Mais où va le vaisseau Thalassa ?

Partie de billard ou de ping-pong ? La vente du village Thalassa annoncée en 2016, puis confirmée en 2017 avait secouée l'opinion publique et même la majorité municipale de Mèze où les avis étaient partagés… Chacun y est allé de ses suppositions et si, à ce jour, rien ne semble définitif quant au devenir de la structure, on peut dire sans se tromper que "l'affaire" est d'importance.

Notre rôle reste celui d'observateur.

Le cœur ou la raison ? La formule peut convenir mais peut devenir : le cœur ET la raison. Sans rentrer dans les détails, d'un côté, il y a celles et ceux qui veulent "conserver ce patrimoine utile à la ville" et de l'autre, celles et ceux qui jugent que "remettre aux normes l'immobilier concerné" risque de coûter cher au contribuable local… Au milieu de tout ça, une trentaine de salarié(e)s sur le qui-vive, se demandent "à quelle sauce" ils vont être "mangés…"

Thau Info, qui était présent lors de la grève du personnel du 28 avril 2017, suit les évènements. Aux dernières nouvelles, il y a eu volte-face au sein du conseil municipal et pour cause : la DSP, délégation de service public, ne peut être rompue avant 2022 (décision du 28 juin 2018) et la délibération du Conseil Municipal jugée illégale par le Tribunal Administratif suite au recours de MM. Garcia et Phocas, alors conseillers d'opposition. On ne parle plus de vente mais de projets quant à l'utilisation du Thalassa…

Nous avons eu et nous avons accès à celui de Thierry Baëza, 3ème adjoint du conseil municipal de la ville (sport, environnement, agriculture), projet d'ailleurs présenté à M. Le Maire et à son directeur de cabinet, M. Doré, le 20 février 2018.

Interpellé lors de son opposition à la vente de la structure, M. Baëza a argumenté dans un document d'une dizaine de pages un projet des plus intéressants, téléchargeable dans son intégralité ICI.

De gauche à droite : Thalassa, tennis, dojo, Taurus… tout sur place !

Pour l'adjoint aux sports (10 ans), le Thalassa "est un joyau économique pour la ville et la seule structure qui peut permettre de générer des recettes conséquentes…"

Ses arguments :

  • le potentiel d'un hébergement au large éventail avec :

1) le Thalassa justement (320 personnes sur 60 gîtes de 2 à 7 personnes et 8 chambres de 2 à 4 personnes),

2) le centre du Taurus (120 personnes avec 35 chambres de 1 à 6 lits), une cuisine centrale (600 repas/jour), salles de réunion, cinéma…,

3) des hôtels proches…

  • de nombreuses installations sportives à proximité immédiate :

1) la salle Bernard Jeu (1875 m2, capacité de 900 personnes, centre national de tennis de table, badminton…

2) un Dojo à 3 tatamis (judo, karaté, krav maga)

3) une base nautique (voile, kayak, aviron, paddle), une école et un club de kitesurf

4) le gymnase Gérard Rigal (volley, basket, handball, tambourin)

5) 5 terrains de tennis, 2 salles de gym, un plateau sportif…

6) la plage…

Une rencontre capitale :

Conférence sur le sport à l'Arena à Montpellier avec l'intervention du handballeur international français Grégory Anquetil… actuellement commercial au Spa Vichy Hôtel, consultant TV (Canal+).

Invité à visiter Thalassa et les installations sportives Mézoises, ce dernier s'est engagé à les "utiliser" voyant là des stuctures idéales pour un vaste projet sportif sans empiéter sur la partie tourisme. Olivier Maurelli, préparateur physique français (volley, cyclisme… GIGN…) ferait partie des intervenants notoires. Un stage de basket, avec l'agent de Boris Diaw (basketteur français) est d'ailleurs "sur les rails".

Des pistes à créer ou à conforter :

- les stages sportifs,

- les séminaires d'entreprises,

- les remises en forme,

- la mise en place de chambres d'hypoxie (simulation de l'altitude),

- les stages bien-être,

- le tourisme sportif,

- le centre bien-être ouvert à tous sportifs ou non (massages, sauna, hammam, spa)

Depuis 6 ans, nous recevons régulièrement l'équipe de France de Judo (Rougé -photo ci-contre-, Alexandre, C. Novak) ; des stages de handball sont régulièrement organisés (Omeyer, Karabatic, Gérard…).

Une base arrière des Jeux Olympiques Paris 2024 ?

Et pourquoi pas ?

Yves Pietrasanta, pour les Jeux Méditerranéens 1993,  a su mettre à profit l'évènement.

"Claude Onesta, dépêché par Laura Flessel pour faire l'état des lieux du sport en France aura des moyens pour mettre les installations à niveau sportivement et dans le domaine de l'hébergement… Une mission de réflexion et de préconisation sur l'ensemble de l'écosystème de la haute performance est en marche…"

C'est certainement le moment de "s'appuyer sur cette dynamique !"

 Le montage financier.

Thierry Baëza prend comme référence le nouvel établissement des Thermes de Balaruc :

- investissement : 60 millions d'euros répartis entre Thau Agglo, région, conseil général, état (50%)

- gestion de la SPLE : ville de Balaruc (85%), Thau agglo (14%), conseil général (1%).

Actuellement géré par une société d'économie mixte (SEMABATH) sujette à concurrence, cette dernière pourrait être remplacée par une société publique locale d'exploitation (SPLE) gérée par des actionnaires publics uniquement (ville, agglomération, département, région). La part investie par la ville de Mèze serait le foncier puisque propriétaire de la structure… L'Agglopôle toute récente a évidemment une opportunité à saisir…

 En conclusion :

"Pour la ville, pour notre bassin de Thau, pour notre région, c'est une opportunité de garder le Thalassa et de le développer."

Les arguments de l'élu sont nombreux et étudiés (voir ICI). La base de travail de Thierry Baëza (il en appelle à la raison) est un outil sérieux et nous paraît solide. Il va falloir faire vite et bien… Le projet évolue régulièrement. Voici quelques précisions supplémentaires :

- si le tourisme est préservé dans mon étude, il est raisonnable de compléter l'occupation par des manifestations du sport de haut niveau…

- hors de question d'écarter la population Mézoise (sportive ou non) du projet remise en forme, moyennant participation bien évidemment.

- les créneaux d'occupation associatifs ne seront pas diminués. L'environnement local est assez riche autour de Mèze pour des activités de pleine nature ou aquatiques.

- Jean-Luc Rougé, président de la FF de Judo, voit très bien Le Thalassa comme structure d'hébergement d'une délégation olympique après quelques aménagements (cryothérapie et climatisation du dojo).

- la SEMABATH, sur demande du maire, doit proposer un projet en septembre 2018… affaire à suivre !

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations