Patinage à roulettes : 21ème Trophée de l'Hérault…

 
   
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

Le gymnase Bernard Jeu, à Mèze, n'a pas désempli ce week-end. Henri Gavi, toujours jeune patineur, a encore une fois réussi son pari. Cheville ouvrière de l'Union des Patineurs de Balaruc-Le-Vieux (FRBM) et éducateur fédéral, il peut s'enorgueillir (avec simplicité) du succès national de son épreuve, de "son bébé" comme il dit.

Quelques chiffres d'abord : 19 clubs représentés (Occitanie, PACA, Rhône-Alpes, Côte d'Or, Bretagne…), 450 compétiteurs, 15 shows de danse synchronisée, 9 juges répartis en 3 jurys, 4 calculateurs…, 2 jours complets de compétition, des heures et des heures d'entraînements (même la nuit).

Représentantes de la Fédération : Laurie Vidal, responsable nationale du patinage de groupe et Sandrine Poujol (Lunel), présidente de la Commission Régionale de danse artistique. Profitons de l'occasion pour féliciter le club Pescalune récent Champion de France et 10ème club européen…

Cette 21ème édition a une saveur particulière. Elle est annonciatrice du 1er Championnat du Monde organisé en France, à La Roche-sur-Yon du 3 au 13 octobre 2018.

Pour Henri, une seule ombre au tableau. La discipline n'est pas forcément reconnue sur le territoire de Thau et les gymnases ferment très facilement leurs portes à un sport "oublié" par les élu(e)s. Souhaitons que l'Agglopôle fraîchement en place daigne partager ses structures (comme le fait Mèze) et céder quelques créneaux horaires à un nombre de licencié(e)s en augmentation constante…

 

 

 

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations