Véhicules électriques aux services municipaux

Les services municipaux de la ville de Mèze auront bientôt des véhicules électriques à leur disposition en remplacement des plus anciens. Petit à petit, donc, la "flotte thermique" de la ville disparaîtra, et avec, les émissions de CO2. Pour l'instant 12 Renault "Zoé" équiperont le SSIAD (soins infirmiers du CCAS), puis les services techniques, les services généraux, le service culturel (2020). Un "Goupil" utilitaire sera également à la disposition du service de propreté urbaine. De nouvelles bornes de recharge électrique sont annoncées à l'EHPAD "Le Clos du Moulin", à l'ancienne cave coopérative, aux ateliers municipaux du Mas de Garric et au château de Girard (aide gouvernementale "Advenir").

Dans le détail :

"… le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), examiné en procédure accélérée le 18 juin 2019, a suscité plus de 3 000 amendements examinés au cours de deux semaines de débats. Parmi les dispositions adoptées, figure l’obligation pour l’État et les collectivités de verdir leur flotte automobile (amendement gouvernemental soutenu par la ministre des Transports).

Ainsi, l’article 26 A nouveau impose aux collectivités territoriales et aux intercommunalités qui gèrent, directement ou indirectement, un parc de plus de vingt véhicules automobiles d’un poids total autorisé en charge (PTAC) inférieur ou égal à 3,5 tonnes, de respecter un quota. Lors de l’acquisition ou du renouvellement annuel de leur parc, les véhicules à faibles émissions devront représenter au moins 20 % de ce renouvellement jusqu’au 30 juin 2021 et au moins 30 % à partir du 1er juillet 2021. À compter du 1er janvier 2026, conformément aux normes européennes, les véhicules à très faibles émissions représenteront alors 37,4 % des véhicules acquis ou utilisés lors du renouvellement annuel. Quant aux véhicules gérés par les services de l’État, ils devront représenter un minimum de 50 % à l’occasion du renouvellement de flotte…" (Source : Weka)

Il s'agit donc d'une mise en conformité…