L’alimentation : grande cause régionale 2018 en Occitanie

L’alimentation est un sujet de la vie quotidienne pour nos concitoyens. Ils attendent de la puissance publique des actions en matière de santé publique, de qualité des produits, mais ils se questionnent également en termes d’impacts sociétaux, économiques, agricoles, environnementaux, de lien social, d’éthique, et de sauvegarde de notre territoire.

Participez à la phase de consultation en répondant au questionnaire en ligne (cliquer ici)

 

En Occitanie, le domaine de l’alimentation représente un secteur économique essentiel, avec près de 2000 entreprises agro-alimentaires et exploitations agricoles qui emploient 164 000 personnes, soit le premier employeur régional.

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a donc décidé de faire de l’alimentation la grande cause régionale de l’année 2018 et proposera prochainement un grand plan régional destiné à accompagner tous les acteurs du secteur alimentaire, lequel sera concerté avec les citoyens.
Ce plan proposera des actions à finalités économiques, environnementales, sociales, sanitaires et culturelles.

Une politique régionale concertée avec les habitants de l’Occitanie

La construction d’une politique régionale de l’alimentation s’appuie d’abord sur une grande concertation : celle-ci a commencé dès la fin de l’année 2017, avec des débats et des rencontres avec les professionnels des filières agricole et agro-alimentaire, des organismes représentant les consommateurs et des experts.

Cette démarche entend faire émerger les enjeux du futur plan alimentation et a pour objectifs de :

  • favoriser la mise en place progressive d’un cercle vertueux de reconquête de la relation entre consommateurs et producteurs locaux ;
  • permettre au plus grand nombre, notamment les personnes vivant avec un revenu faible et étant en situation d’insécurité alimentaire, de disposer d’une alimentation de qualité, saine et équilibrée, à des prix socialement acceptables ;
  • structurer et développer les filières économiques de proximité, en adaptant la production locale à la demande régionale et en favorisant des prix plus rémunérateurs pour les producteurs ;
  • renforcer les achats effectués par les lycées en matière de restauration collective en faveur de l’achat local et bio ;
  • préserver l’environnement et favoriser la transition énergétique.

Parallèlement, il s’agit aussi de sensibiliser les consommateurs, les jeunes notamment, pour manger mieux et d’accompagner leur prise de conscience quant à leur rôle de citoyens-acteurs économiques susceptibles d’orienter l’évolution des modes de production et de distribution.

Le Plan Alimentation sera finalisé fin 2018-début 2019. La Région y proposera des actions concrètes, touchant à l’économie et à l’environnement, au social, à la santé et la culture.

Déjà, elle a contribué aux États Généraux de l’Alimentation lancés par le gouvernement en juillet 2017. En novembre, elle a voté le « Plan Bi’o 2018-2020 », pour introduire 40% de produits locaux et bio dans les cantines des lycées d’ici 2021.

Elle a adopté des outils d’aides à l’installation, la transmission et la compétitivité des entreprises agricoles.

Dossier « Le meilleur de l’agriculture régionale »

Les étapes de cette démarche

JPEG - 9.5 ko

  • De décembre 2017 à février 2018, les thèmes et objectifs de cette concertation régionale ont été abordés et décidés par les élus régionaux en lien avec les acteurs du domaine alimentaire et des experts (associations de consommateurs, etc…).
  • De mai à octobre, une vingtaine de réunions territoriales seront organisées dans plusieurs communes de tous les départements d’Occitanie.
  • A l’automne, seront présentés différents axes de politiques régionales en matière d’alimentation qui seront soumis à la votation des habitants d’Occitanie.

Par la suite, la Région Occitanie fixera le Plan régional de l’alimentation et déterminera ainsi les actions concrètes de la Région en la matière.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations