Centenaire de l'Armistice

 

   

Tous les ans et dans toutes les villes on célèbre cette date du 11 novembre mais cette année, les cérémonies revêtaient un caractère particulier car il s'agissait du centième anniversaire de la signature de l'armistice qui mettait fin à un long conflit  meurtrier de 4 lourdes et terribles années.
C'est une foule nombreuse qui s'est rassemblée devant la mairie pour rejoindre en cortège le cimetière devant le monument aux morts où après les dépôts de gerbe, le Président de l'UNC M.Gasc a lu le message national de l'UNC dans lequel il rappelait notamment  la bataille de Verdun dernière victoire remportée par la France sans les alliés.
Après lecture des  noms des marseillanais morts pour la France en 1918 par des jeunes conseillers municipaux, le maire Yves Michel a lu le message du Président de la République qui évoquait le gâchis de ces années noires, le nombre effarant de pertes humaines et de gens revenus mutilés et malades et stipulait combien il est important de célébrer le devoir de mémoire en reconnaissance à ceux qui se sont battus et  pour ceux qui se battent encore pour défendre la liberté et leur pays.
Après cette cérémonie et les salutations aux porte-drapeaux, le cortège s'est constitué pour rejoindre les allées du Général Roques  pour un dépôt de gerbe pour le centenaire de l'UNC, puis   devant le "socle" du Général Roques   où en présence de membres de sa  famille venus en nombre cette année, un hommage lui a été rendu et c'est le jeune conseiller municipal Louis Bonal qui a rappelé sa carrière. Pierre Auguste Roques fut ministre de la guerre de mars à décembre 1916,  mort à l'âge de 64 ans il fut d'abord inhumé à Marseillan avant d'être transféré aux Invalides dans la crypte des généraux en 1931.
C'est à la salle Paul Arnaud enrichie de la magnifique exposition de l'Association Marseillan d'Hier et d'Aujourd'hui que s'est achevée cet hommage après toutefois une remise de cadeaux par des élus à 4 anciens combattants: Mrs Maltere, Montoya, Rojas et Castelo et avant le partage du verre de l'amitié offert par la municipalité.
Le maire Yves Michel a adressé ses remerciements aux personnes présentes, aux membres de la famille du Général, au Comité du Souvenir français pour le travail de rénovation des plaques posées chaque année à la mémoire des disparus, aux membres des associations patriotiques, et aux fidèles porte-drapeaux sans oublier la fanfare Mistral qui accompagnait la cérémonie.



C.Gressier


Ouvrages sur Marseillan


La légende attribue la fondation de Marseillan à des commerçants de Marseille qui furent les premiers à installer des comptoirs commerciaux autour de notre bassin. Grâce à sa situation exceptionnelle entre mer, vignes et étang, Marseillan a su allier l'attrait d'une station balnéaire, avec sa plage de sable fin, à son folklore et ses pêches traditionnelles. La vigne apportée par les Phocéens a toujours permis de produire des vins de très grande qualité.
A l'aide de 230 cartes postales et photographies anciennes, l'auteur nous emmène à la rencontre des artisans, commerçants et autres petits métiers qui ont animé la cité au bénéfice de ses habitants. Passionné par la recherche iconographique et l'histoire populaire de Marseillan, Jean-Vincent Molino travaille depuis 40 ans à la sauvegarde de ce patrimoine local que certains ont connu ou méconnu, espérant retracer le charme, l'ambiance et les souvenirs de ces époques aujourd'hui révolues. > Marseillan parJean-Vincent Molino

Pour être complet, il faut signaler un livre rare et difficile à trouver aujourd'hui, réalisé par des amoureux du village avec la collection iconographique exceptionnelle de Monsieur Jean-Vincent Molino. "Marseillan d'hier et d'aujourd'hui" (Les Editions du Mistral).