son univers d’écrivain.
Bernard Cazin répond donc aux questions d’Angela Mamier, après une petite présentation :
« Rien, absolument rien, ne me prédestinait à écrire des livres. Je suis né à Joinville dans le département de la Haute-Marne en 1950. Avec mon certificat d’études primaires en poche, je me re-trouve à l’âge de quatorze ans, après avoir gardé les vaches pendant les vacances scolaires, ouvrier d’usine (mai 1968 laissera des traces chez moi). La préparation et la réussite du passage d’une ceinture noire en judo et disciplines associées (1er dan) me permettent de penser à autre chose. Quelques années plus tard, totalisant un nombre très important d’heures de cours du soir, après avoir passé un concours, je deviens stagiaire, puis j’intègre une école de l’administration à Amiens pour être formé au droit de l’environnement, la chimie des eaux et l’hydrobiologie. Je finis par donner des cours dans cet établissement et coordonner les actions des brigades départementales du Ministère de l’Écologie pour les Région Rhône Alpes, Bourgogne et Franche-Comté. En même temps, je dépose dans vingt deux pays, un brevet d’invention en hydroécologie à l’Institut National de la Propriété Industrielle. Puis, un jour, assis devant un ordinateur, les pages d’un premier livre prennent forme, puis d’autres livres suivront, comme cela, simplement avec chaque fois le plaisir d’écrire ce qui se cache dans ma tête. Finalement, je ne suis qu’un noircisseur de pages, mais colorées... Une de mes autres passions est le Reiki (soins thérapeutiques énergétiques), j’ai obtenu dernièrement pour cette méthode, une maîtrise de praticien (3e degrés A) Pour compléter le Reiki, je viens de passer le 1er et deuxième degré de Karuna. .. »
1° Ecrire, est-ce une contrainte ?
Ecrire n’est pas du tout une contrainte ; c’est pour moi un réel plaisir. Si je vivais de la vente de mes livres, sans doute que la contrainte serait présente. Puisque ce n’est pas le cas, je profite pleinement du plaisir d’écrire.
2° Si le récit peut féconder le réel c’est pour quoi faire naître ?
Si le récit peut féconder le réel c’est pour faire naître tout, même l’irréel.
3° Qu’est-ce qui déclenche l’écriture ?
L’écriture est déclenchée chez moi par une idée, une situation, une pensée, un besoin de prendre du plaisir.
4°Quel est le mot le plus important pour vous ?
Le mot le plus important pour moi est « compassion ». Il m’arrive de manquer de compassion et pourtant je fais des efforts. Je ne dois pas être le seul…
5°Bâtissez- vous vos livres avec une architecture pré-établie ?
Je ne bâtis pas vraiment une architecture lorsque j’écris un livre, à vrai dire, je me laisse aller suivant mon inspiration du moment. Je fais tout de même attention à ne pas trop m’éloigner des normes habituelles,
6° Ouvrez nous un peu votre « fabrique d’écritures » ?
Ma fabrique d’écriture est assez simple, L’histoire trotte dans ma tête, elle appelle des personnages, des souvenirs et l’ensemble vient toutsimplement remplir les pages du futur livre. Je m’oblige à ne commencer
un nouveau livre seulement lorsqu’un de ceux déjà écrits part à l’impression..
7° L’écrivain peut-il rendre le monde meilleur ?
C’est certain, l’écrivain peut rendre le monde meilleur, La lecture apporte des connaissances, elle permet d’analyser des situations, elle montre que la vie peut beaucoup apporter, elle éveille des sentiments et la curiosité. Si un livre nous plaît, on est heureux et forcément les gens autour de nous en profitent.
8° Pourrait-on dire que l’enfance est l’élément fondateur de votre écriture ?
Oui, en ce qui me concerne, l’enfance est l’élément fondateur de mon écriture.
Beaucoup de premiers livres d’auteurs sont autobiographiques, je n’ai pas échappé à cette règle et c’est tant mieux.
9°Quels sont les titres de vos livres ?
Les titres de mes livres sont : Vieille Jeunesse, Vieille Adolescence, Floria de Chaumont, Le bal des  girouettes, Le Père Mathieu, Les Ritons. A paraître :
L’Occitanien, Une Page de Vie, Floria de Frontignan, Des Eaux pas très Claires.
10° Comment percevez –vous le monde qui nous entoure ?
Je perçois le monde qui m’entoure d’un œil étonné par tant de mensonges de la part des décideurs. Aussi par tant de différences entre ceux qui ont tout etceux qui n’ont rien. Par ceux qui savent tout et ceux qui ne savent rien.
Et je suis encore bien plus étonné de voir que cela ne change pas.
11° Qu’est-ce qu’un écrivain selon vous ?
Un écrivain selon moi c’est quelqu’un comme tout le monde qui a la chance de pouvoir laisser une trace d’une partie de l’histoire, voir même de son histoire. La différence est qu’il peut écrire ce qu’il ne peut dire.
12° L’écrivain est-il un grand alchimiste de la réalité ?
Oui, l’écrivain est un grand alchimiste de la réalité ; il est même plus, il est un alchimiste du passé, du présent et du futur.
13° Vous êtes vous immergé très jeune dans la lecture et l’écriture ?
Je me suis immergé dès l’âge de huit ans dans la lecture, cela a été un refuge pour moi pendant quelques années. Puis, je n’ai plus lu pendant cinq à six ans. Depuis longtemps, je lis par période, jamais en continu. En ce qui concerne l’écriture, cela est venu tard, à cinquante-cinq ans.
14° Quelles sont vos relations avec le temps ?
Mes relations avec le temps sont relativement bonnes, même si je lui reproche de passer trop vite. Nous n’y pouvons rien, alors laissons faire.
15°Des projets littéraires en vue ?
Bien entendu, j’ai des projets littéraires et beaucoup d’autres aussi. J’ai deux livres à faire imprimer, deux autres tapuscrits à reprendre puis un livreoriginal qui me trotte dans la tête.
16°Votre proverbe préféré ?
Mon proverbe préféré est :
A force de tout voir, on finit par tout supporter.
A force de tout supporter, on finit par tout tolérer.
A force de tout tolérer, on finit par tout accepter.
A force de tout accepter, on finit par tout approuver.
Saint Auguste (420 avant JC)
Ecrire à Bernard Cazin : email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nautisme/Plaisance 12 journées d’essais de bateaux sur le port de plaisance

Déterminée à soutenir l’ensemble de ses commerçants, la Ville, par l’intermédiaire de sont port de plaisance, facilite l’organisation de journées d’essais pour contrebalancer les annulations de salons nautiques et autres manques à gagner.

 La crise sanitaire liée au Covid-19 impacte grandement le secteur de la plaisance, comme pour beaucoup d’autres. L’annulation des salons nautiques notamment, temps forts qui permettent d’exposer les dernières nouveautés, de prendre contact avec de potentiels client.e.s… représente un coup dur pour les vendeurs de bateaux. Afin de palier ce déficit de visibilité et ce manque à gagner, Jean-Louis Metge, dirigeant de la société Sud Yachting*, installée sur la zone technique du port de plaisance de Frontignan la Peyrade depuis près de 40 ans, a eu l’idée d’organiser des journées d’essais privés. Le principe est simple : « du mercredi 28 octobre au dimanche 8 novembre, les clients peuvent prendre rendez-vous pour venir découvrir et essayer nos bateaux », explique l’intéressé. « Nous avons choisi d’étaler cette période sur 12 jours afin d’être en mesure de respecter scrupuleusement les consignes sanitaires en vigueur tout en maintenant un accueil de qualité ». Ainsi, des bateaux seront exposés hors de l’eau pour pouvoir être auscultés sous toutes les encablures et d’autres seront amarrés non loin de là, prêts à prendre la mer pour de essais en conditions réelles.

Afin de faciliter cette organisation, le port de plaisance de Frontignan la Peyrade, autorise la société à occuper une partie de la zone technique ainsi que des places de parking pour l’exposition et les visites des bateaux à sec. Il octroie également des anneaux d’amarrage sur le quai technique pour les essais en mer.

 Pratique

Journées d’essais privés Sud Yachting, du mercredi 28 octobre au dimanche 8 novembre, exclusivement sur rendez-vous.

Tél : 06 22 22 71 67

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La Peyrade : Un cheminement piéton pour la Maison pour tous Désiré-Archimbeau

Des travaux sont en cours à La Peyrade afin de créer un cheminement piéton sécurisé pour relier la nouvelle Maison pour tous Désiré-Archimbeau, à la proche salle Bouvier-Donnat et l’école des Lavandins.
 
L’objectif est ici de créer un cheminement sécurisé, clôturé et fermé par des portillons à ses extrémités, en pente douce, afin d’être accessible aux personnes à mobilité réduite. D’une dimension de 2,50 m de large sur environ 80m de long, il sera réalisé en recoupe de Pignan, un agrégat de construction constitué de sable, aussi utilisé pour stabiliser les aires de jeux. Initialement prévus au printemps, le chantier a débuté ce mercredi 21 octobre et devrait courir sur quatre semaines. Les travaux démarrent du côté de l’école afin de profiter des vacances scolaires, et se poursuivront vers la salle Bouvier-Donnat avec pour objectif de maintenir le site sécurisé au maximum.
 
Le coût du chantier s’élève à 30 000 €.
 
Après un réaménagement complet, réalisé entre septembre 2019 et février 2020, l’ancien restaurant du groupe scolaire des Lavandins, bâtiment de 357 m2 de plain-pied, a laissé place à la nouvelle Maison pour tous Désiré-Archimbeau, officiellement inaugurée le samedi 29 février dernier. Elle comprend un bureau de 10 m2, un accueil de 20 m2, une grande salle d’environ 100 m2 et trois autres de 52, 51 et 46 m2. Cette dernière est équipée d’une cuisine avec four, plaque, hotte, point d’eau avec évier…
  • -L’ensemble est accessible aux personnes à mobilité réduite.
  • -Une présentation du lieu aux associations est prévue début novembre.
  • -Le montant global de ces travaux s’est élevé à 180 000 € TTC.
*Désiré Archimbeau, pêcheur La peyradois, fut conseiller municipal à Frontignan la Peyrade de 1947 à 1965. Il est décédé le 2 octobre 2005.

Covid-19 : Le CCAS veille sur les plus isolés

 

Comme elle l’avait déjà fait durant le confinement de mars à avril dernier, la Ville va réactiver l’emploi du fichier du Plan National Canicule* en vue d’appeler,au cours des semaines à venir, les personnes les plus isolées habitant sur la commune. Cette prise de nouvelles sera gérée directement par le CCAS, qui dispose du fichier de recensement. Ouvert à toute personne de Frontignan la Peyrade en situation de vulnérabilité (personnes isolées, âgées ou handicapées), il permet aux agents de la Ville de prendre contact avec les personnes inscrites afin de s’assurer qu’elles ne sont pas en difficulté et les aider si nécessaire. 

Celles et ceux qui le souhaitent peuvent se signaler afin d’être inscrit sur ce fichier.Ce service est totalement gratuit et l’inscription peut être effectuée par un tiers (membre de la famille, voisin, représentant légal, service de soins infirmiers à domicile / SSIAD, service d’aide et d’accompagnement à domicile/SAAD…). 

En pratique:

  • Pour faciliter les démarches, il est possible de télécharger le formulaire d’inscription directement sur le site internet de la Ville et de le déposer correctement rempli au CCAS(12 avenue Jean-Moulin).
  • Plus d’informations au 04 67 18 50 58 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

* Chaque année, le Plan National Canicule est activé du 1erjuin au 31 août. À cette occasion, le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)met en place un fichier nominatif destiné à prévenir et à lutter contre les conséquences sanitaires d’une vague de chaleur. Sa gestion respecte le règlement général pour la protection des données (RGPD).

Lido : Parachèvement des travaux de protection

 

Les travaux protection des 7 km de Lido, suspendus durant la période estivale, reprendront comme prévu ce mercredi 28 octobre.

Menés par Sète agglopôle Méditerranée/SAM, ils se dérouleront d’Est en Ouest et visent à installer les refends de ganivelles, perpendiculaires à celles déjà installées avant l’été, ainsi qu’à finaliser les 60 accès, piétonniers mais aussi dédiés aux pompiers, au passage d’engins de secours et d’entretien ou encore aux personnes à mobilité réduite/PMR.

À la demande des riverains, des améliorations pour le rendre plus praticable le passage à l’arrière du cordon dunaire sont également programmés en fin des travaux, prévue courant avril 2021.

Cette 2e tranche de travaux ayant pour objectif de lutter contre les phénomènes d’érosion et de submersion marine que connaît le littoral est estimée à 8,7 M d’€.

La 1ère tranche de travaux, réalisée en 2015 (pour un coût de 6,7 M d’€), concernait le secteur de la Dent creuse (allongement de l’épi Est et rechargement en sable), les Aresquiers (rechargement en galets et sable, raccourcissement de 3 épis et création de 3 nouveaux ouvrages dans le secteur non protégé, cordon dunaire en galets) et le secteur Est du port de pêche (restauration des 5 épis).

Exposition : Traces de Daniel Mourre

 

Suite à son exposition à la Maison de l’Europe ou il a été sélectionné pour représenter la France, Daniel Mourre annonce sa prochaine exposition qui se déroulera du 28/10 au 21/11 à la salle IZZO de Frontignan.

Le vernissage aura lieu le 28/10.

Artiste plasticien, Daniel Mourre situe son travail autour de l’ère industrielle, celle de la civilisation du métal, avec pour principal matériau la rouille.

Ses œuvres représentent l’empreinte fossilisée d’une ère industrielle qui a perdu le sens et s’est anéantie.

Entrée libre / Présence simultanée de 10 personnes uniquement.

Du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Visites guidées par l’artiste les vendredis 30/10, 6, 13 et 20/11 de 16h30 à 18h30

Salle Jean-Claude Izzo

rue du député Lucien-Salette 34110 Frontignan

Tout public

Pour Musc’art, un concours: « Témoignages d'artistes confinés »

Musc’art continue d'encourager l'expression littéraire et artistique sous toutes ses formes en organisant un CONCOURS sur le thème unique pour toute forme d'art : « Témoignages d'artistes confinés » Le COVID et le confinement vous ont inspirés, vous les artistes ,ont libéré votre imagination et vos mots ,vos pinceaux ,vos divers outils pour vos travaux d’artiste ? Ce concours attend de votre part, artistes frontignanais de tous bords et d'ailleurs, des propositions artistiques réalisées pendant cette période de confinement , un retranchement intime qui a poussé nombre d’artistes à explorer en profondeur leurs émotions et leur réflexion en cette période de d’isolement forcé et inédit.

Un seul prix sera accordé par branche artistique (poésie, prose ,photo, peinture , musique et chansons,sculpture et un prix spécial « poésie junior » pour les jeunes de 12 à 18 ans) Un diplôme sera attribué à chaque participant. Des articles paraîtront dans la presse en ligne (« La Gazette de Frontignan ») sous forme de portrait d'artiste personnalisé et 50 euros en bons d'achat à la librairie « La Plume Bleue » seront alloués aux lauréats de chaque catégorie (poésie,prose,peinture ,sculpture, musique, photo et poésie junior).

Les œuvres des participants seront réunies dans un livre-anthologie portant le titre du concours ,qui sera édité par les soins de l'association Musc'art (fin décembre 2021)

Les lauréats et tous les autres participants seront invités à présenter leurs créations en public dans une rencontre organisée spécialement à cet effet , ouverte à tous, quand la situation sanitaire le permettra.

Pour participer à ce concours il ne faut pas être obligatoirement membre du cénacle Musc’art et un artiste (polyvalent!) peut participer dans plusieurs catégories!!

  • Envoyez par email (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) en fichier Word ou PDF vos créations : une nouvelle de 10 pages maximum, 5 poèmes, pour les seniors et les juniors, 3 photos pour les photographes d'art , 3 photos de tableaux , 3 photos de sculptures, 3 chansons pour les musiciens.
  • Les œuvres sélectionnées dans un premier temps sur photo,seront présentées aussi "en vrai" ,aux membres du jury qui va réévaluer leur classement ou non .
  • Date limite d'envoi : 31 décembre 2020
  • Publication des résultats définitifs du concours : fin janvier 2021, par voie de presse et par mail.

Le jury est constitué par des écrivains et des artistes (neutres) du cénacle littéraire Musc’art ,qui reçoit chaque premier jeudi du mois, depuis 2012, deux artistes (poètes, prosateurs, céramistes, peintres, sculpteurs, photographes, journalistes, arts martiaux, etc ... qui parlent de leur vie et de leur œuvre pour être mieux connus. Ils signent des autographes ,répondent pendant une heure à des interviews et aux questions du public .

Pour adhérer à l'association pluriculturelle Musc'art, s'adresser à l'association par email mentionné ci-dessus ou téléphoner pour tout renseignement complémentaire au 0668651315 Si les conditions sanitaires ne permettent pas se réunir pour la distribution des prix,vous serez informés en temps voulu.

Georges Giraud, fondateur et président du comité local de la FNACA est décédé

Avec le décès de Georges Giraud, c’est un citoyen engagé pour le respect du devoir de mémoire que vient de perdre la Ville de Frontignan la Peyrade .

En 1993, il fondait le comité frontignanais de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie /FNACA dont il restera président jusqu’à cette année.

Les honneurs militaires lui ont été rendu à l’occasion des obsèques qui ont eu lieu ce mardi 20 octobre à l’église Saint-Paul de Frontignan.

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).