De Bacchus en Dionysos

Dans le cadre de la Saint Vincent, fête des vignerons, l'exposition "De Bacchus en Dionysos" du photographe Marc Déotte nous glisse délicatement dans le monde sacré du fruit de la vigne. Marc utilise le procédé argentique, sans aucune transformation de la réalité.

Marc Déotte - Photo S. Bonnaric

"Je fais ces photographies d'ambiance et d'architectures des coopératives viticoles du Languedoc depuis les années 2000 ; encore aujourd'hui et quand cela est possible, je continue ce travail sur ces seules architectures industrielles typiques au patrimoine de nos régions.

En effet, depuis la construction de la première coopérative, celle de Maraussan en 1904 et jusqu'au milieu du siècle dernier, tous les gros villages des 4 départements viticoles du Sud de la France ont érigé leurs propres bâtiments.

À l'époque, les superficies plantées en vignes étaient d'environ 500 000 hectares. On produisait beaucoup plus (on faisait pisser la vigne !). Le vin arrivait également des colonies d'Afrique du Nord par les bateaux pinardiers. Les cuves en béton des nombreuses coopératives permettaient d'emmagasiner et de faire vieillir.

À présent, chaque hectare de vignoble produit moins mais de bien meilleure qualité. Le commerce du vin s'est diversifié. Les coopératives non viables ont fermé, ont parfois été détruites…

Ces bâtiments vieux d'un siècle à peine disparaissent de nos paysages.

Ces photographies sont le témoignage de ce Languedoc "rouge". Chaque escalier souligne encore le pas des viticulteurs. Les traces d'un travail ingrat sont bien présentes…

Regardez ces ombres, seule la photographie permet le souvenir de cette histoire visuelle et olfactive…"

 

Bibliothèque municipale de Mèze, du 10 au 27 janvier aux heures d'ouverture (entrée libre). Marc Déotte, Galerie du Baobab, 32 rue Conti, 34120 PÉZENAS - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations