Mèze

La mine aux trésors

Des gueules rouges, des tempes grises… des absences… (document Rémy Martin)

À l'heure où la population se raccroche (allez savoir pourquoi !) à son patrimoine tout en s'instruisant sur toutes les formes de passés qui l'entoure, il est de bon ton de saisir toutes les opportunités qui se présentent pour sauvegarder l'histoire locale. Mèze n'échappe évidemment pas au phénomène. Chacune et chacun connaît par cœur ou par amour qui les vainqueurs des joutes sur 20 ans, qui les activités des tonneliers sur la place éponyme, qui l'histoire de la Chapelle des Pénitents, qui le maire le plus longtemps en place depuis la Révolution Française… Les plus curieux, les plus anciens se font d'ailleurs un honneur de "raconter", d'écrire, de partager leurs connaissances… et leurs témoignages.

Patrimoine ? Parmi les définitions du Larousse, nous avons retenu celle-ci qui nous semble la plus adaptée au sujet qui va suivre :

Ensemble des éléments aliénables et transmissibles qui sont la propriété, à un moment donné, d'une personne, d'une famille, d'une entreprise ou d'une collectivité publique.

Notre propos va se cantonner quant à l'avenir des lieux, des documents, des outils et des instruments de l'époque de la mine de bauxite sur le canton de Mèze.

Un peu d'histoire : Le canton de Mèze eut ses premières mines de bauxite dès 1874 et furent exploitées pendant plus d'un siècle.

Plus près de nous, la période 1969-1988 concernait 382 familles de Mèze et ses environs. Si du côté exploitation du minerai les traces disparaissent petit à petit du terrain, la ville possède la cité des Horts, la résidence Antarès et le lotissement La Fringadelle où logeaient les employés mineurs et leurs familles. Ces lieux les abritent toujours eux ou leur descendance.

Mèze reconnaissante a d'ailleurs participé à 2 manifestations commémorant cette période terminée par un pénible licenciement ordonnancé par la Société Péchiney (voir article THAU INFO).

  • Juillet 2003 : une exposition est proposée au foyer municipal.
  • Juin 2007 : une rencontre-débat agrémentée par une exposition de lampes, "Les Lumières de la Mine", aborde les conditions de travail et de vie des mineurs. Par la même occasion, Henry Fricou, maire et Yves Piétrasanta, 1er adjoint, rendront hommage à Joseph Péréa, détenteur des lampes exposées :

"… L'extraction de la bauxite appartient au patrimoine mézois tout autant que la viticulture, la conchyliculture, la pêche, les métiers de la futaille et du commerce maritime…"

Cette reconnaissance, maintenant décennale, non récidivée, a été prolongée du côté de Bédarieux, en 2017, de deux manières complémentaires :

  • dans l'ouvrage de Jean Lavastre "Bédarieux, l'industrieuse"  (Circuits de découverte, collection "Focus patrimoine N° 8"), réalisé par l'association "Résurgences",
  • dans le film "Les Gueules Rouges" de Victor Lavastre.

Le sablier de la vie, inéluctable, nous impose des disparitions. Le souvenir reste mais… pour combien de temps ? Notre curiosité (pas celle du paparazzi ;-)) nous a conduit du côté de la rue des Forgerons, au fond d'un garage où la star demeure, malgré un départ récent vers l'au-delà, la mine "dans tous ses états" !

Autour d'une table ronde conviviale, nous avons croisé des regards pudiques mais interrogatifs nous signifiant :

"Que vont devenir toutes ces richesses, toutes ces collections… ?"

Si le devoir de mémoire existe réellement, il y a "un truc à faire" ! Nous avons rencontré des personnes concernées prêtes à s'investir une dernière fois pour sauver une part de patrimoine. À l'heure où nous écrivons, les services concernés de l'Agglopôle, du Conseil Départemental, de Mèze, de Loupian, de Villeveyrac n'ont pas donné suite aux courriers ou aux vœux de l'Association du personnel de Péchiney (début 2018). Thau Info veut bien faire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui permettraient de sauvegarder un pan d'histoire locale (musée, parcours balisé sur les sites avec possibilité d'accès numérique aux informations…)

Notre belle cité le mérite !

Chantier MLIJ à la Conque - Le bilan.

Ce chantier ordonnancé par le MLIJ (*) du Bassin de Thau avec la collaboration de l'ARDAM (*), du Conservatoire du littoral, de l'Agglopôle et de la ville de Mèze n'est pas un travail comme les autres. Il fait partie d'un projet né en 2008 bâti autour de la zone humide de la Conque à Mèze (10 ans déjà !). Ce site du patrimoine local est à protéger puisque encore sauvage et habité par une faune et une flore exceptionnelles. L'Éducation à l'Environnement et au Développement Durable (EEDD) y trouve donc matière pour toutes ses activités.

(*) MLIJ = Mission Locale d'Insertion des Jeunes ; ARDAM = Association de Ressources et de Développement des Activités et Métiers de l'environnement

Nadine Sabatier, conseillère en insertion professionnelle à la MLIJ Bassin de Thau, nous a précisé que la mission locale, forte d’une expérience de plus de 30 ans, agit au quotidien en matière d’insertion et de développement de l’emploi. Financée par l’état, les collectivités territoriales et le Fonds Social Européen, elle œuvre sur des projets pertinents "qui se voient" mais aussi à la construction, à la mobilisation et au bilan du chantier accompli. Les jeunes de 16 à 25 ans, déscolarisés mais impliqués, trouvent là l'occasion et le moyen d'être utiles à la société mais aussi de prendre contact avec le monde du travail.

Jeudi 6 décembre, c'était le bilan Conque-2018. En présence de Mme Cabrol et M. Baëza, adjoints au maire, de Claudette Fareng, directrice de l’Ardam, de Célia Guyader, conseillère en insertion professionnelle à l'antenne de Mèze, d'Albane Loguepee, enseignante au Lycée Beau séjour à Narbonne, de Nicolas Peiffer, chargé de gestion zones humides et coordinateur des formations, les 6 jeunes Mézois ont détaillé leurs interventions.

Ce moment enrichissant pour tout le monde a été illustré par une exposition photos, un diaporama explicatif et une visite in situ dont voici quelques images et une courte vidéo :

Mèze grandit…

Le grand village de Mèze avoisine maintenant les 12 000 habitants répartis en 4 500 foyers environ. En 2013 (chiffres de la ville), le chef-lieu de canton comportait 442 commerces, industries ou services. Début 2019 verra une nouvelle grande surface (la 3ème) à la disposition de la population locale et avoisinante. Les travaux avancent rapidement du côté du dernier rond-point de la ville sur la D 613, direction Pézenas. Voici un aperçu de l'imposante construction :

Accès interdit

L'aire des gens du voyage, au Nord de Mèze, est ouverte du 1er avril au 31 octobre. Pendant 5 mois, la loi en interdit l'accès… Voilà un moyen efficace de faire comprendre aux récalcitrants que ça ne passe pas ! Belle initiative !

Petit signal et grands effets : les services compétents, très réactifs, ont fait le nécessaire pour éviter une déchetterie "sauvage". Bravo ! Souhaitons ardemment que le lieu et la loi soient respectés. Pas question de donner des leçons ! Soyons des citoyens responsables…

Rencontres avec le Badminton Club de Mèze

Week-end archi-complet au gymnase Bernard Jeu avec les Départementaux de Badminton, Mèze possédant une des rares structures capable de recevoir une manifestation de cette envergure.

Plus de 330 joueurs (jeunes et adultes - de 4 à 55 ans -), 355 rencontres, cela suppose une implication à 100% du club local, du comité départemental 34 et du service des sports de la ville. Mission accomplie pour le président Laurent Bigerel et son équipe avec 16 clubs représentés sur 21, de "grosses cylindrées" (Castelnau, Montpellier, Sète, Béziers, Mèze…) mais aussi Saint Matthieu de Tréviers… : le Badminton est une discipline qui monte, qui monte…

Ce championnat départemental 2018 comportait des compétitions réparties de la manière suivante et suivant les catégories d'âge de la discipline :

- Simples (hommes et dames),

- Mixtes,

- Doubles (hommes et dames).

Des rencontres de haut niveau et d'une intensité spectaculaire ont jalonné cette fin de semaine pour le bonheur des adeptes de la discipline mais aussi de curieux "béotiens", à l'instar de votre serviteur.


Faisons connaissance avec le Badminton Club de Mèze :

Président : Laurent Bigerel

90 licenciés de tout âge.

Une école de badminton 

Des joueurs de niveau national : Aurélien (10 meilleurs français), Matéo (30 meilleurs français).

Un éducateur-entraîneur : Flavien Friteau (Mèze, St Gély du Fesc, Comité 34)

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À savoir : La gestion des salariés des clubs et du CD 34 est assurée par des bénévoles, le "Gestion Groupement Employeur", présidé par Jean-Louis Sabatier.

En prévision : 1er Tournoi National 2019 en Février.


Quelques images du tournoi départemental :

Samedi jaune : les gilets de Thau ne lâchent rien

On pouvait penser que… Non, ils sont encore plus motivés que samedi dernier. Les gilets de Thau sont très organisés et nombreux. En plus ils se déplacent vite et bien. Plus question de gêner leurs concitoyens.

Nous les avons trouvé à la sortie du péage de Poussan où là 200 manifestants "tournent" pour permettre aux usagers auto-routiers de passer gratuitement. Cantine abritée à disposition, interviews, discussions avec le service d'ordre, café partagé… tous les ingrédients d'un mouvement qui va durer sont réunis. La liaison avec les autres filtrages est permanente tout comme l'évolution de la marche jaune dans la capitale. Nous nous sommes rendus sur place où nos collègues de France 3 opéraient. Seul hic : un excès de zèle de certains gilets bleus dresseurs de PV (la loi, c'est la loi !).

Quelques images témoins d'une matinée… motivée !

 

Impôts à la source : courrier aux pensionnés

Courrier de monsieur le Ministre de l'Action et des Comptes publics à destination des pensionnés (novembre 2018) :

Madame, Monsieur,

À partir de janvier 2019, vous paierez désormais votre impôt à la source, c’est-à-dire au moment où vous toucherez vos revenus. Ainsi, vous paierez en 2019 l’impôt sur les retraites 2019. Cette réforme de modernisation et de simplification de l’impôt permet de mettre fin au décalage d’un an qui existait jusqu’à présent entre la perception de votre retraite et le paiement de l’impôt sur le revenu et d’adapter ainsi le recouvrement de l’impôt à votre situation réelle sans en modifier les règles de calcul ni le montant dû. L’application du prélèvement à la source sur votre retraite sera réalisée de manière automatique et totalement sécurisée par votre centre de gestion des retraites à compter du mois de janvier 2019. Vous n’aurez donc aucune démarche à effectuer.

Si vous n’êtes pas imposable, le prélèvement à la source ne changera rien pour vous.

Si vous êtes imposable, à compter de janvier 2019, votre impôt sera directement prélevé sur le montant de votre retraite puis reversé à l’administration fiscale. Votre centre de gestion des retraites appliquera le taux de prélèvement qui figure sur votre avis d’imposition, qui lui aura été directement communiqué par l’administration fiscale.

Si votre situation personnelle évolue, vous aurez la possibilité dès le 2 janvier 2019 d’obtenir un nouveau taux prenant en compte ce changement de situation en vous rendant sur le site impots.gouv.fr, rubrique « gérer mon prélèvement à la source » et par téléphone en appelant au numéro 0 811 368 368 (0,06 € /min) jusqu’au 31 décembre 2018 et au numéro non surtaxé qui sera mis en place à compter du 1er janvier 2019.

Pour toute question sur le prélèvement à la source ou sur votre taux, l’administration fiscale est votre seule interlocutrice.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Mèze : 2 abeilles au label Apicité 2018

Le service communication de la ville nous informe :

"La Ville de Mèze, comme Montagnac et Villeveyrac, a été promue, par l’Union Nationale de l’Apiculture Française, pour sa démarche remarquable en faveur de la préservation de l’abeille et de la biodiversité. Le maire Henry Fricou a reçu officiellement le label deux abeilles, au Salon des Maires et des Collectivités Locales, à Paris, le 21 novembre dernier. Ce label récompense l’engagement de la Ville de Mèze dans une démarche globale d’interdiction de l’usage des pesticides dans les jardins publics, de plantation d’essences mellifères et économes en eau, de soutien au développement de l’agriculture biologique et des apiculteurs locaux ou encore de sensibilisation dans les écoles. L’Union Nationale de l’Apiculture Française a créé ce label qui vise à mettre en avant l’implication des communes dans la préservation des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages. Il a pour but de valoriser la prise de conscience et la sensibilisation sur le rôle primordial de l’ensemble des pollinisateurs dans le maintien de la biodiversité ou des ressources alimentaires, et la nécessité d’actions efficaces pour les protéger. Le maire Henry Fricou tient à saluer le travail du service municipal des espaces verts, qui s’implique dans cette démarche environnementale depuis plusieurs années, sous la houlette du responsable du service Thierry Doenlen et de mon adjoint à l’environnement Thierry Baëza."

De gauche à droite : Gilles Lano de l’UNAF, Henry Fricou, maire de Mèze et Yann Llopis, maire de Montagnac.

Fouilles devant le Collège Jean Jaurès

Les travaux entamés aux abords du Collège Jean Jaurès (Place de Lattre de Tassigny) semblent durer dans le temps pour les automobilistes qui circulent sur l'Avenue Général de Gaulle. Par contre si la curiosité vous conduit plus près des grilles protectrices, vous allez découvrir un véritable travail de fourmi où truelles, pinceaux, tamis, appareils photo… remplacent de gros outils de terrassement bien plus bruyants. Nous nous sommes approchés du "chantier" géré par Madame Delphine Lopez, archéologue auprès de Sète Agglopôle :

"…la réalisation de deux bassins de rétention souterrains des eaux pluviales du secteur portant atteinte aux vestiges archéologiques découverts lors d'un diagnostic réalisé en 2017, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) a émis une prescription de fouille… L'opération va durer environ 6 semaines. Elle a pour objectif d'identifier les structures encore en place et de les dater. Le but est également de comprendre l'évolution topographique d'un secteur lié à l'exploitation d'un terroir situé à proximité d'un ancien ruisseau, aujourd'hui canalisé. La fouille, financée par Sète agglopôle Méditerranée avec l'aide technique de la Mairie de Mèze est donc réalisée par le Service d'Archéologie Préventive qui a la compétence pour les périodes néolithiques, protohistoriques, gallo-romaines et médiévales…"

Ce travail sur le patrimoine révèle (entre autre) "une occupation humaine pour la période du Haut-Empire… livre également un mobilier céramique résiduel se rapportant à la fin du 1er siècle et au début du 2ème siècle de notre ère…"

Soyons patients car un pan d'histoire locale sera ainsi sauvegardé.

Frontignan : gilets jaunes et forces de l'ordre dans le calme

Si la suite du mouvement des "gilets jaunes" reste ouverte, elle est bien loin de la "dérive totale" annoncée où on sait et par qui on sait…

En ce qui concerne, le bassin de Thau, sur trois sites et trois jours différents, Thau Info n'a pas une seule fois assisté à des débordements voulus ou incontrôlés.

Parfaitement organisés et responsables, les gilets jaunes de Thau maintiennent depuis samedi (4 jours) la pression. Ce matin, l'accès au dépôt de carburant de Frontignan était réduit mais non bloqué.

Les manifestants, qui ont passé la nuit sur place, ont eu affaire aux forces de l'ordre à 6 heures très précises.

Une négociation a été mise en place. À notre arrivée l'ambiance était plutôt bon enfant et respectueuse de part et d'autre. La circulation des camions-citernes, certes bien ralentie (alternée) par le nettoiement de la chaussée, s'est déroulée sans accroc. Les organisateurs ont profité de ce moment "calme" pour se projeter sérieusement sur les actions des jours à venir et plus particulièrement sur l'annonce du grand rassemblement prévu, samedi 24, place de la Concorde, à Paris.

DM.

Gilets jaunes : la mobilisation continue

Thau Info vous annonçait samedi une action au péage de Poussan-Sète (sortie) dimanche. La mobilisation n'a pas faibli. Notre caméra était sur place : ambiance bon enfant, 2 voies de péage gratuites, des sourires, pas de violence et beaucoup de respect réciproque. Pas de forces de l'ordre. Pas de blocage, de simples ralentissements dus aux explications délivrées aux automobilistes. Les seules grimaces (très rares) ont été aperçues derrière les pare-brises ou de grosses lunettes noires. Faut dire que le soleil levant et rasant…

Ce lundi 19 novembre, les routiers ont pris la relève d'un mouvement toujours actif… renseignez-vous avant de prendre la route, si vous en êtes obligés !

Un petit clip pour illustrer la matinée du 18 novembre :

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.