Mireval, solidaire des naufragés des routes enneigées.

Ce mercredi 7 mars, à Mireval le Maire, Christophe Durand, a tenu à rassembler les acteurs de la solidarité spontanée qui s'est exprimée lors des épisodes neigeux de la semaine précédente.
Le dernier jour de février, dès 8 heures du matin, la neige a commencé a tomber.
Avant dix heures tous les bus étaient arrêtés.
Les routes étaient devenues impraticables.
L'épisode d'enneigement a duré deux jours, avant le retour à la normale.
C'est au cours de cet épisode que le préfet de l'Hérault a demandé à Monsieur le Maire de Mireval d'accueillir des naufragés de la route.
Ceux-ci, ayant abandonné leur véhicule autour de Montpellier, ont été acheminés par les pompiers, jusqu'à Mireval.
Là ils ont été pris en charge: accueil, repas, hébergement. Ils ont ainsi passé deux nuits dans notre commune.
Ils étaient onze, dont une famille avec deux jeunes enfants.
L'équipe municipale, les élus et les employés, les pompiers, les gendarmes et des bénévoles, ont été rudement sollicités ces deux jours.
En plus de cet accueil, il fallait aussi gérer les problèmes de Mireval enneigée: dégager certains accès, notamment le pont au dessus de la voie ferrée, en direction de Villeneuve lès Maguelone.
Tout cela avec le peu de moyen de déneigement dont dispose une petite structure comme notre commune.
Le Plan Communal de Sauvegarde a pu être activé (aide aux personnes âgées...)
A la fin, c'est beaucoup d'huile de coude et de bonne volonté qui ont été nécessaires.
Voilà pourquoi le Maire a voulu remercier solennellement tous les acteurs de cet élan de solidarité.
Cette solidarité qui à la fin crée de la solidarité par les liens qu'elle a permis de souder.
Notons que la maison Kouril, boucher-traiteur, a offert gracieusement les repas.

RR

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations