Loupian : réunion publique sur le projet de PLU

Plus de 80 personnes assistaient ce vendredi soir à une réunion publique sur le projet de PLU concernant celui de la ville, un document de travail qui n'est pas encore finalisé, donc soumis à modifications. Depuis plus de 18 mois les services et élus de Loupian travaillent avec différentes structures et institutions (DTM, Etat, ABF, SMBT, Conseil Départemental).

Le document était présenté par Madame Chibeaudel, architecte du bureau d'étude retenu après que le PLU ait déjà été expliqué au niveau juridique et pour les diagnostics dans des réunions précédentes.

Alain Vidal, Maire de Loupian, présentait la soirée avec la particularité de Loupian : sa zone de protection du patrimoine.

Les objectifs du projets sont d'accompagner le développement conchylicole, celui de la ville et de son nombre d'habitants, et faciliter le développement agricole.

Séquence par séquence, le Projet était développé, avec ses zones protégées, la nécessité d'homogénéisation des règles, avec la prise en compte de la future ligne LGV, reprenant de nombreux éléments du POS.

Les zones, conchylicoles, agricoles, artisanales, patrimoniales et réservées au tourisme étaient étudiées. Afin de défendre les intérêts de chacun au sujet de de la déviation de Mèze la Mairie n'est pas d'accord (Impact sur des constructions) : "Le village est convivial, il doit le rester mais il faut rechercher un développement compact de la commune."

11 nouvelles familles par an seraient nécessaires sur 15 ans,  ou environ 160 logements : soit 150 environ à construire avec les possibilités de rachat de maisons toujours sur 15 ans.

Et ce serait une extension à l'ouest avec 6,64 Ha impactés alors qu'à l'origine la mairie aurait préféré le côté est. Le zonage était alors étudié de près par le public (Zones, UA, UC...) avec peu d'évolutions par rapport au POS. Sur cette zone il serait prévu : (90 logements, 30% de logements sociaux, une nouvelle voie de liaison, et ce serait une opération d'ensemble.

Avant que le débat ne soit lancé il était rappelé que ce projet allait être soumis à une enquête publique, puis mi-février il y aura un bilan arrêté par la Mairie, suivi d'un examen par différentes structures, puis  par une enquête publique d'un mois. Après les doléances, il y aura approbation ou non du PLU. A savoir que le POS n'aura plus cours à partir du 27 mars 2017.

Le débat était lancé avec des demandes sur les zones définies ou protégées, avec des discussions sur la nature des terrains de la zone ouest, sur les nouvelles voies d'accès, les places de parking...

L'auditoire très concentré précisait ses premières impressions avant de pouvoir analyser ce projet plus profondément et de noter les observations à l'aide des moyens mis à sa disposition ultérieurement.

Le Maire précisait toutefois qu'il préférait pouvoir discuter que se voir imposer les décisions mais qu'il fallait se méfier des futurs PLU Intercommunaux et des lois à venir à ce sujet. Lors de l'enquête publique les Loupianais étaient appelés à aider la Mairie.

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito

La pierre sèche

Toutes les informations nécessaires à la réalisation dans les règles de l'art d'une belle maçonnerie de pierre sèche. Pour ériger un mur de clôture, remonter un mur de soutènement ou se lancer dans la construction d'une cabane semblable à celles, si pittoresques, qui parsèment le territoire français, il faut en effet renouer avec le savoir-faire peu à peu disparu du paysan maçon. Christian Lassure, spécialiste reconnu de l'architecture de pierre sèche, a passionnément contribué à la redécouverte, depuis une trentaine d'années, de cet ensemble de techniques traditionnelles. Il nous en livre ici généreusement toutes les clés, depuis la tranchée de fondation jusqu'aux secrets de la voûte en encorbellement.

» Amazon