Un samedi sportif

Les activités de toutes sortes animent la ville de Mèze en ce moment : difficile d'être présent sur tous les fronts ! Thau Info a fait deux choix ce samedi.

1) La course du souvenir, Challenge Patrick Barbezier en mémoire aux jeunes Mézois disparus, a rempli les tribunes du quai Descournut. Là, une rencontre conviviale entre rameuses et rameurs, jeunes et vétérans a permis aux barques des joutes de "sortir de l'ordinaire". Au programme : course de vitesse (Coupe Jean-Claude Diaz) et meilleur déguisement primé ! Notons que le FC Sète a envoyé deux équipages de jeunes certainement en stage de préparation à la saison football. Vainqueur ? La bonne ambiance certainement ! Illustrées musicalement par "Les Hippocampes", ces joutes inhabituelles se sont disputées entre les costauds des pectoraux (siliconés ou pas), les chapeaux melons d'Outre-Manche et autres déguisements savoureux… En un mot, une belle entrée en matière pour une fête d'août imminente !

Cliquez sur une image pour l'agrandir.

2) La Coupe de France de Tambourin (1/8ème de finale) opposant les Mézois à Cazouls d'Hérault. Les poulains de Fred Tarin n'ont pu résister aux visiteurs qui évoluent au plus haut niveau national. 13 à 0 pour ces derniers, score entériné par l'arbitre officiel M. Estel. À l'impossible nul n'est tenu. Les locaux ont ainsi peaufiné un peu plus leur préparation pour le championnat départemental.

Les deux formations : à gauche, le président Mézois M. Tarin.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations