Festival de Thau : 28ème édition

Fidèle à son éclectisme musical le 28ème Festival de Thau s'adressera donc à tous les publics, à toutes les générations. Tous les genres seront représentés. Une singularité tour de même pour 2018 : place au texte, à la poésie et à la langue française. Un rappel : l'association Jazzamèze, productrice de la manifestation, est la seule structure à être certifiée ISO 20121 (management responsable) en région Occitanie Pyrénées Méditerranée et ce depuis 2015.

En ce qui concerne le côté spectacles sur lequel nous reviendrons dans un prochain article détaillé, voici, pour patienter, le teaser :

Aujourd'hui nous allons nous attacher à vous présenter, ce que nous nommerons "le festival parallèle" initié autour du Village des Rencontres et des Éco-Dialogues de Thau.

 Le village des rencontres :

Le thème 2018 sera basé sur la biodiversité. Le village, ouvert à tous, sur le site du Festival, vous fera découvrir les initiatives et des solutions quant à l'enjeu environnemental et social. Au programme : défilé de costumes en déchets recyclés, matinées yoga côté plage, ateliers, tables rondes… L'exposition "Les plantes au rythme des saisons sur la phénologie" (éditions Biotope - Observatoire des saisons et Tela Botanica) sera le clou du moment.

Les éco-dialogues de Thau :

Également en accès libre, ces rencontres (les 8èmes) permettent de débattre autour des transitions et des alternatives écologiques, sociales et économiques. Après Gilberto Gil, José Bové, Corine Lepage, Susan George, Dany Cohn-BenditThierry Salomon, énergéticien et cofondateur de l'association négaWatt, animera cinq rencontres résumées ainsi :

Si tu veux la paix, prépare la paix !

Avec Agnès SINAÏ, journaliste (le Monde Diplo, Actu-environnement), enseignante à Science Po… nous verrons que les changements climatiques sont sources et accélérateurs de conflits : "Guerres de climat… ou climat de paix ?" Mardi 17 juillet 2018 à 18h30 - Chapelle St-Pierre à Montbazin.

François ROUX, avocat, a été au cœur de la justice internationale sur le Rwanda, le Cambodge, le Liban. Magistrat au TPI à La Haye, il traitera de : "La paix et la justice internationale". Mercredi 18 juillet 2018 à 18h00 - Ferme auberge de l'Abbaye de Valmagne, route de Montagnac à Villeveyrac.

Le basque Txetx ETCHEVERRY, militant infatigable de BIZI ! (VIVRE ! en basque), déploie son énergie sur tous les fronts (tour Alternatiba, économie alternative, non-violence…) Il nous proposera de : "Construire des alternatives, bâtir la paix." Samedi 21 juillet 2018 à 17h00 - Chai du château de Girard à Mèze.

Valérie CABANES, juriste et essayiste milite avec l'association End Ecocide on Earth. Dans son dernier livre "Homo Natura", elle nous interpelle sur notre relation avec la Nature. Le sujet abordé : "Retrouver une relation pacifiée avec la nature". Samedi 21 juillet 2018 à 18h30 - Chai du château de Girard à Mèze.

Jean-François BERNARDINI, chanteur du groupe corse I Muvrini, initiateur de la fondation Umani pratique la culture de la non-violence. Le thème traité : "La paix par la non-violence." Dimanche 22 juillet 2018 à 18h30 - Chai du château de Girard à Mèze.


La billetterie du Festival de Thau est ouverte : c'est certainement le moment de réserver.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations