Mireval

Remise de cartes de Chasse à Mireval

Vendredi 11 septembre de 18 heures à 19 heures 30, le syndicat des chasseurs et propriétaires de Mireval procédera à une distribution des cartes aux sociétaires dans la salle des associations à Mireval. 

 

Election au syndicat des chasseurs et propriétaires de Mireval

Au cours de l’Assemblée Générale du Syndicat des chasseurs et des propriétaires qui s’est déroulée vendredi 5 juin, à 18 heures, au « Foyer des Campagnes » de Mireval  M. VERNHETTES, président, a démissionné de ses fonctions en compagnie de six autres membres de son conseil d’administration. C’est l’équipe conduite par R. ANDRÉ  qui, ayant intégré sept anciens membres du conseil d’administration, a été élue.

Le 11 juin dernier, salle des associations, le nouveau conseil d’administration s’est réuni pour élire les membres du bureau directeur. R. ANDRÉ a été élu président à l’unanimité comme tous les autres membres du bureau directeur. S. PEREZ assurera les fonctions de vice-président en charge de la chasse à terre et le secrétariat, D. JÉGOU sera trésorier, B. PICARD, vice - président, en charge de la chasse à l’eau. La commission piégeage, sera conduite par P. CHASSAGNE.

Dans un souci démocratique, les travaux qui ont suivi l’élection du bureau, devraient être présentés lors de la prochaine « Assemblée Générale Extraordinaire » qui devrait se dérouler au « Foyer des campagnes » lundi 29 juin prochain à 18 heures 15.  

Mireval : un dépôt sauvage signalé au Procureur

L’équipe d’entretien des espaces naturels de Thau agglo est intervenur afin de nettoyer un dépôt sauvage de 8 mètres cubes (résidus de chantier, ...) sur Mireval à l’entrée sud du Creux de Miège.
Des documents ont été retrouvés sur les lieux permettant d’identifier le responsable. La police municipale de Mireval a transmis un procès verbal au procureur de la République. D’autres dépôts vont également être nettoyés prochainement aux abords du massif de la Gardiole...
Depuis un an, Thau agglo renforce son action en matière de lutte contre les dépôts sauvages de déchets ménagers. Cette action a pris la forme d’envoi de courriers d’information sur les règles à suivre et le montant des amendes encourues en cas d’infraction.
Malgré cela, sur 1 an à Sète, 74 tonnes de dépôts sauvages ont été collectés par les agents. Face à cette situation, la collectivité a décidé de lancer une série d’opérations de répression en lien avec les polices municipales locales. La nouvelle réglementation prévoit en effet une amende pouvant aller jusqu’à 400 €, amende à laquelle s’ajoutera le coût de l’enlèvement du dépôt indu.
Des points noirs ont été identifiés à Sète, Frontignan, Frontignan plage, Gigean et Marseillan.

Un Porteur d'histoire et de succès, à Leo Malet.

Tenue de soirée pour le Centre Culturel Leo Malet ce jeudi soir, où était donnée la pièce de théâtre, « le Porteur d’histoire », une pièce qui a connu un grand succès à Paris en 2013 et qui a obtenu deux Molière (meilleur auteur et meilleure mise en scène) en 2014. D’où l’affluence, prévisible et réelle, ce jeudi,

d’abord à l’entrée, avec ce qu’il fallait pour combler le petit creux du dîner, avec les propositions à manger et à boire du « food truck » mirevalais de « l’Art du Pain »

et la buvette du CCLM,

Y avait-il plus souriante qu'Elodie Saos, ce soir-là?!

où à l’accueil,  de souriantes élues  s’activaient à servir le café. Enfin, l’adjoint au maire, Jean-Pierre Demollière, apportait avec son nom deux autres sympathiques…. molière, à cette pièce d’Alexis Michalik, jouée au Studio des Champs Elysées.

C’est alors devant une salle pleine d’un public en attente de surprises que les cinq comédiens du Porteur d’histoire l’ont tout suite intégré, ce public, dans son introduction sur la définition de l’histoire, du récit et de la fiction. Car d’histoire, il en a été fort question. D’histoires, même, d’Histoire de France et du monde, au cours d’un voyage dans le temps et la littérature, dans lequel les trois comédiens et deux comédiennes, ont emmené un public haletant et accroché à chaque rebondissement, à chaque « ouverture de tiroir », habilement construits par l’auteur, pour à coups de « flashs back » nous faire faire des aller-retour entre la Bible, les grands auteurs du XIXè siècle-comme Alexandre Dumas, omniprésent, et de grands personnages historiques-comme Marie-Antoinette- ou légendaires, tous joués dans les variations de lumières d’un décor sobre et minimum et des changements de costumes à la Arturo Brachetti, presque, chez des acteurs bouillonnants d’activité, au meilleur de leur forme et dans une mise en scène millimétrée.

Le fil de l’histoire, celle contée par le héros principal, n’était pas toujours facile à suivre, à cause de ce jeu incessant de références littéraires et historiques  qui se nouaient entre elles parfois, mais –était-ce voulu-cela obligeait le spectateur à s’accrocher fermement au jeu des différents personnages, encore une fois remarquablement joués par les cinq comédiens, des comédiens, qui ont été justement salués par une salve d’applaudissements finaux pour leur production artistique.

 Vraiment, ce Centre Culturel Leo Malet, avec de telles initiatives, est en train de gagner ses lettres de noblesse en matière de culture théâtrale, ce dont notre agglomération a le plus grand besoin, la fréquentation de ce soir-là en étant la preuve.

P.M.

 

Plantations et dégustation avec Terre Apiane et Am Stram Gram

Am Stram Gram Mireval est une association d'assistantes maternelles qui va planter des pieds de vignes de raisin de table bio avec Terre Apiane ,

Ce projet a été pensé et étudié depuis un an  De très gentils propriétaires ont prêté leur jardin , pour faire un potager
Bio avec les enfants. L'association a fait installer un second composteur et  les parents se sont laissé prendre au jeu pour le tri, ce qui comble d'aise les responsables d'Am Stram Gram, qu'anime Mme Telhinos avec son équipe.

Tout le monde à Mireval connaît l'attachement au terroir qui est la raison d'être de Terre Apiane et de sa présidente, Florence Monferran. L'originalité de cet événement de vendredi n'a d'égal que sa grande valeur symbolique et pédagogique de transmission aux jeunes générations de l'esprit, des gestes et des techniques qui permettront la pérennisation  de ces valeurs rattachées au vignoble et à son enrichissement, par le travail et la volonté de celles et ceux qui y consacrent leur vie.. Muscats, raisin de table, diversification des produits, le terroir de Mireval bouge dans la tradition qui en fait sa valeur et Terre Apiane est là pour la soutenir, cette tradition, l'enrichir, la transmettre, en pratique, comme en pédagogie et la soirée de vendredi sera encore là pour le montrer.

P.M.

Mireval : lien social et marche au grand air pour une bonne mémoire.

Ce sont quelque 70 personnes qui ont assisté jeudi matin, au Centre Culturel Léo Malet, à la conférence de Mme Fruchier, au nom de l’ARCORED, sur « les troubles de la mémoire ».

Après avoir convaincu son public qu’effectivement, on pouvait parfois avoir des problèmes de mémoire pour retenir des noms propres ou des dates, Mme Fruchier, en bonne pédagogue qu’elle est a développé ses explications et arguments pour que nous puissions, tous tels que nous sommes, aider la mémoire à mieux travailler, à s’entretenir et ….à ne pas la perdre.

La mémoire, ou plutôt les mémoires- immédiate et à long terme- est la fonction la plus importante du cerveau. Son vieillissement n’est pas le même pour chacun et les cinq sens peuvent contribuer à la faire vivre. Et tout de suite un excellent remède, utilisable facilement par tous, pour Mme Fruchier : marchez trois fois par semaine pendant vingt minute, pour absorber la lumière et l’oxygène pour entretenir cette mémoire. Maintenir les cinq sens en état c’est aussi les activer.  La mémoire immédiate est sensible aux émotions. On ne perd pas des neurones, le cerveau pouvant en fabriquer, ce sont des connexions entre eux que l’on perd. Il faut donc veiller à son capital santé et stimuler ces connexions en permanence car elles « s’effacent » si on ne s’en sert pas. Avec l’âge, bien sûr, il y a un ralentissement des capacités. D’où le deuxième grand remède préconisé par la conférencière : ne pas rester isolé. Plus on reste isolé, plus les pertes de mémoire risquent de survenir. Il faut donc se construire un réseau social, qui nous évitera la dépression et donc la perte de mémoire, encore.

En cas de trouvles, on trouve en Languedoc-Roussillon, quinze centres de consultation où des psychologues, des neurologues, et des gériatres font passer des tests sur des pathologies dégénératives. Mais ne nous alarmons pas puisque 80% des personnes qui consultent n’ont pas de problèmes.

Avec Mme Fruchier, on trouvait dans le public, Mme Bruneau, représentant l’association « France Alzheimer 34 » qui tient aussi des permanences, pour informer, soutenir psychologiquement et former (gratuitement) des « aidants familiaux » pour ce presque million de personnes qui en France sont atteintes de la maladie.

Les derniers conseils n’étaient alors pas des moindres : ne restez pas isolés, ayez confiance en vous, avec une idée positive de vous-même, créez du lien social-dans des « ateliers mémoire » (il y en a un à Poussan et le bassin de Thau va en créer d’autres), faits aussi pour ça, faites-vous de nouveaux  amis et faites travailler vos connaissances.

Pour créer du lien social, Céline Bourelly  élue, (au centre) est experte!

On pouvait presque passer à ces ‘travaux pratiques » en restant  au verre de l’amitié, gentiment servi par quelques éluesde Mireval après la conférence.

P.M.

Mireval: moi j'voudrais manger à la cantine...

Le tenue en salle du conseil de la mairie de Mireval, ce mardi soir,  de la « commission menus » du SIVOM de Frontignan, s’est révélée très intéressante.

Présidée par l’élu mirevalais délégué à la commission, Gilles Guy et surtout par Catherine Mauran-Frontin, diététicienne, responsable de la Cuisine Centrale de Frontignan, cette commission est composée d’élus, d’un technicien (manifestement, le chef cuisinier), de membres de l’Education Nationale, de parents des fédérations de parents d’élèves et, oui, d’enfants, à raison de deux par commune du SIVOM.

Mme Mauran (2è gauche) parle de la Cuisine Centrale.

Mme Mauran a commencé par présenter l’unité de la Cuisine Centrale qu’elle dirige et qui produit quelque 2000 repas par jour, 85% étant servis aux enfants des cantines du canton et aux crèches de Frontignan, en « liaison chaude », c’est-à-dire que ces repas préparés sont servis le jour même dans les dix restaurants scolaires du canton.  17 personnes travaillent à la Cuisine centrale, laquelle a servi 302 000 repas en 2014.

Entrons alors dans les détails : les menus sont prévus sur 8 semaines (on connaît déjà le menu du 8 mai !) et doivent bien sûr respecter des normes quantitatives et qualitatives édictées par le « P.N.N.S. », le Plan National Nutrition Santé, qui recommande par exemple de servir légumes, féculents, charcuteries…sur un rythme bien défini. Ces normes changent tous les 3 ans, quand il s’agit par exemple de lutter contre le trop sucré, le trop salé, de faire manger 5 fruits et légumes par jour, ou d’inciter à l’exercice physique…

Du bio tous les jours

Dans les menus, on trouve un élément bio chaque jour et le bœuf qui est servi( de l’Aveyron ou de Lozère) est toujours bio .. Les denrées sont 100% bio pour les crèches. Le bio représente 18% du budget dans la préparation des menus et ce pourcentage augmente tous les ans. Les circuits courts, dans la mesure du possible, ont aussi tendance à être favorisés pour l’approvisionnement en produits frais, comme les fruits et légumes de la région, quand c’est la saison.

Un « menu alternatif », c’est-à-dire sans viande est servi une fois par mois. Des légumes secs avec des céréales remplacent alors aisément les 8 acides aminés de la viande.

Les fromages sont servis « à la coupe », deux fois par semaine. Fini les emballages plastique ! 80 sortes de fromages sont servies sur l’année.

Les enfants ont leur mot à dire. Après tout, pourquoi pas?!

Lutte contre le gaspillage

Chaque jour, des fiches qualité sont remplies par les responsables des restaurants scolaires. La quantité ( de « insuffisant » à « suffisant ») et la qualité, notée de 1 à 4, permettent alors à la source, de « rectifier le tir » comme l’a dit Mme Mauran. Cela permet aussi de combattre le gaspillage en faisant des prévisions plus justes en matière de « grammage » des portions servies, en estimant les restes ( de pain, de légumes verts…), en faisant de la « production en différé », en étudiant les périodes de fréquentation des enfants et en sensibilisant les enfants au goût par le biais des personnels de service et d’animation dans les cantines. Mais il s’avère que toute une éducation des enfants doit continuer à se faire, toutes sortes d’éléments formant un contexte qui peut les influencer pour accepter ou refuser tel ou tel plat.

Quand on passe aux avis des principaux concernés, les enfants, on s’aperçoit effectivement que la lutte va être longue pour faire accepter les salsifis, le céleri rave, les haricots verts bio (surgelés)-les haricots en boîte étant préférés, les épinards en branche- on demande plutôt des hachés- ou la ratatouille!-Les tielles seraient aussi « trop  épicées » ? On va rectifier ! L’aligot n’a pas convaincu non plus. Comme la gardiane de taureau (« trop dure »), les cubes de saumon ou le gratin de chou-fleur ! On va alors  revoir la formule. Ce qui est surprenant aussi, ce sont les remarques, un peu plus critiques, au restaurant de Vic, alors que tout le monde est servi à la même enseigne. A Vic, on demande plus de pâtes et plus de frites, mais là c’est difficile pour des frites chaudes, dans la mesure où l’on sert des plats à + de 63° ou à moins de 5°C  d’où les pizzas qui ont été parfois été trouvées « froides ». A Vic, les épinards et les petits pois, ne sont pas très au goût des enfants, qui avaient leur porte-parole ce mardi, en possession d’un sondage chiffré auprès de ses camarades!

Ces échanges en commission ne peuvent que se révéler fructueux pour l’amélioration des menus et du service, toutes choses que la Cuisine Centrale du SIVOM est manifestement prête à entendre et on vous assure que cela se voit dans les prochains menus. Allez, juste un petit exemple : le menu du mercredi de la semaine 18 ( du 27 avril au 1er mai) : salade de pâtes, poulet (label rouge), brocolis au gratin, camembert BIO et fraises. Bon appétit les enfants. On mange tout et on ne jette rien surtout !

P.M.

 

Mireval:12 points débattus au conseil municipal

   Les chaises étaient chères pour le public d’une vingtaine de personnes à ce conseil municipal du lundi 2 mars à la mairie de Mireval, conseil qui a vu passer Magali Ferrier, maire de Vic, dans ce public, en début de conseil, lequel était au complet, pour débattre et voter sur les 12 questions à l’ordre du jour.

1)    Une convention va être signée entre les deux maires de Mireval et de Villeneuve-lès-Maguelone, pour la mise en place d’un « RASED » (Reseau d’Aide Spécialisépour les Elèves en Difficulté) composé d’un spychologue scolaire et d’une enseignante spécialisée qui va fonctionner par tacite reconduction mais va entraîner des frais de fonctionnement : 400€ pour Mirevalet 600€ pour Villeneuve. Voté à l’unanimité.

2)    Réaménagement de la dette de la commune à la Caisse d’Epargne. Après les contacts pris avec la banque, 10 prêts  pour un montant total de 2 millions d’euros vont être réaménagés . L’opération se révélait indispensable après que « les conseils de l’ancienne trésorerie n’ont pas été suivis », ce qui obérait les capacités d’investissement de la commune depuis 2008, des investissements qui seront alors possibles d’ici deux ou trois ans après les économies réalisées,. Après une question de Robert André, le maire a précisé : « Cela devrait libérer environ 35000€ par an … », avant de compléter   « cela fait un endettement de 620€ par personne dans la commune, ce qui nous met dans la moyenne nationale et cette situation est le cas pour 80% des communes françaises ». L »opposition s’est abstenue sur le vote.

3)    Ont ensuite été votées les indemnités du personnel administratif  pour les élections de 2015 : un forfait de 300€ par tour et le même montant en heures supplémentaires pour les autres membres du personnel. Voté à l’unanimité.

4)   Le futur règlement intérieur du conseil municipal devait être aussi voté. Pas obligatoire pour une commune de moins de 2500 habitants, il a été élaboré selon les dispositions légales. Ce qui a fait dire à Robert André (opposition) que certaines étaient « un peu étriquées » (concernant les 10mn de réponses aux questions orales) mais qu’on verra bien à l’usage… » M.André et Mme Raison ont voté contre ce règlement.

5)    Une période un peu plus longue a été consacrée au vote à bulletin secret des deux représentants de la commune à la crèche « Chapi- Chapo ». Trois candidats : Gilles Guy (majorité), Valérie Levasseur et Christine Raison (opposition). Gilles Guy et Valérie Levasseur ont été élus.

6)   Des débats un peu plus fournis et argumentés ont suivi pour l’intégration de la voirie des Jardins de la Gardiole dans le domaine public communal. Après l’exposé de Jean-Pierre Demolière, M.Viala(opposition) a objecté qu’une voie de ce lotissement mène vers deux privés et «  si nous reprenons cette voirie, le même cas risque de se reproduire dans une dizaine d’autres endroits… ». Robert André  s’est aussi demandé pourquoi le commissaire enquêteur avait refusé par le passé cette intégration….et que finalement, les mirevalais vont payer…. ». Jean-Pierre Demolière a répondu qu’ « il fallait avancer, au vu de l’état de ces voies.. ». L’opposition s’est abstenue.

7)   Une subvention de Thau Agglo de 2013 n’ayant pas été liquidée pour travaux de voirie dans le village, il a été proposé de procéder à des travaux sur le chemin de Fon Sorbière pour un montant de 96 000€, (avec 28 000 € de subventions). 2 abstentions (Le Devoir de réussite pour Mireval)

8)   Un groupement de commandes avec Hérault Energies (Conseil Général) va être effectué pour la fourniture de gaz et d’lectricité, ce qui va créer une opportunité pour obtenir de meilleurs prix, tout en maintenant la qualité, mais ne concernera que le Centre Culturel Léo Malet. Unanimité pour le vote.

9)   Le rapport d’activité 2013 du Syndicat du Bas Languedoc pour l’eau a été communiqué aux élus. Pas de délibération.

10)                    Laurence Bourrier a présenté un rapport sur l’établissement d’un « site-vitrine » de l’environnement mirevalais aussi riche que fragile avec ses zones humides et les ruisseaux qui le parcourent. Dans une démarche durable, des économies d’eau vont être réalisées avec une évolution des pratiques phytosanitaires, en achetant du matériel alternatif aux pesticides, pour un coût total  de 25 000€ avec les plantations, l’Agence de l’eau prenant 80% à son compte et la commune, 5000€. La »vitrine » se situera à l’ entrée du village, derrière le Centre Culturel et l’on y trouvera des panneaux explicatifs pour inciter la population à utiliser les mêmes pratiques chez eux. Voté à l’unanimité.

11)                    Ont ensuite été présentés par M.Descoux, les tarifs de location du Foyer des Campagnes. Ceci pour une utilisation des leix « plus rationnelle et plus égalitaire » a commenté le 1er adjoint. Et de compléter « cette structure doit servir au plus grand nombre, avec un calendrier prévionnel pour les lotos et les AG….mais les résidents de Mireval pourront aussi l’utiliser gratuitement pour raisons familiales….Pas d’opérations commerciales et des tarifs : 4 utilisations gratuites pour les associations de Mireval ; au-delà 150€ par jour ou 250€ pour deux jours. Voté à l’unanimité ce point a permis à Robert André de remercier les auteurs du rapport pour avoir tenu compte de ses précédentes remarques.

12)                    Les anciens tarifs de 2008 de la buvette du Centre Culturel ont été remis à jour.

Dans les questions diverses, Robert André a reposé la question du garage municipal chez les pompiers. Christophe Durand lui a répondu qu’il n’y a pas encore eu de décision prise, le centre de secours appartenant au SDIS (Conseil Général) et que les pompiers étaient payés lors des manifestations où ils doivent être présents (800€ pour le Trail de Mireval, 400€ pour la St Jean…d’où la gratuité qui sera demandée par la suite.

La présence des élus pour la tenue des urnes aux prochaines élections va aussi être prise en compte.

P.M.

Quand Mireval rime avec Cap Canaveral

Il y avait ce mercredi matin à Mireval, un ciel à lancer des fusées. Justement c’est ce que les formateurs et futurs animateurs des Francs Camarades  de l’Union Régionale du Languedoc-Roussillon, de l’antenne de Montpellier, se sont ingéniés à faire sur une prairie bien dégagée en dehors du village et « à l’écart des biens immobiliers » comme le précisait bien évidemment le formateur responsable des Francas, Gianni.

Un matériel impressionnant pour la mise à feu et le calcul de la hauteur

Etaient présents six animateurs Francas d’associations héraultaises et une de Mireval. Avec chacun(e) sa fusée, fabriquée en amont au Centre Culturel Leo Malet, à poser sur le pas de tir du terrain, avant le compte à rebours et le lancement  dans un ciel d’un bleu pur.

et les fusées, de tous modèles

Un tube, un réservoir avec du propergol et une résistance electrique, des ailerons, du coton et un parachute auto-dégradable, telle était la composition de ces fusées à lancer, fabriquées selon des hypothèses personnelles sur l’engin, sans posséder au départ tous les éléments d’une fusée stable. Le grand pédagogue Celectin Freinet aurait été là, il aurait déduit que son fameux « tâtonnement expérimental » qu’il prônait auprès des enfants, avait vraiment été utilisé par le formateur et ses élèves, eux-mêmes appelés après, à procéder de même avec les enfants des centres de loisirs dont ils seront chargés quand ils auront reçu l’agrément pour la construction de ces micro-fusées.

Tout ce travail nécessitant un peu de mathématiques comme la connaissance des angles et de la trigonométrie, l’activité s’adresse plutôt à des enfants à partir de 9-10 ans. C’est pourquoi les Francas sont en partenariat avec « Planète Sciences », qui veut rendre les sciences accessibles au plus grand nombre., par le biais de cette activité de recherche d’hypothèses, de réflexion, de correction des données de vol pour aboutir à la fusée idéale, qui ne « vrille » pas, qui ne fait pas de « looping », comme nous l’avons vu parfois, bref une fusée qui partira bientôt pour Mars…..le mois, bien sûr !

P.M.

C'est parti!

 

Quand les élus retournent à l'école...pour la cantine.

Une petite bise sèche et fraîche mais ensoleillée a poussé les élus de Mireval vers la cantine des écoles, ce jeudi midi.

L'équipe municipale retrouve l'école.

C’est en effet le maire, Christophe Durand, entouré d’Agnès Salvayre, adjointe à l’enfance, à la jeunesse et à l’éducation, Stéphanie Camilleri, adjointe à la solidarité,  Céline Bourelly, déléguée aux festivités, Gilles Guy, délégué aux finances et Robert Huillet, délégué à l’éducation et de deux parents d’élèves invités, qui ont eu le plaisir de pénétrer dans l’enceinte réconfortante du restaurant scolaire des écoles pour déjeuner avec les enfants.

Bien sympathiques, les grands

Dans la grande salle de restauration, une cinquantaine de maternelles d’un côté du rideau anti-bruit et une centaine de primaires de l’autre. Le tout, dans une ambiance bien éloignée de l’hystérie traditionnelle propre aux cantines du midi. Du calme, de la détente et la manifestation d’une gentillesse propre à celle des jeunes mirevalais.

...et chez les petits.

Mais ces adultes, voyons, ce n’est pas si habituel, disaient ces grands yeux interrogateurs ! « Monsieur le Maire ? C’est lequel ? » a-t-on entendu à l’entrée ! Bon, encore un peu de communication et le problème sera réglé ! Allons, passons à l’entrée : une salade de concombres-maïs ; puis au plat principal, un filet de poisson sauce safran avec pommes de terre campagnardes et enfin au dessert, des petits-suisses. Un menu qui a vue d’œil n’a pas semblé poser de problèmes. Mais s’il y en a un, le (la) chef de table lève le « carton-corsaire » pour faire intervenir une dame de service du personnel municipal et les choses se traitent en douceur, vite et bien !

L'ancien directeur de l'école, Robert Huillet, plus de trente ans après, encore présent....comme élu.

« Mesurer les ressentis, échanger avec les enfants et les parents sur les plats et le service, pour travailler à d’éventuelles améliorations… » tel est, selon Gilles Guy, vice-président de la commission adéquate, le désir de communication du SIVOM, qui gère la Cuisine Centrale de Frontignan, laquelle livre 2500 plats en liaison chaude chaque jour sur Frontignan, Balaruc, Vic et Mireval. Voilà donc une intention louable  pour gérer ces instants aussi d’importance dans la journée des élèves et un geste concret chez des élus qui par leur présence ici, montrent leur intérêt pour la vie de leurs concitoyens.

les fameux "cartons" levés, pour une demande.

Un service impeccable...

...et des élus, souriants,  qui vont partager le repas des enfants.

P.M.

 

Au M.G.A., une championne régionale, Mathilde Descoux

 

Mathilde, au centre, lors d'un récent entraînement,
très bien entourée, de Elisa et Robin.

Le Mireval Gardiole Athlétisme, le jeune club qui forme les jeunes athlètes mirevalais aux différentes disciplines de l'athlétisme, a de quoi être fier de ses récents résultats en matière de course à pied et les dirigeants se veulent optimistes sur le cours des choses au club, un club où l'entraînement est régulier et encadré par une équipe de bénévoles dévoués et compétents.. C'est donc le week-end précédent que le M.G.A. participait aux championnats régionaux de cross à Rouffiac, en Lozère, avec trois de ses jeunes athlètes et parmi eux, Mathilde Descoux, qui avait déjà terminé 2è au championnat départemental de Béziers, le 11 janvier. Pour les trois jeunes, c'était une première en matière de participation à un championnat de ce niveau. Et puis, il ne faisait pas chaud et le vent soufflait (mais il soufflait pour tout le monde!) sur ce parcours lozérien sélectif. Et c'est dans ces conditions que Mathilde Descoux, que l'on avait sentie très motivée lors d'une séance d'entraînement sur le stade de Mireval, qui a crânement tiré son épingle du jeu, en remportant le titre chez les benjamines, en devançant, devinez qui, celel qui l'avait battue à Béziers! Dans la même course, Elisa MABILEAU, au prix d’un bel effort, s’est tout de même positionnée à la 42ème place et en benjamin, Robin CAMILLERI s’est classé 45ème. Ces résultats sont de bon augure pour les futurs cross organisés prochainement à Villeneuve- lès- Maguelone et à Mireval et pour la saison estivale sur piste.
Ajoutons qu'au Trail des sangliers, sept filles du M.G.A. ont participé à l'épreuve balarucoise, au label national, motivées qu'elles étaient par leur coach, Jean-Michel Roiron (également connu comme l’organisateur du Marathon de Montpellier, entre autre). Sur le parcours de 27km, Laëtitia CHUZEVILLE-HENRY termine en 3h41, malgré le vent glacial, accompagnée sur la fin de la course par le coach et les copines du M.G.A. Sur le parcours de 14km, Laurence MARIAN, malgré une chute, a fini en 1h38, Agnès OLLIVIER en 1h43, Nadège SCUDIER en 1h45, Sophie BRICOUT, Sophie GBICK et Carla GUITER en 1h54, un joli tir groupé. L'équipe, très motivée, s’est déjà donné rendez-vous pour le Trail de Vailhauques, le 22 février et la course des Pyramides le 1er mars Le M.G.A.? Les Meilleures Gagneuses à l'Arrivée!

P.M.

Avec l'APAVH, le beau Domino, est à l'adoption

domino44

"Je m'appelle Domino, on m'a récupéré dans la rue. Depuis j'ai été castré et je suis aux petits soins dans ma famille d'accueil, j'ai une très belle frimousse avec un petit grain de beauté près du museau. Je suis certainement le plus gentil des minous, d'ailleurs ma douceur se lit dans mes beaux yeux clairs . J'ai environ 2 ans, je suis une vraie crème de chat et je cherche une famille pour la vie plutôt dans une maison avec un jardin, je suis très sociable et je m'entends avec d'autres chats sans problème.

Même si je suis un peu craintif, je n'ai aucune agressivité. Je suis gourmand, propre, je réponds à mon nom, je ronronne facilement et je dors avec ma famille d'accueil toutes les nuits pour son plus grand plaisir.Bref, je suis un bon gros patapouf plein d'amour.

Pour mon adoption, on vous demandera une participation pour mes frais d'identification et de stérilisation...

» Echos/associations