Mèze

Campagne de régulation des goélands

La prolifération des goélands en milieux urbain en ville s’accompagne de nuisances sonores, de salissures, de dégradations des toitures et même de comportements agressifs.

Pour remédier à ce problème, la Ville de Mèze, comme le font de nombreuses communes littorales, suit une démarche de régulation des goélands nichant en milieu urbain en s’appuyant sur l’expertise de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).

Le goéland est une espèce protégée. Toute action de ce type est soumise à une autorisation du ministère de l’environnement (DDTM). Celle-ci est délivrée sur la base d’un recensement des nuisances constatées. C’est pourquoi la municipalité invite toute personne résidant en ville à signaler la présence d’un nid sur sa toiture. Il faut savoir que les goélands pondent entre mars et avril et que l’incubation dure environ trois semaines. Les experts de la LPO assureront le suivi et le comptage des nids ainsi identifiés.

Ce qu’il faut savoir sur la régulation des goélands

Les campagnes de régulation reposent sur la stérilisation des œufs par aspersion d’un liquide approprié. Ces derniers doivent être laissés dans le nid afin de mettre les goélands en échec de reproduction. Si les œufs sont détruits ou ôtés, les oiseaux effectueront rapidement une nouvelle ponte. Il faut donc les inciter à couver des œufs stériles. Cette opération délicate et dangereuse ne peut être réalisée par les particuliers. Elle sera exclusivement effectuée par des spécialistes. La régulation ne porte que sur la limitation des problèmes liés à la nidification sur les habitations. Elle n’a aucune vocation à empêcher la présence des goélands en ville.

Quelques recommandations pour les particuliers

• Ne pas ôter les œufs des nids, ce qui entraînerait une nouvelle ponte.

• Ne pas détruire les nids, qui seraient rebâtis par le couple nicheur.

• Ne pas nourrir les oiseaux.

• Ne pas éliminer les goélands qui sont une espèce protégée.

• Faciliter l’accès des immeubles aux techniciens.

• Signaler la présence de nids à la mairie de Mèze.

Pour signaler la présence d’un nid de goéland, adressez un courrier en indiquant de façon précise sa localisation à :

Mairie de Mèze

Secrétariat du DGS

Place Aristide Briand

34140 Mèze

Ou un mail à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ou contactez la mairie de Mèze au 04 67 18 30 30

Il est également possible de remplir un formulaire en ligne pour signaler la présence d’un nid de goéland sur votre habitation (www.ville-meze.fr).


Source : service communication de la ville de Mèze.

RCM 32 Baby Nyn S 13

Sesquier 1 - RCM 32 Baby Nyn S 13 - Repos : 10 à 13. Arbitre : M. Brousses F. - Représentant fédéral : M. J.M. Chaubet.

Les points pour RCM : Burgos (6'), Ramadier (27'), Wolff F. (42'), Planells (48'), collectif (64' et 77') et une transformation de Bertrand (77') ; pour Baby Nyn S : (N° 10 à la 34'), 2 pénalités du même 10 (9', 16') et une transformation (34') du 10.

Une forte tramontane s'étant invité, le jeu déployé de part et d'autre a été sacrément perturbé durant les 80 minutes. De nombreuses fautes de main et les trajectoires aléatoires de l'ovale n'ont pas permis d'assister au "one man show" attendu des locaux. Ce "combat" des extrêmes a quand même concrétisé une hiérarchie en place depuis le début de saison. Les jaunes et noirs, incomplets, ont assuré l'essentiel certes mais sans convaincre. Les visiteurs débutant avec le vent étaient devant à la pause grâce à un essai transformé et deux pénalités. Les locaux réduits à 14 à la 40ème minute, vont à leur tour profiter de maître Éole. Leaders ce soir (Conques jouera sa rencontre le 3 mars), ils retrouveront leur pelouse le 17 février pour confirmer face à Bassin Sud Minervois. Chaque match va maintenant compter pour un verdict final optimal.

Composition du XV local :

Massabiau, Montessinos, Burgos, Gazeaux, Marti-Thibault, Marziano, Maltese, Wolff Mat., Ramadier, Bertrand, Lopez, Egoroff, Ovise, Baëza, Rodriguez, Garcès F., Wolff F., Martinez, Minarro, Garcès M., Planells, Ferrer.

Le 1er essai (Burgos) Le dernier essai que nous attribuerons au pack local

L'abeille au cœur des débats…

Dernièrement, à la Brasserie du Mas de Garric, à Mèze, ont eu lieu les assemblées générales du GDSA 34 (Groupement Départemental Sanitaire Apicole de l'Hérault) et de Abeille34 (Syndicat de l'Abeille Héraultaise).

L'évènement, passé (presque) sous silence, peut paraître anodin car "toutes les assemblées générales se ressemblent…" dit-on… "… c'est souvent l'occasion de changer les têtes ou de les conserver…"  C'est en partie vrai, nécessaire et démocratique mais pas que…

Dans ce cas précis, la majorité des apiculteurs du département sont également là pour se rencontrer et échanger autour de l'Abeille.

Pour FUTURA PLANÈTE :

"Depuis la nuit des temps, l'abeille nous fascine par ses facultés à produire une substance naturelle qui enchante notre palais et entretient les légendes : le miel. La vie de cet insecte est passionnante. Indispensable à l'équilibre des écosystèmes, l'abeille mérite toute notre attention… … Indispensables à la pollinisation des fleurs, les abeilles constituent un maillon essentiel de la chaîne qui contribue à maintenir l'équilibre des écosystèmes. Elles jouent un rôle primordial dans les diverses phases de la vie de nombreuses espèces végétales et animales. Si les abeilles disparaissaient, des multitudes de plantes ne pourraient plus se reproduire et s'éteindraient. Leur absence engendrerait la perte de nombreuses espèces animales dont l'Homme se nourrit…"

On est en droit de se poser la question : pourquoi deux organismes pour la même cause ?

M. Pons Christian, président du Syndicat Apicole "L'Abeille Héraultaise"  mais également administrateur au GDSA 34 nous a schématisé la différence.

Le GDSA de l’Hérault a pour but :

  • d’apporter une aide aux apiculteurs adhérents dans l’amélioration de l’état sanitaire des abeilles, dans la lutte contre leurs maladies et leurs parasites, les mortalités,
  • de sauvegarder les intérêts des adhérents,
  • de diffuser les connaissances et pratiques sanitaires apicoles. En un mot, il a le droit de commercialiser les "médicaments" des abeilles… (plan sanitaire d'élevage agréé DDPP)

Le Syndicat Abeille Héraultaise a pour but :

  • d’œuvrer à la sauvegarde de l’abeille et de faire connaître son rôle et celui des produits de la ruche aux moyens de réunions, de démonstrations, de ruchers écoles ou par tout autres moyens,
  • de favoriser la communication et la commercialisation des Miels par la publicité (dépliants, presse, radios...) ou par l’organisation de Foires aux miels ...etc.

L'action des deux organisations est étroitement liée et il est logique de retrouver pratiquement les mêmes membres à l'intérieur de ces dernières.

Les assemblées générales qui se sont succédé n'ont vu aucun changement structurel et tous les votes ont été adoptés à main levée et à l'unanimité.

Les informations "sérieuses" sont venues essentiellement des "lanières 2019" (1) et de "l'invasion du frelon asiatique" (2).

(1) Les lanières : dispositif permettant de lutter contre l'acarien VARROA (vampire qui affaiblit l'abeille)… détails : ICI (commandes à faire avant le 15 mars 2019)

(2) Le frelon asiatique : le frelon à pattes jaunes (Vespa velutina), également appelé frelon asiatique, est, comme tous les frelons, un hyménoptère de la famille des Vespidae, et du genre Vespa.

Il a été observé pour la première fois en France en 2004 (Lot-et-Garonne)… détails : ICI

Les quelques 80 participants, après de multiples échanges, ont déjeuné ensemble. La "saison" des abeilles va reprendre aussi bien chez les professionnels que chez les amateurs mais chacun connaît sur le bout des doigts l'importance du seul insecte dont l'Homme consomme la production : miel, pollen, propolis, gelée royale, cire. Aux balbutiements de l'humanité, le miel représentait la seule source de sucre existante…

Si les apiculteurs Héraultais sont concernés directement, nous nous devons, nous aussi de prendre en compte l'hyménoptère dans notre vie de tous les jours… il y va de l'avenir de la planète !

Évènement rugby aux Sesquiers

Il y a parfois (mais pas assez souvent) des moments sportifs où le "gratin" de la discipline retourne à ses bases pour ne pas oublier d'où il vient. C'est une reconnaissance "normale" pas toujours évidente surtout entre le monde professionnel et le monde amateur. En délocalisant sa séance d'entraînement à Mèze, ce 30 janvier, l'ASBH (Association Sportive Béziers Hérault) section professionnelle a renouvelé un geste qui compte aux yeux des éducateurs, des bénévoles, des responsables politiques… mais aussi des jeunes pratiquants. C'est ainsi que Les Sesquiers, la Ville de Mèze, le RCM et l'École de Rugby des Vignes de Thau ont accueilli les "vedettes" voisines Biterroises actuellement 5èmes du championnat Pro de D2.

Nous avons donc assisté à une après-midi de fête "ovale" où chacun a pris l'espace qui lui convenait pour promouvoir, en fonction de ses compétences et de ses envies, la discipline pour laquelle il donne et il reçoit… Au rendez-vous, simplicité, sourires, engagement… On peut dire que de toutes parts le contrat a été rempli.

Qu'importe les apparences, c'est la joie du jeu qui prévaut !

Ce moment de partage exceptionnel avec les joueurs professionnels de L'ASBH n'a pas été le seul évènement. Le groupe Angelotti, partenaire du club Biterrois, a offert, pour l'occasion, toute une série d'équipements aux "petits" de l'École de Rugby, à leurs éducateurs et dirigeants sans qui ce sport ne serait rien. Le geste a été "sacralisé" au Club House du RCM et s'est terminé par le pot de l'amitié, comme il se doit !

Le triplé "gagnant" de l'École de Rugby avec : Marjorie Vié, trésorière ; Béatrice Rivard, secrétaire et José Paras, président.

À droite : David AUCAGNE, entraîneur à l'ASBH depuis 2016, ex-international et ex-joueur du PUC, de Pau, Toulouse, Grenoble, Montpellier

 

Futsal du mercredi

Le mercredi après-midi, Mohamed Sardi et l'Espace Jeunes sont très souvent au Gymnase Rigal pour des activités sportives. Ce 30 janvier étaient accueilli(e)s non seulement les inscrit(e)s au centre mais également toutes et tous les intéressé(e)s pour un tournoi futsal.

"C'est une opération ludique qui peut attirer des jeunes vers notre structure… afin de "les sortir" d'un écran ou d'un moment d'oisiveté parfois néfaste…"

Belle initiative couronnée de succès puisqu'une bonne vingtaine d'ados ou pré-ados ont participé à ce tournoi de fin janvier. À gagner ? Simplement le plaisir de participer à un collectif. Au diable les a priori de toute sorte !


 
 

Retour au C.A.L.M.

Assemblée générale avec une trentaine de personnes et "maîtrisée" de bout en bout avec un bilan extrêmement positif quant aux actions menées tout au long de l'année 2018. Les adhésions sont en augmentation significative, les contacts soutenus et innovants. Les présences des membres dans les animations locales sont une preuve supplémentaire de l'implication du Comité. La présidente Lysiane Estrada ne peut que se satisfaire de son équipe efficace et impliquée.

Le C.A.L.M. (Comité d'Action Laïque Mézois) se porte bien et reste vigilant quant à son but :

"… défendre encore et toujours la loi de 1905 de séparation des églises et de l'Etat et favoriser le vivre ensemble dans notre commune…"

Le bureau 2019 se compose ainsi :

Présidente : Lysiane ESTRADA

Vice-président : Patrick OLOMBEL

Secrétaire : Géraldine BOCQUET

Secrétaire-adjointe : Candie AURARD

Trésorière : Violaine PIERRE

Le conseil d'administration :

Nadine COTTET, Hugues THOMAS, Vincent RENNA, Gérard CHOMARAT (conseiller artistique)

Une remarque, la parité est respectée !

Gilets jaunes acte XI : les gilets de Thau à la rencontre du député JF Éliaou

Une chose est sure : les gilets de Thau sont toujours vivants ! Certes, les effectifs ont baissé sur certaines actions afin de permettre une présence de tous les jours à des endroits différents. Simplement, les expressions évoluent dans leur forme et s'adaptent à l'actualité. Le mouvement est donc bien vivant, intelligent et solidement ancré dans le paysage "politique" local, départemental, régional, national et maintenant (c'est confirmé) mondial. L'histoire se rappellera !

C'est ainsi que, localement, le début de l'acte XI s'est retrouvé avancé au vendredi 25 janvier après-midi. Une bonne trentaine de gilets locaux a profité de la présence du député de la 4ème circonscription, Jean-François Éliaou (LREM) à sa permanence parlementaire Mézoise, pour le rencontrer à la mairie annexe de Mèze.

L'évènement s'est déroulé dans le hall d'entrée du bâtiment, les autres salles étant trop petites ou non disponibles. Le contenu du débat-questionnaire préparé par les Gilets a tourné autour de l'utilisation du LBD 40 (lanceur de balles de défense) par les forces de l'ordre (voir vidéo du reportage) ainsi qu'aux conséquences dramatiques imputées à cette arme.

Une Gilet Jaune s'est adressé à l'homme politique afin de mettre tout en œuvre pour aider, indemniser et soutenir plus d'une centaine d'hommes ou de femmes blessé(e)s gravement par les projectiles (plus d'une vingtaine d'éborgné(e)s). Ont été évoqués la création d'associations de défenses, la rédaction de courriers à adresser en préfecture… Le député s'est engagé à "faire remonter" au plus haut niveau (Assemblée Nationale) le contenu des discussions abordées.

Il a été évoqué, également, la réforme constitutionnelle… les chiffres invraisemblables fournis par le Ministère de l'Intérieur (forces de l'ordre quantitativement plus importantes que les gilets jaunes !), la possibilité d'un coup d'état, la position de vote aux prochaines élections, liste ou pas liste "Gilets Jaunes" aux Européennes, la dégradation affligeante du pouvoir d'achat…

Images d'une réunion "au pied levé"

No images found.

Sur le vif : de l'utilisation du LBD 40…

Évolution de l'acte XI :

- Henri Fricou, maire de Mèze, mettra, à disposition des personnes qui souhaiteraient organiser un débat citoyen, des salles et des moyens de sonorisation.
Parallèlement, la Ville continue à collecter les doléances sur son site internet et en mairie. A l’issue de la période consacrée au débat national, l’ensemble de ces propositions et revendications seront remises en main propre à Jean-François Éliaou, député de la 4e circonscription de l’Hérault.

- Hier soir à 19h, au péage A9 Poussan-Sète, 3 véhicules (dont un banalisé) avec à bord forces de gendarmerie étaient stationnés côté zone de covoiturage.

Le conseil municipal des jeunes déjà au travail…

Le conseil municipal des jeunes de la Ville de Mèze s’est réuni lundi 21 janvier pour célébrer la nouvelle année. Accompagnés de leur famille, de l’équipe d’animation de la Ville et de Bernard Charbonnier, conseiller délégué à la jeunesse, les enfants ont passé un moment convivial et abordé les projets pour 2019 : tournoi de jeux vidéo, évènements culturels et sportifs, actions écologiques et solidaires, mise en place de boîtes aux lettres à idées…

(Source : service communication Ville de Mèze)

Ville de Mèze : un point d'accès numérique

La plupart des démarches administratives s’effectuent maintenant en ligne. C’est la raison pour laquelle, la Ville de Mèze propose, depuis le 17 janvier, un point d’accès numérique gratuit et ouvert à tous. Ce nouveau service à la population est situé au pôle social du CCAS. Désormais, tous les Mézois qui le souhaitent peuvent utiliser, en autonomie ou avec une aide personnalisée, le matériel informatique, mis leur disposition par le CCAS de la Ville de Mèze.

C'est une réalisation importante et nécessaire. Pour Monsieur le Maire :

« Ce nouveau service s’inscrit pleinement dans notre volonté d’améliorer les services que la Ville et le CCAS apportent à la population et notamment à toutes celles et ceux qui sont les plus touchés par la fracture numérique. »

Le point d’accès numérique (4 ordinateurs connectés à Internet sur un réseau sécurisé et une imprimante) est ouvert les mardis et jeudis matins de 9h à 12h sans rendez-vous au Pôle social du CCAS, résidence le Courrier du Printemps, rue Juliette et Edouard Massal – tel : 04.67.18.14.10 – mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

De gauche à droite : Karine Archimbaud, assistante du service social et responsable du pôle social, Nicolas Franceskin, directeur du CCAS, Cathy Lebègue, secrétaire du pôle social, Arlette Caumel, adjointe aux affaires sociales et Henry Fricou, maire de Mèze.

(Source : service communication Ville de Mèze.)

Club Benett : un bal à succès

C'est une tradition. Chaque début d'année, le club de danse Benett organise à la salle du Temps Libre, son bal annuel. Annick et son équipe ont accueilli quelques 20 clubs, des villages voisins, mais aussi du Gard (Gajan - Black Angel's Country) et de l'Aveyron (St Affrique - Staff Country Dance ; Millau - Asso Country 12)… sans compter les individue(le)s. La salle, avec vue imprenable sur l'étang était archi-pleine, l'ambiance agréable.

Au programme de la playlist : Country (Hooked on country, Ouzo and black, Paris Tenessee…) avec des chorégraphies diversifiées en fonction du niveau des danseurs(ses) et puis Line Dance (The ghost of you, I got a woman, Celtic eagles…) sachant que cette dernière expression, plus récente, impose moins "le costume cowboy". Il existe même des compétitions…

Pratiqués régulièrement et toute l'année, ces bals conviviaux permettent entre autre de se rencontrer et d'apprendre "les chorés" voisines et puis :

"On rend la pareille à celles et ceux qui sont venu(e)s…"

Extraits d'une après-midi très sympa…

Les tatamis Mézois en pôle position

Ce n'est plus un secret, les installations sportives de la Ville de Mèze ont non seulement une renommée régionale et nationale mais prétendent, à juste titre, à une référence internationale facilitée, il est vrai, par les excellents rapports de la Fédération Française de Judo et le service des sports représenté par Thierry Baëza.

Les 19 et 20 janvier, pas moins de 8 tatamis occupaient Bernard Jeu pour le Critérium Départemental Benjamins et la Coupe Départementale Minimes. Le Comité Départemental 34, le Judo Club Mézois et la ville de Mèze associés pour l'évènement ont été à la hauteur d'une manifestation qui ouvrait également les portes à un stage d'arbitrage.

Organisation donc parfaite, temps respectés… quelques "larmettes" aussi mais d'immenses joies intériorisées respectueuses de l'adversaire du moment : tels ont été les ingrédients de ce rendez-vous. Les clubs voisins de Poussan et de Villeveyrac étaient de la partie. Le judo Club Mézois s'est fort bien comporté avec 4 podiums :

Benjamins M 34 kg --> CAUJOLLE Mathis (3e)

Minimes F 63 kg --> DEVAUX Alexia (2e)

Minimes M 42 kg --> BEC Titouan (1er)

Minimes M 55 kg --> OLIVIER Célian (1er)

Quelques images de deux jours intensifs…

 
     
 

 


Au dojo de la ville, dimanche 20, a eu lieu le stage Hiroyuki Akimoto, Champion du Monde à Tokyo en 2010 et membre de l'encadrement de l'équipe du Japon.

Organisé en partenariat avec Mizuno, la ligue Occitanie a accueilli des enseignants et compétiteurs confirmés (niveau régional minimum), à partir de la catégorie Minimes. Quelques 80 participant(e)s venu(e)s du Sud de la France essentiellement ont pu profiter des explications et démonstrations du Japonais désormais lié avec l'équipementier Mizuno. Sachez que la France accueille seulement 5 stages exceptionnels de ce type (Marseille, Amiens, Wasquehal, Reims) et que Mèze a été choisie pour un de ceux-là. Nous avons assisté à cette séance de travail intensif où chacun(e) a pu s'exprimer, "le handicap" de la langue étant comblé par une charmante interprète. Très disponible, l'ex-champion du monde (-73kg), double champion d'Asie (2010 et 2014), 5 fois médaillé d'or en grand Slam s'est mis totalement à la portée des stagiaires. L'expert, très abordable, s'est réjoui de l'accueil et a partagé avec les responsables et M. Baëza, adjoint aux sports, le verre de l'amitié, en toute simplicité, dans son vestiaire…