Mèze

Lou Capelet, un régal !

Les jeunes l'attendent avec impatience… les moins jeunes pensent à leurs exploits d'ados et toutes et tous sont là !

"Lou capelet", c'est une histoire d'amour entre les générations et le port, entre l'eau et la bigue… c'est aussi le pays du sourire, de l'insouciance mais aussi un défi permanent avec les copains, les copines… avec son ego… La version 2018, encore améliorée dans son organisation, a battu les records de présence sur les quais… les quatre gouttes annoncées et effectives n'ont même pas refroidi la foule des spectateurs : on s'est régalé !

En vidéo, la version courte d'une animation estivale essentielle à la fête locale…

Boule d'Azur : un tête-à-tête disputé !

En 1923, le terrain jouxtant la place des Tonneliers (déchetterie d'alors) était donné aux pêcheurs qui pratiquaient "la Lyonnaise" pendant leurs loisirs.

2018 : fort de 16 jeux aménagés au top, l'association Boule d'Azur Mézoise peut s'enorgueillir de posséder un site unique sur l'Hexagone de part sa situation et ses structures.

Le tout nouveau président Marin Paul et son équipe, qui nous ont aimablement reçu, annonce 130 adhérents dont 30 licenciés actifs ainsi qu'une école de boule Lyonnaise  dirigée par Giuseppe Troisi.

Ce 15 août, dès 8h du matin, dans la cadre de la Fête de Mèze, avait lieu le Challenge "Loulou". Cette compétition, du nom de son créateur, a vu le jour en 2009. Las de voir considérer les "pointeurs" du jeu comme des "seconds couteaux"…  évidemment, ils font moins de bruit… le sociétaire Loulou a tenu à prouver, par le biais du tête-à-tête, qu'une partie se gagnait par les pointeurs… Les Mézois étaient, on s'en doute, fort bien représentés mais on notait la présence de Gardois (Le Vigan) et d'un Isérois venus en découdre et pas pour faire de la figuration…

Après un journée fort bien remplie, on retrouvait dans le dernier cadre :

  • Challenge principal : André (Corbelin 38) / Lilian (Boule d'Azur Mèze)
  • But d'honneur : Bernadette (Boule d'Azur Mèze) / Jean-Jacques (Boule d'Azur Mèze)

De gauche à droite : André, Lilian (finalistes), le président Marin, Loulou (créateur du challenge éponyme), Bernadette et Jean-Jacques (finalistes du but d'Honneur)


 

Les résultats :

 

Challenge LOULOU

1er : L. Lunadier (Mèze)

2ème : A. Billemazz (Corbelin 38)

3ème : B. Bouteillou (Mèze)

 

But d'honneur

1er : JJ. Vagneck (Mèze)

2ème : Bernadette Garchon (Mèze)

3ème : B. Lauzes (Florensac)

 

 

 

 

Prochain concours : Challenge Christophe Delvaux, dimanche 19 août (de 8h à 19h) au boulodrome, à côté de la place des Tonneliers.

Un samedi sportif

Les activités de toutes sortes animent la ville de Mèze en ce moment : difficile d'être présent sur tous les fronts ! Thau Info a fait deux choix ce samedi.

1) La course du souvenir, Challenge Patrick Barbezier en mémoire aux jeunes Mézois disparus, a rempli les tribunes du quai Descournut. Là, une rencontre conviviale entre rameuses et rameurs, jeunes et vétérans a permis aux barques des joutes de "sortir de l'ordinaire". Au programme : course de vitesse (Coupe Jean-Claude Diaz) et meilleur déguisement primé ! Notons que le FC Sète a envoyé deux équipages de jeunes certainement en stage de préparation à la saison football. Vainqueur ? La bonne ambiance certainement ! Illustrées musicalement par "Les Hippocampes", ces joutes inhabituelles se sont disputées entre les costauds des pectoraux (siliconés ou pas), les chapeaux melons d'Outre-Manche et autres déguisements savoureux… En un mot, une belle entrée en matière pour une fête d'août imminente !

Cliquez sur une image pour l'agrandir.

2) La Coupe de France de Tambourin (1/8ème de finale) opposant les Mézois à Cazouls d'Hérault. Les poulains de Fred Tarin n'ont pu résister aux visiteurs qui évoluent au plus haut niveau national. 13 à 0 pour ces derniers, score entériné par l'arbitre officiel M. Estel. À l'impossible nul n'est tenu. Les locaux ont ainsi peaufiné un peu plus leur préparation pour le championnat départemental.

Les deux formations : à gauche, le président Mézois M. Tarin.

Naviguer sur l'étang, oui, mais pas n'importe comment !

À savoir : l'étang de Thau est une lagune salée peu profonde qui s'étend sur environ 18 km de long et 6 km de large, soit une superficie de 7 500 ha. Premier bassin conchylicole de Méditerranée avec une production annuelle de 7 500 tonnes d'huîtres et 3 000 tonnes de moules, il abrite une riche biodiversité marine (daurades, loups, hippocampes…) et de nombreux oiseaux (aigrettes, sternes, flamands roses, hérons).

Sa haute sensibilité environnementale lui confère le classement : "Zone de mouillage propre". Par conséquent la navigation, le mouillage, les activités y sont très règlementés.

Respecter la règlementation sur l'étang, c'est préserver tout un écosystème remarquable.

Voici les règles de navigation diffusées par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (rappel) :

  • gérer ses déchets et entretenir régulièrement son bateau,
  • fermer obligatoirement les vannes de coques en zone de mouillage propre,
  • respecter les règles de navigation et les zones d'interdiction.

IMPORTANT

les bateaux fluviaux doivent traverser l'étang en respectant obligatoirement le chenal fluvial, mais ils peuvent se rendre directement dans les ports sans traverser les zones conchylicoles.

les véhicules nautiques à moteur et les engins tractés sont strictement interdits.

un survol par des canadairs à basse altitude du plan d'eau annonce une opération d'écopage. Toute personne (nageur, plongeur, plaisancier…) doit s'éloigner au plus vite, à plus de 500 mètres de l'axe d'opération pour éviter tout danger.

Pour tout connaître en détail, télécharger le flyer ICI.

Méditation autour d'un concert

Les amis des Pénitents, chaque été maintenant (c'est un secret pour personne), s'engagent à animer, à ouvrir vers le monde contemporain "leur" chapelle tant chargée d'histoire. 2018 voit plusieurs actions engagées. Les Harmonies Estivales font partie de ces animations, qui, sans tapage médiatique outrancier, sont fidèlement suivies par la population locale et alentours. Et puis "aller à la chapelle", c'est aussi participer au projet de rénovation d'un patrimoine défendu à bout de bras. Là où les pouvoirs publics, religieux "se font tirer l'oreille", une poignée d'irréductibles agit sans relâche depuis 1988. "Tout le monde" se penche ou dit se pencher sur l'avenir de la Chapelle… mais…

Ce mercredi 8 août, Geneviève Rière, la présidente, et son équipe accueillaient le duo Jérôme Médeville (piano) et Philippe Henry (violoncelle) pour une soirée de détente et d'intériorisation. Le lieu de culte, bien rempli, s'est transformé en un bouquet de rêve méditatif. Musique et silence se sont succédé afin d'accéder à son "chez soi ", à une remise en question personnelle en quelque sorte. Les deux musiciens ont proposé leur talent avec simplicité. La communion avec le public, malgré une température caniculaire, s'est opérée. N'est-ce pas là l'essentiel ?

   

Prochain concert : Nicolas Grosso chante BRASSENS, le mercredi 22 août à 21h. Réservations à : « Voyage des Sens » et « Fée des Fleurs », place de la Mairie de Mèze.

Coquillages et vins : un franc succès

À nouveau, la fête de l'huître à Mèze, pour son rendez-vous annuel (et une 28ème édition) a "squatté" les préoccupations de la population locale, de passage ou en vacances en ce premier vendredi d'août. On n'échappe pas à cette manifestation parfaitement gérée par les producteurs locaux et leurs 70 bénévoles. Tout est parfait… Même la canicule n'a pas endigué le flot des participant(e)s. Familles, jeunes et moins jeunes, toutes les générations étaient représentées dans ce décor de rêve qu'est la place des Tonneliers (encore un joyau de la Cité du Bœuf) avec ses accès sécurisés et le voisinage immédiat d'un étang au clapotis apaisant… Difficile de chiffrer le nombre de visiteurs (au moins 3 000), par contre les quantités de spécialités proposées sont bien réelles puisque les petites mains "aux fourneaux" annonçaient, au bas mot, 120 kg de seiches en rouille, 4 500 moules farcies (à la Mézoise, s'il vous plaît) ainsi que des centaines de kilos d'huîtres… Ajoutez à tout cela tielles, desserts, fruits… sans occulter les vins locaux dont la réputation a sauté nos frontières et vous aurez une idée de l'impact de cette fête malgré tout encadrée par ses éponymes de Marseillan et de Bouzigues également au top des records.

Le Pays de Thau vit, sait vivre et promouvoir tout ce qu'il produit. L'association, à l'origine de ce grand festoiement, composée pour la plupart de conchyliculteurs, n'est pas dans la demi-mesure. Elle valorise son travail et par voie de conséquence reçoit à la même hauteur. Les autorités civiles et professionnelles, qui ont donné le coup d'envoi des agapes, savent de quoi il retourne, aident et vont de l'avant pour acquérir encore plus de reconnaissance des "trésors" marins et viticoles d'un Pays de Thau, ardent défenseur de ses productions reconnues universellement.

Élus locaux, départementaux, régionaux… représentantes et représentants de la profession autour de Mme Touren, présidente de l'association…

Pour illustrer nos propos voici deux petits montages vidéo illustrant en partie la phase première de l'animation puis celle tournant autour de "l'habitué" DJ Fanou, alias Stéphane Constant, arrivé tout juste du départ du Tour de France 2018… À Mèze, quand il faut s'amuser, on ne fait pas dans la demi-mesure !

La mise en bouche de la soirée avec "La Peña del Fuego"

DJ Fanou aux manettes pour une nuitée d'enfer…

Le MSFC en ordre de marche

Comme attendu et promis voici la composition de l'administratif du Mèze Stade Football Club 2018-2019 :

Prochaines rencontres (le club premier nommé reçoit) :

2 septembre 2018 Coupe de France Tour 2 --> MSFC / Arsenal Cx d'Argent ou Marseillan CS

2 septembre 2018 Coupe Gambardella Tour 1 --> MSFC / St Jean de Védas (10h30)

9 septembre Championnat Ligue OCCITANIE R3 Poule B --> St Gilles AEC / MSFC

Harmonies estivales à la Chapelle des Pénitents

Le compte à rebours a commencé pour un été-concert dans ce lieu propice aux rencontres culturelles et artistiques. Les Amis des Pénitents ont fait leur choix pour 3 représentations :

  • "Chapeau bas et merci Barbara", le 25 juillet à 21h,
  • "Méditations", le 8 août à 21h,
  • "Nicolas Grosso chante Brassens", le 22 août à 21h.

"Chapeau bas et merci Barbara"

C'est Patricia Damien qui interprètera l'œuvre de l'immense chanteuse avec, en duplex sur grand écran, le pianiste facétieux Jean-Louis Beydon. Le spectacle interactif audio-visuel est réalisé à partir de captations vidéo et audio : images, effets spéciaux au service d'une interprétation saisissante de vérité. La Grande Dame Barbara sera bien présente…

Création audio-visuelle : Patricia Damien & Philippe Morin - Réalisation, montage et images : P. Morin


 "Méditations"

Il s'agira d'un concert violoncelle et piano sur des œuvres de Bach, Chopin, Massenet… de courtes pièces romantiques invitant au voyage intérieur…

Jérôme Médeville, comédien et pianiste "tout terrain", amène la musique classique partout où on ne l'attend pas… Ancien navigateur dans l'armée de l'air, il a tout quitté pour le piano et le spectacle… Jacques Brel reste son artiste favori !

Philippe Henry et son violoncelle sont inséparables : duos, trios, quatuors, orchestres de chambre ou symphoniques, qu'importe ! Du solo également pour interpréter Haydn et Vivaldi. Depuis 2012, il est directeur artistique du Festival "Les Intimistes" basé à la Chapelle des Pénitents de Cournonterral.


"Nicolas Grosso chante Brassens"

Sétois et élevé au biberon à six cordes, le petit-fils et fils d'ouvriers italiens n'a jamais quitté "la" guitare. Formé au conservatoire de Sète, il découvre le jazz sous la baguette du maestro Louis Martinez. De bar en bar, de salle en salle, de scènes en scènes, il sillonne la France, la Suisse, la Belgique… Amoureux des arrangements, il écrit des musiques pour le cinéma… C'est aussi l'instigateur avec José Capel de "22, v'là Georges"… Pour ce concert, il sera accompagné par Hélène Pagès, contrebassine/voix et Pierre Ayral, guitare/voix… Une belle soirée à déguster sans modération.


Pour tous ces concerts :

Entrée : 10€ au profit de la restauration et de la sauvegarde de la Chapelle des Pénitents.

RÉSERVATIONS avec PLACES NUMÉROTÉES
Billetterie : « Voyage des sens » 04 67 74 02 10 et « Fée des fleurs » 04 67 43 46 26, place de la Mairie de Mèze.

Le député et le mildiou

Communiqué de presse de l'Assemblée Nationale :

"Jean-François ELIAOU, Député de l’Hérault, a rendu visite à des viticulteurs du centre Hérault. Interpellé par la problématique actuelle du mildiou qui attaque le vignoble, il a souhaité rencontré un vigneron qui cultive en bio et un viticulteur coopérateur en conventionnel.
M. Laurent BAUDOU, vigneron à Aumelas et propriétaire du Mas de Rouveyrolle cultive ses vignes en agriculture biologique depuis 2001. Après avoir visité la cave particulière, M. BAUDOU a emmené Jean-François ELIAOU sur les parcelles infectées par le champignon du mildiou et du rot-brun. Les parcelles ont été différemment touchées par la maladie. En effet, si les parcelles de grenache, de syrah et de cinsault ont été plus ou moins épargnées celle de merlot est à plus de 80 % touchée et ne pourra pas être récoltée.
Si l’agriculture bio est touchée, le viticulteur conventionnel l’est également. M. Joël GUIEYSSE propriétaire du Mas des Fleurs au Pouget, relève un risque de baisse de production notamment du carignan de 10 % avec des traitements beaucoup plus fréquents qu’à l’accoutumée ce qui a comme conséquence d’augmenter ses coûts de production. Certains viticulteurs font face à une crise plus importante avec des pertes pouvant dépasser les 50 % sur certaines parcelles. Bien que les viticulteurs s’engagent dans une agriculture plus raisonnée dans l’utilisation de produits phytosanitaires, force est de constater que pour enrayer le mildiou les traitements doivent être plus fréquents avec une vigilance des cépages plus accrue.
La perte de production est majeure. Depuis 2014, la profession viticole du centre Hérault n’est pas épargnée : tempête, gel et sécheresse ont fortement impacté la production des vignerons et viticulteurs. Aujourd’hui, les maladies fongiques risquent de mettre à mal certains cultivateurs déjà bien affectés par les crises antérieures. Les estimations de productions se situent à ce jour au même niveau que celles de l’année dernière, petite année de récolte en volume.
L’Hérault est une terre culturellement et économiquement viticole il est indispensable d’être vigilant aux difficultés de ce secteur, c’est pourquoi Jean-François ELIAOU a posé une question écrite au ministre de l’agriculture pour attirer son attention sur le problème du mildiou et des conséquences de l'augmentation des traitements phytosanitaires."

Remplacement d’Yves Piétrasanta à Sète Agglopôle : la préfecture ordonne un vote

Le service communication de la Ville de Mèze nous informe :

"Des raisons de santé ont contraint Yves Piétrasanta à démissionner de sa fonction de premier adjoint de la mairie de Mèze et de son mandat de conseiller communautaire à Sète Agglopôle Méditerranée. Il continuera toutefois à siéger comme conseiller municipal.

La préfecture de l’Hérault a précisé les conditions dans lesquelles doit se dérouler la désignation du nouveau conseiller communautaire au sein de Sète Agglopôle Méditerranée (SAM). Les prescriptions préfectorales sont claires : « Le remplacement d’Yves Piétrasanta nécessite une nouvelle élection, conformément à l‘article L5211-6-2 du Code général des collectivités territoriales. »

Le vote pour désigner le conseiller qui occupera le poste laissé vacant aura donc lieu lors du prochain conseil municipal qui devrait se tenir en septembre 2018.

Compte tenu de ces éléments réglementaires, le maire de Mèze, Henry Fricou, a pris la décision de proposer Thierry Baëza comme candidat officiel de la majorité municipale au poste vacant de conseiller communautaire de Sète Agglopôle Méditerranée.

Parallèlement à cette investiture officielle, le maire de Mèze a fait part de son regret de la démission d’Yves Piétrasanta. Henry Fricou tient, en son nom et au nom de la population de Mèze, à exprimer sa reconnaissance envers celui qui fût maire de Mèze de 1977 à 2001. Toute une génération de Mézois se souvient qu’il avait alors consacré près d’un quart de siècle à la Ville de Mèze et à ses habitants. Durant les années 80 et 90, Yves Piétrasanta avait largement contribué à façonner ce territoire, tant sur le plan communal qu’intercommunal.

Avec cette décision d’Yves Piétrasanta, une longue page de la vie municipale se tourne."

Le Bouletchou 2018

La tradition était au rendez-vous côté "plagette" avec des participant(e)s "vintage" et puis une animation instructive, efficace et très suivie par un public nombreux. Cette forme de pêche reconstituée, mais jamais au résultat connu d'avance, garde un côté mystérieux d'ailleurs fort bien commenté par Didier Aspa, très érudit en la matière. Rajoutez là-dessus la petite pointe d'humour et vous aurez les ingrédients d'une soirée poursuivie avec les groupes folkloriques "Festa fabo", "La Farandole biterroise" et "Coriandre" le groupe de musique Trad'actuelle Occitane. La "convivencia" s'est emparée de tous les participants pour une nouvelle soirée de fête, comme on aime, à Mèze.

Cliquez sur une image pour l'agrandir.

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.