Mèze

Caricatures et laïcité

Comme nous l'avions annoncé, était présentées, ce mardi, deux expositions complémentaires sur la caricature à la Bibliothèque de la Ville de Mèze. Suggéré et soutenu par le C.A.L.M, toujours dans l'action pour les 110 ans de la loi sur la laïcité en France, le projet, initié après les assassinats contre Charlie Hebdo, a vu le jour au lendemain des terribles attentats du vendredi 13 novembre… D'un côté 40 documents originaux choisis par l'Atelier Tintamarre en la personne de Rémy Castan et de l'autre la production toute en sensibilité des 120 élèves de 4ème du Collège Jean Jaurès issue d'un projet pédagogique de qualité.

 

 "J'y suis, j'y reste."

Une Marianne peu banale…

De gauche à droite :

  • M. Jeanjean, président du Comité d'Action Laïque de Mèze (C.A.L.M.)
  • Mme Pires, professeur au Collège Jean Jaurès
  • Mme Cabrol, adjointe à la Culture de la Ville de Mèze
  • M. Castan, commissaire d'exposition à l'Atelier Tintamarre

Madame Anastasie et le dessin de presse.

Après les discours d'usage empreints d'émotion sincère, Rémy Castan a fourni, devant un public inter-générations attentif, toutes les explications d'une exposition remarquable. L'Atelier Tintamarre, dont le siège est à Vinassan dans l'Aude, s'est spécialisé dans l'expression "à chaud" sur les évènements : la chanson populaire et le dessin de presse. C'est ce dernier vecteur qui a été exploité en l'occasion pour le 110ème anniversaire de la loi sur la laïcité. De dame censure aux journaux, les documents authentiques illustrent parfaitement l'évolution d'une expression à plusieurs niveaux orientée à la fois vers l'information mais aussi vers les abus du pouvoir de 1830 à 1914, veille du premier grand conflit international. C'est également un support efficace pour évaluer la progression des techniques d'imprimerie.


 La production des élèves de 4ème du Collège Jean Jaurès.

"Mmes Pessant et Pires, Mr Barescut ont su adapter le programme d'histoire - les Philosophes des Lumières et les difficultés de la Monarchie absolue à la veille de la Révolution française - au projet proposé par le CALM. Les élèves, touchés par les attentats contre Charlie en janvier dernier et conformément aux nouvelles instructions d'enseignement moral et civique, se sont penchés sur la liberté d'expression, caractéristique essentielle d'un État démocratique. Invités à réaliser en petits groupes un dessin de presse respectueux des codes et des étapes de la réflexion, ils ont donné libre cours à d'étonnantes productions."

Subjugués par l'authenticité de la démarche et du résultat final, les adultes présents, à l'instar de Rémy Castan, ont souhaité, à leur tour, être les invités des jeunes artistes afin d'en savoir un peu plus par le biais d'un "questions-réponses" très savoureux. Bravo !

 Le dialogue s'est instauré… La question est posée !  Fiers de leurs travaux.

Ces expositions sont en place jusqu'au 11 décembre. Renseignements à la Bibliothèque Municipale de Mèze : 04 67 43 71 84. Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au C.A.L.M. : 04 67 43 63 97.

 

Chez Gérard, au 17 Boulevard du Port

C'est à L'Espace Mèz'Art contemporain que vous rencontrerez l'homme. Lyonnais d'origine, mézois d'adoption, grand collectionneur de dessins, tableaux et sculptures, Gérard vous accueille sur rendez-vous uniquement. Bien que très occupé et très impliqué dans la vie culturelle de la cité du Bœuf, il vous donnera chaleureusement un peu de son temps. En ce moment et pour une bonne quinzaine de jours, le galeriste vous a réservé une série de productions sur la caricature en général, mais plus particulièrement sur Honoré Daumier : un régal ! De plus, il accueille dans ses locaux les productions du projet pédagogique "Dessin de presse" des classes de 4ème du Collège Jean Jaurès…

Honoré Daumier (1808-1879).

Graveur, caricaturiste, peintre et sculpteur français, il est surtout connu pour ses caricatures d'hommes politiques. Cela ne lui valut pas que des amis et, Louis-Philippe, fâché de son "portrait" en Gargantua l'envoya en prison. Les fameuses poires, reprises par le Canard Enchaîné et Charlie Hebdo, le Colonel Ratapoil, son militantisme au sein du journal Le Charivari, ses multiples illustrations, ses lithographies en ont fait le précurseur de la caricature politique, un phénomène toujours d'actualité…


Pour en apprendre encore plus, rendez-vous au 17 Boulevard du Port à Mèze - Gérard Chomarat : 06 12 34 68 67.

 

La caricature dans tous ses états… vous attend !

           

Rester debout

 

 

Atmosphère pesante devant la Mairie de MÈZE,  ce lundi 16 novembre. Une foule compacte s'est massée devant la mairie. On voit des drapeaux français figés en ce matin doux et calme. Pas un souffle de vent… du silence et du recueillement. Comme dans toutes les villages et villes de France, au moment des douze coups de midi la sirène retentit : une odeur de guerre chuchote un ancien… Monsieur Henri Fricou, maire de la ville, entouré de son conseil municipal, nous livre quelques mots. Trop ému, je ne les entends pas… Je vois des visages rougis, des joues mouillées… La minute de silence est déjà terminée. Une Marseillaise douce et dure à la fois est entonnée. Elle ressemble à une mélodie. Les têtes sont hautes et fières. On va rester DEBOUT !

Sur la place de la mairie

Henri Fricou, maire de Mèze, son conseil municipal.

AIR LR recrute des nez

AIR Languedoc-Roussillon, organisme régional indépendant chargé de la surveillance de la qualité de l’air, va prochainement mettre en place un Observatoire des odeurs autour du Bassin de Thau, en partenariat avec les acteurs locaux concernés. Cet Observatoire consiste en un panel de riverains, appelés « Nez », qui renseignent en continu la présence ou l’absence d’odeurs à leur domicile et, en cas de gêne, les caractéristiques de l’odeur ressentie (durée, intensité, ressemblance…).

Dans le cadre de la mise en place de cet observatoire, AIR LR lance un appel à candidature afin de constituer le réseau de « Nez » bénévoles qui sera chargé de relever les nuisances olfactives perçues autour du Bassin de Thau.


 Si vous êtes intéressé(e)s, vous pouvez contacter AIR LR dès à présent : 04 67 15 96 60 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

14-18 : pour ne pas oublier…

"…Les morts bougeaient. Les nerfs se tendaient dans la rainure des chairs pourries et un bras se levait lentement dans l’aube. Il restait là, dressant vers le ciel sa main noire tout épanouie ; les ventres trop gonflés éclataient et l’homme se tordait dans la terre, tremblant de toutes ses ficelles relâchées. Il reprenait une parcelle de vie. Il ondulait des épaules, comme à son habitude d’avant quand sa femme le reconnaissait au milieu des autres, à sa façon de marcher. Et les rats s’en allaient de lui. Mais, ça n’était plus son esprit de vie qui faisait onduler ses épaules, seulement la mécanique de la mort, et au bout d’un peu, il retombait immobile dans la boue. Alors les rats revenaient…"

Jean Giono, extrait de "Le Grand Troupeau", Gallimard (1931).

À Mèze, comme dans chaque ville française on commémore cette sinistre période de l'Histoire de France et de l'Humanité : expositions, projection cinématographique, conférence, cérémonie officielle aux monuments aux morts… Nous avons retenu trois évènements sur les douze jours consacrés à ce devoir de mémoire :

  • "Vingt-quatre estampes sur la guerre par Georges Bruyer, 1883-1962", une exposition proposée par Gérard Chomarat à la bibliothèque municipale,
  • "14-18, les années d'acier", compositions d'écoliers de Mèze, toujours à la bibliothèque municipale,
  • Inauguration de la plaque commémorative à la caserne d'Ypres, route de Villeveyrac.

Vingt-quatre estampes sur la guerre - Georges Bruyer.


 14-18, les années d'acier - Compositions des écoliers de Mèze  (Écoles de la Calendreta et de Clemenceau)

 
 

 Inauguration de la plaque commémorative à la caserne d'Ypres

Le cortège de la cérémonie, parti de la place de la Mairie, s'est ensuite dirigé vers le monument aux morts où les autorités civiles et militaires se sont retrouvées. Là, les enfants des Écoles, du Collège et de l'Espace Jeunes de Mèze ont fait l'appel des 71 poilus Mézois morts pour la France avant d'entonner La Marseillaise. Textes et allocutions divers ont été lus, suivis par des dépôts de gerbes. Le défilé imposant a pris le chemin de la Caserne d'Ypres. Dans son discours, M. Henri Fricou maire de la Ville, précise que, ce qui aujourd'hui sert d'atelier aux services municipaux, était un grand chai de futaille. Ce bâtiment de 1200 m2 a été réquisitionné en 1915 afin d'héberger le 416ème Régiment d'Infanterie. Il est devenu également, en 1917, un centre de convalescence à 5 200 poilus intoxiqués par le terrible gaz moutarde, l'ypérite. Le 416ème fut en grande partie décimé lors de la bataille de Champagne. Une plaque a donc été dévoilée, ce 11 novembre, sur un des deux piliers témoins du bâtiment pour… ne pas oublier !

Quelques clichés de cette matinée émouvante :

cliquez sur une image pour l'agrandir
No images found.

Portes ouvertes au site gallo-romain à Mèze

Vendredi 6 novembre, le public était invité à découvrir le site gallo-romain qui vient d'être découvert, sur l’emplacement du futur projet immobilier du Moulin à Vent, à proximité de la rue des Frères Argand à Méze

 site_gallo_romain2Un établissement rural datant d’une période estimée entre le milieu du 1er siècle avant Jésus Christ et la fin du premier siècle après Jésus Christ. C’est ce que vient de mettre à jour l’équipe du service d’archéologie préventive de la CCNBT sur l’emplacement du futur projet immobilier du Moulin à Vent, à proximité de la rue des Frères Argand.

 Avant que la construction de ce nouveau quartier débute, les habitants de Mèze ont été invités à venir découvrir les vestiges conservés sur ce lieu, le temps d’une unique visite guidée. Une centaine de personnes étaient présentes.


La campagne de fouilles dirigée par Ronan Bourgaut a été lancée à la fin du mois d’août. Elle va bientôt toucher à sa fin.
L’archéologue précise que « les investigations de son équipe ont permis de mettre à jour un chemin desservant le site mis en place au moins au 1er siècle av. J.-C., un système de caniveaux et d’égouts, une carrière, des bassins viticoles, un chai, et une grande structure enterrée de 16m de long, 5m de large et 2m de profondeur dont l’usage n’est pas clairement identifié mais qui pourrait éventuellement correspondre à un d’abreuvoir pour des animaux domestiques. »
Ronan Bourgaut évoque ensuite une nouvelle période de site : « Cette structure est abandonnée, à la fin du 1er siècle av. J.-C. pour faire place à un domaine viticole classique comme il en existe beaucoup sur les rives de l’étang de Thau. La présence des deux bassins de décantation pour la vinification du jus de raisin et les restes d’un chai avec des cavités accueillant des dolia (grandes amphores de stockage du vin) attestent de cette activité. Etrangement, l’usage viticole du site semble être abandonné vers 70 après J.-C., dans une période où la viticulture est justement en plein développement.
Les objets trouvés sur place sont essentiellement des amphores d’importation d’Italie et d’Espagne servant à transporter l’huile, le vin, les sauces de poisson… qui prouvent une vie assez intense. Les archéologues ont aussi exhumé des céramiques de vaisselle, de gobelets et de lampes à huile qui évoquent probablement un niveau social relativement élevé et laissent supposer que l’habitat des maîtres du domaine doit se trouver à proximité ».
Autre découverte intéressante selon Ronan Bougaut, « la présence massive de coquilles de pétoncles, de moules et surtout d’huîtres qui pourraient peut-être nous permettre de savoir depuis quand on consomme des coquillages autour du bassin de Thau. Il semblerait que l’on se situe dans le règne d’Auguste (de 27 av J.-C. à 14 après J.-C.). Cela reste à préciser ».
Au terme de cette campagne de fouilles préventives, le projet immobilier pourra suivre son cours. Les données archéologiques extrêmement précises et complètes ainsi collectées permettront ce que les spécialistes appellent « la conservation par l’étude » et viendront enrichir la connaissance des activités humaines sur les rives de Thau durant l’antiquité.
source : www.ville-meze.fr

 

L’avenir de notre territoire en question

Les conseillers communautaires indépendants de la CCNBT (Bouzigues, Poussan, Mèze) : Magali DESPLATS, Jacques LLORCA, Eric GARINO, Gilles PHOCAS nous communiquent :

"Au début des années 2000, en phase avec Georges FRÊCHE, Yves PIETRASANTA, les élus Mézois et leurs alliés défendaient becs et ongles une fusion de la CCNBT avec Montpellier. Des séances de votes épiques faisaient capoter le projet.
Autour de 2010, les mêmes défendaient ardemment une fusion Sète-Agde-Mèze… Le projet capotait là-aussi.
A noter qu’au début des années 2000, M. BOULDOIRE, Maire de Frontignan avait proposé que sa commune intègre, seule, l’agglo de Montpellier, ce qui avait capoté aussi.
Septembre 2015, le préfet propose (faute de mieux) une fusion Sète-Mèze, qui serait selon nous un moindre mal et une étape vers une entité autour de Thau.
Donc, plus de dix ans après, le débat sur le périmètre des agglos revient sur le tapis…
Ceux, pour qui il était urgent de s’unir avec Montpellier, soutiennent aujourd’hui qu’il faut attendre 2020 pour étudier la question, ceux qui voulaient une union Sète-Mèze-Agde sont contre Mèze-Sète..
Chacun, s’il ne peut accroître le territoire de sa « seigneurie », veut au moins garder la sienne intacte...
L’intérêt général attendra.
Les mêmes viendront certainement pleurer dans quelques années quand l’Etat aura fait de manière autoritaire un découpage que nous subirons tous…"

Gilles PHOCAS
Pour  les conseillers communautaires indépendants de la CCNBT (Bouzigues, Poussan, Mèze) : Magali DESPLATS, Jacques LLORCA, Eric GARINO, Gilles PHOCAS

Mèze - Accueil des réfugiés

Image : TV Mèze

Michel Negrell du Collectif pour l'accueil des réfugiés à Mèze nous communique :

Le Collectif pour l’accueil des réfugiés à Mèze demande à la Municipalité de Mèze de s’intégrer dans le dispositif d’accueil de 24 000 réfugiés, prévu par le gouvernement Français et d’affirmer sa position par une résolution du Conseil Municipal, transmise au représentant de l’état. Le Collectif demande à la Municipalité de Mèze de s’engager pour l’accueil de 3 à 5 familles de réfugiés en mettant à disposition un logement pour chaque famille et en assurant le couvert.

De son côté le Collectif s’engage à accompagner les réfugiés accueillis pour leurs déplacements, l’apprentissage du Français, leurs démarches administratives, leurs démarches de santé et leur intégration sociale.

Qui sommes – nous ?

 Un groupe, un collectif de citoyens, « en construction », qui s’est constitué suite à l’émotion et la compassion qu’ont fait naître les reportages sur les populations fuyant les massacres, la terreur et la misère…et leur accueil chaotique et inhospitalier aux frontières de l’Europe. En se saisissant de cette actualité douloureuse, il affirme les valeurs universelles que sont les droits de l’homme et de solidarité vis à vis des plus démunis, et en particulier le droit d’asile qui en est l’une de ses expressions. La convention de Genève de 1951, adoptée par les pays signataires, contraint les pays signataires à accueillir toute personne déclarant fuir une persécution ou une menace pour sa vie. Ce devoir d’hospitalité s’applique dès l’instant où l’exilé demande l’asile. C’est au nom de ces valeurs et de la convention de Genève dont la France est signataire que nous engageons une démarche citoyenne pour l’accueil de réfugiés à Mèze.

Ce que nous voulons :

Convaincre et amener la Municipalité de Mèze à s’engager pour l’accueil de trois à cinq familles de réfugiés en mettant à disposition un logement pour chaque famille et en assurant le couvert. C’est pourquoi nous demandons au Conseil Municipal de s’intégrer dans le dispositif d’accueil de 24 000 réfugiés, prévus par le gouvernement Français et d’affirmer sa position par une résolution du Conseil Municipal, transmise au représentant de l’État.

Le Collectif a bien conscience de la difficulté dans un contexte économique et social difficile pour une Municipalité de prendre une telle décision, mais il considère que la situation d’urgence de ces populations appelle une réponse claire, rapide et sans ambiguïté.

De son côté le Collectif s’engage à accompagner les réfugiés accueillis pour leurs déplacements, l’apprentissage du Français, leurs démarches administratives, leurs démarches de santé et leur intégration sociale.

Par cette double démarche « collaborative », nous souhaitons associer la solidarité institutionnelle et la solidarité citoyenne.

Les Costières de Pomérols font un "CarttooN".

Le vendredi 23 octobre les Costières de Pomérols ont lancé officiellement "CarttooN" en présence de nombreuses personnalités institutionnelles et professionnelles.
CarttooN est un nouveau concept de présentoir lumineux destiné à valoriser les produits régionaux dans une démarche environnementale qui fait la part belle au recyclage puisque cet outil marketing est constitué à 93% de carton fabriqué à partir de papier recyclé.

 

"De par sa conception en carton recyclé mais aussi grâce à son engagement envers les associations qui agissent pour le développement durable, CarttooN, concept "éco-solidaire". a pour objectif de « Rendre à la nature ...
Créer pour valoriser les territoires et le savoir-faire, CarttooN est donc plus qu’un beau présentoir lumineux…"

 

   

On notait, entre autres, la présence du sénateur Henri CABANEL, du vice-président de la Communauté d’Agglomération Hérault-Méditerranée et maire de Pinet, Gérard BARRAU, de Raphaël COLICCI, fondateur du centre Oléatherm et ancien président de la cave oleïcole de Clermont l’Hérault, de Xavier DE VOLONTAT, président du CIVL et de René MORENO, président des IGP.
Egalement présent, Christophe MORGO, Vice-président du Conseil Départemental chargé de l’Environnement, qui a clos les discours en présentant la campagne de sensibilisation environnementale qu’il souhaite mener sur le département avec "cette nouvelle génération de présentoirs, 100% modulable et personnalisable, dédiée à tous types de produits et à la représentation de ceux-ci dans leurs environnements."

Cyr GAUDY, Président des Costières de Pomérols et Joël JULIEN le directeur de cette noble maison ne s'y sont d'ailleurs pas trompés. Dans leur quête permanente pour aller de l'avant et valoriser les produits de leur cave en progression constante, ils ont vite vu dans CarttooN une belle opportunité pour allier "le bon et le beau".

L'histoire de CarttooN est aussi celle d'un homme, Claude Cruells et d'une équipe. Claude CRUELLS, un photographe bien connu dans le monde du vin a eu l'idée du concept. Avec son équipe, et suite à une première approche prometteuse à Mèze, au Caveau de Beauvignac, le projet a pris forme. Une fois le concept validé, la fabrication des présentoirs CarttooN a été confiée à un entreprise régionale, la société MTM dont le siège est à Perpignan.
Aujourd'hui la réussite est manifeste. Les écrins Carttoon valorisent à merveille des contenus de qualité exceptionnelle. L'œil est flatté et stimule les papilles.

Daniel Monteil

L'équipe d'un projet innovant qui pour des produits de qualité

 


Vins de Beauvignac : Caveau de Pomérols - Caveau de Mèze

Effervescence à l'Arbre de Jade

Ce 17 octobre, Madame Martine Reynaud, présidente de l'Association l'Arbre de Jade à Mèze, accueillait dans sa Galerie d'Art, au 36 rue du Port, Gérard Lemonnier un artiste peintre et K-Arty, photographe d'art, un habitué des lieux.

 

Une galerie qui a "pignon sur rue" à Mèze.

  • G.LEM, artiste peintre
  • Martine REYNAUD, présidente
    de l'association l'Arbre de Jade
  • K-ARTY, photographe d'art.

Une visite s'impose !

 


G.LEM, néo Pinetois, s’adonne depuis à sa passion et produit des toiles toutes plus lumineuses les unes que les autres, aux textures variées et aux couleurs éclatantes. L’extraordinaire brillance, la qualité de texture de sa peinture et sa technique interloque l’amateur averti comme le curieux en promenade. On fait demi-tour, on interroge le peintre, on contemple… ça tombe bien, car de son aveu même, c’est exactement ce qu'il recherche : accrocher l’œil, arrêter le passant, que l’image s’impose d’elle-même aux initiés comme aux autres. Ce qu’il cherche à prouver finalement, c’est que la peinture est l’affaire de tout un chacun, puisque la beauté est l’affaire de tous.

Le voici, sur la photo, au contact de "son" public. Plus de détails sur son site : http://www.gerardlemonnier.com/

Quelques unes de ses toiles exposées jusqu'au 7 décembre 2015.

 


K-ARTY, après un parcours de photographe professionnel, s'est envolé dans les sphères du cliché d'art. Là, il s'exprime pleinement. Au diable les contraintes ! Actuellement, il nous propose une exposition : "Psssst !!! dans l'œil du maton…". En 2014, Laurent a "promené" son objectif dans la prison Sainte-Anne en Avignon, un des plus vieux lieux de détention qui fermait ses portes définitivement. Ce monument carcéral sera "réhabilité" quelques mois afin de recevoir la Collection Lambert. L'établissement "resté dans son jus" devient alors, l'espace d'un instant, le témoin de la liberté d'expression. La relation très forte de cet Art qui s'érige au milieu des cellules empreintes des peines passées… porte en triomphe l'espoir d'une liberté reconquise par l'artiste.

Des clichés saisissants sur un univers méconnu à la fois envoûtant et tellement difficile à imaginer…

 

 

Psssssst !!! Dans l'œil du maton…


 L'Arbre de Jade - 36, rue du Port 34140 Mèze - 04 67 89 60 95 - 06 86 13 51 15

Ora Maritima : découverte du lagunage de Mèze

C'est M. Cazorla, responsable du service assainissement du CCNBT (Comité de Communes Nord du Bassin de Thau) qui nous a accueilli ce samedi à la station de lagunage de Mèze. Le site, qui existe depuis 1964, a subi en 1980, 1996, 1998 et 2011 de nombreuses modifications toutes axées dans le but d'améliorer le traitement des eaux usées. M. Cazorla, érudit convaincu, s'est prêté gentiment à nos interrogations, des plus simples aux plus pointues. Nous avons ainsi suivi "le fil de l'eau", ce don de la nature si précieux, à travers les 10 étapes de cette station de type "boues activées aération prolongée" pour nous rendre à l'évidence : la protection des ressources en eau est un enjeu majeur sur le territoire de Thau.

Le parcours des eaux usées (document CCNBT)

 

1 > entrée des eaux usées

2 > dégrilleur des matières et déchets volumineux

3 > dessableur par décantation (sables recyclés)

4 > dégraissage par flottation

5 > bassins d'aération/anoxie (boues actives grâce aux bactéries)

6 > clarificateur (séparation de l'eau et des boues)

7 > traitement UV (désinfection bactérienne de l'eau)

8 > bassins de finition (épuration finale par la chaîne bactéries-phytoplancton-zooplancton)

9 > rhizocompostage (séchage des boues en vue d'un épandage agricole)

10 > bassins d'orage (stockage des eaux de pluie)

   

 

Des "visiteurs" concernés et attentifs aux explications de M. Cazorla.
Bassin d'aération où l'oxygénation des boues permet aux bactéries d'être très actives.
À la sortie du clarificateur, l'eau s'échappe : les boues se sont déposées par décantation.
La tulipe de sortie par où les eaux vérifiées rejoignent l'étang : le cycle est terminé.
Ce cygne a élu domicile à la station de lagunage…