Nouveauté : les visites guidées interactives des Caves Richemer

facebook sharing button
twitter sharing button
pinterest sharing button
email sharing button

Nées de la fusion des caves coopératives d’Agde et de Marseillan, réunissant 450 viticulteurs, les caves Richemer perpétuent la tradition du premier port du bassin de Thau, réputé pour ses vins blancs que l’on boit avec les huîtres, et pour ses rosés de terrasse. Elles doivent leur nom à une légende : Henri Richet, vigneron de Marseillan qui aurait fait fortune grâce au commerce maritime avec le négoce des vins, notamment le vermouth. Il était surnommé, Henri de Richemer.

Depuis moins d’un an, la coopérative vinicole dispose de locaux ultramodernes. Ce mardi matin, des élus et des acteurs du territoire ont été invités à découvrir ce nouveau lieu de production, de vente et de découverte.

À l’entrée de Marseillan, la Perle de Thau se démarque par sa modernité et son look futuriste, elle est habillée d’aluminium et d’ inox et  impose son imposante silhouette, calée au milieu des vignes. C’est une page qui se tourne pour cette entreprise datant des années 30. Aujourd’hui elle est devenue l’une des caves les plus moderne d’Europe avec des visites guidées interactives qui transportent les visiteurs au coeur même du métier.

L’ensemble de la démarche menée par les caves Richemer s’inscrit dans une logique environnementale et respectueuse du territoire local. Nos vignobles couvrent aujourd’hui un peu plus de 1 000 hectares. On produit aussi notre propre levure, notre propre eau chaude, précise le président de la Cave depuis 2007,  Stéphane Hugonnet.

A l’entrée trône un magnifique hippocampe, symbole des caves, qui représente le respect de la biodiversité du secteur puisqu’il est des l’un habitants les plus connu de la Lagune de Thau. 200 vignerons sont au service des caves Richemer, où le vin blanc est produit en majorité, à hauteur de 65 %. Suivent le rosé (25 %) et le vin rouge (10 %). 75 000 hectolitres de vin sont fabriqués à l’année, à base de 36 variétés de cépages.

Plus d’information sur :

Ouvrages sur Marseillan


La légende attribue la fondation de Marseillan à des commerçants de Marseille qui furent les premiers à installer des comptoirs commerciaux autour de notre bassin. Grâce à sa situation exceptionnelle entre mer, vignes et étang, Marseillan a su allier l'attrait d'une station balnéaire, avec sa plage de sable fin, à son folklore et ses pêches traditionnelles. La vigne apportée par les Phocéens a toujours permis de produire des vins de très grande qualité.
A l'aide de 230 cartes postales et photographies anciennes, l'auteur nous emmène à la rencontre des artisans, commerçants et autres petits métiers qui ont animé la cité au bénéfice de ses habitants. Passionné par la recherche iconographique et l'histoire populaire de Marseillan, Jean-Vincent Molino travaille depuis 40 ans à la sauvegarde de ce patrimoine local que certains ont connu ou méconnu, espérant retracer le charme, l'ambiance et les souvenirs de ces époques aujourd'hui révolues. > Marseillan parJean-Vincent Molino

Pour être complet, il faut signaler un livre rare et difficile à trouver aujourd'hui, réalisé par des amoureux du village avec la collection iconographique exceptionnelle de Monsieur Jean-Vincent Molino. "Marseillan d'hier et d'aujourd'hui" (Les Editions du Mistral).