Mèze

La mine aux trésors

Des gueules rouges, des tempes grises… des absences… (document Rémy Martin)

À l'heure où la population se raccroche (allez savoir pourquoi !) à son patrimoine tout en s'instruisant sur toutes les formes de passés qui l'entoure, il est de bon ton de saisir toutes les opportunités qui se présentent pour sauvegarder l'histoire locale. Mèze n'échappe évidemment pas au phénomène. Chacune et chacun connaît par cœur ou par amour qui les vainqueurs des joutes sur 20 ans, qui les activités des tonneliers sur la place éponyme, qui l'histoire de la Chapelle des Pénitents, qui le maire le plus longtemps en place depuis la Révolution Française… Les plus curieux, les plus anciens se font d'ailleurs un honneur de "raconter", d'écrire, de partager leurs connaissances… et leurs témoignages.

Patrimoine ? Parmi les définitions du Larousse, nous avons retenu celle-ci qui nous semble la plus adaptée au sujet qui va suivre :

Ensemble des éléments aliénables et transmissibles qui sont la propriété, à un moment donné, d'une personne, d'une famille, d'une entreprise ou d'une collectivité publique.

Notre propos va se cantonner quant à l'avenir des lieux, des documents, des outils et des instruments de l'époque de la mine de bauxite sur le canton de Mèze.

Un peu d'histoire : Le canton de Mèze eut ses premières mines de bauxite dès 1874 et furent exploitées pendant plus d'un siècle.

Plus près de nous, la période 1969-1988 concernait 382 familles de Mèze et ses environs. Si du côté exploitation du minerai les traces disparaissent petit à petit du terrain, la ville possède la cité des Horts, la résidence Antarès et le lotissement La Fringadelle où logeaient les employés mineurs et leurs familles. Ces lieux les abritent toujours eux ou leur descendance.

Mèze reconnaissante a d'ailleurs participé à 2 manifestations commémorant cette période terminée par un pénible licenciement ordonnancé par la Société Péchiney (voir article THAU INFO).

  • Juillet 2003 : une exposition est proposée au foyer municipal.
  • Juin 2007 : une rencontre-débat agrémentée par une exposition de lampes, "Les Lumières de la Mine", aborde les conditions de travail et de vie des mineurs. Par la même occasion, Henry Fricou, maire et Yves Piétrasanta, 1er adjoint, rendront hommage à Joseph Péréa, détenteur des lampes exposées :

"… L'extraction de la bauxite appartient au patrimoine mézois tout autant que la viticulture, la conchyliculture, la pêche, les métiers de la futaille et du commerce maritime…"

Cette reconnaissance, maintenant décennale, non récidivée, a été prolongée du côté de Bédarieux, en 2017, de deux manières complémentaires :

  • dans l'ouvrage de Jean Lavastre "Bédarieux, l'industrieuse"  (Circuits de découverte, collection "Focus patrimoine N° 8"), réalisé par l'association "Résurgences",
  • dans le film "Les Gueules Rouges" de Victor Lavastre.

Le sablier de la vie, inéluctable, nous impose des disparitions. Le souvenir reste mais… pour combien de temps ? Notre curiosité (pas celle du paparazzi ;-)) nous a conduit du côté de la rue des Forgerons, au fond d'un garage où la star demeure, malgré un départ récent vers l'au-delà, la mine "dans tous ses états" !

Autour d'une table ronde conviviale, nous avons croisé des regards pudiques mais interrogatifs nous signifiant :

"Que vont devenir toutes ces richesses, toutes ces collections… ?"

Si le devoir de mémoire existe réellement, il y a "un truc à faire" ! Nous avons rencontré des personnes concernées prêtes à s'investir une dernière fois pour sauver une part de patrimoine. À l'heure où nous écrivons, les services concernés de l'Agglopôle, du Conseil Départemental, de Mèze, de Loupian, de Villeveyrac n'ont pas donné suite aux courriers ou aux vœux de l'Association du personnel de Péchiney (début 2018). Thau Info veut bien faire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui permettraient de sauvegarder un pan d'histoire locale (musée, parcours balisé sur les sites avec possibilité d'accès numérique aux informations…)

Notre belle cité le mérite !

No images found.

La rentrée à l'École de Musique de Mèze

Pendant le Festival de Thau 2018.

Les inscriptions ont débuté à l’école municipale de musique de Mèze. À cette occasion, les professeurs rencontreront les parents et les enfants afin de leur fournir des renseignements sur leur instrument (essai), d’organiser les plannings les :

- Lundi 10 septembre,

 Guitare électrique (de 16h à 19h), Piano (de 17h à 20h)

- Mardi 11 septembre, de 16h à 19h

Guitare

- Mercredi 12 septembre, de 16h à 19h

Piano, Accordéon, Flûte traversière, Saxophone, Trompette

- Vendredi 14 septembre, de 16h à 19h

Clarinette, Violon

Labellisée « école ressource » par le Département, l’EMM propose également de nombreux cours collectifs et ateliers pour satisfaire les musiciens de tous âges : éveil musical, atelier découverte, orchestres, chorales, chant parents-enfants, musiques actuelles, musiques traditionnelles, steel-drum, musicothérapie.

L’année est rythmée par de nombreux spectacles et concerts, des collaborations avec des artistes invités et des projets pédagogiques en lien direct avec la saison culturelle de la ville.

Quelques places sont encore disponibles, faites vite !


École Municipale de Musique de Mèze - Place Baptiste Milhau, 34140 Mèze - Tél : 04 67 43 80 75 - Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Scène flottante Mèze : à renouveler…

Pas facile de quantifier les présences au port ce dimanche soir : peu de monde dans les tribunes, c'est certain (nous y étions) ; par contre beaucoup de gens sur les quais et dans les commerces. Attiré(e)s par une musique surprenante aux dires des "non-habitués" mais de grande qualité et merveilleusement soutenue par une violoniste virtuose, les fêtards se sont laissés envoûter.

Pour notre part, nous avons joué le jeu sachant que du côté de l'Esplanade l'orchestre réputé "Paul Selmer" avait certainement "fait le plein" dans un tout autre registre, la danse.

Dans les tribunes, encore "chaudes" des joutes de l'après-midi, nous nous sommes cantonnés à écouter et à regarder : un évènement éphémère, inhabituel à la fois reposant et enthousiasmant par une interprétation hors du commun.

À renouveler, peut-être dans d'autres conditions (la fête foraine voisine sur la place des Tonneliers)… Pour une première, nous possédons trop peu de références mais nous avons aimé !

Sébastien Bruno, médaillé Jeunesse & Sports

C'est dans le salon d'honneur de la mairie de Mèze et en présence de son conseil municipal, qu'Henri Fricou, maire de la ville, a remis la médaille Jeunesse, Sports et engagement associatif à un de ceux qui s'implique certainement le plus dans la vie culturelle de la cité.

En 1992, Sébastien Bruno intègre l'association "Les Amis du Poulain de Pézenas". Formé en "tambour traditionnel" à la Farandole Biterroise, il devient secrétaire et formateur-percussions à "Sem Fossos" et secrétaire adjoint à la "Cosconilha". Depuis 2006 il est danseur et co-dirigeant du "Chevalet de Mèze". En 2008 il rejoint "Le bel Hautbois Dormant & Joutes Languedociennes" et en 2011 s'implique dans l'association éducative de la "Calendreta de Mèze". 2017 : la création de la Fédération Totemic lui tend les bras et le voilà membre du comité de pilotage et responsable de la commission "éducation et formation".

L'implication de Sébastien est totale, quasi-quotidienne pour perpétrer culture et patrimoine au sein de la Cité du Bœuf.

Après cette distinction nationale, Monsieur le maire associait au récipiendaire, pour la médaille de la ville, l'équipe du Chevalet  : le cavalier Didier Galibert (Tchimbouille) et sa maman "responsable " depuis plus de 50 ans des cocardes et de l'entretien des costumes, la civadaïre Laurianne Archimbeau, Mireille Bruno remplaçante officielle de tous les postes du groupe. Impossible de dissocier les musiciens : Gérard Franco, hautboïste et présent depuis 1970 ; Bertrand Pailhès (Tourbes), hautboïste également ; Romain Balescut au tambour.

"Au nom des mézoises et des mézois, je tiens à vous remercier chaleureusement tous les sept mais aussi toutes les personnes qui vous entourent, qui vous accompagnent au quotidien et qui vous aident à perpétuer ces traditions si chères dans le cœur des mézois."

Les récipiendaires et les autorités. Quand je serai grand…

 Merci au service communication de la Ville de Mèze pour sa collaboration.

Challenge Molinier-Sil : le Frontignanais Cuciniello vainqueur

Ce dimanche, dans le port de Mèze, les Frontignanais ont squatté le podium du Challenge Molinier-Sil grâce à Cuciniello Sylvio (vainqueur après décision du jury) et Gonzalez Patrice (3ème). Molto Maxime (AP Sète-Môle) rate de très peu la pôle position et le Mézois Anthony Bondon (JLS Mèze) termine 4ème. Ce dernier tournoi de la fête locale a vu une affluence conséquente, des tribunes pleines et des quais où il était difficile de trouver une petite place pour assister à des débats très disputés : une réussite pour la JLS Mèze organisatrice où apparaissait officiellement, pour la dernière fois, Thierry Baëza, sociétaire du club Mézois. Bravo à toutes et à tous ainsi qu'à la peña Bastid&Co pour l'animation musicale de ce tournoi régional "Lourds" !

Maxime Molto (à droite) a bien cru à la victoire…

Thierry Baëza, dernier tournoi officiel.

Visite à la SNSM

 
 
 
 

Ce samedi, au Taurus, la SNSM locale (Société Nationale de Sauvetage en Mer) recevait le public.

"Les chiffres viennent de tomber et le constat est alarmant. Selon l’enquête Noyades 2018 de Santé Publique France, 552 noyades ont eu lieu en France entre le 1er juin et le 5 juillet 2018 et ont causé la mort de 121 personnes. Le groupe Macif et les Sauveteurs en Mer (SNSM) ont donc souhaité mener conjointement une campagne de sensibilisation aux risques en bord de mer et plus largement aux accidents de la vie courante sur les plages de Vendée cet été…"

Malheureusement, nous nous sentons concernés (en majorité) lorsque les aléas de la vie nous confrontent à une triste réalité. Des femmes et des hommes bénévoles (8 000 dont 800 formateurs) ont pour mission le sauvetage de toute vie en danger en mer : un sacerdoce !

En 2017, la SNSM a porté secours à plus de 9 000 personnes… C'est la seule institution qui dispose conjointement des compétences et qualifications nécessaires pour intervenir de la plage au large et vient de se voir attribuer le label "Grande Cause Nationale".

Ce 19 août l'association a prévenu et informé. Sachons que "Les sauveteurs en Mer" sont le premier maillon de la chaîne des secours en mer.

Pour les sceptiques qui pensent que notre lagune "n'est pas la mer" (et c'est vrai), sachez que chaque année l'étang de Thau enlève des vies voire même des sauveteurs (54e régate des 24 heures de Thau : accident mortel survenu dans la soirée du samedi 19 mai 2018).

Merci aux sauveteurs locaux pour leur présence, leur disponibilité et leur abnégation ! Possible de les soutenir ICI.

Pour en savoir un peu plus sur les activités de la SNSM, cliquez ici --> 

Lou Capelet, un régal !

Les jeunes l'attendent avec impatience… les moins jeunes pensent à leurs exploits d'ados et toutes et tous sont là !

"Lou capelet", c'est une histoire d'amour entre les générations et le port, entre l'eau et la bigue… c'est aussi le pays du sourire, de l'insouciance mais aussi un défi permanent avec les copains, les copines… avec son ego… La version 2018, encore améliorée dans son organisation, a battu les records de présence sur les quais… les quatre gouttes annoncées et effectives n'ont même pas refroidi la foule des spectateurs : on s'est régalé !

En vidéo, la version courte d'une animation estivale essentielle à la fête locale…

Boule d'Azur : un tête-à-tête disputé !

En 1923, le terrain jouxtant la place des Tonneliers (déchetterie d'alors) était donné aux pêcheurs qui pratiquaient "la Lyonnaise" pendant leurs loisirs.

2018 : fort de 16 jeux aménagés au top, l'association Boule d'Azur Mézoise peut s'enorgueillir de posséder un site unique sur l'Hexagone de part sa situation et ses structures.

Le tout nouveau président Marin Paul et son équipe, qui nous ont aimablement reçu, annonce 130 adhérents dont 30 licenciés actifs ainsi qu'une école de boule Lyonnaise  dirigée par Giuseppe Troisi.

Ce 15 août, dès 8h du matin, dans la cadre de la Fête de Mèze, avait lieu le Challenge "Loulou". Cette compétition, du nom de son créateur, a vu le jour en 2009. Las de voir considérer les "pointeurs" du jeu comme des "seconds couteaux"…  évidemment, ils font moins de bruit… le sociétaire Loulou a tenu à prouver, par le biais du tête-à-tête, qu'une partie se gagnait par les pointeurs… Les Mézois étaient, on s'en doute, fort bien représentés mais on notait la présence de Gardois (Le Vigan) et d'un Isérois venus en découdre et pas pour faire de la figuration…

Après un journée fort bien remplie, on retrouvait dans le dernier cadre :

  • Challenge principal : André (Corbelin 38) / Lilian (Boule d'Azur Mèze)
  • But d'honneur : Bernadette (Boule d'Azur Mèze) / Jean-Jacques (Boule d'Azur Mèze)

De gauche à droite : André, Lilian (finalistes), le président Marin, Loulou (créateur du challenge éponyme), Bernadette et Jean-Jacques (finalistes du but d'Honneur)


 

Les résultats :

 

Challenge LOULOU

1er : L. Lunadier (Mèze)

2ème : A. Billemazz (Corbelin 38)

3ème : B. Bouteillou (Mèze)

 

But d'honneur

1er : JJ. Vagneck (Mèze)

2ème : Bernadette Garchon (Mèze)

3ème : B. Lauzes (Florensac)

 

 

 

 

Prochain concours : Challenge Christophe Delvaux, dimanche 19 août (de 8h à 19h) au boulodrome, à côté de la place des Tonneliers.

Un samedi sportif

Les activités de toutes sortes animent la ville de Mèze en ce moment : difficile d'être présent sur tous les fronts ! Thau Info a fait deux choix ce samedi.

1) La course du souvenir, Challenge Patrick Barbezier en mémoire aux jeunes Mézois disparus, a rempli les tribunes du quai Descournut. Là, une rencontre conviviale entre rameuses et rameurs, jeunes et vétérans a permis aux barques des joutes de "sortir de l'ordinaire". Au programme : course de vitesse (Coupe Jean-Claude Diaz) et meilleur déguisement primé ! Notons que le FC Sète a envoyé deux équipages de jeunes certainement en stage de préparation à la saison football. Vainqueur ? La bonne ambiance certainement ! Illustrées musicalement par "Les Hippocampes", ces joutes inhabituelles se sont disputées entre les costauds des pectoraux (siliconés ou pas), les chapeaux melons d'Outre-Manche et autres déguisements savoureux… En un mot, une belle entrée en matière pour une fête d'août imminente !

Cliquez sur une image pour l'agrandir.
No images found.

2) La Coupe de France de Tambourin (1/8ème de finale) opposant les Mézois à Cazouls d'Hérault. Les poulains de Fred Tarin n'ont pu résister aux visiteurs qui évoluent au plus haut niveau national. 13 à 0 pour ces derniers, score entériné par l'arbitre officiel M. Estel. À l'impossible nul n'est tenu. Les locaux ont ainsi peaufiné un peu plus leur préparation pour le championnat départemental.

Les deux formations : à gauche, le président Mézois M. Tarin.

Naviguer sur l'étang, oui, mais pas n'importe comment !

À savoir : l'étang de Thau est une lagune salée peu profonde qui s'étend sur environ 18 km de long et 6 km de large, soit une superficie de 7 500 ha. Premier bassin conchylicole de Méditerranée avec une production annuelle de 7 500 tonnes d'huîtres et 3 000 tonnes de moules, il abrite une riche biodiversité marine (daurades, loups, hippocampes…) et de nombreux oiseaux (aigrettes, sternes, flamands roses, hérons).

Sa haute sensibilité environnementale lui confère le classement : "Zone de mouillage propre". Par conséquent la navigation, le mouillage, les activités y sont très règlementés.

Respecter la règlementation sur l'étang, c'est préserver tout un écosystème remarquable.

Voici les règles de navigation diffusées par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (rappel) :

  • gérer ses déchets et entretenir régulièrement son bateau,
  • fermer obligatoirement les vannes de coques en zone de mouillage propre,
  • respecter les règles de navigation et les zones d'interdiction.

IMPORTANT

les bateaux fluviaux doivent traverser l'étang en respectant obligatoirement le chenal fluvial, mais ils peuvent se rendre directement dans les ports sans traverser les zones conchylicoles.

les véhicules nautiques à moteur et les engins tractés sont strictement interdits.

un survol par des canadairs à basse altitude du plan d'eau annonce une opération d'écopage. Toute personne (nageur, plongeur, plaisancier…) doit s'éloigner au plus vite, à plus de 500 mètres de l'axe d'opération pour éviter tout danger.

Pour tout connaître en détail, télécharger le flyer ICI.

Méditation autour d'un concert

Les amis des Pénitents, chaque été maintenant (c'est un secret pour personne), s'engagent à animer, à ouvrir vers le monde contemporain "leur" chapelle tant chargée d'histoire. 2018 voit plusieurs actions engagées. Les Harmonies Estivales font partie de ces animations, qui, sans tapage médiatique outrancier, sont fidèlement suivies par la population locale et alentours. Et puis "aller à la chapelle", c'est aussi participer au projet de rénovation d'un patrimoine défendu à bout de bras. Là où les pouvoirs publics, religieux "se font tirer l'oreille", une poignée d'irréductibles agit sans relâche depuis 1988. "Tout le monde" se penche ou dit se pencher sur l'avenir de la Chapelle… mais…

Ce mercredi 8 août, Geneviève Rière, la présidente, et son équipe accueillaient le duo Jérôme Médeville (piano) et Philippe Henry (violoncelle) pour une soirée de détente et d'intériorisation. Le lieu de culte, bien rempli, s'est transformé en un bouquet de rêve méditatif. Musique et silence se sont succédé afin d'accéder à son "chez soi ", à une remise en question personnelle en quelque sorte. Les deux musiciens ont proposé leur talent avec simplicité. La communion avec le public, malgré une température caniculaire, s'est opérée. N'est-ce pas là l'essentiel ?

   

Prochain concert : Nicolas Grosso chante BRASSENS, le mercredi 22 août à 21h. Réservations à : « Voyage des Sens » et « Fée des Fleurs », place de la Mairie de Mèze.

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.