Mèze

Les estivales de Thau sont passées à Mèze

2ème journée d'une 4ème édition des Estivales de Thau et cette année sous l'égide Sète Agglopôle Méditerranée. Les dégustations de vins et produits du terroir ont de plus en plus de succès, c'est indéniable ! Ce jeudi, à Mèze, sur la promenade Bessière, au bord de l'étang, touristes et autochtones ont pleinement profité de l'animation à portée de toutes les bourses, de toutes les envies…

L'ambiance festive et apéritive, avec des amis ou en famille a pris place, à ciel ouvert, pour le plaisir de tous. Pour celles et ceux qui ont manqué les deux premières journées des soirées itinérantes, 7 autres rendez-vous au menu :

  • le 12 juillet à Balaruc-les-Bains (Parc Sévigné à côté de l’Office de Tourisme)
  • le 19 juillet à Mireval (Place Louis Aragon)
  • le 26 juillet à Sète (Quai Léopold Suquet)
  • le 2 août à Marseillan (Quai Antonin Gros)
  • le 9 août à Loupian (Place Charles de Gaulle)
  • le 16 août à Montbazin (Place du Jeu de Ballon)
  • le 23 août à Frontignan (Avenue Ferdinand de Lesseps – Parking du Port)

Afin de vous décider et histoire de vous donner l'eau à la bouche, quelques images d'un début de soirée  :

 

Tarifs : 5€ les trois dégustations du vin de votre choix ou 2€ la simple dégustation (les aliments solides sont à acheter directement sur les stands de producteurs).

Picpoul : un ouvrage pour un cépage !

L'Agglo Méditerranée et Sète Agglopôle Méditerranée étaient réunies ce mercredi au Domaine de Creyssels, à Mèze, pour la consécration du Picpoul de Pinet, l'appellation emblématique du vin blanc languedocien. Le Conseil Supérieur de l'Œnotourisme a officiellement attribué le label "Vignobles & Découvertes" (29 mai 2018) à la destination THAU EN MÉDITERRANÉE : une juste récompense pour le cépage "du triangle d'or" (Agde-Pézenas-Sète) à cheval sur les deux agglos unanimes dans cette démarche collective œnotouristique.

Depuis 2012 et les premières démarches "Pays de Thau", les différents acteurs professionnels inter-filières (touristique, viticole, conchylicole et halieutique) se sont fédérés autour de l'alliance des vins et coquillages à travers un travail d'animation et de formation : faire, c'est bien mais il faut également faire connaître.

THAU EN MÉDITERRANÉE, c'est : 82 partenaires éligibles (30 caves ou domaines viticoles, 4 établissements conchylicoles, 14 structures d'hébergements, 11 restaurants, 6 activités patrimoniales, 9 activités de bien-être ou de loisirs, 6 offices de tourisme et 4 agences réceptives). 34 communes sont concernées donc 200 000 habitants. La nouvelle destination couvre 5 AOP et 7 IGP de territoire… le label n'est plus un simple dispositif d'animation mais un véritable outil de performance pour les professionnels.

Gilles D'ETTORE, président de la Communauté d'Agglomération Hérault Méditerranée, maire d'Agde et François COMMEINHES, président de Sète Agglopôle Méditerranée, maire de Sète, ont donc répondu à l'invitation de Frédéric SUMIEN, président d'AOC Picpoul de Pinet.

 Les autorités locales, départementales, régionales réunies au Domaine de Creyssels

Après les discours d'usage, l'Ensemble Vocal de Pézenas a interprété la chanson du Picpoul devant une assemblée conséquente, tout ouïe et fière d'assister à cette première fort réussie et de grande qualité musicale. Nul doute que ce chant d'hommage aux "piquepouliers" va faire le tour de la planète viticole et devenir le tube d'un été fort bien commencé.

Un ouvrage qui tombe "à pic" !

"Picpoul de Pinet, une Odyssée viticole en Languedoc" est vraiment le document qu'il fallait à cet étonnant cépage.

Marc MÉDEVIELLE, autrefois journaliste spécialisé dans les vins de la France méridionale et Emmanuel PERRIN, photographe indépendant en publicité et communication institutionnelle se sont associés pour un ouvrage initié par Guy BASCOU, "mémoire vivante" du précieux "trésor".

Guy BASCOU, mémoire du Picpoul Marc MÉDEVIELLE, écrivain

L'A.O.P. Picpoul de Pinet est intimement liée à son cépage autochtone : le piquepoul. Terroir directement sous influence maritime, Picpoul de Pinet se situe sur les bords de la Méditerranée, au nord de l'étang de Thau. Son vignoble comprend 24 caves particulières et 4 caves coopératives, s'étend sur 2000 ha. Son vin est reconnu et vendu à travers le monde. Ce cépage "rescapé" au destin mouvementé à travers les siècles est maintenant "la production emblématique du bassin de Thau, le vignoble de la marine…"

L'ouvrage de Marc Médevielle et Emmanuel Perrin, réalisé à l'initiative du Syndicat des Vignerons de Picpoul de Pinet et du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc, traite une multitude de sujets : les spécificités du terroir, la viticulture durable, une bouteille emblématique, les portraits des femmes vigneronnes, le fameux Festival de Thau… Éditions de La Martinière.

 

Mais où va le vaisseau Thalassa ?

Partie de billard ou de ping-pong ? La vente du village Thalassa annoncée en 2016, puis confirmée en 2017 avait secouée l'opinion publique et même la majorité municipale de Mèze où les avis étaient partagés… Chacun y est allé de ses suppositions et si, à ce jour, rien ne semble définitif quant au devenir de la structure, on peut dire sans se tromper que "l'affaire" est d'importance.

Notre rôle reste celui d'observateur.

Le cœur ou la raison ? La formule peut convenir mais peut devenir : le cœur ET la raison. Sans rentrer dans les détails, d'un côté, il y a celles et ceux qui veulent "conserver ce patrimoine utile à la ville" et de l'autre, celles et ceux qui jugent que "remettre aux normes l'immobilier concerné" risque de coûter cher au contribuable local… Au milieu de tout ça, une trentaine de salarié(e)s sur le qui-vive, se demandent "à quelle sauce" ils vont être "mangés…"

Thau Info, qui était présent lors de la grève du personnel du 28 avril 2017, suit les évènements. Aux dernières nouvelles, il y a eu volte-face au sein du conseil municipal et pour cause : la DSP, délégation de service public, ne peut être rompue avant 2022 (décision du 28 juin 2018) et la délibération du Conseil Municipal jugée illégale par le Tribunal Administratif suite au recours de MM. Garcia et Phocas, alors conseillers d'opposition. On ne parle plus de vente mais de projets quant à l'utilisation du Thalassa…

Nous avons eu et nous avons accès à celui de Thierry Baëza, 3ème adjoint du conseil municipal de la ville (sport, environnement, agriculture), projet d'ailleurs présenté à M. Le Maire et à son directeur de cabinet, M. Doré, le 20 février 2018.

Interpellé lors de son opposition à la vente de la structure, M. Baëza a argumenté dans un document d'une dizaine de pages un projet des plus intéressants, téléchargeable dans son intégralité ICI.

De gauche à droite : Thalassa, tennis, dojo, Taurus… tout sur place !

Pour l'adjoint aux sports (10 ans), le Thalassa "est un joyau économique pour la ville et la seule structure qui peut permettre de générer des recettes conséquentes…"

Ses arguments :

  • le potentiel d'un hébergement au large éventail avec :

1) le Thalassa justement (320 personnes sur 60 gîtes de 2 à 7 personnes et 8 chambres de 2 à 4 personnes),

2) le centre du Taurus (120 personnes avec 35 chambres de 1 à 6 lits), une cuisine centrale (600 repas/jour), salles de réunion, cinéma…,

3) des hôtels proches…

  • de nombreuses installations sportives à proximité immédiate :

1) la salle Bernard Jeu (1875 m2, capacité de 900 personnes, centre national de tennis de table, badminton…

2) un Dojo à 3 tatamis (judo, karaté, krav maga)

3) une base nautique (voile, kayak, aviron, paddle), une école et un club de kitesurf

4) le gymnase Gérard Rigal (volley, basket, handball, tambourin)

5) 5 terrains de tennis, 2 salles de gym, un plateau sportif…

6) la plage…

Une rencontre capitale :

Conférence sur le sport à l'Arena à Montpellier avec l'intervention du handballeur international français Grégory Anquetil… actuellement commercial au Spa Vichy Hôtel, consultant TV (Canal+).

Invité à visiter Thalassa et les installations sportives Mézoises, ce dernier s'est engagé à les "utiliser" voyant là des stuctures idéales pour un vaste projet sportif sans empiéter sur la partie tourisme. Olivier Maurelli, préparateur physique français (volley, cyclisme… GIGN…) ferait partie des intervenants notoires. Un stage de basket, avec l'agent de Boris Diaw (basketteur français) est d'ailleurs "sur les rails".

Des pistes à créer ou à conforter :

- les stages sportifs,

- les séminaires d'entreprises,

- les remises en forme,

- la mise en place de chambres d'hypoxie (simulation de l'altitude),

- les stages bien-être,

- le tourisme sportif,

- le centre bien-être ouvert à tous sportifs ou non (massages, sauna, hammam, spa)

Depuis 6 ans, nous recevons régulièrement l'équipe de France de Judo (Rougé -photo ci-contre-, Alexandre, C. Novak) ; des stages de handball sont régulièrement organisés (Omeyer, Karabatic, Gérard…).

Une base arrière des Jeux Olympiques Paris 2024 ?

Et pourquoi pas ?

Yves Pietrasanta, pour les Jeux Méditerranéens 1993,  a su mettre à profit l'évènement.

"Claude Onesta, dépêché par Laura Flessel pour faire l'état des lieux du sport en France aura des moyens pour mettre les installations à niveau sportivement et dans le domaine de l'hébergement… Une mission de réflexion et de préconisation sur l'ensemble de l'écosystème de la haute performance est en marche…"

C'est certainement le moment de "s'appuyer sur cette dynamique !"

 Le montage financier.

Thierry Baëza prend comme référence le nouvel établissement des Thermes de Balaruc :

- investissement : 60 millions d'euros répartis entre Thau Agglo, région, conseil général, état (50%)

- gestion de la SPLE : ville de Balaruc (85%), Thau agglo (14%), conseil général (1%).

Actuellement géré par une société d'économie mixte (SEMABATH) sujette à concurrence, cette dernière pourrait être remplacée par une société publique locale d'exploitation (SPLE) gérée par des actionnaires publics uniquement (ville, agglomération, département, région). La part investie par la ville de Mèze serait le foncier puisque propriétaire de la structure… L'Agglopôle toute récente a évidemment une opportunité à saisir…

 En conclusion :

"Pour la ville, pour notre bassin de Thau, pour notre région, c'est une opportunité de garder le Thalassa et de le développer."

Les arguments de l'élu sont nombreux et étudiés (voir ICI). La base de travail de Thierry Baëza (il en appelle à la raison) est un outil sérieux et nous paraît solide. Il va falloir faire vite et bien… Le projet évolue régulièrement. Voici quelques précisions supplémentaires :

- si le tourisme est préservé dans mon étude, il est raisonnable de compléter l'occupation par des manifestations du sport de haut niveau…

- hors de question d'écarter la population Mézoise (sportive ou non) du projet remise en forme, moyennant participation bien évidemment.

- les créneaux d'occupation associatifs ne seront pas diminués. L'environnement local est assez riche autour de Mèze pour des activités de pleine nature ou aquatiques.

- Jean-Luc Rougé, président de la FF de Judo, voit très bien Le Thalassa comme structure d'hébergement d'une délégation olympique après quelques aménagements (cryothérapie et climatisation du dojo).

- la SEMABATH, sur demande du maire, doit proposer un projet en septembre 2018… affaire à suivre !

Images de la Saint-Pierre

 

La tradition respectée. À droite, M. Henri Fricou, maire de Mèze.

Ambiance sobre, respectueuse mais très suivie par les Mézois et bon nombre de touristes. L'hommage annuel rendu aux marins disparus perdure. Bateaux bénis, gerbe lancée sur l'eau, processions… la fête populaire remonte au XVIIème siècle. La cérémonie se poursuit par un repas et un loto en faveur des valeurs de solidarité (association diocésaine). Voici quelques images de la flottille accompagnatrice des autorités civiles et religieuses.

Les mercredis du kiosque

Le service communication de la ville de Mèze nous informe :

Du 4 juillet au 22 août 2018, chaque mercredi soir de 19h30 à 21h, le kiosque va s’animer. Le service des festivités de la Ville de Mèze a proposé aux musiciens locaux d’ambiancer l’esplanade une fois par semaine durant la saison estivale.

Le maire, Henry Fricou :

"Cette manifestation s’inscrit dans notre volonté de redonner vie à ce kiosque qui est un fleuron de notre patrimoine. Ces concerts permettront à la fois d’animer l’esplanade tous les mercredis de l’été et de mettre à l’honneur des musiciens Mézois. Je m’en réjouis."

Jean-François ELIAOU, 1 an déjà…

Élu du groupe LREM, parti du président de la République, Jean-François ELIAOU s'est déplacé à Mèze dimanche 24 juin pour rencontrer la presse locale et s'adresser aux élu(e)s du secteur ainsi qu'à celles et ceux qui l'ont soutenu lors de sa candidature. Le député de la 4ème circonscription de l'Hérault, est élu au suffrage universel pour cinq ans. À l’Assemblée nationale, il participe au travail législatif et au travail de contrôle du gouvernement.

Ses activités parlementaires, au nombre de sept, se partagent de la manière suivante :

  • Membre de la Commission des lois,
  • Rapporteur du groupe de travail sur la réforme de l'Assemblée Nationale,
  • Membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (bioéthique),
  • Rapporteur pour avis de la commission des lois, plus précisément sur la loi de la programmation militaire 2019-2025,
  • Vice-président des groupes d'amitiés France-Japon, France-Seychelles et membre du groupe d'amitiés France-Canada,
  • Membre des groupes de travail internes à LREM (agriculture, mobilités/transport, eau et assainissement, loup)
  • Membre des groupes d'étude : cheval, responsabilité sociale des entreprises, économie du sport, enjeux de la ruralité, cinéma, santé et numérique, sport, vigne, vin et œnologie, fin de vie (OPECST) et sécurité.

Souhaitant "faire et bien-faire", le député est guidé par "sa passion du cœur et de la vérité". De plus, il s'est découvert une inclination vers le droit constitutionnel. Son programme est riche, vaste et varié : c'est ce que nous avons retenu au travers d'un entretien courtois et ouvert…

Un auditoire d'une quarantaine de personnes concernées

Les Potes Thau à l'eau…

Tout un programme et deux beaux vainqueurs à égalité après des passes de haut niveau : l'amitié et la convivialité ! La chambrée était petite ce vendredi mais ô combien chaleureuse pour des "combats" de souvenirs et donc de retrouvailles. Soleil, température de l'eau idéale dans le port… les Potes Thau ont renouvelé le défi de la tradition pour leur plus grand bonheur, celui des familles et des amis. En somme des joutes devenues le prétexte de "rajeunir" ou de prouver que l'on a encore "la patate" ! Bien sympa tout ça !

Daniel Carnet et Mickaël Tribuani : première réussie au rallye historique Lozère

La Porsche Carrerra 3,2 de 1986 a réussi sa prise de connaissance avec les routes lozériennes de l'Aubrac, des Causses et de la Margeride. Daniel et son co-pilote Mickaël ont défendu avec brio les couleurs Mézoises puisqu'ils terminent à la 13ème place de la catégorie Tourisme d'un plateau relevé par la présence d'Ardéchois et de Gardois férus en la matière et habitués d'une épreuve qui en est à sa 17ème édition. Bravo les gars !

Daniel et Mickaël, une collaboration efficace…

Tout savoir sur le Pays de Lozère Historique 2018

En plein Delireland…

Comme chaque année, l'artiste Steffi Steffens Pécorai expose ses œuvres "céramique" et celles des assidu(e)s de ses cours.

Le thème 2018 est "carré", sans ambages, vaste mais précis, unique mais inspiré de la vie de tous les jours… À découvrir à la bibliothèque municipale du 20 juin au 13 juillet, place de l'ancien Hospice. Entrée libre.


Mardi 16h<19h - Mercredi 9h<12h et 14h<18h - Vendredi 9h<12h et 16h<19h - Samedi 9h30<12h30.


 

Renseignements au : 04 67 43 71 84 - bibliothèCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Carrément carré…

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations