antigone aujourd'hui ou le mythe revisité

 

 

Ce vendredi 9 mars, le lendemain de la journée du droit des femmes, la compagnie "Mr Jean et Mme Jeanne"  a présenté au public mirevalais une Antigone actuelle et surprenante.

Les deux acteurs metteurs en scène ont fait le choix du burlesque  pour interpréter la tragédie grecque ré-actualisée. C'est sur l'autoroute A68 que les deux frères Polynice et Etéocle s'entretuent, l'un dans un semi remorque, l'autre sur un skooter. Hassan Tess et Amélie Vignaux jouent tous les personnages avec un talent clownesque exceptionnel, ils se suffisent à eux-mêmes, pas de décor ni de jeu de lumière. Du spectacle vivant, intégrant tout ce qui se passe dans le public.

La tragédie de Sophocle ainsi revue, c'est à la fois déroutant et merveilleusement délirant. Néanmoins, la comédie et le jeu burlesque absolument époustouflant sont au service de la tragédie grecque, la portée universelle du mythe est sauvegardée. La ré-écriture à la sauce actuelle nous fait prendre conscience que, bien souvent aujourd'hui même la tragédie est banalisée ou déniée. Pour faire face à l'abus de pouvoir ou simplement exercer un contre pouvoir toujours nécessaire nous avons bien besoin de résistance, en somme de figures d'Antigone.

Le roi de Thèbes est le nouveau Président qui ne veut pas revenir sur la loi qu'il a lui seul édicté malgré les remous que suscite dans le peuple l'interdiction d'enterrer Polynice. Antigone, jeune femme rebelle, presque adolescente tient tête à son oncle Créon. Antigone sait qu'il existe une Loi qui dépasse la raison d'état invoquée par Créon: Loi divine ou éthique humaine. Opposition toujours d'actualité entre la figure du chef incarnant les petites lois humaines toujours à revoir et les autres. Opposition entre éthique et politique aussi. Créon ne résoudra pas cette tension dialectique et restera campé sur sa position malgré l'avertissement du devin Tirésias. Alors tout se terminera dans la pire tragédie, seule Ismène, la soeur bien aimée d'Antigone survivra. Le personnage d'Ismène est souvent oublié dans les diverses versions de la pièce. Ici , " Mr Jean et Mme  Jeanne" lui donne une place.
Ismène ne suivra pas sa soeur Antigone ; pour elle il faut respecter la loi du président, fut-elle injuste. Ismène aspire simplement à vivre tranquille, elle veut faire des gâteux au chocolat et avoir des enfants. Elle se retrouve seule, sans personne avec qui partager le gâteau au chocolat.

Peut-on se contenter de suivre son désir personnel sans voir et sans combattre les injustices parfois imposées par des lois humaines? Redonner une place à Ismène, n'est-ce pas montrer que le singulier s'articule toujours au collectif?

 

Des jeunes et des moins jeunes réunis pour échanger dans la convivialité

 

Le parti pris burlesque fait de" Antigone Couic Kapout" un spectacle drôle et chaleureux à la portée de tous sans nous faire oublier la portée du mythe aujourd'hui.  Ce spectacle conçu pour être joué dans des lieux divers, cafés, scènes ou en extérieur est à voir ou à revoir sans modération.

 

Sylvie Vimont Rispoli

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations