Mèze

La gagnante est…

Bon nombre d'habitué(e)s étaient présents ce samedi 4 mars à la Boutique des Producteurs, tout d'abord pour actualiser leurs emplettes mais aussi pour assister à la promotion des objets fabriqués chez MESAPLAST et promus par la Société GECKO.COM.

La belle vitrine, construite avec goût, a fait l'unanimité chez les visiteurs. Les idées de cadeaux personnalisés n'ont pas manqué. L'exclusivité possible, atout majeur, permet en effet de particulariser à l'infini les productions.

Les trois sociétés, en associant leur savoir-faire, mettent ainsi en avant leur travail et également un terroir riche à tous points de vue. Ce samedi, en toute simplicité, leur union a marqué bien des points : tous ensemble ! Certainement le secret de la réussite…

Le lendemain a eu lieu le tirage de la loterie. Le pavois unique s'en est allé chez une dame de Bouzigues, preuve que des connaisseurs extérieurs à la ville, savent déjà que qualité, naturel, art et beauté sont rassemblés au Mas de Joumes, "Les quatre chemins", à Mèze. Qu'on se dise et que l'on s'y retrouve !

     
 Le cadeau original de la région    Anick GIBERT de MESAPLAST et le pavois gagné

Crédit photos : JM P. et A G.

SOS Méditerranée : ce que chacun doit savoir !

Le collectif d'Accueil des réfugiès à Mèze nous communique :

"Nul ne peut imaginer ce que les migrants vivent ici en Méditerranée, aux frontières de l'humanité… Le choc des sauvetages en mer est si fort qu’il ne laisse personne indemne. Les cris désespérés des hommes, les pleurs terrifiés des bébés, l’odeur âcre des corps baignés d’essence."


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mathilde Auvillain Chargée de communication à bord de l'Aquarius pour l'organisation civile européenne SOS MEDITERRANEE

"Voilà un mois et demi que je suis partie en mer et que je n'ai pas eu ma famille au téléphone. Alors que je pose le pied à terre et que j'abandonne derrière moi la silhouette de l'Aquarius dans le port de Catane, la voix de mon père résonne dans ma tête. Il aime répéter que le métier de journaliste est de tout savoir. Journaliste en Italie depuis dix ans, je croyais tout savoir ce qu'il se passait en Méditerranée. Dix ans à couvrir pour différents médias internationaux les arrivées de migrants et réfugiés sur les côtes italiennes... et les tragédies qui malheureusement vont avec et font les titres des journaux. Le drame des traversées en Méditerranée n'est pas nouveau, il ne l'était pas non plus il y a dix ans quand je suis arrivée en Italie. Le 3 octobre 2013, la tragédie de Lampedusa et ses 400 morts a cependant marqué un tournant dans ce drame humain. L'horreur se retrouvait sous nos yeux, là sur les côtes européennes et non plus en pleine mer loin des regards, loin des flashes des photographes et des caméras de télévision. Une horreur redoublée au fil des mois par les critiques indignes et le manque de soutien européen coupable à l'opération italienne de recherche et sauvetage en mer Mare Nostrum. Une horreur qui a viré au cauchemar, au printemps dernier, quand l'épave d'un naufrage survenu en avril 2015 au large de la Libye était remontée à la surface et acheminée dans le port d'Augusta avec plus de 700 cadavres à bord. Ce jour-là, devant l'épave dont les pompiers et médecins légistes italiens s'apprêtaient à examiner les entrailles, le sentiment de me trouver aux confins d'une Europe censée être la patrie des droits de l'homme m'apparut aussi lourd que l'odeur de la mort qui flottait déjà dans l'air. Avant d'embarquer sur l'Aquarius le 15 octobre dernier, comme Communications Officer pour SOS MEDITERRANEE, je croyais donc déjà savoir. Mais au moment du premier sauvetage, j'ai réalisé qu'en fait, je ne savais rien. Que nul ne pouvait imaginer ce qu'il se passait vraiment ici en Méditerranée, au large de la Libye, aux frontières de l'Europe. Que les seuls à le savoir vraiment sont ceux qui étaient passés par là, les réfugiés eux-mêmes, les sauveteurs de SOS MEDITERRANEE, les équipes de MSF notre partenaire à bord, l'équipage de l'Aquarius... et les journalistes embarqués. Le choc des sauvetages en mer est si fort qu'il ne laisse personne indemne. Les mots nous manquent pour décrire le frisson à la vue d'un canot dégonflé dérivant à l'horizon, les cris désespérés des hommes à la mer, les pleurs terrifiés des bébés que l'on remonte à bord, l'odeur âcre des corps baignés d'essence et salis par les viols et les tortures en Libye. Les mots nous manquent pour décrire cette personne qui expire sous nos mains affairées pour la réanimer, sa dépouille que l'on enfile dans un "body bag", le chagrin désarmant de ses proches et compagnons d'infortune encore hantés par les images du naufrage. Les mots nous manquent pour décrire les larmes d'un homme qui s'accroche à un bout de tissu que lui a confié sa maman et les crises d'angoisse nocturne d'un enfant de dix ans qui voyage seul. Et pourtant c'est justement ma mission à bord, et l'une des missions de SOS MEDITERRANEE, celle de trouver les mots pour raconter ce qu'il se passe ici. Trouver les mots pour décrire, trouver les mots pour expliquer et faire comprendre pourquoi l'ignorance et le désintérêt sont intolérables, pourquoi l'inaction est inacceptable et pourquoi certaines réponses à ce drame humain envisagées au niveau européen sont coupables. "Nous avons besoin des médias pour faire changer ça" m'a dit Amir, Guinéen, au lendemain d'un sauvetage, en me confiant le récit épouvantable de son voyage et des violences subies en Libye. L'histoire d'Amir, comme celles des plus de 10.000 autres personnes que nous avons accueillies à bord du bateau depuis février, continuent de nous hanter pendant des jours, des semaines. Impossible de faire même semblant d'oublier. Je croyais savoir, je ne savais rien. Avant de remonter sur l'Aquarius en janvier, une nouvelle mission commence à terre: témoigner, faire savoir. Pour que les citoyens européens sachent ce qu'il se passe aux portes de l'Europe, devant chez eux, aux frontières de l'Humanité."

 

Les Républicains : Gilles Phocas démissionne

Afficher l'image d'origine

 Lettre de Gilles Phocas, conseiller municipal de la Ville de Mèze ,
à Bernad Accoyer,  Président  "Les Républicains"

 "Monsieur,

Je suis élu au comité départemental depuis 15 ans et conseiller national depuis 2010.
J’ai toujours été élu haut la main par les militants de mon département.
Je suis conseiller municipal de la Ville de Mèze (12000 hab), j’ai été tête de liste en 2008 et 2014 et j’ai triplé le nombre de mes électeurs entre ces deux dates, largement au dessus de ce que fait notre mouvement dans la commune.
Je me suis engagé en politique par rapport à des convictions.
Je suis aussi un libéral, mais je suis aussi attaché à une certaine éthique que je défends dans tous mes actes politiques locaux.
J’ai décidé de démissionner de toutes mes fonctions au sein de notre mouvement, et de ne plus en être adhérent désormais.
Je savais que le fonctionnement de notre parti était très imparfait mais j’avais eu l’espoir de pouvoir changer les choses de l’intérieur : Malheureusement, au lieu de s’améliorer les mœurs dans notre organisation sont de pire en pire :
Au  niveau de la fédération 34 : Nous avons à faire à une poignée de dirigeants qui n’ont plus aucune légitimité et qui se sont retranchés dans leurs locaux sans jamais réunir de vrai comité départemental, ni se préoccuper de l’avis des cadres de la fédération et encore moins des militants en violation des pourtant chers, suivant les circonstances, statuts du mouvement. L’ambiance est exécrable, et tout le monde se demande quelle force occulte pousse Paris à rester les bras ballants devant ce chaos.
Au niveau national : Je constate que la démocratie a reculé dans notre parti : Avant, les instances locales pouvaient se prononcer sur les investitures, plus maintenant. EN 2010, ce sont les militants qui ont désigné leur tête de liste aux régionales par exemple, pas en 2015 (encore une décision en conclave).
Au dernier conseil national par exemple (pour lequel nous n’avons eu l’ordre du jour qu’après qu’il ait débuté), les votes contre n’ont même pas été dénombrés !
Je constate que nous conservons dans nos rangs des personnes dont la probité n’est pas la vertu majeure, nous donnons aussi beaucoup de pouvoir à certains sénateurs qui, au niveau local, ne cessent de tirer dans les pattes de nos candidats.
Sur le cas Fillon, pour qui j’ai voté aux deux tours de la primaire, je regrette que dans un premier temps, nos ténors aient essayé de défendre, maladroitement d’ailleurs, l’indéfendable, puis, dans une deuxième phase, on sent bien poindre une course à l’échalote alors même que le candidat bouge encore un peu. Quel image ! Quel ridicule !
Mettez vous à la place de ceux qui, comme moi, ne voulaient ni de M. Sarkozy, ni de M. Juppé pour les même raison d’image d’intégrité de notre mouvement, et qui ont donc cru en M. Fillon, le Monsieur propre de la primaire… Cette séquence est dévastatrice… J’y ai naïvement cru moi aussi, qui n’aurais de toute façon pas soutenu les deux autres candidats !
Enfin, sur le corpus idéologique, par exemple,  j’ai appris lors d’un conseil national que nous étions désormais le parti des gaz de schiste… Cela tombe mal, je suis contre leur exploitation.
L’analyse que je fais de 15 ans dans ce parti est que, à part une poignée d’exceptions, nos grands élus ne méritent pas la sueur et l’engagement des militants.
Il y a bien d’autres raisons qui ont fait que j’ai pris cette décision, mais je crois que le principal est dit, l’accumulation ayant fini par avoir la peau des faux espoirs auxquels on peut se raccrocher de temps en temps."

Gilles PHOCAS,

Un C.A.L.M. très actif


 Lysiane Estrada,
nouvelle présidente du C.A.L.M.


Une assemblée conséquente

 

 

19 membres sur 26 adhérents étaient présents pour une assemblée générale annoncée dans nos lignes il y a quelques jours.

Constat est de reconnaître que le Comité d'Action Laïque Mézois fait partie du lot très actif du système associatif local. Le président Louis Jeanjean présentait son rapport moral et Géraldine Bocquet, secrétaire, un compte-rendu d'activités plus que satisfaisant. André Venzal proposait le bilan financier. L'assemblée approuvait à l'unanimité les résultats de l'exercice.

Venait ensuite la composition du conseil d'administration (10 nouveaux membres) puis du comité directeur. Louis Jeanjean, désireux de "passer le témoin", c'est Lysiane Estrada qui était désignée pour lui succéder à la tête du bureau.
Étaient confirmés Géraldine et André aux postes de secrétaire et trésorier.

 Les projets 2017, dans la continuité des actions du précédent exercice, sont déjà bien avancés. Nous avons relevé cinq lignes directives :

  1. Proposer à nouveau l'exposition sur le dessin de presse "Honoré Daumier à Toulouse Lautrec", si possible à la bibliothèque municipale.
  2. Créer un itinéraire local de la laïcité dans les domaines culture, patrimoine et citoyenneté avec notamment une recherche quant aux "Mariannes" et leurs diverses représentations…
  3. Lier si possible les actions avec les projets des établissements scolaires de la ville (contact avancé avec le Collège Jean Jaurès).
  4. L'octroi par la mairie d'une salle municipale pour les obsèques républicaines (proposition de loi adoptée par l'Assemblée Nationale le 30 novembre 2016, validée par l'Amicale des Maires de France)…
  5. Profiter de la réfection de l'Église Saint-Hilaire pour que la devise républicaine "Liberté, Égalité, Fraternité" soit bien plus lisible…

Le nouveau bureau, avec de gauche à droite : Gérard Chomarat, Géraldine Bocquet, Patrick Olombel (président fondateur),
Lysiane Estrada (nouvelle présidente), André Venzal, Ninou Caria, et Louis Jeanjean (président sortant).

Contacter le C.A.L.M : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - La page facebook du C.A.L.M : ICI.

Soirée des vignerons 2017

Ce vendredi 20 janvier, dans l'ancienne cave coopérative de Mèze, s'est déroulée la 9ème édition de la traditionnelle soirée dégustation. Sous l'œil attentif d'Aurélie Pothon, directrice du service culturel et évènementiel de la ville, la manifestation voit un succès grandissant. Dans un décor vintage, symbole de patrimoine et d'histoire locale, de nombreux Mézois se sont retrouvés afin de "taster" savamment les richesses vigneronnes de la commune. Qualité et savoir-faire possèdent maintenant "pignon sur rue" : c'est l'évidence ! Saint-Vincent, au rythme d'une semaine fantastique, peut se frotter les mains : 2017 sera une année de grand cru. Les viticulteurs locaux, de plus en plus concernés, s'invitent afin de proposer gratuitement leurs produits. Monsieur Henri Fricou, maire de la cité, mettait l'accent sur l'importance de la manifestation en regrettant cependant l'implication unique de la collectivité. Thau Info, à travers cet article, vous propose de faire un petit descriptif des domaines présents à cette soirée.

 

Domaine de Belle-Mare

60 ha

Qualité Sud de France

10% d'export sur le plan national

90% sur le plan international

http://www.belle-mare.com/

     
 

Domaine Morin-Langaran

54 ha

existe depuis 1330 (Ordre du Saint-Esprit), repris en 1966

par la famille Morin (Albert, le père et Caroline, la fille)

Vins de Pays IGP d'OC

AOC Languedoc "Picpoul de Pinet".

Une passion… née dans le tonneau et maintenant, je le remplis !

Le site

     
   

Domaine Creyssels

18ha

Vignes AOC Côteaux du Languedoc

Picpoul de Pinet

Languedoc Blanc

Rouges et Rosés Pays d'Oc.

---

Gîte et restaurant

http://www.creyssels.fr/

     
   

 Domaine Mas Saint-Laurent

38 ha

Roland et Julien Tarroux

Noté chez "Terre des Vins" :

« Un Picpoul de Pinet d’une intensité supérieur à ses pairs !

La vive acidité magnifie son engageante saveur de mandarine. »

Sur 3 ha, un Blanc à 5 cépages :

piquepoul, roussanne,viognier, marsanne et terret

Par le net

     
   

Domaine Les Yeuses

80 ha

Jean-Paul, Magali, Michel et Sylvain Dardé, des vignerons en famille !

Vins blancs : Vermentino, Sauvignon, Chardonnay, Délic'Yeuses, Viognier, Muscat Petit Grain, Ô d'Yeuses.

Vins rosés : Cinsault, Rosé Muscaté, Délic'Yeuses, La Gazelle;

Vins rouges : Délic'Yeuses, Merlot Classic, Grenache Les Fruits Mûrs, Merlot Syrah La Source, Syrah Les Épices, Merlot Les Grains Noirs, Ô d'Yeuses.

 http://www.lesyeuses.fr/

     
   

Domaine La Briffaude - Saint-Paul Le Marseillais

60 ha

domaine familial, agriculture biologique

AOC Côtes Languedoc, Picpoul de Pinet

cave de vinification traditionnelle

---

Hébergement

Le site

     
   

Domaine Font-Mars

55 ha

terroir classé

Famille De Clock descendante de Félix Privat ancien maire de Mèze

Visite de Louis Pasteur en 1860

(chauffage du vin expérimental)

IGP Pays d'Oc, AOP Picpoul de Pinet, vins de cépages

http://www.font-mars.com/fr/

     
   

Domaine de Beauvignac

Cave coopérative Les Costières de Pomerols

 

1750 ha cultivés par 350 vignerons passionnés

Existe depuis 1932 - Fusion avec la cave de Mèze en 2007.

AOP  : Picpoul de Pinet, Languedoc blancs et rouges

IGP Pays d'Oc et Côte de Thau, vins effervescents, vins doux, "bag in box"

Le caveau de Mèze

Ces choix de dégustation illustrés musicalement par le concert Swing'n'roll du septet montpelliérain "Le comptoir des Fous" ont fait le bonheur des visiteurs d'autant plus qu'un bar à vins, des coquillages et une petite restauration ont suivi. Quant à la nuitée électro programmée par D.J. "Le Platiniz", elle a parfaitement meublé une fin de soirée toute à l'honneur de nos fiers vignerons. Ambiance !

 

Jeep Thau Nature 4x4 en assemblée générale

Samedi 7 janvier 2017, à la Maison du Temps Libre, l'association Jeep Thau Nature 4x4 a tenu son assemblée générale annuelle. Mesdames Cabrol et Silva, M. Baëza représentaient la municipalité de la ville de Mèze. Le président Gérard Disdero entouré de son équipe énonçait le bilan des activités 2016 devant un parterre conséquent et concerné. Créée en 1998 et forte de 75 membres, cette association impressionne par son charisme et la sérénité qui s'en dégage. Son siège social est implanté au garage Soriano à Mèze.

"À noter cette année le remplacement au bureau de Fernand, démissionnaire pour raisons personnelles, par Claude qui prendra en charge la gestion du personnel principalement pour le salon (30 personnes)", souligne Gérard.

Le comité d'organisation 2017 est composé de : Gédef (photographe), Claude, Yannick, Cyrille, Bruno (webmaster et référent de la Fédération Française de 4x4 pour le département de l'Hérault) et du président Disdero. Ce dernier et Bruno ont réussi dernièrement leur examen d'accompagnement 4x4 (randonnées…)

"Grâce à la mairie de Mèze, nous avons le très gros avantage d'avoir un terrain d'évolution au Mas de Garric, pour aider les novices et ce depuis plus de dix ans."

La présence hebdomadaire (le dimanche) du club sur ce terrain est un service indéniable pour les membres et les visiteurs qui s'intéressent. Le traditionnel pot d'avant-midi vous y attend. Côté calendrier, il est proposé une sortie mensuelle (le premier dimanche).

Bruno informe ensuite l'assemblée sur la Fédération Française :

"Cet organisme défend les chemins et la pratique du 4x4. Le président national m'a prié de vous présenter ses meilleurs vœux. Il souhaite que vous le souteniez par le biais de conférences, de tables rondes… afin de toujours et encore plus fédérer notre mouvement. De plus en plus de clubs le font. Pratiquants particuliers, je me tiens à votre disposition pour tout problème. Soyez adhérent car c'est la meilleure manière d'être soutenu, de favoriser votre loisir et d'apporter aux clubs vos compétences et votre enthousiasme. Plus nous serons à la Fédération, plus nous serons puissants à l'égard des collectivités territoriales…"

Gérard précisait au micro que le règlement intérieur était toujours d'actualité. Il doit être respecté comme les consignes données lors des manifestations. Il désignait également le rouge et le noir comme couleurs officielles du club. Il rappelait que Chantal établit régulièrement les compte-rendus de toutes les actions. La principale opération est le Salon O'Thau vertes qui vient de fêter sa 10ème édition. C'est la seule du département, la prochaine aura lieu les 13 et 14 mai 2017. Très recherché par bon nombre d'exposants professionnels ce salon est gratuit à l'entrée et attire de plus en plus de monde, un signe de reconnaissance. Dans le calendrier de la future année, on retrouvera la journée famille, les randos mensuelles y compris la nocturne (fin d'année)… Chaque adhérent est averti par mail des évènements. Le Téléthon demeure aussi une priorité représentative de Jeep Thau Nature 4x4. Le discours se terminait par des remerciements à la mairie de Mèze, toujours disponible pour la mise à disposition de ses services.

Thierry Baëza, adjoint aux sports :

"En mon nom et au nom du Conseil Municipal, je vous adresse mes meilleurs vœux 2017. Votre association est très dynamique et nos relations excellentes. C'est toujours un plaisir de vous aider car vous nous le rendez bien (Téléthon, Corso…). L'affinité est bien réelle. Félicitations pour tout ce que vous faites ! Merci !"

Gérard Disdero, pour conclure, remerciait tous les partenaires et incitait les adhérents à les visiter prioritairement. Avant le pot de l'amitié et les agapes de la soirée, étaient honorés Christian et Jean-Michel pour leur assiduité aux randos ; Loïc et Thomas âgés de 15 ans (anniversaire du premier) pour leur agilité au volant des 4x4 parentaux et déjà présentés comme "la relève assurée" !

Une nombreuse assistance s'était déplacée

 

Christian de Magalas, l'assidu…

 

Loïc et Thomas :

déjà plus de secret pour conduire un 4x4


 À visiter le site très complet de Jeep Thau Nature 4x4

Mèze : vœux municipaux

Comme à l'accoutumée, c'est au gymnase Bernard Jeu qu'a eu lieu la cérémonie annuelle. La population accueillie par Monsieur Le Maire et son épouse s'est vu offrir le petit verre traditionnel pendant que la formation Café Swing "jazzait" agréablement. Ambiance bon enfant, embrassades et poignées de main, vœux de santé, sourires ont été les ingrédients d'une soirée "communication" entre les élus(e)s et leurs administré(e)s. On peut penser ce que l'on veut mais cette attitude-contact revêt encore plus que jamais le costume de l'utile et de l'agréable.

Henri Fricou :

"Si ce rendez-vous devenu traditionnel est si important à mes yeux, c'est qu'il constitue quelque part un vrai mouvement républicain au sens noble du terme… il nous offre l'occasion de nous rassembler le temps d'une soirée ouverte à toutes et à tous qui se veut avant tout conviviale, chaleureuse, festive…"

En son nom et au nom de son Conseil Municipal au grand complet, le premier magistrat remerciait pour leur présence Monsieur le Sous-Préfet, Madame la représentante de la Région Occitanie ainsi que les élus représentatifs du Bassin de Thau et au-delà. C'était ensuite le tour de tous les services municipaux sans exception. Il lançait un hommage tout particulier aux associations locales (plus de 150) qui participent à bon nombre d'animations :

"Elles représentent pour notre ville de Mèze un atout et une richesse inestimables… Je salue également la Gendarmerie Nationale, les Sapeurs-Pompiers, la SNSM qui, tout au long de l'année, mettent leur courage et leurs compétences au service de notre sécurité… par la même occasion, vous me permettrez, ce soir, d'avoir une pensée toute particulière pour les dirigeants et les salariés des Établissements Bessier dont l'entreprise a été entièrement détruite par un incendie hier matin. Nous nous associons à leur désarroi. "

L'an passé, Monsieur le Maire avait rendu hommage aux victimes des attentats perpétrés sur le territoire et souhaité l'arrêt des atrocités… en vain.

"… la réponse de l'état doit être impitoyable face aux acteurs et aux inspirateurs de ces actes… mais notre réponse doit être de continuer à défendre, par delà la peur et la colère, les valeurs humanistes qui font notre république…"

C'est ensuite le retour vers la vie de la commune avec l'assurance de se mettre encore et toujours au service de la ville et de ses habitants avec l'aval de l'équipe municipale. Faisant allusion aux intentions politiques des divers candidats aux futures présidentielles, l'élu prend position quant aux services publics de plus en plus coûteux et aux aides de plus en plus réduites :

…" le service public à Mèze, ce sont les crêches, les écoles, les garderies péri-scolaires accessibles à tous, la restauration scolaire, les centres de loisirs… la police municipale… la propreté de nos rues, l'entretien de nos voiries, le fleurissement de nos espaces verts… la liste est loin d'être complète…"

Monsieur le Maire insiste et fera tout pour maintenir ces soutiens à la population entièrement concernée.

L'élu fait ensuite l'inventaire chiffré et détaillé des actions réalisées, en cours  (Bulletin Municipal N° 46) et des projets futurs pour 2017.

"La tâche sera délicate mais nous ferons tout pour ne pas augmenter les impôts".

Il déplore cependant l'augmentation des incivilités (stationnements gênants, infractions à la sécurité routière, déjections canines, déchets à l'abandon, dégradations des équipements publics, nuisances sonores…) où tout le monde est concerné et dénonce un manque de respect douloureux.

"La solution, vous la connaissez, c'est le Civisme… la responsabilité de chacun… le respect pour tous et par tous !"

Une interrogation collective et dans tous les esprits est ensuite traitée : la vente du village de vacances Le Thalassa. M. Fricou s'explique sur la nécessité de l'opération :

"…D'abord la commune n'a pas vocation de gérer une structure touristique… ce n'est pas une mission de service public… et cela nécessite un savoir-faire de spécialistes qui bénéficient de réseaux appropriés… ensuite la structure se dégrade et ne correspond plus aux normes actuelles… une mise à niveau demande un effort avoisinant les 2 millions d'euros à la collectivité… en passant le relais à des professionnels du tourisme on assure un avenir à cet équipement… Cependant, la vente du Thalassa est soumis à un cahier des charges bien précis : il tient compte de l'avenir du personnel et du maintien de la vocation touristique du site. "

D'autres sujets seront évoqués tel le P.L.U. (Plan Local d'Urbanisation), le volet environnemental, l'équipement numérique des écoles, le renouvellement de la certification AFNOR du port de Mèze, l'obtention du tout nouveau label "APIcité" 2 abeilles…

"Mèze, avec ses 11 300 habitants, préserve son environnement terrestre et marin."

Le tour d'horizon des multiples opérations locales et des futurs travaux et investissements ne pouvait cependant se terminer sans un vibrant hommage à celui qui, pendant plus de 40 ans, a œuvré au sein de la CCNBT devenue il y a quelques jours la CABT : Yves Pietrasanta.

"Cet homme, à la fois visionnaire et humaniste, a accompli un travail remarquable pour notre territoire. C'est à lui que nous devons la création en 1977 du syndicat à l'origine de la CCNBT. Mon cher Yves, vous avez été le chef d'orchestre de la synergie qui a permis aux communes du Nord du bassin de Thau de mener à bien d'innombrables projets d'envergure dans les domaines de l'environnement, du développement économique ou du tourisme. Je voudrai donc au nom de nous tous ici présents vous adresser tous nos remerciements les plus chaleureux."

La salle au grand complet a applaudi longuement le probable futur président régional de l'agence régionale de la biodiversité. L'élection du patron de la nouvelle CABT aura lieu le 12 janvier à Mèze, ville elle-même représentée par Y. Pietrasanta, Mireille Lourdou, Nathalie Cabrol et Henri Fricou. Nul doute que le travail entrepris il y a 4 décennies se poursuivra dans la même optique et dans la sérénité.

Avant une bien belle Marseillaise entonnée par l'ensemble des participants, Monsieur le Maire concluait :

"N'étant pas candidat à l'élection présidentielle, ni aux élections législatives, ni même à la présidence à la future agglo…, je continuerai, comme je l'ai toujours fait, à me consacrer exclusivement à notre bonne ville de Mèze. N'y voyez aucune résignation dans mon esprit mais au contraire un choix personnel et sincère… J'estime que la fonction de maire… que vous m'avez confiée… réclame un engagement de tous les instants. Développer Mèze harmonieusement, la mettre en valeur, préserver son environnement, ses traditions, son identité, être attentif à vos attentes, à vos difficultés, veiller à votre tranquillité, à votre sécurité, offrir à notre jeunesse les meilleures conditions d'éducation, d'épanouissement, respecter votre attachement à notre cité, cultiver finalement tout ce qui fait notre bonheur de vivre à Mèze, voilà en quelques mots le contrat exclusif qui nous lie, mon équipe municipale et moi-même à vous mesdames et messieurs, Mézoises et Mézois. Mais au-delà de nos préoccupations locales, je tenais ce soir, durant cette période trouble que nous vivons, à exprimer un souhait qui m'est cher pour 2017, celui que nos valeurs de partage, de tolérance, de liberté, d'égalité, de fraternité demeurent un fondement de notre république française. Il me reste, mesdames et messieurs, chers amis, à vous remercier de m'avoir prêté une si grande attention. Sachez que les membres du Conseil Municipal se joignent à moi pour vous souhaiter une merveilleuse année 2017. Que la joie, la réussite, vous accompagnent dans tous vos projets. Je vous souhaite beaucoup de bonheur ainsi que pour vos proches et surtout bonne santé. Merci beaucoup !"

Luc Jeanjean, Croix Chevalier du Mérite maritime

Luc Jeanjean, patron de la station SNSM de Mèze, vient d'être récompensé à double titre par l'administrateur général de la Méditerranée Hérault-Gard. C'est un bénévole qui a été honoré pour 47 années de SNSM à la station locale, un de ceux qui sacrifient leurs loisirs, leur vie de famille pour aller sauver des vies en mer au péril de la leur. Avec également la plus haute distinction du Mérite Maritime (Chevalier), Luc incarne plus que jamais l'association au service de tous les navigateurs en danger.

La remise des décorations s'est déroulée en présence de nombreux élus nationaux et des maires du bassin de Thau.

Crédit photo : JC Pézerat.

Incendie à la ZAE de Garric

 
Première image impressionnante au début du sinistre.  

Ce matin, aux alentours de 6h, un incendie s'est déclaré aux Établissements Bessier spécialisés dans la fabrication de cagettes et d'emballages en bois à l'attention des conchyliculteurs et agriculteurs. 

Le brasier important s'est propagé rapidement sur les 6000 m2 de la société. Les sapeurs-pompiers de Mèze, rapidement sur les lieux, ont eu recours aux casernes les plus proches (Bouzigues, Loupian, Montagnac…) Dans un deuxième temps et vu l'ampleur du brasier ce sont les unités de Pèzenas et de Sète qui sont venus prêter main forte  au poste de commandement du SDIS 34 installé sur place. À 11 heures du matin, le QG des opérations annonçait 34 pompiers et 13 engins sur les lieux afin de circonscrire définitivement la fournaise. Craignant une propagation possible par un vent conséquent les soldats du feu sont toujours sur le site avec notamment des camions-citernes de grande capacité.

La Société Bessier opérationnelle depuis plus de 35 ans, voit son activité stoppée brusquement. En attendant le résultat d'une enquête scientifique sur les causes de l'incendie, les salariés "sur place" de l'entreprise seront au chômage technique.

Comme on s'en doute, les dégâts sont très importants. Il est bien trop tôt également pour se prononcer sur une date de reprise, la totalité des machines ayant été détruites.

Voilà un bien triste début d'année 2017 pour cet établissement. Seul point "positif", on ne déplore aucune victime.

 

   

Plouf du 1er janvier 2017

En ce 1er janvier 2017, Annie, Freynel et Éric, amoureux inconditionnels de l'Étang de Thau ont fait "trempette" du côté de la plage du Thalassa. Notre caméra les a surpris dans leurs ébats nautiques partagés avec un OFNI (Objet Flottant Non Identifié). Ce bain habituel pour eux a même fait quelques adeptes venus du grand Nord. Thau Info s'associe à eux pour vous offrir trente cinq secondes de sourires. Bonne année 2017 !

Histoire de grue

Depuis quelques mois, la grue de l'aire de carénage du port de Mèze n'esquisse plus le moindre geste. La reine des quais trône sur son pied, silencieuse, figée. Mais que se passe t-il ?

Les supputations les plus folles vont bon train. Les "ya-ka" et les "faut-qu'on" sèment à tous vents les prolongements les plus farfelus d'une affaire qui commence à intriguer.

En ce jour de soleil, nous nous sommes rendus au pied de la madone pour connaître le fin mot de l'histoire…

Thau Info :

- Madame la grue, pourquoi ne bougez-vous plus ? Êtes-vous atteinte de la grippe aviaire ou avez-vous entamé une grève solitaire ?

Madame la Grue :

- Mon bon monsieur, merci de votre visite. Profitons de ce matin calme entre deux fêtes pour faire le point.

Sachez avant tout que je suis en pleine forme malgré tout ce qui se colporte. Depuis mon arrivée à Mèze, après un long séjour du côté de la SNCF et malgré le passage d'un nombre incalculable de voiliers, de bateaux de plaisance, de barges et de barques… je suis en excellente santé. Chakir et Maxime prennent grand soin de moi… d'ailleurs, il n'y a qu'eux qui me touchent. De temps en temps, Marine, me fait un grand bonjour de la Capitainerie. Tout ça ce n'est que du bonheur ! Il y a bien parfois quelques râleurs qui trouvent que je ne vais pas assez vite. À ceux-là, je réponds : laissons au temps le temps…

Quant à la situation, je vous la décris. Elle est simple et concerne beaucoup d'équipements portuaires. Une visite, moins sympa que la vôtre, a conclu qu'en vertu de certaines lois sécuritaires, il devenait dangereux de m'approcher malgré les avertissements affichés sur ma solide carcasse ainsi que sur l'aire. Pourtant, je n'ai jamais fait de mal à personne ! En quelques mots : Je ne suis plus aux normes et la loi c'est la LOI !

Thau Info :

- C'est donc la retraite ?

Madame la Grue :

- Ah, vous êtes bien journaliste ! Le cardiologue et le rhumatologue ont vérifié mon cœur et mes articulations et "ça baigne" ! Ça vous va ? Ne vous faîtes pas de souci ! D'ici le printemps, je serai "normalisée" et pour un bon bout de temps ! Veuillez quitter mon pied brave homme et à bientôt !

Voilà qui est clair !

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.