regard sur le coran au cclm

 

Ce mardi 6 mars avait lieu au Centre Culturel Léo Malet une soirée hors programmation proposée par la Scène Nationale de Sète. Cette création de Michel André, directeur du théâtre de la cité à Marseille, et de Selman Reda comédien, aborde un sujet d'actualité: l'interprétation du Coran.
Des élèves du lycée Saint Joseph de Sète étaient largement présents dans la grande salle de Léo Malet, ce spectacle étant conçu pour être joué dans des établissements scolaires avec une visée pédagogique.

"Ne laisse personne te voler tes mots", joli titre pour ce spectacle qui invite chacun à faire son propre chemin pour comprendre le Coran datant du 7ième siècle, d'abord transmis par l'oralité, puis ensuite écrit.

Selman Reda, fort de son talent de conteur, nous raconte sa propre histoire ainsi que son cheminement intellectuel pour comprendre sa religion.
Il est né au Maroc, il arrive en France à l'âge de 4 ans avec sa famille. Il vit une enfance heureuse mais à l'adolescence, son père lui inculque les règles de la religion musulmane dont certaines présentent un caractère violent pour le petit franco-marocain qui ne comprend pas, entre autre, pourquoi il doit couper ses liens avec son copain non musulman. Fracture avec le père qui le rejette. Selman ne comprend pas qu'un Dieu puisse amener un père à mettre son fils dehors. Il trouvera des appuis pour s'en sortir, passera son bac, renouera ensuite avec sa famille. Mais surtout il voudra comprendre...il part dans une recherche à travers études et récits sur le Coran et l'histoire de la religion musulmane. Sa collaboration avec Rachid Benzine, islamologue réputé et enseignant à l'institut d'études politiques d'Aix en Provence, sera importante dans la création de ce spectacle.

Son spectacle, one-man- show chaleureux et captivant est une invitation au voyage dans l'Arabie du 7ième siècle. Les mirevalais se sont retrouvés dans la peau des bédouins luttant pour la survie de leurs tribus dans des conditions climatiques difficiles, ayant pour seuls biens leurs dromadaires, à une époque bien différente de la nôtre...
Le message est donc celui-ci : un texte quel qu''il soit, en l'occurrence le Coran, doit être replacé dans son contexte historique pour être compris, analysé, interprété. Comme le dit Rachid Benzine:

" Faute D'Histoire, on se raconte des histoires et ça finit par faire des histoires."

 

Jeunes et adultes présents pour débattre de ce sujet captivant

 

Ce voyage a donné lieu à un débat fructueux auquel les jeunes lycéens  présents ont largement participé. Ils ont montré leur désir de connaissance car le Coran est avant tout un objet de savoir, ils ont manifesté leur intérêt pour un sujet d'actualité: quels liens entre les dérives actuelles sous couvert de religion et ce texte produit il y a 14 siècles?
Le débat a également motivé les adultes, Selman Reda et Michel André ont apporté des réponses pertinentes aux nombreuses questions suscitées par ce spectacle.

"Ne laisse personne te voler tes mots" met chacun face à son intelligence et sa propre responsabilité. Un texte quel qu'il soit, est toujours réinterprété par les humains que nous sommes, chacun y projetant ce qu'il a en lui : ses propres désirs, sa sérénité ou sa violence...

Ce spectacle nous invite à ne pas stigmatiser un texte plutôt qu'un autre, une religion plutôt qu'une autre mais nous propose de toujours essayer de comprendre en re-contextualisant ; au delà du message culturel et du talent des artistes, c'est un appel à la tolérance.

Cette soirée mirevalaise était un peu une avant première. Ce spectacle a toutes les chances de se retrouver dans une future programmation de la Scène Nationale. A voir ou à revoir donc !

 

Sylvie Vimont Rispoli