Devoir de mémoire

Cérémonie du 11 novembre traditionnelle à Mèze, mais qui dit tradition ne signifie pas forcément routine. Encore une fois, une foule imposante composait le défilé coloré par tous les organismes civils, militaires et scolaires de la ville.

Discrètement des personnes certainement plus concernées se sont jointes aux autres : le devoir de mémoire ! Beaucoup d'émotion, des visages graves mais aussi des regards d'enfants débordants d'espérance et de paix ; voilà le décor planté pour un bien triste anniversaire, celui d'un armistice qui voit la fin des combats de la Première Guerre mondiale. Ce sont les enfants des écoles qui ont donné le ton solennel d'une commémoration centenaire. Grâce à Thomas, nous vous donnons lecture d'une des poésies écrites et interprétées par ses camarades :

 

La couleur de la paix

 

La couleur qui coule

La couleur des bateaux

La couleur des champs de bataille

La couleur des soldats

La couleur morte

La couleur qui part

Puis soudain

La couleur qui revient

La couleur

La couleur du bonheur

La belle couleur

La couleur de la paix

 

Nolan.

     

 

   
 
 
 Dépôt de gerbe : une affaire de générations pour le souvenir.    M. Le Maire a relaté, entre autre, toute l'histoire du monument aux morts.   Alain Cambon, écrivain local, a recherché les Mézois morts pour la France en 14-18.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations