Mèze

Jeudis Jazzy d'août à Beauvignac

On ne change pas une formule qui gagne ! Lancées il y a quelques années, par Joël Julien, directeur général de la cave des Costières de Pomérols, les soirées jazz font partie des rendez-vous incontournables de la saison estivale. Juillet a eu un franc succès.

D'ores et déjà, retenez vos soirées des 2, 9, 16, 23 et 30 août : vous allez vous régaler !


Tarifs : 18 € la soirée jazz, tapas et vins - Billetterie à retirer impérativement au caveau de Beauvignac à Mèze avant le mardi soir qui précède le concert.


Voici, en détails le programme :

Jeudi 2 : EMILY COLE QUARTET

Chanteuse depuis son plus jeune âge, Emily COLE est d’abord inspirée par les vinyls de Janis Joplin et Louis Armstrong qu’écoutaient ses parents. Elle décide alors de suivre une formation de chant lyrique à l’Université Millikin aux Etats-Unis.
Sa formation musicale terminée, elle part découvrir l’Europe. Aprés quelques mois à Dublin, ou elle joue ses propres compositions de musique folk et de jazz, elle arrive à Montpellier en 2011 pour enseigner l’anglais… Le jazz étant depuis toujours sa musique favorite elle décide de se lancer professionnellement dans la scène musicale et d'entrer dans le monde du swing Montpellierain ou elle intègre d'abord les Hippocampus Jass Gang. En chantant avec eux, elle a eu le plaisir de faire des concerts “in” au festival Jazz à Marciac, Jazz Band Ball, et La Fête de l’Humanité… Avec Rémi, Arthur et Pablo elle propose le swing des années 30's et 40's : une réussite !

 


Jeudi 9 : JAN QUARTET

Du jazz funk au programme : Jan Quartet vous entraîne aux frontières méditerranéennes ou encore africaines…

Les quatre musiciens sont également enseignants-musique : Alain Guelfi (chant et guitare), autodidacte à 15 ans, jouera avec Paul Challain Ferret pendant 18 ans puis se consacrera au jazz vocal et à la direction d'ateliers musicaux. Il crééra Jan Trio devenu Jan Quartet…

Joël Ferron (basse), formé au CNR de La Rochelle (contrebasse) et à Poitiers (percussions), participe aux : Festival international de Jazz de Montréal, Tremblant (Québec), Playing with Fire à Omaha (USA), Marciac, Vienne, Inde… actuellement il accompagne Olly Jenkins, le Collectif de l'Espace et le Naïma Quartet…

Julien Marty (saxophone), croise le jazz alors qu'il est ado. Il va faire partie du Black Bombay. Des centaines de concerts et 3 albums à son actif…

Laurent Planells (batterie) débute à 6 ans, puis c'est le conservatoire de Toulouse, de Montpellier… Dépaysement complet au Mali pendant un an où il s'initie à la musique de l'Afrique de l'Ouest… actuellement batteur à Kanazoé Orkestra.


Jeudi 16 : ROSE & POPS - Ella et Louis

Rose & Pops est un tribute à Ella Fitzerald et Louis Armstrong.

Le groupe : Marie Nosmas (Rose) est chanteuse, comédienne, metteure en scène, danseuse, contrebassiste. Après être "passée" avec Cie Sîn, Cie Bruitquicourt, CollectifPuLx, Théâtre de la Remise et Cie Voix Public, elle plonge dans le jazz swing des années 20 à 50… puis crée cette dernière formation.

Benjamin Faconnier - Pop's, surnom de Louis Armstrong - (trompettiste et chanteur), commence en trompette classique au Conservatoire de Perpignan En 2008, à Montpellier, il obtient un DEM de jazz. Il jouera avec : The Skamanians, The Sweet Peppers et les Carolina Reapers.

Ana Baldeck (pianiste), débute sur un piano à 7 ans… À 12 ans, elle intègre le conservatoire de Mulhouse puis le JAM à Montpellier afin de se perfectionner au jazz. Elle intègre The Pharaos (pop/funk), BrokenBass (hip-hop/jazz), le Septet jazz Aceite et le Rose Betty Klub…

Arthur Defrain (batteur), découvre l'instrument à 14 ans. Avec Abdu Salim et en s'inspirant de Philly Jo Jones, Art Blakey, Max Roach ou Elvin Jones, il se forge son propre style… Crédit photo : Paul Evrad.


 Jeudi 23 : SWUNKY LONG LEGS

Un groupe Piscénois pour une alliance parfaite swing et funk : du Django un peu Punk !

Emily Przenicka (chanteuse), née en Europe de l'Est, grandit dans le monde du spectacle visuel grâce à un père cracheur de feu, ventriloque mais surtout musicien (saxo, clarinette…). Chanteuse "tout terrain", la show girl a la capacité à communiquer avec le public et… ça marche !

Arthur Anelli grandit en Avignon avec un père clarinettiste et des grands-parents très jazz New Orléans. La guitare manouche le suivra dans ses jam sessions aux côtés de Gonzalo Bergara et Rob Hardt (festival Django Reinhardt).

Symon Savignoni, corse d'origine, débute la musique à 4 ans ! Le Swing Manouche, il l'apprend avec Serge Merlot, Serge Krief et Christophe Lartilleux. En 2010, Festival Mines de Jazz et Carte Blanche en Quartet (hommage à Django).

Michel Crosio (virtuose diplômé du Conservatoire National de Grenoble), auteur, compositeur, arrangeur, double disque d'or et de platine, a travaillé avec Marla Glen, Nina Simone, Jimmy Cliff, a enregistré dans les plus grands studios du monde. Il enchaîne les tournées et s'offre le luxe de choisir ses projets !

Crédit photo : Barbara Heide.


 Jeudi 30 : LADY BLACK BIRD SWING TRIO

Lady Black Bird (alias Lady Scott), navigue entre force et fragilité, introspection et affirmation, soutenue par la transe du groove. Chanteuse (voix, trompette vocale et balais) issue du jazz et du swing, elle recherche en permanence une expression musicale tournée vers le mélange de genres.

Romain Thorel (alias Maïïn), au clavier et au cor, étudie le piano à 5 ans. Aux conservatoires de Nîmes, Gennevilliers, Montpellier, il poursuit ses études (premiers prix en piano classique, cor d'harmonie, solfèges, jazz, musiques actuelles). Avec le groupe de rock Lazuli il enregistre sept albums et un DVD. Sa musique électronique, entièrement jouée, s'adapte à toutes les formes d'art visuel.

Lionel Martinez (électro drums et percussions), et professeur de batterie et d'éveil musical à Saint-Martin-de-Londres.

Mercredis du kiosque : Larim Resist

Larim Resist, comme son nom l'indique…

Cet été, la passerelle tendue par la municipalité et le service des festivités, permet à tout un chacun d'assister, les mercredis, aux concerts proposés par les groupes musicaux locaux. Ce 25 juillet, c'était au tour de Larim Resist d'offrir son répertoire au pied d'un kiosque chargé d'histoire(s) et de souvenirs(s). L'invitation était bonne, l'ambiance bon enfant ! Thau Info a essayé de "croquer" l'orchestre et d'en faire une petite vidéo. À vous de juger !

 

Festival de Thau à Mèze : jour 3, la soirée du public

Même si les festivaliers ont apparu moins nombreux (ça reste à prouver) la qualité était de mise pour cette dernière soirée à Mèze sur la place des Tonneliers. À l'applaudimètre et au taux de participation, nul doute que l'implication dans les spectacles est monté d'un cran : rendons au Festival de Thau cette faculté à trouver juste pour un public demandeur et connaisseur.

Frigya, la création d'Imed Alibi au sein du +SilO+ a mis d'entrée l'ambiance à un très haut niveau. Entre Michel Marre, Khalil Hentati et la chanteuse Kandy Guira, les dialogues se sont relayés dans une harmonie parfaite. Sons Africains, rythmes Tunisiens, voix riche en sonorité : nous avons assisté à une prestation parfaite.

Fatoumata Diawara, comme à son habitude, s'est emparée de la scène et du public. L'image forte de cette "bête de scène" n'est pas sans nous rappeler Joan Baez, Joni Mitchell… Tracy Chapman… Laura Marling. Les projets discographiques, les tournées dans le monde entier sont pour preuve que la chanteuse Malienne "au sang rouge", comédienne auteure-compositrice-interprète marque sa génération. Matthieu Chedid qui l'a produite deux fois (Lamomali et Fenfo) a vu juste !

Catherine Ringer, dans son style provocateur, n'a pas laissé le temps aux festivaliers de respirer. Style atypique, déjanté mais très maîtrisé… de l'énergie à revendre… la soirée et le festival se sont terminés de fort belle manière à Mèze par un spectacle daté "unique en région". Fallait pas louper !

Une toute petite remarque : certaines productions limitent de façon presque draconienne leur communication image. Recherche d'anonymat ou place acquise dans le ghota du monde du spectacle ?

Quelques photos, triées, comme il se doit.

Cliquez sur une image pour l'agrandir.

Festival de Thau à Mèze : jour 2, le plan A

Grosse affluence sur la place des Tonneliers ce samedi. Il est vrai que l'affiche séduisante, la fin de semaine, l'arrivée des derniers juilletistes et le retour du soleil ont fortement contribué au succès de cette deuxième journée. À écouter les paroles des uns et des autres, bon nombre d'habitués des précédents festivals remettent ça. Quand on aime, quand on s'est régalé, il faut vraiment un cas de force majeure pour ne pas revenir sur le lieu du plaisir.

Programme riche avec :

- Calip'Thau, le groupe des musiciens amateurs Mézois, dirigé par Guillaume Cazal, s'en est donné et en a donné à cœur joie autour d'un répertoire très étendu : un moment de pur bonheur ! Quelle qualité et quel enthousiasme !

- Grand Corps Malade et son plan B, dans un tout autre registre, a réuni les passionné(e)s de poésie contemporaine. Optimisme de mise, revendication à la liberté, regard différent sans compassion sur le handicap et la maladie, beauté du "vécu de tous les jours" : le genre musical est unique, sans béquille, droit, affirmé…

- I Muvrini : le cliché traditionnel n'est plus de mise. Les frères Bernardini, pleins d'insolence et d'audace, traitent le blues des Corses au rythme du rock. Colère, amour, espoir et tradition ne font qu'un :

"Les lucioles éclairent sans brûler, sans détruire. Fà luciole, c'est faire lumière ensemble !"

Quelques images d'une soirée forte en émotion :

 

Revenons sur un évènement passé presque inaperçu du côté du village des rencontres : un défilé de mode des créateurs de l’espace jeunes s'est déroulé sous les yeux d'un public admiratif. Festival éco-responsable ? Bien sur ! Capsules, canettes, bouteilles… rien ne se perd, tout se transforme en robes, vestes et jupons ! La preuve en images…

Le Festival de Thau continue… ICI. Qu'on se le dise !

Festival de Thau à Mèze : jour 1, l'excellence

On a beau savoir que ce Festival "vieux" de 28 ans nous étonne à chaque fois, l'édition 2018 donne encore dans la joie, l'émerveillement, la communication entre festivaliers et toujours "un petit truc en plus", coté cœur, qui vous fait frémir. Ce vendredi, malgré l'orage qui a "saboté" en partie notre fin de soirée avec "Motivés Sound System", nous nous sommes régalés. Diversité, qualité, éclectisme, étaient au rendez-vous.

Les Percussions du Monde des stagiaires de l'École de Musique de Mèze ont donné le ton : travail d'une journée débouchant sur une production remarquable et remarquée…

Lo Barrut et leurs huit musiciens(nes)-chanteurs(ses) nous ont rappelé avec force que la chanson occitane avait bel et bien droit de cité…

Les Ogres de Barback (déjà 20 ans), associés au Bal Brotto Lopez ont éclaté l'air du temps et de la musique avec leur version Quercy-Pontoise de la chanson française…

Mouss et Hakim, "Les Motivés", malgré la pluie, nous ont rappelé que culture, musique et militantisme sont toujours très liés et plus que jamais d'actualité…

Voici nos premières images annonciatrices sans aucun doute d'une suite exceptionnelle à laquelle il vous faut absolument participer…

Il reste encore des places ICI.

 

Guichet unique à Mèze : excellente initiative !

Afin de regrouper et de simplifier donc l’ensemble des démarches liées à la scolarité, à la péri-scolarité, à la jeunesse et à la petite enfance, la municipalité a créé ce nouveau service. Désormais, pour les familles mézoises, plus besoin de se rendre d’un service municipal à un autre pour effectuer des inscriptions dans une école, au restaurant scolaire, une crèche, un ALSH, payer une prestation, une activité ou obtenir une information. Deux agents accueillent les familles au quotidien pour les accompagner dans leurs différentes démarches et la première d'actualité, c'est bien celle de l'inscription à la rentrée scolaire 2018-2019.


Tout savoir sur ce guichet unique --> ICI

Télécharger le livret du guichet unique "Aussi'Thau" --> ICI


Mèze Stade Football Club : une assemblée générale pas ordinaire…

De g. à d. : L. Guirao-Jacquet, C. Fournier, G. & V. Bernal, G. Guirao, G. Phocas.

Concernées et concernés par le MSFC !

Près de 70 personnes s'étaient rassemblées au Foyer Municipal pour le bilan annuel de la saison 17-18 alors que déjà se dessine 2018-2019 ne serait-ce que par :

- la clôture des mutations (période normale) : 11 départs et 9 arrivées.

- la composition parue (foot-Occitanie) de la composition de la poule R3 groupe B Seniors avec : Aimargues (30), Alès (30), Baillargues (34), Chusclan (30), Petit Bard (34), Mende (48), Nîmes Athlétic (30), Pérols (34), St Gilles (30), St Privat (30) et US Trèfle (30).

- un organigramme éducateurs déjà en place.

- un budget prévisionnel réalisé.

Gilles Phocas, secrétaire du club, demandait, avant les travaux, de respecter une minute de silence suite au décès accidentel de Jérémi Artières, jeune gardien de 20 ans.

C'était ensuite la remise officielle de la médaille d'argent du district de l'Hérault à André Denivet fidèle serviteur au club depuis plus de 20 ans.


Une médaille bien méritée pour André Denivet.

Le MSFC, fort de 420 licenciés, présente une augmentation des pratiquants due à une réduction des dirigeants, à l'attraction du football d'animation chez les tout jeunes (+15%) et à la création d'une deuxième équipe féminine (+ 50%).

L'effectif U15 et U17 est en léger recul.

2 arbitres sont venus étoffer le MSFC qui en totalise 6. Côté résultats toutes les catégories jeunes terminent en haut de tableau (mention aux U12 champions départementaux). La formation U19 a été honorée par ses pairs comme équipe la plus fair-play (toutes catégories confondues). Les féminines, elles, enlèvent la seconde place de ce challenge. Chez les seniors, alors que l'on attendait "quelque chose", les résultats n'ont pas été probants. Le collectif fanion jouera encore en régional mais dans la toute nouvelle R3 (ex-PHA départementale). Il "semblerait" que recrutement et management aient perturbé le championnat. Pour gommer les erreurs, des décisions concernant l'état d'esprit, la forme physique et la présence aux entraînements ont été fermement reconduites.

Sur le plan trésorerie, G. Guirao présentait un budget équilibré. La principale ressource financière gravite autour des tournois de l'Amitié et de Pentecôte avec un chiffre avoisinant les 70 000 euros. Thierry Baëza, adjoint aux sports, honorait de sa présence les débats.

Toutefois le secrétaire général de l'association, Gilles Phocas, a tenu à signaler "…des problèmes d’incompréhension, des problèmes relationnels, et des problèmes de confiance les uns envers les autres ont entraîné une succession de conflits de personnes… en ce qui me concerne, je ne veux en aucun cas revivre ce que j'ai vécu cette année…"

Une partie du bureau étant à renouveler (9 membres), 88 votants passaient à l'urne pour les résultats suivants :

RUPIL Anthony, 82 voix, soit: 93,18%                                  Élu
FAUCONNIER Laurent, 79 voix soit 89,77%                        Élu
GUIRAO-JACQUET Leslie, 54 voix soit 61,36%                  Réélue
ROUGELIN Nicolas, 52 voix soit 59,09%                             Réélu
LACOMBE Mélodie, 44 voix soit 50%                                  Élue
BOUTEILLES Eric, 44 voix soit 50%                                    Élu
BERNAL Grégory, 44 voix soit 50%                                     Réélu
BERNAL Véronique, 41 voix soit 46,59%                            Réélue
CHABERT-COSTES Nicolas, 41 voix soit 46,59%              Élu
 
BOUCHER Alain, 39 voix 
GARCIA Jeanne, 38 voix
BOUCHER Gérard, 38 voix
HERNANDEZ José, 34 voix

Dans quelques jours, le nouveau bureau sera composé. Thau Infos vous informera. Bonne saison au MSFC !

Nikola Karabatic une nouvelle fois à Mèze

On a beau être le handballeur français le mieux payé, avoir marqué plus de 750 buts dans sa carrière, totaliser les titres de champion du Monde, de champion Olympique, d'Europe, de France, mesurer 196 cm sans pour autant donner de son temps à sa discipline avec et pour des enfants débutants, mal lotis par la vie. L'international n'oublie pas ses débuts : Colmar, Frontignan (catégorie juniors) et Montpellier. Passé également à Kiel, Barcelone, Aix et maintenant Paris, Nikola participe aux œuvres caritatives : association ELA (leucodystrophies). Parrain au Secours Populaire, il a visité, du 6 au 13 juillet, 85 handballeurs parisiens en stage à Mèze. Reçu par les autorités Mézoises et plus particulièrement Thierry Baëza, adjoint aux sports, le joueur s'est investi en conseils et démonstrations auprès de tout ce petit monde qui pourra dire :

"J'y étais et c'est un gars sympa… !"

 
Un champion très disponible…   Nikola, habitué à Mèze…

Festival Handpan à Mèze

C'est au domaine de Farlet qu'a eu lieu la 2ème édition d'un Festival Handpan qui n'arrête pas de croître depuis 5 années. Unique au monde par le nombre de participants, de nations représentées, de groupes sur scène et de par sa durée (du 11 au 15 juillet en 2018), la manifestation gravite autour d'un instrument de musique acoustique de la famille des idiophones inventé par Félix Rohner et Sabina Schärer à Berne en Suisse en 2000. Le hang est un volume lenticulaire creux composé de deux coupelles métalliques embouties. La partie haute de l'instrument s'appelle le « ding », elle est constituée d'une note fondamentale et de sept ou huit notes l'entourant. La partie basse, « gu » est une surface lisse dotée d'un trou en son centre. (source Wikipédia).

Cédric Pla, le Sauviannais, a bien voulu nous recevoir et si "l'outil musical" est le "moteur" du Handpan World Music Festival, le fondateur et organisateur principal de la manifestation dévoile rapidement qu'une philosophie de vie est intensément liée à la pratique (seul ou en groupe) de l'instrument.

"Il n'existait aucune méthode pour pratiquer, l'idée m'est venue de faire les gens se rencontrer pour apprendre…

De là, l'organisation de concerts avec des joueurs "émergents" est venue. De plus, se produire en public est un des moyens de faire connaître cette "soucoupe" magique…

En 2017, plus de 7 000 personnes sont venues sur 3 jours…"

Avec bon nombre d'exposants et de fabricants de handpan, l'édition 2018 s'est professionnalisée… le lieu aimablement prêté par Jacques Duplan vigneron s'est enrichi d'eau potable et d'électricité : un vrai lotissement ! L'environnement paradisiaque se doit évidemment d'être respecté : c'est la condition primordiale pour être accepté. Notre visite impromptue et nos photos certifient d'ailleurs de l'état d'esprit des festivaliers. Cette note de civisme s'est aussi ornée de politesse et de sourires : ça fait du bien !

Le programme proposé, enrichi d'un handpan family (plus intime), de la prestation de jeunes talents, d'un marché artisanal, de l'Univers des 7 chakras et d'ateliers ouverts toute la journée nous fait dire que le festival grandit, grandit…

Vous trouverez plus de détails en cliquant ICI.

Extrait de la transe organique du 14 juillet

Qui es-tu Marianne ?

À l'initiative du CALM (Comité d'Action Laïque de Mèze), la matinée du 15 juillet a été très animée au pied de l'escalier du Château de Girard… Lysiane, Géraldine, Violaine et les autres nous ont permis d'assister à une séance photos des Mariannes Mézoises… La belle idée a eu un succès fou… 1789, 1790… 2018 ! En définitive peu d'écart, beaucoup de souvenirs d'école ! L'histoire s'est donnée rendez-vous… à l'ombre d'un olivier, symbole de paix. Les grandes dames ont posé pour la postérité, pour la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité… des mots plus que jamais d'actualité ! Bravo !

Thau Infos vous offre ce petit montage…

À savoir que, pour cette 3ème semaine de la laïcité, à Mèze, au Château de Girard précisément, un itinéraire laïque vous est proposé autour de « Petite histoire de Marianne et des Mariannes de Mèze » et « Sous les pinceaux la Révolution » collection privée de Christine et Gérard Chomarat.

La 1ère exposition reprend le livret, la 2ème est constituée de gravures d’époque révolutionnaire, itinéraire critique (et critiquable) de 1789 à nos jours en France et ailleurs. Les questions des droits de l’Homme, de la liberté, de l’égalité, de la justice sont affaires permanentes, quotidiennes et universelles. La visite s'impose !

Les jeudis Jazz à Beauvignac

On ne change pas une formule qui gagne ! Lancées il y a quelques années, par Joël Julien, directeur général de la cave des Costières de Pomérols, les soirées jazz font partie des rendez-vous incontournables de la saison estivale.

2018 sera donc à nouveau, au Caveau de Beauvignac, à Mèze, le relais gastro-musical de l'Art et du Vin. L'ingénieur œnologue qui a confié à Geneviève Rière, spécialiste en la matière, la programmation des "Délices jazzy", va "réveiller nos sens" tous les jeudis, aux soirées Jazz Millésimées de l'été 2018.

D'ores et déjà, retenez vos soirées des 12, 19 et 26 juillet et celles des 2, 9, 16, 23 et 30 août : ça va décoiffer !


Tarifs : 18 € la soirée jazz, tapas et vins - Billetterie à retirer impérativement au caveau de Beauvignac à Mèze avant le mardi soir qui précède le concert.


 

Voici, en détails le programme de Juillet :

Jeudi 12 : NAÏMA QUARTET

Formation née en 2016 à l'initiative de la chanteuse contrebassiste Naïma Girou. Cette dernière s'entoure de John Owens, guitariste irlandais puis de Jules Le Risbé, pianiste Montpelliérain et fait la rencontre du batteur Thomas Doméné qui devient son binôme rythmique.

Leur répertoire : Betty Carter, John Coltrane, Abbey Lincoln, Horace Silver, Georges Benson, Sarah Vaughan…


Jeudi 19 : JOHNNY MUSTANG BLUES TRIO

Johnny Mustang chante le blues, joue le blues, vit le blues. Guitare au poing, chaque note ruisselle de générosité, pour sublimer ses chansons empruntées aux légendes du blues électriques : SRV, Jimi Hendrix, Albert King et Freddie King.
Accompagné par Ana Baldeck au piano et à l’orgue et Jordi Cantagrill à la batterie, l’énergie blues explose dès les premières notes. Le trio emporte tout sur son passage et le public en redemande… 

Un premier album est en préparation…

     

Jeudi 26 : GAËL HORELLOU IDENTITÉ

«Identité» est un projet de fusion musicale ayant pour base le jazz et les rythmes de l’Océan Indien. Pour ce faire, Gaël Horellou, saxophoniste et compositeur, réunit autour de lui : Florent Gac, organiste ; Nicolas Beaulieu, guitariste Réunionnais ; Vincent Philéas aux percussions traditionnelles ; Frédéric Ilata et Vincent Aly Béril, percussions et voix.

Le groupe fait sa première série de concerts en 2014 : Jazz au Barachois, Léspas Leconte De L'Isle, Kabardock (première partie de Trilok Gurtu)… Nominé d'abord comme meilleur artiste dans la catégorie jazz/world aux Voix de l'Océan Indien puis repéré par le tourneur indien Gatecrash, Gaël et ses "dalons" (compères en créole) se produisent en Inde, au Goa International Jazz Festival et au marché des musiques IndiEarth Xchange… Leur CD est élu "Album de l'année 2017" par TSF JAZZ.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations