Loupian : un grand succès pour un Halloween ludique en 2022 !

bazeIMG_20221031_160825 

L’Halloween ou Halloween est une fête célébrée dans la soirée du  31 octobre, veille de la Toussaint, dont elle tire son nom puisque Halloween est une contraction de l’anglais All Hallows Eve. La plupart des historiens considèrent la fête folklorique païenne traditionnelle d’Halloween comme un héritage de Samain, une fête qui était célébrée au début de l’automne par les celtes et constituait pour eux une sorte de fête du nouvel an.

Pendant la protohistoire celtique, existait une fête religieuse – Samain en Irlande, Samonios en Gaule –, qui se déroulait sous l’autorité des druides, pendant sept jours : le jour de Samain lui-même et trois jours avant et trois jours après.

«C’est une fête de fermeture de l’année écoulée et d’ouverture de l’année à venir. Le temps de Samhain est celui du Sidh (l’autre monde) brièvement confondu avec celui de l’humanité».

La nuit de Samhain n’appartient ni à l’année qui se termine, ni à celle qui commence. La fête est une période close en dehors du temps. C’est la période ou les hommes peuvent communiquer avec les gens de l’autre monde. Lors de cette nuit de fermeture, les Gaulois avaient l’habitude de pratiquer une cérémonie afin de s’assurer que la nouvelle année à venir se déroulerait sereinement.

Par tradition, ils éteignaient le feu de cheminée dans leur foyer puis se rassemblaient en cercle autour du feu sacré de l’autel, où le feu était aussi étouffé pour éviter l’intrusion d’esprits maléfiques dans le village. Après la cérémonie, chaque foyer recevait des braises encore chaudes pour rallumer le feu dans leurs maisons pour ainsi protéger la famille des dangers de l’année à venir.

Le prédécesseur chrétien d’Halloween, la Toussaint des catholiques romains, était célébrée à l’origine en mai et non le 1er novembre. En 308, l’empereur romain Constantin apaisa la population des territoires païens, nouvellement conquis, en leur accordant le droit de conserver leur ancien rite du Jour de Samhain, parallèlement à la dernière fête fixée, la Toussaint. Le panthéon de Rome, un temple construit à l’origine pour adorer une multitude de dieux, fut converti en église. Pendant que les chrétiens célébraient leurs saints disparus, les païens dédiaient la nuit précédente à Samhain, leur « seigneur de la mort ».

Aujourd’hui, Halloween est une fête qui à  Loupian a acquis une belle notoriété, avec un défilé après des animations et des ateliers ou bien encore un circuit agrémenté par quelques surprises, et cet événement est devenu incontournable pour les enfants loupianais mais aussi et de plus en plus pour les adultes qui se font plaisir.

Dès 15 h ce lundi 31 octobre ce fut la fête à la salle Nelson Mandela pour de très nombreux enfants venus pour passer un bon après-midi souvent en compagnie de leurs parents.bazeIMG_20221031_161006

Au programme et en musique, dans une ambiance bal masqué  un après-midi de rêve avec même la possibilité de se restaurer et de se désaltérer .

Et tout d'abord la possibilité de participer à un concours de sculpture citrouille seul ou en binôme.

Et ensuite un instant culturel avec l'instant "Racontines" pour les plus jeunes et un instant cinéma pour les ados.

Sans oublier maquillages et tatouages pour les amateurs avant de préparer comme il se doit une chasse aux bonbons en formant une petite cavalcade

 

A partir de 17 h 30, ce lundi après-midi,  la fête des adeptes d’Halloween, s'est accélérée et   permis de rassembler ces derniers à d'autres amateurs, aussi nombreux que ceux ayant participé aux animations de la salle Nelson Mandela.

Et sur le trajet de la déambulation ils ont rejoint petit à petit ceux qui s’étaient rassemblés pour le départ d'une parade à l'occasion de cet Halloween : des personnages bizarres et effrayants, des sorcières, des vampires et des monstres, des citrouilles, pas mal de squelettes et de diables, de faucheuses et de ..citrouilles.aaaaenIMG_20211101_183124

La nuit tombait et déjà des lumières scintillaient dans un ciel qui s'assombrissait, c’était l’heure d’aller faire peur aux Loupianais calfeutrés dans leurs appartements ou leurs maisons et surtout de leur demander des sucreries, tout autour de Loupian.

Tous les participants ont rejoint la caserne des pompiers. Difficile de compter les personnes; mais toujours une bonne participation dans la bonne humeur, avec autant d’adultes motivés que d’enfants et d’ados venus pour se tester et s’amuser en musique.

 

Jusqu'au dernier moment on tapait à certaines portes avec délicatesse, en demandant des sucreries, mais l'on ne jetait pas de sorts... Une ambiance gentiment survoltée qui pour les adolescents a été appréciée.

 baze

C’était déjà une belle réussite pour cette soirée d’Halloween et autant dire que des jeunes parents aux grands-parents, l’on était heureux de participer à cette animation.    Même quelques adultes Loupianais  avaient joué le jeu, en se déguisant avec soin. On voyait aussi des familles entières et des amis regroupés, tous déguisés ou maquillés, pour partager la fête.

Direction la caserne des pompiers décorée pour l’occasion mais tout de même accueillante.bazeIMG_20221031_190444

  Interrogateurs, méfiants, accompagnés par leurs parents, les plus petits s'y sont vite engouffrés car rassurés. Pensaient-ils... Juste un petit effort pour passer dans le tunnel hantée et pour accéder aux  bonbons et sucreries mis à leur disposition...

  Le relâchement était sécurisant dans une caserne qui s’était faite, elle aussi festive pour un soir. Les gourmands partageaient des instants sympathiques sous le regard des citrouilles amusées dans la bonne humeur. Entre saucisses, crêpes, frites, boissons, bonbons... on reprenait des forces...

Mais attention, pour les plus grands, il fallait à tout prix se tester, et même si la fête battait son plein, pas question d'éluder le circuit hanté que les sapeurs-pompiers avaient créé pour l'occasion.  Tous les visiteurs se portaient candidats pour ce passage obligé qui depuis quelques années est devenu une référence, synonyme de frissons et d'angoisse.

Et les amateurs en redemandaient...

La pierre sèche

Toutes les informations nécessaires à la réalisation dans les règles de l'art d'une belle maçonnerie de pierre sèche. Pour ériger un mur de clôture, remonter un mur de soutènement ou se lancer dans la construction d'une cabane semblable à celles, si pittoresques, qui parsèment le territoire français, il faut en effet renouer avec le savoir-faire peu à peu disparu du paysan maçon. Christian Lassure, spécialiste reconnu de l'architecture de pierre sèche, a passionnément contribué à la redécouverte, depuis une trentaine d'années, de cet ensemble de techniques traditionnelles. Il nous en livre ici généreusement toutes les clés, depuis la tranchée de fondation jusqu'aux secrets de la voûte en encorbellement.

» Amazon