Mèze

L'écologie face aux nuisibles

Information de la ville :

"La Ville lutte de façon écologique face aux nuisibles.

Le service municipal des espaces verts continue la lutte écologique contre la chenille processionnaire du pin. Les agents construisent et installent des nichoirs à mésanges dans toute la Ville. Ces oiseaux affectionnent particulièrement les chenilles et peuvent en consommer jusqu’à 800 par jour lors de leur nichée.

Concernant les moustiques, une autre solution respectueuse de l’environnement est mise en place à Mèze : l’installation de nichoirs à chauve-souris. Ce petit mammifère peut avaler jusqu’à 2 000 moustiques par nuit. Le service espaces verts crée une véritable médiation pour que la population puisse elle aussi lutter face à ces nuisibles. Ils interviennent dans les écoles, auprès des ados de l’espace jeunes, participent aux évènements environnementaux organisés par la Ville et rencontrent les Mézois dans le cadre du concours fleuri.

Les oiseaux  et les chauves-souris ne sont plus les seuls hôtes du jardin à bénéficier de nichoirs : désormais, les insectes auxiliaires ont eux aussi droit à des hôtels, c’est-à-dire des abris destinés à les attirer, les retenir et leur offrir un gîte leur permettant de se reproduire. Ils sont très utiles pour lutter contre les parasites du jardin. Le service espaces verts est intervenu dans les écoles pour créer des abris avec les enfants.

Depuis 2017, 81 nichoirs à mésanges, 46 nichoirs à chauve-souris et 2 hôtels à insectes ont été installés à Mèze.

Chacun peut participer à cette lutte écologique en fabricant et en installant un nichoir près de chez lui. Des plans très simples à réaliser sont disponibles sur Internet."

Utile et agréable

Un gymnase RIGAL flambant neuf.

La société ST Groupe (siège social à Boisseron, Hérault), forte de plus de 20 ans d'expérience, a entrepris la rénovation du sol du dit gymnase. Ce projet initié par la ville de Mèze et ses services concernés va rendre plus agréable et plus sécurisée l'utilisation d'une aire couverte de quelques 990 m2. Le lieu d'évolution concerne les clubs sportifs et tous les scolaires Mézois. Coût de l'opération : 100 000 euros.

Une borne électrique sur la place des Tonneliers.

Cette installation vient à la suite de celle du parking du château de Girard. Elle est alimentée par une électricité 100% renouvelable et coopérative, un projet porté par le Festival de Thau. Depuis 2012, "Enercoop" fait appel aux producteurs d'énergie locaux, membres de la coopérative régionale.

Dernière minute (ou presque) : du super éthanol E85 est en vente dans une grande surface Mézoise… intéressant, non ?

Françoise MOULIN expose au Village Club Thalassa

 

 

Au pays des couleurs…

Françoise Moulin, peintre Mézoise, a choisi le village du Thalassa pour proposer au public ses œuvres. Pascal Iffernet, directeur de l'établissement, a parfaitement joué le jeu. Pour ce dernier, une animation supplémentaire est toujours la bienvenue.

Dans le hall d'accueil, depuis août 2019, sont exposées essentiellement des marines, thème de prédilection de l'artiste. Françoise a comme source d'inspiration ses photos, les paysages qu'elle côtoie… elle puise également dans les œuvres de peintres célèbres. Portraits agrémentent aussi l'éventail de ses tableaux.

Ce large panel d'activités est quand même sous l'emprise de la couleur. Françoise hait la grisaille et exposer au Thalassa n'est pas anodin…

Elle nous a confié :

"Lorsque le temps est maussade, je peins… je mets de la couleur autour de moi, j'ai ainsi l'impression de vivre tout le temps avec !"

Lumière et couleur, voilà le binôme cher à l'artiste. Le village du Thalassa ne peut être qu'un bon choix !

JO 2024 : l'avis d'Henry Fricou…

Henry Fricou nous communique :

"Bases d’entraînement des JO de 2024
Précisions d’Henry Fricou, maire de Mèze

La candidature de Mèze comme base d’entraînement des JO de 2024 est revendiquée, à titre exclusif, par un élu d’opposition de la Ville de Mèze. Une façon pour le moins tronquée de présenter les choses. Elle a en réalité été suivie, à ma demande, par l’ensemble de la municipalité. L’implication des différents services municipaux concernés doit d’ailleurs être mentionnée. J’ai, pour ma part, défendu ce projet auprès de l’ancienne ministre des sports, Laura Flessel, que j’ai rencontrée lors de sa visite à Sète en août 2018.

Le dossier a été entièrement initié et porté par Sète agglopôle Méditerranée avec l’implication de l’ensemble des communes du territoire.

La Ville de Mèze est favorable à l’accueil de stages de préparation pour les futurs JO à la condition expresse que cela ne se fasse pas au détriment des clubs sportifs locaux qui utilisent déjà à plein temps les équipements mis à leur disposition.

S’approprier tout ce que réalise la municipalité est désormais une habitude pour Thierry Baëza, ex-adjoint de la majorité, depuis qu’il est devenu opposant de dernière minute."

Jeux Olympiques 2024 : Mèze a son mot à dire !

Thierry Baëza et Jean-Luc Rougé

Thierry Baëza, conseiller municipal indépendant à Mèze nous communique :

"Les Jeux Olympiques 2024 : une opportunité pour Mèze ! Depuis maintenant plus d'un an, je travaille avec Sète Agglopole afin de préparer le cahier des charges pour les centres de préparations aux jeux Paris 2024. La ville de Mèze, par mon intermédiaire, s'est rapidement positionnée afin que le gymnase Bernard Jeu puisse faire partie des structures sportives de préparation pour les délégations étrangères ou nationales. Deux disciplines sportives ont été choisies : le judo et le tennis de table. En 1993, pour les jeux Méditerranéens, le Maire de l’époque, Yves Pietrasanta, avait profité de cette opportunité pour équiper Mèze d'installations sportives de qualité encore aujourd’hui très demandées par les ligues et fédérations.

Avec Bernard jeu et ses 1800 m2 de surface, la ville de Mèze possède un atout considérable mais aussi une structure d’accueil avec le village Thalassa, où, sans aucun besoin de transport, les athlètes peuvent se déplacer rapidement sur le lieu d’entraînement. Hébergement, restauration, entraînement, voilà de quoi proposer un vrai service aux délégations sportives.

Il y a un an, avec les responsables de Sète Agglopole nous avons rencontré le Président de la Fédération Française de Judo Jean Luc Rougé afin de prendre conseil. Jean Luc Rougé est également le Vice-président du Comité National Olympique Sportif Français. Il a laissé entendre qu'il était tout a fait possible de prétendre recevoir des délégations sur Mèze en incluant quelques travaux sur les structures d’accueil et sportives.

Si les collectivités ne souhaitent pas créer de nouvelles structures sportives pour les jeux, elles comptent financer des rénovations et des remises à niveau sur les structures choisies pour la préparation olympique.

Je pense qu'il est souhaitable que la ville de Mèze saisisse cette opportunité des jeux Paris 2024 pour faire de notre Bernard Jeu une base d’entraînement.

Thierry Baëza."

La Marianne interactive de Patrice Colomb

Il est des rencontres dont on se passerait ; il en est d'autres, par contre, qui vous mettent du baume au cœur et qui vous réconcilient avec la vie de tous les jours. Retrouver Patrice Colomb, artiste peintre plasticien, sur un projet d'actualité n'a pu que nous réjouir… Si, à l'heure actuelle, les réseaux sociaux donnent une info immédiate, le tissu du "mon petit doigt m'a dit" ou celui "du bouche à oreille" a encore de beaux jours à vivre. Ne confondons pas toutefois information et communication, cette dernière volant la une à tout bout de champ à la première, histoire (tiens donc !) de posséder un tremplin ou un exutoire…

En ce qui nous concerne, il s'agit de faire savoir à nos lectrices et lecteurs qu'une Marianne Interactive locale, certainement "oubliée" dans la profusion de données traitant d'un anniversaire révolutionnaire, est née aux alentours du 14 juillet 2019…

La définition de l'art de Nicolas Schöffer (1912-1992), artiste et théoricien polyvalent, précurseur de l'art électronique et numérique, convient parfaitement pour l'œuvre de Patrice Colomb :

"L'art est la création-invention, au niveau du mécanisme de la pensée et de l'imagination, d'une idée originale à contenu esthétique traduisible en effets perceptibles par nos sens. Le déroulement et l'ordonnance de ces effets sont élaborés par un programme dans le temps ou dans l’espace, ou dans les deux à la fois, dont les composants et les rapports de proportion sont optimaux, inédits et esthétiques. Ces effets sont transmis grâce à l’emploi de signaux visuels, auditifs ou audiovisuels, à tous ceux qui, accidentellement ou volontairement, deviennent des spectateurs-auditeurs temporaires ou permanents de ces effets. Il en résulte un processus de fascination provoquant une modification plus ou moins profonde de leur champ psychologique selon le degré de la valeur esthétique de la création. Cette modification doit aller dans le sens de la transcendance, de la sublimation et de l’enrichissement spirituel par le truchement du jeu complexe de la sensibilité et de l’intellect humains. Grâce à la faculté de dépassement du créateur, les produits esthétiques à forte percussion pénètrent à travers les réseaux de communication multiples, dans la réalité sociale. Pour atteindre ce but, le créateur doit utiliser un langage et des techniques qui correspondent au véritable niveau de développement de son époque."

C'est à l'Espace Mèz'Art Contemporain (17 bd du Port), chez Gérard Chomarat, que nous avons fait connaissance avec La Marianne Interactive. Patrice Colomb nous a éclairé sur la démarche initiée par le "galeriste"… Le résultat obtenu est étonnant, instructif, technique, riche et adapté à notre contemporain… L'artiste ne s'est d'ailleurs pas cantonné à créer "l'objet du délit". Dans un souci bien naturel de clarté, il nous explique, dans le document qui suit, tout le cheminement de sa réalisation :

Et comme Patrice va jusqu'au bout des ses idées et de ses œuvres, il s'est autorisé à détailler savamment en images les étapes d'un hommage vibrant à un symbole de notre histoire… Allons z'enfants…

K-Arty, l'artiste photographe

Le Parcours de l'Art, à Mèze, a posé son regard, ce premier jeudi de septembre à l'Arbre de Jade, 7ème et avant dernière étape d'une balade aux multiples accents.

La galerie d'art de la directrice, Martine Reynaud, posséde, en effet, dans son écrin de la rue du Port, une "petite merveille" grande par le talent… Certes la philosophie du lieu veut que la virtuosité, l'originalité et la création se posent délicatement dans cet univers onirique. C'est bel et bien réussi et le "coup de folie" de la galeriste trône maintenant sur un piédestal de volonté, de vision active et constructrice… le coup de maître !

Relativement introverti, K-Arty respire la perfection de ses photos. Plus autodidacte que technicien, l'artiste crée en prenant son temps, en respectant justement ce dernier mais aussi le lieu, le modèle… À la recherche permanente du beau, il n'oublie pas de transmettre ses messages, ses angoisses, ses amours, sa vie… une vie qu'il remercie à chaque création…

Nous l'avions découvert il y a quelque temps. Aujourd'hui, dans cette vidéo, il nous confie un peu plus de lui… Quelle richesse, quelle humilité mais quel talent !

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.