Mèze

Sacré ST Art - Acte II

Revoilà "Les Amis des Pénitents" ! L'association qui œuvre depuis 1988 à la préservation de la Chapelle, à sa restauration et à sa sauvegarde, nous proposera du 13 juillet au 30 septembre 2017 une nouvelle exposition "en résidence". L'an passé, le peintre muraliste Olivier Costa, durant une période identique, avait réalisée de solides performances et notamment les fameux "Yeux de la Chapelle" : un succés !

Pour 2017, la direction artistique est confiée à la maison d'édition Anagraphis afin de pérenniser un évènement culturel dynamique.

Camille Adra, jeune artiste Montpelliérain, investira ce lieu de culte et de culture durant presque trois mois. Ses créations seront réalisées in situ, associées à des vitraux artistiques remplaçants les originaux en restauration. Des sérigraphies d'artistes renommés de l'art urbain (Mist, Zest, Salamech, Goddog, Smole, Zeklo, Honck, Jonnystyle, Momies, Sozyone…) accompagneront les productions picturales de l'autodidacte inspiré notamment par Robert Combas, Di Rosa ou encore Keith Haring…

Architecte de métier, Camille Adra transgresse les codes, renverse les perspectives… Murs, toiles, cartons ou autres supports servent à une expression "libre", guidée par le dessin dans toute sa pureté. Un souffle nouveau va s'emparer d'un site merveilleux, magique, qui ne demande qu'à exister au-dessus de l'étang de Thau.

 

Deux œuvres de Camille ADRA


Cette exposition, imaginée par l'Association les Amis des Pénitents, Louis Angles et les Éditions Anagraphis a comme partenaires la Ville de Mèze ainsi que la Famille des Vins de Beauvignac. Votre visite et votre éventuelle participation, aussi modeste soit-elle, permettront la collecte de fonds destinés à la restauration de cet édifice historique.


La Chapelle des Pénitents, place Monseigneur Hiral - 34140 MÈZE, vous recevra les mardis, mercredis, vendredis et samedis de 16h à 19h : les jeudis et dimanches de 10 à 12h et de 16 à 19h. Elle sera fermée le lundi.

Plus d'information sur : http://lespenitentsmeze.wixsite.com/chapelle

L'Arbre de Jade reçoit l'artiste Max Gillet

       

 

Max GILLET

"La couleur est une vibration comme la musique. La couleur exerce une influence profonde sur nous, sur notre humeur, sur notre santé. Elle est langage, source d’énergie et de plaisir.

C’est pourquoi j’aborde la couleur dans mes tableaux d’une façon distincte de la forme et du sujet…"

Max définit sa peinture au travers de ces trois phrases.

Sa technique "mixte" (acrylique et huile), il la met au service de la verticalité et de silhouettes vivantes aux attitudes parfois exacerbées. Ses tableaux offrent l'impression d'un mouvement perpétuel. Les couleurs dansent et nous emportent. On aimerait tant faire partie de la scène offerte au visiteur.

Max s'adonne à sa passion depuis près de 40 ans. Depuis 1969, il expose avec succès, en France mais aussi à l'étranger. C'est ainsi que de 1993 à 1999 ses toiles garniront la Galerie de l'Écusson à Montpellier… Il obtiendra une médaille d'or au salon d'Art International à Cauterets… un premier prix à Palau del Vibre (Catalogne)… Sa présence au 24ème Grand Prix International de Peinture à Deauville, au Centre culturel de Felgueiras (Portugal), au Salon Palais des Congrès de Bruxelles, à la Galerie la Gazette de l'Art à Marseille, à Saint-Germain-des-Près, Paris, Genève sont des références…

Ce joli "CV" ne cache en rien la fierté d'avoir été choisi par L'Arbre de Jade, la vitrine d'Art Mézoise. Il apprécie l'invitation. Le vernissage du samedi 13 mai en est une preuve ostensible. Amis, parents ont rejoint Max et son épouse chez Martine et Laurent au cœur d'une galerie qui élit avec goût ses exposants. Daniel Pinot, Manat, Michelle Saidlitz, K-Arty et autres artistes n'ont pas manqué également le rendez-vous.


L'exposition de Max Gillet vous est proposée jusqu'au 30 juin aux jours et heures d'ouverture de la Galerie d'ART, l'Arbre de Jade, 36, rue du Port à MÈZE - Le site internet de Max Gillet : http://www.maxgillet.com/

 

 

 

 

 

 

 

     

Réhabilitation et rénovation de l'habitat privé

La Communauté d’agglomération du Bassin de Thau poursuit son action en faveur de la réhabilitation des parcs anciens dégradés. Depuis 2015, en sa qualité de délégataire des aides à la pierre, elle décide de l’attribution des aides publiques en faveur de la réhabilitation et de la rénovation de l’habitat privé.

Résultat de recherche d'images pour "images libres habitat logement"

Les priorités d’intervention définies par l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) sont les suivantes : le traitement de l'habitat dégradé, l’adaptation du logement à la perte d’autonomie et au handicap, la rénovation énergétique, les copropriétés en difficulté (secteur OPAH Ru) ou fragiles.

Une aide financière peut être accordée sur la base d’un projet présenté par le demandeur et qui respecte les conditions d’éligibilité précisées dans le Règlement de l’ANAH. Un bureau d’études peut accompagner gratuitement les propriétaires dans leurs démarches (conseils sur la faisabilité de leur projet, aide au montage du dossier, assistance, visite de conformité…..).

En complément des aides de l’ANAH, une subvention sur fonds propres de la Communauté d’agglomération du Bassin de Thau peut être attribuée sous conditions. A cet effet, vous pouvez rencontrer gratuitement les opérateurs suivants : -


Pour les habitants de  Mèze

  • URBANIS : Mme Violaine SEILER
  • Accueil téléphonique : 04.67.64.64.94 Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • PACT HABITAT : M. Fateh TEBBAKHA
  • Accueil téléphonique : 04.67.70.31.10 Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Le service Habitat de la CABT reste à votre disposition pour plus d’informations sur ces dispositifs : 04.67.46.47.82

Le grand tourbillon du 40ème CORSO de la Ville de Mèze

Le soleil avait rendez-vous avec la Cavalcade ou Corso (les anciens préfèrent la première appellation) 2017, version du 8 mai. Si les participants se sont impliqués avec tout leur cœur au sein des chars, chorégraphies ou bandas, les Mézoises et Mézois étaient en nombre, mais pas que… puisque l'on notait dans les tribunes de la place Camille Vidal des Gardois et des Audois. Dans son allocution, M. Henri Fricou, maire de la ville, notait un engouement légitime pour les traditions festives de la ville. Il rendait également un vibrant hommage à Jeanne Oulié qui lançait "l'opération", il y a 40 ans. Ève Silva, conseillère déléguée aux festivités, a repris le flambeau avec beaucoup de compétence. Son "coup de patte" sur l'organisation, sa maîtrise de l'évènement, sa présence active méritent un grand coup de chapeau. Pour exemple, l'animation proposée au pied des tribunes a été très appréciée en attendant le défilé des 31 animations. La vidéo qui suit vous donne un aperçu de trois heures de liesse prolongées par une nuit festoyeuse du côté de la gigantesque bodega de la place des Tonneliers…

Le 40ème Corso de Mèze - 1er mai

Malgré un vent frisquet, la population mézoise et bon nombre de touristes étaient présents pour la 40ème édition de l'immuable cavalcade de ce 1er mai. Peñas, chars et groupes, comme à l'habitude, ont donné le meilleur d'eux-mêmes pour fêter ce corso. C'est à qui a eu le plus d'imagination pour attirer les regards. Le spectacle proposé tout au long du parcours a enthousiasmé les visiteurs. L'arrivée sur la place Camille Vidal a été triomphale. Là, les autorités ont pu voir évoluer les actrices et les acteurs (dont certain(e)s élu(e)s), du haut des gradins installés pour la bonne cause. Henri Fricou, maire de la Ville et Ève Silva, élue aux festivités présidaient aux premières loges. Du bœuf, animal totémique de la cité, au char de la Reine de Mèze, ce ne sont pas moins de 31 groupes qui se sont succédé pendant plus de deux heures. Sans aucun doute, l'évènement a été à la hauteur de ce quarantième anniversaire. Notre photographe s'est attaché à immortaliser les 40 plus beaux sourires (et un peu plus) des participant(e)s mais aussi ceux de la foule… En cliquant sur l'image vous aurez accès à ses clichés choisis !

Pour celles et ceux qui n'ont pu être présents, sachez que la séance de rattrapage aura lieu lundi 8 mai, à partir de 14 heures : départ face au parking d'Intermarché.

Notez également que cette semaine, au Chai de Girard, une rétrospective flamboyante vous est proposée grâce à de nombreux costumes et documents multimédia.

Une nouveauté : la grande Bodega du Corso installée sur la place des Tonneliers et dotée d'une animation musicale des plus sympas ! On vous y attend !

Sérieuses inquiétudes chez les salariés de Thalassa à Mèze

Ce vendredi, comme annoncé dans nos lignes, les salariés du Thalassa se sont mis en grève pour exprimer publiquement et in situ leurs inquiétudes quant à leur devenir. Le village et ses installations, propriété de la ville de Mèze, est en vente. Confirmé par Monsieur Le Maire, cet acte interroge la quarantaine d'employés (10 permanents, 30 contrats saisonniers et 3 ou 4 Contrats d'Accompagnement à l'Emploi). La SEMABATH (Société d'Économie Mixte d'Aménagement du Bassin de Thau) chargée entre autres de la gestion du village en question est pointée du doigt par l'ensemble des concerné(e)s qui ne comprend pas la décision initiale d'une part et un manque à gagner sur intéressement d'autre part. Le collectif se plaint également d'un manque de communication et entend "formuler son avis avant d'être devant le fait accompli". Madame Mireille André, directrice ; M. Christian Fournier, délégué du personnel étaient soutenus ce matin par les représentants syndicaux FO du département (Gilbert Fouilhé), du Bassin de Thau (Alain Milhaud) et par Maître Charles Salies, avocat au barreau de Montpellier. Monsieur Le Maire s'est présenté devant les manifestants accompagné de M. Menon, DGS et de Madame Mireille Lourdou 2ème adjointe. À noter la présence de la Police Municipale et de la Gendarmerie Nationale.

Il ressort de la confrontation qu'à ce jour, la vente du village n'est pas actée (M. Henri Fricou, maire). Une délégation du Thalassa sera reçue par ce dernier mardi 2 mai.

Le mot de la fin de Christian Fournier : "C'est l'incertitude la plus totale et la saison arrive…" Affaire à suivre !

   
Mme André, directrice et M. Fournier, délégué du personnel, soutenus par MM. Milhaud et Fouilhé (FO) et Me Saliès (Barreau de Montpellier)    On ne peut plus clair !    M. Le Maire en discussion avec C. Fournier représentant du personnel, le syndicat F.O. et Me Charles Saliès

Réaction de Gilles Phocas, élu d'opposition :

"La tournure des évènements, suite à la volonté de vendre le Thalassa et les démarches entreprises par Henry FRICOU sur ce sujet, n’est pas pour nous rassurer.

Contre certains membres de la majorité, contre les salariés, contre certains actionnaires de la SEMABATH, la méthode bulldozer du Maire montre aujourd’hui toutes ses limites.

Avec un dossier bâclé, avec plusieurs manifestations de mépris envers le personnel à qui on a demandé de rester à sa place par courrier, en bafouant les droits de l’opposition, ce dossier (qui devait au départ être clos au 31/12/2016) ne pouvait que s’envenimer et provoquer des réactions non seulement au niveau des salariés et des élus, mais aussi dans la population toute entière, et notamment dans le tissu associatif qui a besoin de cette structure.

Il y a presque un an, j’avais qualifié cette décision en conseil municipal de « la pire de votre mandat »… Je pense qu’aujourd’hui bon nombre de gens, et le maire lui-même commencent à en être convaincus mais pas pour les mêmes raisons.

Pour sortir par le haut, Henry FRICOU devra renoncer à son projet, ou bien consulter la population par référendum local, c’est d’ailleurs ma proposition vu le niveau où on en est arrivé dans ce dossier. "

Des phéromones pour préserver l'environnement

Les phéromones sont des substances chimiques comparables aux hormones, émises par la plupart des animaux et certains végétaux, qui agissent comme des messagers entre les individus d'une même espèce, transmettant aux autres individus des informations qui jouent un rôle dans l'attraction sexuelle notamment.

Très actives, certaines peuvent être transportées et détectées à plusieurs kilomètres. Chez les mammifères et les reptiles, les phéromones sont principalement détectées par l'organe voméro-nasal, tandis que les insectes utilisent généralement leurs antennes. À la différence des hormones « classiques » (insuline, adrénaline, etc.) produites par les glandes endocrines et qui circulent uniquement à l'intérieur de l'organisme en participant à son métabolisme, les phéromones sont généralement produites par des glandes exocrines, ou sécrétées avec l'urine, et servent de messagers chimiques entre individus.

Elles peuvent être volatiles, ou agir par contact (composés cuticulaires des insectes par exemple, perçues par les récepteurs gustatifs). Elles jouent un rôle primordial lors des périodes d'accouplement, et pour l'agrégation de certains insectes sociaux, telles les fourmis ou les abeilles.

Les phéromones sexuelles des insectes contribuent à l'isolement reproducteur entre les espèces grâce à leur spécificité.

Grâce aux techniques biochimiques, il est possible de produire des phéromones de synthèse qui peuvent être utilisées comme agents de biocontrole pour protéger certaines plantes cultivées des dégâts provoqués par des insectes ravageurs, directement pour la lutte contre certains insectes par le piégeage de masse ou en provoquant la confusion sexuelle.

Depuis plus de 5 ans, les coopérateurs de la Cave des Vins de Beauvignac expérimentent et développent cette technique qui permet une meilleure protection de l'environnement, de la nature, et un emploi limité d'insecticides ou de produits phytosanitaires pour lutter contre le développement des vers de grappe et eudémis car les vers de la grappe ou tordeuses de la grappe sont essentiellement représentés par ces deux espèces. Il suffit de placer judicieusement des liens ou des capsules à phéromones (500/ha).

L'eudémis a une présence qui est parfois très importante dans les vignobles méridionaux.

Le vers de grappe, plutôt septentrional, peut également se rencontrer dans certains vignobles méridionaux avec une seconde génération qui se calque bien sur celui de l’Eudémis.

Les chenilles de première génération ont une incidence faible, et dévorent les boutons floraux qu’elles assemblent par des fils de soie en "glomérules". La chenille d’eudémis est très agile et rapide dans ses mouvements. Elle constitue, en moyenne, 2 glomérules. Ces attaques ont en général peu d’effet sur le poids de la récolte.Les chenilles des autres générations causent beaucoup plus de dégâts. Elles perforent les grains en cours de maturation, et créent des portes d’entrée pour l’installation et la propagation du Botrytis cinerea.

 

Didier Gomez, viticulteur à Mèze, a bien compris le sens de cette technique de "La confusion sexuelle" qui permet d'éviter des traitements nocifs et d'utiliser des luttes conventionnelles est respectueuse de l'environnement.

Dans ce cas, les vers vont s'occuper à rechercher des femelles inexistantes et ne sauront plus où aller en s'épuisant.

Cela évitera le développement des secondes et troisièmes générations. "Sur Mèze, si l'on utilisait les phéromones sur 30 ha il y a 2 ans, l'on en est à 150 ha maintenant. Ils ont fait leur preuve si on les dispose bien en ceinturant les parcelles concernées." Que ce soit, la Cave de Beauvignac, les responsables locaux ou les défenseurs de la Nature, ils saluent tous cette technique qui va dans une bonne direction, une action propre, pour une agriculture plus saine."

D'autant que comme le précise Didier : "Les vers de grappe sont de plus en plus costauds, sensibles au réchauffement climatique. Nous devons donc nous défendre mieux. Bien que cette méthode soit plus onéreuse que la traditionnelle, (120€/ha au lieu de 60€), bien qu'il n'y ait plus de subventions du Département pour l'utiliser, nous poursuivons dans ce sens. Pour les caves de Beauvignac, 750ha sur 1700ha sont concernés avec un nombre de viticulteurs l'utilisant qui ne cesse de croître malgré les efforts à consentir."

Des efforts qui vont dans le bon sens pour Didier qui comme de nombreux agriculteurs sait que le Monde de demain sera le fruit des choix réalisés aujourd'hui.

 

Feu vert au Printemps

C'est désormais l'animation incontournable du début de la belle saison. La Fête du Printemps 2017 implantée sur le site enchanteur du Sesquier, un vrai bijou vert, confirme ses lettres de noblesse.

Ce dimanche donc, entre chemin du Ceinturon et avenue du Stade, autour du lac à la fois lieu de rencontre, de calme ou de méditation, pas moins de 31 stands ont proposé aux visiteurs de faire connaissance ou de partager leur enthousiasme. Initiée la veille par une transhumance au succès grandissant, cette manifestation a atteint le millier de promeneurs actifs : une référence !

Ève Silva, conseillère municipale déléguée aux festivités et à l'évènementiel, et son équipe, ont une nouvelle fois, avec l'aide des services techniques de la ville, tout mis en œuvre pour que la journée soit au top. Le soleil ayant tout compris s'est associé totalement au projet.

Apiculture, marche nordique, floralies, sensibilisation à l'environnement, modélisme, jardinage, conférences, promenade à poney, golf, pastoralisme… tels ont été les ingrédients d'une fête familiale ou tout un chacun a participé avec joie et entrain.

Afin de compléter l'information, Thau Info vous propose ce petit diaporama composé d'images "à l'envie et au coup de cœur"…

 

Chantier de dragage du port départemental du Mourre Blanc

Jeudi 6 avril 2017, Kleber Mesquida, président du département et député de l'Hérault, a visité le chantier de dragage du port du Mourre Blanc. Parmi les personnalités politiques qui l'accompagnaient on notait la présence de Frédéric Roig, député également, d'Audrey Imbert, conseillère départementale du canton de Mèze, déléguée à la pêche et à la conchyliculture, de Pierre Bouldoire vice-président du conseil départemental et maire de Frontignan…

"Le département de l'Hérault est doté d'une façade maritime importante. Son littoral de près de 90 km et son système lagunaire unique en Europe sont le berceau de nombreuses activités dont la pêche, la conchyliculture et le nautisme."

Dans le cadre de la loi NOTRe de 2015, le département a renouvelé son engagement et conservé sa compétence sur ses 8 ports départementaux :

  • le port conchylicole du Barrou à Sète,
  • le port de Bouzigues,
  • le port de Mèze,
  • le port conchylicole du Mourre Blanc à Mèze,
  • le port conchylicole des Mazets à Marseillan,
  • le port de Tabarka à Marseillan,
  • le port de pêche au Grau d'Agde,
  • le port de Vendres.

Le port du Mourre Blanc, à Mèze, accueille près de 130 entreprises réparties sur plusieurs zones du port dont certaines connaissent un envasement très important. Les travaux en cours qui doivent se terminer fin mai 2017 concernent :

  • le dragage du port (enlèvement de l'épaisse couche de sédiments),
  • le réaménagement de la zone réservée aux entreprises SOFRAMAR et Alain Bastide (pose des structures d'élevage),
  • l'accueil du site (accès facilité des visiteurs aux mas conchylicoles),
  • la sécurisation du site,
  • l'intégration paysagère de la zone.

COÛT DES TRAVAUX : 1,2 M€.

   
L'entreprise BUESA s'active depuis janvier 2017 : à gauche, la nouvelle structure du quai ; à droite, le bassin de stockage des sédiments.

Josian Alexandre, président du syndicat des huîtres de Mèze, a organisé la visite d'un mas conchylicole tout d'abord. Ensuite Éric Vidal, chef du Service Ports et Filières Maritimes ; Philippe Delatorre, responsable du Service Maritime et le représentant de l'entreprise BUESA se sont partagés les explications quant aux divers chantiers. Quant à Philippe Ortin, président du Comité Régional Conchylicole de Méditerranée, il insistait sur l'importance économique d'une filière très dynamique mais garante également de la protection environnementale de l'Étang de Thau.

Avant de rencontrer les professionnels et de déguster les produits locaux, le président Kleber Mesquida concluait :

"… Notre aide à cet aménagement du territoire contribue également à l'identité et à l'image de l'Hérault… Je salue les acteurs du département qui, au quotidien, sont là pour les relais auprès du président pour remonter les problématiques, les dossiers, les sujets compliqués… D'ici le mois de juin, vous aurez une sectorisation de l'étang déjà dans la pratique, afin de sortir d'un intégrisme administratif pénalisant pour l'économie… Je vous remercie vous les professionnels pour votre investissement dans ce secteur d'activité porteur… vous faîtes partie du schéma global qui regroupe les synergies de notre département… vos efforts importants quant au côté environnemental et développement durable… (recyclage des rails…) sont remarquables. Ce cercle vertueux met en valeur notre territoire… merci pour votre engagement, pour votre pugnacité, pour votre partenariat… Merci aussi à l'entreprise BUESA pour sa technicité, son savoir-faire… merci aux services de l'état représentés ici. Bon vent et bon courage !"

 

Des élus très à l'écoute des divers corps de métiers

impliqués dans le réaménagement du port.

   

Reprise aux Ateliers du Goût

Souhaitez-vous participer à un atelier gourmet et gourmand ?


"Pour cela, il vous suffit d’enfiler votre tablier de marmiton et de vous laisser guider sur les sentiers des plaisirs gustatifs. Une fois par mois, la séance est organisée autour de la réalisation d’un menu de saison. Le cours de cuisine personnalisé sera dispensé par le chef professionnel de l’art culinaire Jean Marc Deltour de L’Atelier 35.
Il vous transmettra ses techniques, ses astuces, ses tours de main et vous fera découvrir les qualités des principaux ingrédients et épices et leur association gourmande.
C’est une carte blanche des plus savoureuses qui est proposée. Ce sont des travaux pratiques où chacun met la main à la pâte pour réaliser un repas raffiné et équilibré.
Ensuite, c’est le moment de le déguster et de le savourer avec tous les participants dans une ambiance conviviale didactique d’échanges et de partage.
Notre œnologue présentera les Vins de Beauvignac qu’il aura sélectionnés pour la meilleure harmonie mets et vins. Vous voila fins prêts à réaliser de succulentes agapes."

L'art et la manière…

 

Prochaine séance
Mardi 23 mai 2017 à 18h00


Caveau de Beauvignac

Route de Pézenas – Mèze


18h-20h : cours de cuisine, réalisation du repas
20h : diner avec dégustation des plats réalisés pendant le cours
Prix par personne : 60 euros (cours de cuisine, diner, vins et eau inclus)
L’Atelier du goût est proposé à 16 personnes maximum.


Il est vivement conseillé de réserver dès à présent à :
L’Atelier 35 – 35 Rue Sadi Carnot – 34140 Mèze
Tel : 04-99-02-75-30

 



Débroussaillement : tous concernés !

 

 
Photo Le Figaro - Incendie du 30 août 2010  

Julien Carette, technicien de l’Office National des Forêts (ONF), a expliqué en détail, ce mardi, les règles qui encadrent les obligations de débroussaillement sur les propriétés situées dans les zones exposées de la commune de Mèze. Avant de procéder aux contrôles commandités par la Préfecture de l’Hérault (des amendes seront dressées) le représentant de l'état a également précisé les nouvelles distances à respecter quant à ces débroussaillements. 15 personnes seulement étaient présentes parmi lesquelles on notait MM. Rodriguez et Baëza, conseillers municipaux. La carte DDTM 34 était également consultable sur place. Elle est aussi disponible aux Services Technique de la Ville.

Il semble que l'on oublie vite les drames et les dégâts causés par le feu. Cela, hélas, n'arrive pas qu'aux autres et l'entretien de sa propriété (grande ou petite, bâtie ou non bâtie) est aussi un acte de civisme.

Le diaporama savamment commenté par Julien Carette et illustré par le jeu des questions-réponses du public est téléchargeable ICI.

Il nous a paru très important de permettre, à notre tour, la diffusion de ce document.

Pour plus d’informations, consultez le site de la Préfecture de l’Hérault.

 

Peu de monde présent, pourquoi ?

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.