Danse à Léo Malet

Ce samedi 7 avril, le centre Léo Malet a encore fait salle comble, le public n'a pas regretté d'avoir répondu présent ce soir là!
L'équipe du CCLM, particulièrement Elodie Saos (programmation-communication), avait dégoté, pour la seconde année consécutive une perle dans la création artistique de notre région en invitant EPSE Danse, école supérieure de danse ancrée à Montpellier.
Cette école, crée en 1980 et dirigée par Anne-Marie Porras est en lien direct avec la création chorégraphique internationale contemporaine. Elle forme de futurs danseurs professionnels, des pédagogues de la danse. Elle intervient à plusieurs niveaux:

  • dès le collège, en horaires aménagés
  • préparation au diplôme d'état de professeur de danse ( avec un taux de réussite supérieur à 80%)
  • individualisation des parcours de chaque élève
  • une collaboration avec les plus grands chorégraphes et les plus grands centres chorégraphiques dans le monde.

On a pu apprécier un spectacle composé de huit tableaux, s'enchaînant, du show en solo à couper le souffle (Squama chorégraphié et interprété par Zao Bastoi-Guichard, Exchanges, par Marguerite Bouvier, et William Cardoso-Gomes dans Awasch) à des tableaux avec des dizaines de danseurs. Des moments classiques, avec Casse-Noisette, dans une construction contemporaine, à des moments plus rocks, plus grunge, intégrant l'esthétique du Hip-Hop, tout en passant par une histoire bien européenne, avec des musiques yiddish. Des chorégraphies signées de Natacha Crouzet, Diane Peltier, Anne-Laure Giroud, Marie Christophe.
Anne-Marie Porras revendique être une chorégraphe du mouvement, et c'est bien ce qu'on a pu ressentir. Un mouvement qui façonne des structures spatiales sur scène, les organise, désorganise, les synchronise, ou les désarticule, avec une énergie époustouflante. Convergences puis chaos, reconstructions.
Le spectacle d'une jeunesse dansante qui saisit l'art de la chorégraphie pour exprimer les codes de son époque, pour submerger les anciens codes: l'art est toujours subversif. Loin des principes esthétisants, sclérosants, du business et de la distraction, la danse est un lieu privilégié du renouvellement des valeurs. La danse est bien plus que la danse: c'est une expression culturelle qui dit le monde, ses joies, ses contradictions, ses espoirs. Un art qui fait jaillir les passions, libre des combines et de la lassitude. La vie brûlante.
Qui a dit que la jeunesse est perdue, désoeuvrée? Qui a peur de la jeunesse?

RR



Avec l'APAVH, Nénette la douce est à l'adoption

benaIMG_1310Après avoir eu quatre ans d'une vie de misère, à l'attache, prés d'une décharge, Nénette a passé trois années dans un refuge où elle a pu apprécier la liberté, les câlins, les balades et l'amour des bénévoles. "Pendant toutes ces années Nénette n'a jamais intéressé personne, trop discrète, trop ronde, trop poilue... Pourtant notre adorable griffonne a tous les qualités que l'on peut attendre d'un chien. Elle est douce, affectueuse, câline, bon trés gourmande aussi alors un petit régime sera le bienvenu! Nénette aime se promener, elle n'est pas la dernière quand elle voit la longe... Nénette est aussi sociable avec les autres chiens, surtout si on la laisse tranquille et faire les choses à son rythme."Elle un coeur rempli d'amour d'ailleurs vous savez ce que l'on dit des griffons...ce sont des "coeurs avec des poils autour". Et c'est vrai que sous son air un chouia hirsute, c'est la douceur et la gentillesse même. Elle s'entend aussi très bien avec ses congénères, même si quelquefois c'est un peu "à la tête du client"! Nénette est une chienne tranquille, un vrai chien de famille..."

» associations