Grand débat national à Mèze : sous le signe Gilets jaunes

…Toutes les contributions seront remontées pour permettre une analyse approfondie à la fois quantitative et qualitative et ainsi nourrir une restitution placée sous le contrôle et la responsabilité de garants. Elles permettront de forger un nouveau pacte économique, social et environnemental et de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement dans les prochains mois…

Ce rendez-vous important a bien eu lieu à l'Espace Louis Jeanjean… avec une affluence de plus de 200 personnes et si la lumière (?) a fui vers 20h le débat, le contenu de ce dernier a été des plus instructifs. Si l'ordre du jour a été balayé dès les premières secondes, il a quand même eu le mérite d'exister. Les personnes qui se sont exprimées avaient bien préparé leurs questions, ont exposé leurs angoisses et anticipé les réponses qui leur ont été proposées. Orchestrée par Pierre Batoche, animateur bénévole, la soirée a été monopolisée par la présence et l'activité des Gilets jaunes, pour nous les Gilets de Thau.

Comme prévu, en préambule, Monsieur Fricou, maire de la Ville a remis le cahier de doléances Mézois à Monsieur Éliaou, député de la circonscription.

Un droit de parole et d'expression respecté

Tout s'est déroulé dans le plus grand respect. Certains avis ont divergé mais "tout le monde a écouté tout le monde". Les suggestions proposées par Sophie Benau, Lysiane Estrada et Monique Teyssier : transition écologique, fiscalité et dépenses publiques, démocratie et citoyenneté, organisation de l’état et des services publics ont été abordées mais pas de la manière escomptée.

C'est l'actualité du moment, celle du "terrain" qui a prévalu, en l'occurrence les violences subies par les gilets (voir vidéo ci-dessous), la loi anti-casseurs (votée en première lecture par le député présent), la redistribution des impôts vers la prime d'activité et non l'augmentation de salaire, la suppression de l'ISF en début de quinquennat, la CSG des retraités…, le mépris ressenti par le mouvement gilets jaunes,…

Des propositions étudiées ont été soumises par les présents : TVA adaptée aux produits de première nécessité, impôt sur le revenu même minime pour tous, baisse des dépenses du gouvernement, suppression des "grosses retraites" des ex-présidents et des privilèges des hommes politiques…

Louisa expose la situation des victimes des forces de l'ordre à M. Le Député

Quelques phrases entendues au cours de la soirée :

" Ce grand débat national existe grâce au mouvement des gilets jaunes…", "La France des copains, c'est la France des coquins…", "Monsieur le Député, venez passer une journée avec nous…", "…la prime d'activité c'est du leurre, c'est ignoble…" , "Il existe, dans les salaires de nos parlementaires une indemnité de base, une indemnité de résidence et une indemnité de fonction non imposable qui représente 22 milliards que pour eux…", "Notre pognon a servi à financer les autoroutes, on les a données ; notre pognon a servi à financer l'EDF, on l'a donné ; notre pognon a servi à financer France Télécom, on l'a donné ; la française des jeux, on est en train de la donner ; les aéroports on va les donner ; la SNCF on va la donner…", "…le budget de l'état est de 240 milliards par an… on donne 40 milliards chaque année à Carrefour, Auchan…Carrefour avec 100 milliards touchés en 5 ans a viré 5 000 personnes et a tout donné à des actionnaires qui sont en Suisse… c'est formidable !"

Grain de sel philosophique…