Mèze

Nikola Karabatic une nouvelle fois à Mèze

On a beau être le handballeur français le mieux payé, avoir marqué plus de 750 buts dans sa carrière, totaliser les titres de champion du Monde, de champion Olympique, d'Europe, de France, mesurer 196 cm sans pour autant donner de son temps à sa discipline avec et pour des enfants débutants, mal lotis par la vie. L'international n'oublie pas ses débuts : Colmar, Frontignan (catégorie juniors) et Montpellier. Passé également à Kiel, Barcelone, Aix et maintenant Paris, Nikola participe aux œuvres caritatives : association ELA (leucodystrophies). Parrain au Secours Populaire, il a visité, du 6 au 13 juillet, 85 handballeurs parisiens en stage à Mèze. Reçu par les autorités Mézoises et plus particulièrement Thierry Baëza, adjoint aux sports, le joueur s'est investi en conseils et démonstrations auprès de tout ce petit monde qui pourra dire :

"J'y étais et c'est un gars sympa… !"

 
Un champion très disponible…   Nikola, habitué à Mèze…

Festival Handpan à Mèze

C'est au domaine de Farlet qu'a eu lieu la 2ème édition d'un Festival Handpan qui n'arrête pas de croître depuis 5 années. Unique au monde par le nombre de participants, de nations représentées, de groupes sur scène et de par sa durée (du 11 au 15 juillet en 2018), la manifestation gravite autour d'un instrument de musique acoustique de la famille des idiophones inventé par Félix Rohner et Sabina Schärer à Berne en Suisse en 2000. Le hang est un volume lenticulaire creux composé de deux coupelles métalliques embouties. La partie haute de l'instrument s'appelle le « ding », elle est constituée d'une note fondamentale et de sept ou huit notes l'entourant. La partie basse, « gu » est une surface lisse dotée d'un trou en son centre. (source Wikipédia).

Cédric Pla, le Sauviannais, a bien voulu nous recevoir et si "l'outil musical" est le "moteur" du Handpan World Music Festival, le fondateur et organisateur principal de la manifestation dévoile rapidement qu'une philosophie de vie est intensément liée à la pratique (seul ou en groupe) de l'instrument.

"Il n'existait aucune méthode pour pratiquer, l'idée m'est venue de faire les gens se rencontrer pour apprendre…

De là, l'organisation de concerts avec des joueurs "émergents" est venue. De plus, se produire en public est un des moyens de faire connaître cette "soucoupe" magique…

En 2017, plus de 7 000 personnes sont venues sur 3 jours…"

Avec bon nombre d'exposants et de fabricants de handpan, l'édition 2018 s'est professionnalisée… le lieu aimablement prêté par Jacques Duplan vigneron s'est enrichi d'eau potable et d'électricité : un vrai lotissement ! L'environnement paradisiaque se doit évidemment d'être respecté : c'est la condition primordiale pour être accepté. Notre visite impromptue et nos photos certifient d'ailleurs de l'état d'esprit des festivaliers. Cette note de civisme s'est aussi ornée de politesse et de sourires : ça fait du bien !

Le programme proposé, enrichi d'un handpan family (plus intime), de la prestation de jeunes talents, d'un marché artisanal, de l'Univers des 7 chakras et d'ateliers ouverts toute la journée nous fait dire que le festival grandit, grandit…

Vous trouverez plus de détails en cliquant ICI.

Extrait de la transe organique du 14 juillet

Qui es-tu Marianne ?

À l'initiative du CALM (Comité d'Action Laïque de Mèze), la matinée du 15 juillet a été très animée au pied de l'escalier du Château de Girard… Lysiane, Géraldine, Violaine et les autres nous ont permis d'assister à une séance photos des Mariannes Mézoises… La belle idée a eu un succès fou… 1789, 1790… 2018 ! En définitive peu d'écart, beaucoup de souvenirs d'école ! L'histoire s'est donnée rendez-vous… à l'ombre d'un olivier, symbole de paix. Les grandes dames ont posé pour la postérité, pour la liberté, l'égalité, la fraternité, la laïcité… des mots plus que jamais d'actualité ! Bravo !

Thau Infos vous offre ce petit montage…

À savoir que, pour cette 3ème semaine de la laïcité, à Mèze, au Château de Girard précisément, un itinéraire laïque vous est proposé autour de « Petite histoire de Marianne et des Mariannes de Mèze » et « Sous les pinceaux la Révolution » collection privée de Christine et Gérard Chomarat.

La 1ère exposition reprend le livret, la 2ème est constituée de gravures d’époque révolutionnaire, itinéraire critique (et critiquable) de 1789 à nos jours en France et ailleurs. Les questions des droits de l’Homme, de la liberté, de l’égalité, de la justice sont affaires permanentes, quotidiennes et universelles. La visite s'impose !

Les jeudis Jazz à Beauvignac

On ne change pas une formule qui gagne ! Lancées il y a quelques années, par Joël Julien, directeur général de la cave des Costières de Pomérols, les soirées jazz font partie des rendez-vous incontournables de la saison estivale.

2018 sera donc à nouveau, au Caveau de Beauvignac, à Mèze, le relais gastro-musical de l'Art et du Vin. L'ingénieur œnologue qui a confié à Geneviève Rière, spécialiste en la matière, la programmation des "Délices jazzy", va "réveiller nos sens" tous les jeudis, aux soirées Jazz Millésimées de l'été 2018.

D'ores et déjà, retenez vos soirées des 12, 19 et 26 juillet et celles des 2, 9, 16, 23 et 30 août : ça va décoiffer !


Tarifs : 18 € la soirée jazz, tapas et vins - Billetterie à retirer impérativement au caveau de Beauvignac à Mèze avant le mardi soir qui précède le concert.


 

Voici, en détails le programme de Juillet :

Jeudi 12 : NAÏMA QUARTET

Formation née en 2016 à l'initiative de la chanteuse contrebassiste Naïma Girou. Cette dernière s'entoure de John Owens, guitariste irlandais puis de Jules Le Risbé, pianiste Montpelliérain et fait la rencontre du batteur Thomas Doméné qui devient son binôme rythmique.

Leur répertoire : Betty Carter, John Coltrane, Abbey Lincoln, Horace Silver, Georges Benson, Sarah Vaughan…


Jeudi 19 : JOHNNY MUSTANG BLUES TRIO

Johnny Mustang chante le blues, joue le blues, vit le blues. Guitare au poing, chaque note ruisselle de générosité, pour sublimer ses chansons empruntées aux légendes du blues électriques : SRV, Jimi Hendrix, Albert King et Freddie King.
Accompagné par Ana Baldeck au piano et à l’orgue et Jordi Cantagrill à la batterie, l’énergie blues explose dès les premières notes. Le trio emporte tout sur son passage et le public en redemande… 

Un premier album est en préparation…

     

Jeudi 26 : GAËL HORELLOU IDENTITÉ

«Identité» est un projet de fusion musicale ayant pour base le jazz et les rythmes de l’Océan Indien. Pour ce faire, Gaël Horellou, saxophoniste et compositeur, réunit autour de lui : Florent Gac, organiste ; Nicolas Beaulieu, guitariste Réunionnais ; Vincent Philéas aux percussions traditionnelles ; Frédéric Ilata et Vincent Aly Béril, percussions et voix.

Le groupe fait sa première série de concerts en 2014 : Jazz au Barachois, Léspas Leconte De L'Isle, Kabardock (première partie de Trilok Gurtu)… Nominé d'abord comme meilleur artiste dans la catégorie jazz/world aux Voix de l'Océan Indien puis repéré par le tourneur indien Gatecrash, Gaël et ses "dalons" (compères en créole) se produisent en Inde, au Goa International Jazz Festival et au marché des musiques IndiEarth Xchange… Leur CD est élu "Album de l'année 2017" par TSF JAZZ.

Plein feu… d'artifice !

Soirée agréable à Mèze entre bal des pompiers, retraite aux flambeaux, défilés, fête foraine et multiples animations… à ne plus savoir où donner de la tête ! Thau Info s'est installé sur la jetée du port de plaisance et là :

Forte affluence sur les quais, aux terrasses des bars, des restaurants… La saison d'été a pris ses quartiers. Pour les observateurs, dans le film ci-dessus vous pourrez découvrir le fil d'une canne à pêche (l'histoire ne dit pas si la dorade, effrayée, ne s'est pas jetée sur le bibi…) et tout au fond, le feu d'artifice de Marseillan.

Entre terre et lagune : balades studieuses

Le CPIE (Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement) du Bassin de Thau propose bon nombre d'animations grâce à un réseau riche de 16 structures membres qui œuvrent dans le domaine de l'environnement et du développement durable. Pour l'été 2018 ce ne sont pas moins de 20 balades qui sont proposées. Nous nous sommes attachés à détailler celles qui concernent ou qui démarrent de notre belle ville de Mèze :

   

À la découverte du monde des herbiers de Thau

Cet été, les animateurs viennent à votre rencontre pour vous faire découvrir les herbiers de la lagune et vous aider à les protéger. Cette campagne initiée par le SMBT se déroule dans le cadre de l'animation du site Natura 2000 étang de Thau.


De juin à septembre.

Tarif : gratuit - Atelier sur stand sur la plage, pas de réservation.

Infos ICI

Réalisation : ardam et LPO Hérault

     
   

La pêche aux trésors

Les pieds dans l'eau et une épuisette à la main, découvrez en famille poissons, mollusques, crustacés et tous les autres trésors de la lagune de Thau. Au fil de vos observations, vous apprendrez à connaître ce monde singulier de la vie lagunaire…


Du 19 juillet au 30 août inclus :

- les jeudis de 9h30 à 11h30 à Mèze, plage du Taurus, face au tennis (sauf le 23/08)

Tarif : 5€/personne (à partir de 4 ans).

Réservation obligatoire au 06 42 85 79 48.

Réalisation : ardam et Kimiyo.

     
   

Balade au crépuscule

Le soir venu, alors que le ciel et la lagune de Thau se teintent de rouge et d'or, les oiseaux se laissent admirer et les chauves-souris prennent leur envol. Munis de jumelles, amplificateurs de sons et "batbox", suivez une ornithologue-chiroptérologue au cœur d'un site naturel protégé d'exception.


Du 11 juillet au 22 août inclus, sauf le 15/08, de 19h30 à 22h :

- les mercredis soir RDV devant l'écosite de Mèze (portail blanc, route des Salins). Prévoir : lampe de poche, lotion anti-moustiques et vêtements chauds.

Tarifs : 6 €/adulte - 3 € enfant de - de 12 ans et à partir de 7 ans.

Réservation obligatoire : 06 33 23 19 23

Réalisation : LPO Hérault.

Les estivales de Thau sont passées à Mèze

2ème journée d'une 4ème édition des Estivales de Thau et cette année sous l'égide Sète Agglopôle Méditerranée. Les dégustations de vins et produits du terroir ont de plus en plus de succès, c'est indéniable ! Ce jeudi, à Mèze, sur la promenade Bessière, au bord de l'étang, touristes et autochtones ont pleinement profité de l'animation à portée de toutes les bourses, de toutes les envies…

L'ambiance festive et apéritive, avec des amis ou en famille a pris place, à ciel ouvert, pour le plaisir de tous. Pour celles et ceux qui ont manqué les deux premières journées des soirées itinérantes, 7 autres rendez-vous au menu :

  • le 12 juillet à Balaruc-les-Bains (Parc Sévigné à côté de l’Office de Tourisme)
  • le 19 juillet à Mireval (Place Louis Aragon)
  • le 26 juillet à Sète (Quai Léopold Suquet)
  • le 2 août à Marseillan (Quai Antonin Gros)
  • le 9 août à Loupian (Place Charles de Gaulle)
  • le 16 août à Montbazin (Place du Jeu de Ballon)
  • le 23 août à Frontignan (Avenue Ferdinand de Lesseps – Parking du Port)

Afin de vous décider et histoire de vous donner l'eau à la bouche, quelques images d'un début de soirée  :

 

Tarifs : 5€ les trois dégustations du vin de votre choix ou 2€ la simple dégustation (les aliments solides sont à acheter directement sur les stands de producteurs).

Picpoul : un ouvrage pour un cépage !

L'Agglo Méditerranée et Sète Agglopôle Méditerranée étaient réunies ce mercredi au Domaine de Creyssels, à Mèze, pour la consécration du Picpoul de Pinet, l'appellation emblématique du vin blanc languedocien. Le Conseil Supérieur de l'Œnotourisme a officiellement attribué le label "Vignobles & Découvertes" (29 mai 2018) à la destination THAU EN MÉDITERRANÉE : une juste récompense pour le cépage "du triangle d'or" (Agde-Pézenas-Sète) à cheval sur les deux agglos unanimes dans cette démarche collective œnotouristique.

Depuis 2012 et les premières démarches "Pays de Thau", les différents acteurs professionnels inter-filières (touristique, viticole, conchylicole et halieutique) se sont fédérés autour de l'alliance des vins et coquillages à travers un travail d'animation et de formation : faire, c'est bien mais il faut également faire connaître.

THAU EN MÉDITERRANÉE, c'est : 82 partenaires éligibles (30 caves ou domaines viticoles, 4 établissements conchylicoles, 14 structures d'hébergements, 11 restaurants, 6 activités patrimoniales, 9 activités de bien-être ou de loisirs, 6 offices de tourisme et 4 agences réceptives). 34 communes sont concernées donc 200 000 habitants. La nouvelle destination couvre 5 AOP et 7 IGP de territoire… le label n'est plus un simple dispositif d'animation mais un véritable outil de performance pour les professionnels.

Gilles D'ETTORE, président de la Communauté d'Agglomération Hérault Méditerranée, maire d'Agde et François COMMEINHES, président de Sète Agglopôle Méditerranée, maire de Sète, ont donc répondu à l'invitation de Frédéric SUMIEN, président d'AOC Picpoul de Pinet.

 Les autorités locales, départementales, régionales réunies au Domaine de Creyssels

Après les discours d'usage, l'Ensemble Vocal de Pézenas a interprété la chanson du Picpoul devant une assemblée conséquente, tout ouïe et fière d'assister à cette première fort réussie et de grande qualité musicale. Nul doute que ce chant d'hommage aux "piquepouliers" va faire le tour de la planète viticole et devenir le tube d'un été fort bien commencé.

Un ouvrage qui tombe "à pic" !

"Picpoul de Pinet, une Odyssée viticole en Languedoc" est vraiment le document qu'il fallait à cet étonnant cépage.

Marc MÉDEVIELLE, autrefois journaliste spécialisé dans les vins de la France méridionale et Emmanuel PERRIN, photographe indépendant en publicité et communication institutionnelle se sont associés pour un ouvrage initié par Guy BASCOU, "mémoire vivante" du précieux "trésor".

Guy BASCOU, mémoire du Picpoul Marc MÉDEVIELLE, écrivain

L'A.O.P. Picpoul de Pinet est intimement liée à son cépage autochtone : le piquepoul. Terroir directement sous influence maritime, Picpoul de Pinet se situe sur les bords de la Méditerranée, au nord de l'étang de Thau. Son vignoble comprend 24 caves particulières et 4 caves coopératives, s'étend sur 2000 ha. Son vin est reconnu et vendu à travers le monde. Ce cépage "rescapé" au destin mouvementé à travers les siècles est maintenant "la production emblématique du bassin de Thau, le vignoble de la marine…"

L'ouvrage de Marc Médevielle et Emmanuel Perrin, réalisé à l'initiative du Syndicat des Vignerons de Picpoul de Pinet et du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc, traite une multitude de sujets : les spécificités du terroir, la viticulture durable, une bouteille emblématique, les portraits des femmes vigneronnes, le fameux Festival de Thau… Éditions de La Martinière.

 

Mais où va le vaisseau Thalassa ?

Partie de billard ou de ping-pong ? La vente du village Thalassa annoncée en 2016, puis confirmée en 2017 avait secouée l'opinion publique et même la majorité municipale de Mèze où les avis étaient partagés… Chacun y est allé de ses suppositions et si, à ce jour, rien ne semble définitif quant au devenir de la structure, on peut dire sans se tromper que "l'affaire" est d'importance.

Notre rôle reste celui d'observateur.

Le cœur ou la raison ? La formule peut convenir mais peut devenir : le cœur ET la raison. Sans rentrer dans les détails, d'un côté, il y a celles et ceux qui veulent "conserver ce patrimoine utile à la ville" et de l'autre, celles et ceux qui jugent que "remettre aux normes l'immobilier concerné" risque de coûter cher au contribuable local… Au milieu de tout ça, une trentaine de salarié(e)s sur le qui-vive, se demandent "à quelle sauce" ils vont être "mangés…"

Thau Info, qui était présent lors de la grève du personnel du 28 avril 2017, suit les évènements. Aux dernières nouvelles, il y a eu volte-face au sein du conseil municipal et pour cause : la DSP, délégation de service public, ne peut être rompue avant 2022 (décision du 28 juin 2018) et la délibération du Conseil Municipal jugée illégale par le Tribunal Administratif suite au recours de MM. Garcia et Phocas, alors conseillers d'opposition. On ne parle plus de vente mais de projets quant à l'utilisation du Thalassa…

Nous avons eu et nous avons accès à celui de Thierry Baëza, 3ème adjoint du conseil municipal de la ville (sport, environnement, agriculture), projet d'ailleurs présenté à M. Le Maire et à son directeur de cabinet, M. Doré, le 20 février 2018.

Interpellé lors de son opposition à la vente de la structure, M. Baëza a argumenté dans un document d'une dizaine de pages un projet des plus intéressants, téléchargeable dans son intégralité ICI.

De gauche à droite : Thalassa, tennis, dojo, Taurus… tout sur place !

Pour l'adjoint aux sports (10 ans), le Thalassa "est un joyau économique pour la ville et la seule structure qui peut permettre de générer des recettes conséquentes…"

Ses arguments :

  • le potentiel d'un hébergement au large éventail avec :

1) le Thalassa justement (320 personnes sur 60 gîtes de 2 à 7 personnes et 8 chambres de 2 à 4 personnes),

2) le centre du Taurus (120 personnes avec 35 chambres de 1 à 6 lits), une cuisine centrale (600 repas/jour), salles de réunion, cinéma…,

3) des hôtels proches…

  • de nombreuses installations sportives à proximité immédiate :

1) la salle Bernard Jeu (1875 m2, capacité de 900 personnes, centre national de tennis de table, badminton…

2) un Dojo à 3 tatamis (judo, karaté, krav maga)

3) une base nautique (voile, kayak, aviron, paddle), une école et un club de kitesurf

4) le gymnase Gérard Rigal (volley, basket, handball, tambourin)

5) 5 terrains de tennis, 2 salles de gym, un plateau sportif…

6) la plage…

Une rencontre capitale :

Conférence sur le sport à l'Arena à Montpellier avec l'intervention du handballeur international français Grégory Anquetil… actuellement commercial au Spa Vichy Hôtel, consultant TV (Canal+).

Invité à visiter Thalassa et les installations sportives Mézoises, ce dernier s'est engagé à les "utiliser" voyant là des stuctures idéales pour un vaste projet sportif sans empiéter sur la partie tourisme. Olivier Maurelli, préparateur physique français (volley, cyclisme… GIGN…) ferait partie des intervenants notoires. Un stage de basket, avec l'agent de Boris Diaw (basketteur français) est d'ailleurs "sur les rails".

Des pistes à créer ou à conforter :

- les stages sportifs,

- les séminaires d'entreprises,

- les remises en forme,

- la mise en place de chambres d'hypoxie (simulation de l'altitude),

- les stages bien-être,

- le tourisme sportif,

- le centre bien-être ouvert à tous sportifs ou non (massages, sauna, hammam, spa)

Depuis 6 ans, nous recevons régulièrement l'équipe de France de Judo (Rougé -photo ci-contre-, Alexandre, C. Novak) ; des stages de handball sont régulièrement organisés (Omeyer, Karabatic, Gérard…).

Une base arrière des Jeux Olympiques Paris 2024 ?

Et pourquoi pas ?

Yves Pietrasanta, pour les Jeux Méditerranéens 1993,  a su mettre à profit l'évènement.

"Claude Onesta, dépêché par Laura Flessel pour faire l'état des lieux du sport en France aura des moyens pour mettre les installations à niveau sportivement et dans le domaine de l'hébergement… Une mission de réflexion et de préconisation sur l'ensemble de l'écosystème de la haute performance est en marche…"

C'est certainement le moment de "s'appuyer sur cette dynamique !"

 Le montage financier.

Thierry Baëza prend comme référence le nouvel établissement des Thermes de Balaruc :

- investissement : 60 millions d'euros répartis entre Thau Agglo, région, conseil général, état (50%)

- gestion de la SPLE : ville de Balaruc (85%), Thau agglo (14%), conseil général (1%).

Actuellement géré par une société d'économie mixte (SEMABATH) sujette à concurrence, cette dernière pourrait être remplacée par une société publique locale d'exploitation (SPLE) gérée par des actionnaires publics uniquement (ville, agglomération, département, région). La part investie par la ville de Mèze serait le foncier puisque propriétaire de la structure… L'Agglopôle toute récente a évidemment une opportunité à saisir…

 En conclusion :

"Pour la ville, pour notre bassin de Thau, pour notre région, c'est une opportunité de garder le Thalassa et de le développer."

Les arguments de l'élu sont nombreux et étudiés (voir ICI). La base de travail de Thierry Baëza (il en appelle à la raison) est un outil sérieux et nous paraît solide. Il va falloir faire vite et bien… Le projet évolue régulièrement. Voici quelques précisions supplémentaires :

- si le tourisme est préservé dans mon étude, il est raisonnable de compléter l'occupation par des manifestations du sport de haut niveau…

- hors de question d'écarter la population Mézoise (sportive ou non) du projet remise en forme, moyennant participation bien évidemment.

- les créneaux d'occupation associatifs ne seront pas diminués. L'environnement local est assez riche autour de Mèze pour des activités de pleine nature ou aquatiques.

- Jean-Luc Rougé, président de la FF de Judo, voit très bien Le Thalassa comme structure d'hébergement d'une délégation olympique après quelques aménagements (cryothérapie et climatisation du dojo).

- la SEMABATH, sur demande du maire, doit proposer un projet en septembre 2018… affaire à suivre !