Mèze

Concours fleuri de la ville de Mèze, 7ème édition

Le 6ème concours a eu un succès indéniable auprès de la population. Il est grand temps de s'inscrire pour la version 2018 dont voici les grandes lignes :

Toutes les Mézoises et tous les Mézois sont invités à y participer. Le concours gratuit et ouvert à toutes et à tous : particuliers, associations, commerçants, artisans. Il suffit de disposer de fenêtres, balcons, terrasses, façades, ou jardins visibles de la rue. Lancez-vous le défi du plus beau fleurissement et tentez de remporter de nombreux lots.

Pour Thierry Baëza, maire-adjoint délégué à l’environnement :

"Ce concours fleuri permet d’impliquer les Mézois dans l’embellissement de la ville. C’est toujours un plaisir de partager ce moment avec les participants. Chaque année nous découvrons des jardins et des balcons superbes. Alors que vous soyez jardinier en herbe ou expert en fleurs et plantations, il ne faut pas hésiter à tenter sa chance. C’est une belle expérience."

Pour s’inscrire et contribuer à l’embellissement de la ville, remplissez le formulaire et déposez-le à la mairie de Mèze ou inscrivez-vous directement en ligne, au plus tard le 15 mai 2018.


Renseignements : service communication – 04 67 18 30 33 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Formulaire à télécharger ICI

Louis Jeanjean, le sage, nous a quittés

À 80 ans, Louis Jeanjean, homme de conviction, est parti ! Ses camarades de combat, ses amis associatifs, la population Mézoise sont orphelins. Du Parti Communiste Français au Comité d'Action Laïque Mézois en passant par tous ses concitoyens, l'humaniste laisse une trace indélébile de sa présence mais surtout des actions qu'il a menées.

De 1977 à 1989 puis de 2001 à 2014, il a donné 25 ans de son existence à la ville de Mèze en tant que maire adjoint ou conseiller municipal.

À travers son métier d'enseignant, Louis s'est également engagé vers les enfants et la culture. Bien que profondément convaincu dans ses idées, l'homme a toujours été à l'écoute du plus petit avis, du plus petit conseil. Jamais agressif dans ses propos il était énormément respecté.

Si la création d'un service scolaire à la mairie de Mèze (2002) lui est incombé, la construction du groupe scolaire Jules Verne (2005) marque à jamais son investissement vers la jeunesse et l'éducation.

Un hommage républicain lui sera rendu par Henry Fricou, maire de la ville, samedi 7 avril à 10h30, justement dans cette école. Sa fierté discrète restera un exemple. Monsieur Jeanjean, respect !

Thau Info adresse à ses proches de très sincères condoléances.

1989 : les mineurs Mézois contestent la fermeture du puits de la Rouquette.

Louis (au centre), avec l'écharpe tricolore municipale, soutient clairement la manifestation devant l'hôtel de ville.

Louis au Pont de Montvert, en Lozère. Souvent il s'y ressourçait…

La trottinette n'est plus ce qu'elle était…

Ce mercredi, au Skate Park du Sesquier, l'espace Jeunes de la Ville de Mèze a proposé une animation gratuite, ouverte à toutes et à tous (de 10 à 17 ans).

Foued Derdi, directeur de l'ALSH Espace Jeunes, bien secondé par Maxime et Mohamed, ont offert une séance "Trottinette freestyle" qui a rassemblé pas loin d'une cinquantaine d'enfants ou adolescents. Pendant trois heures, la reine trottinette, au cœur du débat, est devenue un moyen d'expression et de communication.

La Team Pro Rider 34, venue spécialement de la capitale héraultaise, s'est chargée, dans un premier temps d'initier et de conseiller une jeunesse avide de "tuyaux" quant aux figures à réaliser. L'Association Roll'School, aussi de la partie, n'a pas ménagé ses efforts.

En toute sécurité, pré-ados et ados Mézois ont pu s'adonner à cette discipline de glisse très à la mode et en passe de remplacer roller et skate. La dernière heure, moment de vérité, a permis, aux "Trottriders" de s'exprimer au travers d'un "best strike contest". Récompenses et goûter ont clôturé un évènement à classer dans les heureuses initiatives d'un Espace Jeunes très au top ! Bravo !

Cliquez sur une image pour l'agrandir.
No images found.

Travaux avenue Général de Gaulle : ça prend tournure !

À gauche : c'était le 21 février… À droite : un mois plus tard…

Si le printemps a quelques difficultés à s'implanter définitivement, les travaux engagés en ville suivent leurs cours quel que soit le temps… Le sens unique de passage des véhicules est maintenant à droite. Pour les piétons, les trottoirs côté "Domus Medica" sont parfaits… Le chantier s'est maintenant décalé place de Lattre de Tassigny, avec, essentiellement, la création d’un bassin de rétention entièrement financé par Sète Agglopôle Méditerranée, collectivité compétente en matière de collecte, de stockage et de traitement des eaux pluviales. Thau Info vous tiendra au courant au fur et à mesure…

C'est maintenant au tour de la place de Lattre de Tassigny…

1er forum de la Fédération des Totems Occitans et Catalans

Il y a un peu plus de 6 mois, le 2 juillet 2017, à Pézenas, naissait la Fédération TOTEMIC à l'occasion de la Ronde européenne des Géants et Totems. Avec actuellement près de 60 adhérents, les 22 membres du conseil d'administration présidés par Jérôme Fuentes (les Amis du Poulain de Pézenas) se sont mis au travail d'arrache-pied. Si se fédérer représente une reconnaissance "politique", c'est aussi et surtout le besoin de se regrouper pour "avancer tous ensemble".

À l'heure actuelle, il existerait ainsi une soixantaine d’animaux totémiques (essentiellement dans l'Hérault) en Occitanie Pyrénées-Méditerranée, peuplant des rassemblements qui fleurissent au printemps et se développent de manière croissante d’années en années, témoignant d’un dynamisme remarquable…

Si on parle ainsi "d’animaux totémiques" pour désigner ces effigies ayant trait à l’origine légendaire, à l’histoire ou à la vie de la cité un phénomène apparaît : la naissance de nouveaux totems. Si les processions d'animaux gigantesques remontent au XVème siècle et ont perdu leur caractère religieux, elles continuent de représenter la mémoire collective, l’identité locale ainsi que l’invention constante des communautés. Elles sont les symboles de la création collective qui prend racine dans l’histoire, les mythes, contes et légendes des contrées, mais s’adaptent aussi aux changements qui interviennent… "On tient compte de l'air du temps…"

Afin de mieux se connaître, il était impératif de se revoir dans un premier forum représentatif. La Ville de Mèze, organisatrice, s'est fortement impliquée sous l'impulsion de Mme Lisbeth Saumade, responsable du service patrimoine, et de Mme Nathalie Cabrol, élue référente en charge des affaires culturelles. Afin d'illustrer au mieux une après-midi studieuse et instructive, le Bœuf de la Cité, Lo Petet et le Chevalet se sont produits au foyer municipal où l'on notait la présence d'élus locaux.

Les TOTEMS représentés : Le Fouffre (Montagnac), Le Biou (Portiragnes), Le Bœuf, Lo Petet et Le Chevalet (Mèze), Le Poulain (Pézenas et Alignan), Le Pois Chiche (Montaren 30), Lou Veydrac (Villeveyrac), Le Bouc (Paulhan), Le Cochon (Poussan), Le Rat (Gabian), La Baragogne (St Christol 34), Tribus Lupis (Cournonterral), La Chèvre (Montagnac).

Quelques images :
No images found.

Bien connaître cette nouvelle fédération en cliquant sur le bandeau ci-dessous.

Henri Fricou, maire, prône la laïcité

Le CALM nous communique :  La 3ème édition de la Semaine de la laïcité vient de se terminer. Elle a connu une fréquentation plus qu’honorable, avec un public renouvelé à chaque manifestation. Ce rendez-vous sera reconduit l’année prochaine avec un programme original et de nouveaux partenariats.

Lors de toutes les animations 2017 que Thau Info a relaté, il en est une, qui, a notre avis mérite l'attention de vous, lectrices et lecteurs. En ouverture de la conférence-débat "Laïcité, un engagement citoyen", Monsieur Le Maire de la Ville de Mèze s'est positionné :

Voilà plus de deux cents ans que la république se construit et se renouvelle en se fondant sur la liberté, sur l'égalité des femmes et des hommes, sur l'égalité des chances, des droits, des devoirs, sur la fraternité entre tous les Français, quelle que soit leur condition ou leur origine.
Mais le monde change, les frontières s'abaissent, les échanges se multiplient. Dans le même temps, les revendications identitaires ou communautaires s'affirment ou s'exacerbent, au risque, souvent, du repli sur soi, de l'égoïsme, parfois même de l'intolérance.
Comment notre société saura-t-elle répondre à ces évolutions ?
Nous y parviendrons en faisant le choix de la sagesse et du rassemblement des citoyens de toutes origines et de toutes convictions.
Ce sont ces valeurs qui font la France. Notre pays est ouvert, accueillant et généreux. Uni autour d'un héritage singulier qui fait sa force et sa fierté, le peuple français est riche de sa diversité. Une diversité assumée et qui est au coeur de notre identité.
Diversité des croyances, dans cette vieille terre de chrétienté où s'est aussi enracinée une tradition juive qui remonte à près de deux mille ans. Terre de catholicisme qui a su dépasser les déchirements des guerres de religion et reconnaître finalement toute leur place aux protestants à la veille de la Révolution. Terre d'ouverture enfin pour les Français de tradition musulmane qui sont partie intégrante de notre Nation.
Immigrés italiens, Espagnols, Portugais, mais aussi Polonais, Arméniens, Asiatiques, ressortissants du Maghreb et de l'Afrique Noire... Tous ont contribué à forger notre pays, à le rendre plus fort et plus prospère, à accroître son rayonnement en Europe et dans le monde.
Pourtant, aujourd’hui, bien que porteuse de chances nouvelles, la mondialisation inquiète, déstabilise les individus, les pousse parfois au repli.
Au moment où s'affaissent les grandes idéologies, l'obscurantisme et le fanatisme gagnent du terrain dans le monde.
Une chose est sûre : la réponse à ces interrogations n'est pas dans l'infiniment petit du repli sur soi ou du communautarisme. Elle est au contraire dans l'affirmation de notre désir de vivre ensemble, dans la consolidation de l'élan commun, dans la fidélité à notre histoire et à nos valeurs.
Le communautarisme ne saurait être le choix de la France. Il serait contraire à notre histoire, à nos traditions, à notre culture. Il serait contraire à nos principes humanistes, à notre foi dans la promotion sociale par la seule force du talent et du mérite, à notre attachement aux valeurs d'égalité et de fraternité entre tous les Français.
La laïcité garantit la liberté de conscience. Elle protège la liberté de croire ou de ne pas croire. Elle assure à chacun la possibilité d'exprimer et de pratiquer sa foi, paisiblement, librement, sans la menace de se voir imposer d'autres convictions ou d'autres croyances. Elle permet à des femmes et à des hommes venus de tous les horizons, de toutes les cultures, d'être protégés dans leurs croyances par la République et ses institutions.
On ne saurait tolérer que, sous couvert de liberté religieuse, on conteste les lois et les principes de la République. La laïcité est l'une des grandes conquêtes de la République. Elle est un élément crucial de la paix sociale et de la cohésion nationale. Nous ne pouvons la laisser s'affaiblir. Nous devons travailler à la consolider.
Ce combat pour le maintien de ces valeurs, nous avons le devoir de le mener à l’échelle de notre commune. Nous nous y efforçons au quotidien.
Comment cela peut-il se traduire dans l’action que nous conduisons au sein de la municipalité de Mèze.
Nous devons lutter avec vigilance et fermeté contre la xénophobie, le racisme et contre l'antisémitisme. Nous ne pouvons tolérer la banalisation de l'insulte ! Nous ne pouvons minimiser aucun geste, aucune attitude, aucun propos ! C'est une question de dignité.
Nous rappelons sans cesse avec force et avec insistance la neutralité et la laïcité du service public. Celle de chaque agent public, au service de tous et de l'intérêt général à qui s'impose l'interdiction d'afficher ses propres croyances ou opinions. Comme vous le savez, nous en faisons une règle absolue de notre collectivité. Car aucun citoyen ne doit pouvoir suspecter un représentant de l'autorité publique de le privilégier ou de le défavoriser en fonction de convictions personnelles.
De la même manière, les convictions du citoyen ne sauraient l'autoriser à récuser un agent public. Et lorsqu’il est nécessaire de soutenir ou de protéger un agent confronté à la remise en cause de nos principes de laïcité, nous le faisons sans la moindre hésitation.
A Mèze, la laïcité, nous la retrouvons aussi, tout simplement dans nos grandes manifestations estivales où toute la population locale sans la moindre distinction, converge joyeusement vers un objectif commun : celui de faire la fête ensemble en cultivant leur attachement collectif pour leurs traditions et leur identité culturelle.
Il faut enfin, et c’est l’un de nos rôles majeurs, réaffirmer la laïcité à l'école. Je dirais même que si la laïcité devait avoir sa « chapelle », ce serait évidemment l’école.
L'école est au premier chef le lieu d'acquisition et de transmission des valeurs que nous avons en partage. L'instrument par excellence d'enracinement de l'idée républicaine. L'espace où l'on forme les citoyens de demain à la critique, au dialogue, à la liberté. Où on leur donne les clés pour s'épanouir et maîtriser leur destin. Où chacun se voit ouvrir un horizon plus large.
L'école est un sanctuaire républicain que nous devons défendre, pour préserver l'égalité devant l'acquisition des valeurs et du savoir, l'égalité entre les filles et les garçons, la mixité de tous les enseignements, et notamment du sport. Pour protéger nos enfants. Pour que notre jeunesse ne soit pas exposée aux vents mauvais qui divisent, qui séparent, qui dressent les uns contre les autres.
Il n'est pas question, bien sûr, de faire de l'école un lieu d'uniformité, d'anonymat, où seraient proscrits le fait ou l'appartenance religieuse. Il s'agit de permettre aux professeurs et aux chefs d'établissements, aujourd'hui en première ligne et confrontés à de véritables difficultés, d'exercer sereinement leur mission avec l'affirmation d'une règle claire.
A Mèze, cette volonté se traduit concrètement à travers les efforts qui sont menés pour que nos écoliers puissent bénéficier, quel que soit l’établissement dans lequel ils sont, des meilleures conditions pour leur scolarité. C’est ainsi que la notion d’égalité des chances trouve tout son sens. En outre, la création du conseil municipal des jeunes offre désormais un lieu où la jeunesse mézoise a la possibilité d’élaborer et de mettre en oeuvre ses propres projets en évoluant dans le cadre des valeurs républicaines et démocratiques.
Enfin, notre ville multiplie les initiatives en matière d’accès des enfants à la culture, au sport, aux loisirs, à l’environnement qui sont autant de leviers pour que la jeunesse mézoise puisse apprendre, se divertir et s’épanouir dans le partage, la fraternité, la solidarité, l’acceptation des différences et le respect des autres.
Voilà comment, selon moi, on peut enraciner les principes fondateurs de la laïcité au sein de notre commune.

Henri Fricou, maire de Mèze.


L'itinéraire de la laïcité : la première étape de cette opération a débuté avec la rédaction d'un livret intitulé : "Petite histoire de Marianne et des Mariannes de Mèze". Ce sera aux Mézoises et aux Mézois de compléter et d'enrichir ce précieux document consultable ICI.


À venir : l'Assemblée Générale du C.A.L.M. aura lieu le vendredi 9 février à 18h30 (lieu à déterminer). C'est certainement le moment de rejoindre le groupe pour un soutien et une participation active : tout ça sous le signe du "Bien Vivre Ensemble !"


Crédit photos : CALM.

La chambre régionale des comptes épingle Mèze

Dans un rapport  rendu public ce mardi, la chambre régionale des comptes d’Occitanie dresse un bilan sans complaisance de la gestion de la ville. Ci-après  la synthèse et les recommandations de ce rapport.

La chambre régionale des comptes a procédé au contrôle des comptes et de la gestion de la commune de Mèze pour les exercices 2010 et suivants. L’examen a particulièrement porté sur la gouvernance, l’organisation et le fonctionnement, la gestion budgétaire, la qualité comptable, les relations intercommunales, les services publics délégués et la situation financière.

Des marges de progrès existent

Mèze a une population croissante : elle a atteint 10 642 habitants en 2013.  En 2016, le budget primitif s’élevait à 19 880 k€ et l’effectif était de 238 agents. Le taux de chômage localisé du territoire est estimé à 18,4 %. Les principaux secteurs d’activité sont le commerce, le transport et les services, ainsi que le secteur public. La typologie sociale et professionnelle révèle une croissance des ménages qui sont majoritairement composés de retraités et d’ouvriers. La part des ménages imposés est inférieure (56,4 %) au niveau national (64 %) et le taux de pauvreté est plus élevé (19,7 % contre 14,3 %).
Malgré les efforts de rationalisation entrepris par la commune depuis 2008, il existe des marges de progrès dans le suivi des dossiers et la maîtrise des volets juridique, budgétaire, comptable et financier.

Un mode de fonctionnement à revoir

La gouvernance doit faire l’objet de révisions, notamment en matière de délégation, de régime d’indemnités de fonction, de frais de mission et de représentation.
La gestion des logements de fonction, des frais de déplacement des personnels, des relations avec les budgets annexes et le suivi des régies d’avances et de recettes appellent des mesures correctives. La rationalisation des procédures, engagée par la commune, est un élément positif qu’il convient d’approfondir par la mise en place d’un ensemble cohérent de contrôle interne et de comptabilité analytique.
La gestion des ressources humaines est structurée. Toutefois elle comporte des marges significatives d’amélioration dans le suivi des emplois budgétaires et la mise en oeuvre des obligations liées aux contrats aidés. Le régime du temps de travail des personnels, qui n’est pas conforme à la durée légale et génère un coût élevé pour les finances communales, doit être réformé.

Un suvi budgétaire à améliorer, un endettement qui appelle des mesures d’économie

Dans le domaine de la gestion budgétaire, il convient notamment d’améliorer les taux d’exécution des budgets annexes ainsi que la gestion des régies des services publics industriels et commerciaux.
La gestion comptable requiert des mises en conformité aux textes applicables pour assurer une meilleure qualité des comptes (actif immobilisé, comptes de tiers, compte de trésorerie, régies de recettes et d’avances, subventions d’investissement, provisions pour risques et charges, travaux en régie).
Les indicateurs de la situation financière soulignent une perte de substance progressive de l’exploitation et l’absence d’épargne interne. La commune doit réduire ses charges d’exploitation pour se constituer des marges d’autofinancement. L’endettement communal est une contrainte qui appelle des mesures d’économie.

 

RECOMMANDATIONS

  1. Appliquer les dispositions des articles L. 2123-18 et L. 2123-18-1 du code général des collectivités territoriales relatives aux frais de représentation du maire et aux frais de mission des élus. Non mise en œuvre.
  2. Procéder à une révision des modalités de gestion des effectifs pour résorber l’écart important entre emplois budgétaires et pourvus. Non mise en oeuvre.
  3. Établir tous les deux ans le rapport sur l’état de la collectivité prévu par l’article 33 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984. Non mise en oeuvre.
  4. Mettre le régime du temps de travail et des congés en conformité avec les dispositions légales et réglementaires (loi n° 2001-2 du 3 janvier 2001, décret modifié n° 2000815 du 25 août 2000, décret n° 2001-623 du 12 juillet 2001). Refus de mise en oeuvre.
  5. Mettre en oeuvre les dispositions du code général des collectivités territoriales pour les quatre services publics industriels et commerciaux gérés en régie. Non mise en oeuvre.
  6. Veiller à l’application de l’article L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales en matière d’information budgétaire et financière. Mise en oeuvre.
  7. Procéder aux révisions nécessaires du dispositif de suivi de l’actif immobilisé. Mise en oeuvre en cours.
  8. Réaliser un bilan financier des relations intercommunales pour en apprécier les coûts et les économies effectifs dans la perspective de l’évolution de périmètre qu’elles vont connaître. Non mise en oeuvre.

Les recommandations et rappels au respect des lois et règlements formulés ci-dessus ne sont fondés que sur une partie des observations émises par la chambre. Les destinataires du présent rapport sont donc invités à tenir compte des recommandations, mais aussi de l’ensemble des observations détaillées par ailleurs dans le corps du rapport et dans sa synthèse

» lire le rapport complet publié par la Cour Régionale des Comptes le 17 octobre 2017 

 

 

Baphin de Thau : inauguration officielle

Le service culturel de la Ville de Mèze, représenté par Madame Nathalie Cabrol ; Monsieur Henri Fricou, maire de la cité ; Madame Martine Reynaud, présidente de la galerie d'Art "L'Arbre de Jade" et Nicolas Jouas, artiste sculpteur ont inauguré conjointement et officiellement "Le Baphin de Thau" ce samedi. Par ce biais, le plus haut représentant des Mézois a félicité chaleureusement Nicolas pour son œuvre unique et exceptionnelle.

Cette dernière trône actuellement entre les palmiers de la promenade Thomas Bessière et tout près de la place des Tonneliers. Depuis sa mise en place, selfies, photos-souvenirs, clips vidéos réalisés autour de la sculpture ont été immortalisés. D'autres initiatives prendront la suite sans aucun doute.

La cérémonie est le point d'orgue estival d'une exposition collective réunissant OliV (créateur meubles et luminaires), Jean-François Aubert (peintre), LIT' (sculpteur pierre) et Nicolas Jouas (sculpteur métal), tous artistes présents jusqu'au 2 octobre à L'arbre de Jade.

Parents, ami(e)s, artistes et journalistes ont applaudi longuement l'œuvre et son créateur. Le ciel a signifié également qu'il participait en gratifiant la scène de quelques éclairs "tout en douceur".

Le diaporama qui suit résume l'ambiance d'un vernissage prolongé ensuite dans la galerie d'Art par le pot de l'amitié… délicatement préparé par Martine et Laurent.

 

No images found.

L'Arbre de Jade, 36 rue du Port à Mèze - 06 86 13 51 15 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

MÈZE s'agrandit…

Mèze s'agrandit, c'est une évidence ! La barre des 11 000 habitants est dépassée. Nous ne nous poserons pas la question de savoir si c'est un bien ou un mal. La réalité s'affiche à travers les constructions qui s'érigent ici et là. La ville s'étale vers le Nord, plus particulièrement au bout du chemin des Costes (notre photo). L'approbation du PLU (Plan Local d'Urbanisme) en Conseil Municipal du 22 mars 2017 a fourni un dossier exécutoire depuis le 1er avril de la même année. Par le biais de la Société Immobilière 3F, des logements sociaux au nombre de 23 ont été livrés en octobre 2016, justement à la ZAC des Costes qui continue à grandir, à grandir… Prolongement du chemin éponyme, cette tentacule dominante, parallèle à la D613 interpelle quelque peu le regard et l'esprit. Certes des dispositions sont prises et des gens compétents "planchent" en permanence sur le devenir de ce Mèze nouveau… Inquiétude ? Démangeaison ? Admiration ? Fierté ? Les sentiments sont partagés. Seul l'avenir nous dira…

Sérieuses inquiétudes chez les salariés de Thalassa à Mèze

Ce vendredi, comme annoncé dans nos lignes, les salariés du Thalassa se sont mis en grève pour exprimer publiquement et in situ leurs inquiétudes quant à leur devenir. Le village et ses installations, propriété de la ville de Mèze, est en vente. Confirmé par Monsieur Le Maire, cet acte interroge la quarantaine d'employés (10 permanents, 30 contrats saisonniers et 3 ou 4 Contrats d'Accompagnement à l'Emploi). La SEMABATH (Société d'Économie Mixte d'Aménagement du Bassin de Thau) chargée entre autres de la gestion du village en question est pointée du doigt par l'ensemble des concerné(e)s qui ne comprend pas la décision initiale d'une part et un manque à gagner sur intéressement d'autre part. Le collectif se plaint également d'un manque de communication et entend "formuler son avis avant d'être devant le fait accompli". Madame Mireille André, directrice ; M. Christian Fournier, délégué du personnel étaient soutenus ce matin par les représentants syndicaux FO du département (Gilbert Fouilhé), du Bassin de Thau (Alain Milhaud) et par Maître Charles Salies, avocat au barreau de Montpellier. Monsieur Le Maire s'est présenté devant les manifestants accompagné de M. Menon, DGS et de Madame Mireille Lourdou 2ème adjointe. À noter la présence de la Police Municipale et de la Gendarmerie Nationale.

Il ressort de la confrontation qu'à ce jour, la vente du village n'est pas actée (M. Henri Fricou, maire). Une délégation du Thalassa sera reçue par ce dernier mardi 2 mai.

Le mot de la fin de Christian Fournier : "C'est l'incertitude la plus totale et la saison arrive…" Affaire à suivre !

   
Mme André, directrice et M. Fournier, délégué du personnel, soutenus par MM. Milhaud et Fouilhé (FO) et Me Saliès (Barreau de Montpellier)    On ne peut plus clair !    M. Le Maire en discussion avec C. Fournier représentant du personnel, le syndicat F.O. et Me Charles Saliès

Réaction de Gilles Phocas, élu d'opposition :

"La tournure des évènements, suite à la volonté de vendre le Thalassa et les démarches entreprises par Henry FRICOU sur ce sujet, n’est pas pour nous rassurer.

Contre certains membres de la majorité, contre les salariés, contre certains actionnaires de la SEMABATH, la méthode bulldozer du Maire montre aujourd’hui toutes ses limites.

Avec un dossier bâclé, avec plusieurs manifestations de mépris envers le personnel à qui on a demandé de rester à sa place par courrier, en bafouant les droits de l’opposition, ce dossier (qui devait au départ être clos au 31/12/2016) ne pouvait que s’envenimer et provoquer des réactions non seulement au niveau des salariés et des élus, mais aussi dans la population toute entière, et notamment dans le tissu associatif qui a besoin de cette structure.

Il y a presque un an, j’avais qualifié cette décision en conseil municipal de « la pire de votre mandat »… Je pense qu’aujourd’hui bon nombre de gens, et le maire lui-même commencent à en être convaincus mais pas pour les mêmes raisons.

Pour sortir par le haut, Henry FRICOU devra renoncer à son projet, ou bien consulter la population par référendum local, c’est d’ailleurs ma proposition vu le niveau où on en est arrivé dans ce dossier. "

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.