Mireval

piste cyclable via rhôna: les citoyens s'en mêlent

 

Il manque toujours le petit morceau de piste cyclable -Via Rhôna ou Euro vélo 8- qui permettrait de relier Villeneuve les Maguelone à Vic la Gardiole. Depuis des années, on nous dit que le passage du pont de la voie ferrée est compliqué, ceci expliquant que le dossier traîne. Pourtant des solutions ont été trouvées ailleurs dans des cas similaires. Le passage des ponts de la voie ferrée à Vic reste un endroit très dangereux pour les cyclistes mais aussi les piétons.

Le collectif pour le développement des pistes cyclables, des voies piétonnes et des transport en commun fait circuler une pétition sur Vic La Gardiole et Mireval en demandant qu'une solution soit trouvée rapidement, par exemple la mise en place d'une passerelle métallique indépendante de la chaussée, afin de sécuriser cet endroit avant d'avoir à déplorer un grave accident.

Cette pétition est déposée dans les commerces et les campings. N'hésitez pas à vous emparer ce cette initiative citoyenne.

 

S.V.R.

Rentrée associative à Mireval

 

Ce dimanche 9 septembre avait lieu la fête des associations mirevalaises. Elle s'est déroulée sous un soleil radieux dans une ambiance chaleureuse et musicale. Les diverses associations de danse ont effectivement animé la place de la mairie. Las flamencas et sévillanas de la Gardiole ont présenté un mini spectacle de rumba espagnole et de sévillanes : de quoi susciter le désir d'aller faire les cours d'essai les 19 et 26 septembre au foyer des campagnes à 17h15 pour les enfants, 18h pour les ados et 18h45 pour la rumba suivie du cours de sévillane à 19h45.


Las flamencas et sévillanas de la gardiole

Tout en Harmony nous a offert un super duo de danse interprété par un jeune couple prometteur ; puis les mirevalais ont été invités à découvrir quelques pas de danse Country.

 On a noté la présence de nombreuses associations sportives mais aussi celles proposant des activités plus manuelles.

Le Centre Culturel Léo Malet était présent en la personne d'Elodie Saos, responsable de la programmation accompagnée d'une représentante du TMS Théâtre Molière Sète. Le programme, à retrouver sur le site de la mairie ou au CCLM,  est en effet un mixte entre les choix mirevalais et les spectacles proposés par leTMS, scène nationale de Thau dont plusieurs sont destinés à la jeunesse.

Découvrez le programmes du CCLM avec le sourire de ces dames !

 

S.V.R.

Présentation de la saison 2018-19 à Léo Malet (Mireval) le vendredi 7 septembre à 19heures

Envie de rugir de plaisir ?

Alors n'hésitez pas à vite réserver vos places pour la soirée d'ouverture de saison culturelle
au Centre Culturel Léo Malet vendredi 7 septembre à 19h !!

Cette soirée est organisée pour vous faire découvrir ce qui vous attend
tout au long de l'année: (spectacles, concerts, lecture, impro ... !!!

N'hésitez plus, c'est dans moins de 10 jours !!!!!

Réservation à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (indiquer le nombre de personnes)

Où en est-on de la piste cyclable ViaRhôna à Vic la Gardiole?

Où en est le franchissement piéton et cyclable de la voie de chemin de fer, à Vic la Gardiole?
Une contribution de Lionel Couty de Vic la Gardiole.

Selon la plaquette de présentation officielle, "la ViaRhôna est un itinéraire (cyclable) qui serpente le long de la vallée du Rhône, en reliant le Lac Léman à la Méditerranée, sur plus de 800 kilomètres....inscrite dans les enjeux actuels de développement durable, d'accessibilité et de mobilité douce des politiques régionales, la  ViaRhôna offre de multiple perspectives...Le 31 décembre 2020 l'aménagement sera complet et définitif"

Où en sommes-nous dans notre secteur?

La piste en site propre, en provenace de Villeneuve-Lès-Maguelone réalisée par le Conseil Départemental s'arrête à mi-chemin, au "Mas d'Andos" (site accrobranche des Rochers de Maguelone). La fin de parcours vers Mireval se faisant en "itinéraire partagé", c'est à dire sur la route, avec quelques panneaux portant le pictogramme d'un cycliste.
Et pourtant le Conseil Départemental s'était engagé, il y a une dizaine d'années, envers les collégiens et leurs parents, à relier en piste cyclable toute commune de l'Hérault à son collège le plus proche....

Un itinéraire reliant Villeneuve, Mireval et Vic, en site propre, entre la voie ferrée et la D116, prolongeant cette piste, serait-il à l'étude???...

Reste le problème majeur pour les cyclistes et les piétons: le franchissement très dangereux de la voie ferrée.
La pose récente d'une canalisation d'eau réduit la largeur de la chaussée, sur le pont.
Aussi seule la mise en place d'une passerelle métallique permettrait d'assurer la continuité de la piste.
La piste accèderait à la passerelle en passant sous le pont, le long de la voie ferrée, ce qui assurerait le franchissement de la D114, et puis elle monterait par le remblai sur l'ouvrage.
Il est à noter que ce franchissement d'ouvrage par ViaRhôna concerne aussi en premier lieu les circulations des piétons et cyclistes des résidences "les Jardins de la Roubine" et "les Fontaines" vers le centre de Vic.
La même solution pourrait être adoptée sur la route de Vic à Frontignan qui conduit au Camping de l'Europe, très fréquentée par cyclistes et piétons.

Depuis des années, on nous dit que les études sont faites pour franchir ces ponts en sécurité.
Mais en réalité rien n'est fait.
Est-ce un problème de moyens? Est-ce un manque de volonté politique?

La municipalité de Vic fait porter la responsabilité du retard sur le Conseil Départemental.
De son côté, celui-ci a fait une grande déclaration pour affirmer sa volonté de "régler le problème de Vic". 
Cela s'est traduit par la peinture sur routes de pictogrammes "cyclistes", plus spectaculaires qu'efficaces.

Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour qu'enfin la sécurité des piétons et des cyclistes soit assurée au franchissement des routes et des voies ferrées?
Attend-on un accident?

Lionel Couty

Les Estivales de Thau 2018, c’est le jeudi !

L’esprit guinguette s’étend sur tout le territoire cet été avec la quatrième édition des « Estivales », organisée par Sète agglopôle méditerranée, neuf jeudis soirs de juin/juillet/août, de 18h à minuit !

Le principe : découvrir les vins et produits du terroir dans une ambiance festive et apéritive, avec des amis ou en famille. Des stands de dégustations (vins, huîtres, moules, tielles, biscuits, chocolats, glaces…) prendront place à ciel ouvert pour le plaisir de tous. 5€ les trois dégustations du vin de votre choix ou 2€ la simple dégustation (les aliments solides sont à acheter directement sur les stands de producteurs).

9 dates sont au programme : les prochaines,

  • le 19 juillet à Mireval (Place Louis Aragon)
  • le 26 juillet à Sète (Quai Léopold Suquet)

ça roule pour la ligne plage des Aresquiers (2)

Une  navette des plages Mireval-Vic-Frontignan avait été mise en place par l'agglomération en 2017 mais sa fréquentation avait été jugée insuffisante pour faire perdurer le projet.

L'action d'un collectif de soutien à cette navette, alliée à la volonté des municipalités de Mireval et Vic la Gardiole a réveillé ce projet afin qu'un accès aux plages pour les mirevalais et vicois soit mis en place par l'agglomération pour 2018.

En effet la pétition, mise en circulation par le collectif dès le mois d'avril et signée par 370 mirevalais et vicois, a été un point d'appui pour relancer cette navette des plages. Les responsables de la mobilité à Sète Agglopôle Méditerrannée ont été à l'écoute des représentants du collectif et un travail minutieux des élus vicois et mirevalais pour améliorer la desserte a permis à ce projet de voir le jour avec des nettes améliorations par rapport à l'an passé.

La ligne (n°18) circulera tous les jours de l’été du 13 juillet au 26 août, de 9h à 20h avec un bus toutes les heures.

Elle desservira  tous les campings des communes : camping de l’Europe, camping du Clos Fleuri, camping Altéa et aussi les centres des villages.
Avec une dépose à différentes entrées de la plage des Aresquiers : au niveau du pont Philippe Chappotin ou vers les parkings au niveau du restaurant Le Spot.
La tarification est identique au réseau SAMobilité, à savoir 1,30 € l’aller simple en vente à bord du bus ou bien 2,20 € l’aller-retour ; 9,50 € les tickets de 10 voyages ; 11 € la semaine en illimité…
Les titres sont en vente à l’agence commerciale de Sète, sur le site internet ou chez les nombreux partenaires, notamment dans les campings !
Les représentants du collectif de soutien à cette navette  se réjouissent de la mise en service de cette ligne 18 et remercient tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce projet que l'on doit à la convergence des actions.

SUBCapture

Vins de nature dans un terroir d'exception.

 

Un groupe de passionnés s'est élancé de la gare de Vic-Mireval, sous la conduite de Florence Montferran, historienne-vigneronne du Clos de Mièges, sur les traces de l'introduction de  la vigne, deux millénaires et demi après les pionniers: grecs, étrusques, romains.
Moment d'émotion sur ces chemins près des étangs: Florence Montferran nous fait vivre ces habitants de ce pays, bien avant les romains, qui ont vu arriver par les étangs ces premiers commerçants-navigateurs. Nos ancêtres étaient potiers, forgerons, éleveurs, cultivateurs, pêcheurs. Les nouveaux arrivants (les migrants d'hier?) remontaient les moindres cours d'eau, Robine, Courren, Canebière. Quelques débris de poteries massaliotes (de Marseille colonie grecque dès le VII ième siècle avant notre ère) près de la résurgence de la Roubine en attestent. Mais on a aussi retrouvé des traces de la nécropole du Pigeonnier, et surtout des écrits anciens, des récits qui en parlent.
Rapidement la vigne devient prépondérante dans l'économie. Imaginez le trafic des amphores, les entrepôts, les chalands remontants les roubines, les échanges humains. Imaginez cette confrontation de civilisations, surprenante pour l'homme moderne qui craint tout, même ce qui vient de la mer. Imaginez la richesse des échanges au contact de ce qui est "étranger", la curiosité, les transferts de technologies, dans les deux sens, car les autochtones avaient une civilisation déjà bien structurée, avec ses oppidums fortifiés, ses routes, ses potiers, ses forgerons.
Si la description qu'en font les anciens donnent à penser que le vin d'Homère ( vin blanc, liquoreux, à la robe ensoleillée) n'était pas éloigné du nectar muscatier d'aujourd'hui, c'est bien Pline l'Ancien qui donne la description d'un raisin qui fait étonnement penser au muscat petit grains (petits grains précoces, sucrés et parfumés...)
Nous marchons sur ces chemins immuables, depuis la voie héracléenne, où serait passé le mythique dieu Héraclès ( qui deviendra le Hercule des romains) après avoir volé des taureaux noirs de la péninsule ibérique. Ces taureaux ont-ils engendrés les vigoureux bious de nos manades modernes, de nos razetades?

Cette nature semble immuable avec ses flamands roses, et un autre migrateur moins célèbre, un papillon, la vanesse du chardon, ou belle dame (en occitan, lo parpalhòl del cardon, ou bien vanessa). Ce papillon très répandu, orange et noir, décoré d'ocelles, parcourt au moins 4000 kilomètres, à 30 à l'heure, en se restaurant régulièrement.

Les romains instaureront une véritable viticulture, avec ses normes, ses mesures, ses villas. On imagine la vie grouillante dès cette époque sur ces chemins que nous foulons: les vestiges gallo-romains sont omni-présents. Cela a façonné l'époque moderne.

Plus tard, à la période nommée "moyen âge" dans nos livres d'histoires français, le "trafic" (mot occitan) est très intense sur ces chemins, sur ce littoral. Les abbayes contrôlent l'activité agricole et le commerce. Le sel, le poisson salé, le vin passent sur ces chemins, et sûrement bien d'autres denrées rares et chères, venues du commerce côtier: charcuteries, fromages, étoffes à la mode pour parer nos belles ancêtres, verreries, argenteries...
Nous foulons ces plantes halophiles de la sansouïre: salicorne, obione, soude kali, saladelles qui ont été tôt récoltées pour s'alimenter, mais aussi pour produire des amendements naturels, des cosmétiques (savons liquides, lessives), de la soude, dans l'industrie du verre pour abaisser la température de fusion du verre...

Après la promenade savante, une séance de dégustation de vins était organisée dans ce décor lyrique. La nature est bonne et généreuse à l'homme, à la femme qui sait la respecter. C'est pour cela que les vins ont été choisis dans l'esprit de l'harmonie avec la nature. Quatre vins vins sélectionnés selon un cheminement de découverte. On commence par un vin bio (sans intrant chimique) déjà bien plus riche en arôme qu'un autre vin. On passe progressivement à des vins en biodynamie, où le vigneron amoureux de son art s'attache les services de la nature elle-même pour produire des vins sans agression acide, sans âpreté, soyeux, faciles, digestes.

On termine par le vin nature du Clos de Miège, la cuvée d'exception "L'Originel", dans l'esprit des vins de la renaissance, dans l'esprit des antiques anciens.  Là on ne parle plus du travail de la vigne, mais de l'amour apporté à la terre(pas de soc tranchant de la charrue, on respecte le voeu de Mani, celui qui inspira les cathares, qui avant tout repas, demandait pardon à la terre d'avoir ouvert son sillon!), arrachage sélectionné de certaines herbes, élagage sélectif, vendanges vertes. On ne parle pas de taille de la vigne, mais de sculpture du cep. La tradition de taille languedocienne, en gobelet, permet en effet, par la répartition équilibrée des sarments, un ensoleillement et une aération optimale de l'aubre que-n-a la camba torta, le pied de vigne, lui permettant de se développer harmonieusement, et de résister naturellement et efficacement aux maladies.
Aussi il n'est pas étonnant de découvrir cette robe d'or et de lumière que Mani aurait mise sur le compte la lumière d'Ahura Mazda, principe du bien venant éclairer les ténèbres d'une infinité de particules d'énergie solaire.
Et puis cette explosion de senteurs et d'arômes en bouche: du coing sur-mûri, de l'orange confite, cette rondeur...et cette longueur de vie.

RR

 

Histoire de la viticulture dans son environnement : exemple de Vic - Mireval. Balade commentée, dégustation de vins naturels. Vendredi 6 juillet à 18 heures 30, gare de Vic-Mireval

La balade commentée, nature et patrimoine, partira vendredi 6 juillet à 18h30 de la gare de Vic-Mireval.
L'entrée est libre.
Nous irons, entre terre et eau, à la rencontre d'un environnement exceptionnel et fragile dans la zone humide, et d'un patrimoine viticole antique, aux origines de la viticulture sur nos rivages.
Suivra un atelier de dégustation en bord d’Etang de Vic, pour découvrir des vins biologiques languedociens (Aude, Hérault, Gard) dans toute leur diversité : bio, biodynamie, sans sulfites ajoutés, nature, et même vegan ou bee-friendly.
La participation s'élève à 5 € (sur réservation).
Pour ceux qui nous rejoindront à cet atelier, il débutera à 19h15.

Chapeau, chaussures de marche et bonne humeur seront de mise.
Vous y serez les bienvenus.