Occitanie

Carole Delga ouvrira la 12e édition du Salon EnerGaïa

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, aux côtés d'Arnaud Leroy, président de l'ADEME, ouvrira le Salon EnerGaïa 2018 qui se déroulera à Montpellier les 11 et 12 décembre prochains.

 OCCICapture

Rendez-vous d'envergure nationale et incontournable pour les acteurs de la transition énergétique, le Salon EnerGaïa est une véritable vitrine pour les entreprises régionales et pour l'action de la Région. Avec 160 exposants et près de 5500 visiteurs attendus (entreprises, collectivités, donneurs d'ordre, associations, etc.), cette nouvelle édition confirme la montée en puissance du salon. Rendez-vous d'affaires, conférences, tables rondes, ateliers, rencontres...le salon EnerGaïa propose un programme complet permettant à tous les acteurs de la filière d'échanger et de s'informer.

 De nombreuses personnalités participeront, durant ces deux jours, à cette 12e édition du salon Energaïa, dont Stéphane Levin, explorateur scientifique et auteur, et Mathieu Baudin, directeur de l'Institut des futurs souhaitables. Yvan Bourgnon, navigateur de courses au large, viendra par ailleurs présenter le Sea Cleaner, bateau du futur pour lutter contre la pollution des océans.

 « Cette année encore la Région est le premier partenaire de cet évènement fédérateur. Les initiatives présentées durant ces 2 jours démontrent que la transition écologique et énergétique est l'affaire de tous. Chacun, citoyens, entreprises et collectivités, avons aujourd'hui un rôle à jouer pour faire de cette transition une réalité. C'est cet esprit qui guide l'action régionale, il est au cœur du projet que nous portons pour faire de l'Occitanie la première région à énergie positive d'Europe », a déclaré Carole Delga.

 La Région, en sa qualité de chef de file dans les domaines de l'énergie, de l'air et du climat, accompagne les territoires et les citoyens, pour les rendre acteurs de la transition énergétique. Depuis 2016 elle a notamment accompagné 24 projets citoyens, et se tient aux côtés des particuliers et des entreprises pour soutenir leurs projets énergétiques. Au total, plus de 31 M€ ont été mobilisés en 2018 pour la transition énergétique en Occitanie.

 Programme:

 Mardi 11 décembre

 10h00 : ouverture du Forum par la Présidente de Région

10h30 : table ronde « Osons la Transition ! Vers de nouveaux imaginaires »

14h00 : Assises Régionales de l'Énergie « Ensemble, devenons la première Région à énergie positive, Osons la Transition ! », présidées par Agnès Langevine, vice-présidente en charge de la transition écologique et énergétique

 16H30 : annonce des lauréats des appels à projets « Energie renouvelable coopérative et citoyenne 2018 » et «Collectivités pilotes pour le développement de projets d'énergies renouvelables territoriaux» par Agnès Langevine, et Michel Peyron, Directeur régional de l'Ademe

19h : annonce des lauréats des Trophées Energaïa par Agnès Langevine, sous le parrainage d'Yvan Bourgnon

 Mercredi 12 décembre

 9H30 : conférence «L'avenir de l'Eolien Offshore Flottant en Occitanie». Ouverture par Agnès Langevine

12h30 : annonce des lauréats de l'appel à projets « Autoconsommation d'électricité photovoltaïque », par Agnès Langevine, et Michel Peyron

 

 

1er trajet direct en TER entre Toulouse et Perpignan

Dimanche 9 décembre, participez au 1er trajet direct en TER entre Toulouse et Perpignan

 Dimanche 9 décembre, Jean-Luc Gibelin et Agnès Langevine, vice-président.e.s de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée respectivement en charge des transports et de la transition écologique et énergétique, inaugureront le 1er train régional direct entre Toulouse et Perpignan. Une nouveauté pour les usagers, rendue possible grâce à la nouvelle convention TER négociée par la Région.OCCICapture

 « Ce que nous avons obtenu pour les habitants de l'Occitanie est important. Ce trajet direct entre Toulouse et Perpignan, 3e aire urbaine de la région, était indispensable pour bon nombre de nos concitoyens qui font régulièrement des allers-retours entre la Haute-Garonne, l'Aude et les Pyrénées-Orientales. Cette nouvelle liaison incarne la nouvelle région et cette nécessité d'assurer un aménagement équilibré du territoire. L'Occitanie connait depuis 2002 une augmentation continue de la fréquentation de ses TER (+60%). Dans la nouvelle convention TER, à la différence des autres régions, j'ai fait le choix d'accentuer le développement de l'offre ferroviaire, un mode de transport collectif peu onéreux et respectueux de l'environnement », souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée.

 A partir de dimanche 9 décembre, les liaisons TER directes Toulouse-Carcassonne-Narbonne-Perpignan, demandées dans le cadre de la nouvelle convention TER par la Région Occitanie, seront opérationnelles : 5 trains par jour en semaine

Toulouse 9h15 - Perpignan 11h40

Toulouse 11h15 - Perpignan 13h40

Toulouse 17h55 - Perpignan 20h11

Perpignan 7h21 - Toulouse 9h45

Perpignan 15h21 - Toulouse 17h43

En 2020, l'offre sera renforcée entre les agglomérations afin d'atteindre les 6 allers-retours par jour sans changement (et autant avec correspondance à Narbonne) demandés par la Région, soit 24 liaisons par jour (équivalent à Intercités + TGV + TER sur Toulouse-Montpellier).

Par ailleurs, les correspondances entre le réseau liO et celui de Catalogne seront améliorées. Un travail est actuellement mené entre la Région Occitanie et la Generalitat de Catalogne et entre la direction territoriale SNCF Mobilité Occitanie et son homologue espagnol.

12 exposants héraultais se préparent pour REGAL

Le salon du bien vivre et du bien manger d'Occitanie

 

Le salon REGAL (REncontres Gustatives, Agricoles et Ludiques) créé et organisé par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, ouvrira ses portes le 13 décembre prochain, à Toulouse. 12 producteurs et exposants de l'Hérault seront présents pendant toute la durée du salon pour présenter en direct leurs produits d'exception.

 RÉGAL est le plus grand marché d'Occitanie, avec une large présentation de la diversité des produits de qualité, des spécialités traditionnelles et des savoir-faire agricoles emblématiques de la région. Le salon se déroulera du 13 au 16 décembre 2018, au Parc des expositions de Toulouse, et devient cette année entièrement gratuit.

 Près de 200 exposants et producteurs des 13 départements d'Occitanie, dont 12 de l'Hérault (voir liste ci-dessous), seront présents pendant 4 jours avec plus de 550 produits à la dégustation et à la vente. La richesse et l'authenticité de l'Occitanie seront également à l'honneur à travers les produits « Sud de France », 1/3 des exposants présents cette année étant référencés sous la marque régionale. RÉGAL c'est aussi 100 animaux à découvrir dans La Ferme, plus d'une centaine d'animations culinaires, gastronomiques et sensorielles, 20 conférences, rencontres, et débats sur les thèmes de l'agriculture et de l'alimentation.

 « L'alimentation, le bien produire et le bien manger sont plus que jamais des préoccupations majeures dans notre région. Je suis convaincue que c'est en renouant des liens directs entre consommateurs et producteurs, en recréant de la confiance, que les citoyens pourront se réapproprier ce qu'ils mangent et les territoires ce qu'ils produisent. C'est tout le sens de REGAL, LE salon du bien vivre et du bien manger d'Occitanie. Cette opération s'inscrit pleinement dans la dynamique de la grande consultation citoyenne que nous avons lancée pour bâtir notre futur Pacte Alimentation », a déclaré Carole Delga.

 

Nouveau : cette année le salon REGAL devient entièrement gratuit (sur inscription)

Une invitation sera demandée à l'entrée du salon. Les inscriptions et le téléchargement des invitations sont d'ores-et-déjà possibles sur le site :

www.regal.laregion.fr

 Retrouvez les principales nouveautés de l'édition 2018 du salon REGAL

Les producteurs et exposants héraultais à retrouver cette année au salon RÉGAL :

 

-ETS LOUISE de BAILLARGUES : Fougasses, Chausson frita, Sacristain Royal Amande

-FONT DE MAZEILLES de SAUVIAN : Olives Lucques ; Olives picholines ; Olives noires ; Tapenade verte ; Délice olives tomates, pruneaux, ail/basilic ; Huiles d'olives cuvées Divine et Parfum d'Oc ; Huiles d'olives monovariétales

-DOMAINE DE GALINENQUE de BEZIERS : Olives Lucques du Languedoc ; AOP Huiles d'olives cuvée L'oustal et monovariétales ; Confit d'oignons ; Oignonade aux olives noires ; Tapenades ; Pissaladière             

-MAISON ROUX de MONTPELLIER : Biscuits macarons recette à l'ancienne du Languedoc AB

-LES APEROS BIO de MONTPELLIER: L'Original « Les Apéros Bio » AB

-HUILERIE CONFISERIE COOPERATIVE DE CLERMONT L'HERAULT : Olives Vertes Lucques du Languedoc AOP, Huile d'olive, tapenade

-ETS ARCELLA de MARSEILLAN : Huîtres - AOP en cours

-DOMAINE GALTIER de MURVIEL-LES-BEZIERS : AOP St-Chinian - AOP Languedoc

-LES CELLIERS D'ONAIRAC d'OLONZAC : AOP MINERVOIS - IGP PAYS D'OC

-CLOS CENTEILLES de SIRAN : AOC MINERVOIS

-MAS RENE GUILHEM de CLERMONT-L'HERAULT : AOP Languedoc

-INTER OC : IGP Pays d'Oc

 

Les élus du littoral mobilisés autour dU littoral

Occitanie :  la pratique des activités nautiques

Retour sur le séminaire du 6 novembre 2018 à Port-Leucate

Le séminaire d’information à l’attention des Maires du littoral sur le thème « votre responsabilité en matière d’application de la réglementation sur la pratique des activités nautiques en zone littorale», co-organisé par le Pôle-relais lagunes méditerranéennes, Rivages de France et l’Agence Française pour la Biodiversité s’est tenu le 6 novembre dernier à Port-Leucate.

Agnès Langevine, 3ème vice-présidente régionale de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée en charge de la Transition écologique et énergétique, de la Biodiversité, de l’Économie circulaire et des Déchets, Bernard Devic, Vice-Président de Rivages de France, Président du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée et Michel Py, Maire de Leucate et Président du syndicat RIVAGE, ont fait l’honneur de leur présence et ont ouvert le séminaire. En fin de séance Michel Moly, 1er Vice-Président du Département des Pyrénées-Orientales, Canton de la Côte-Vermeille et Président du Parc Naturel Marin du Golfe du Lion est revenu sur les échanges de la matinée pour clôturer le séminaire.

Le séminaire a réuni une soixantaine de participants parmi lesquels plus de 20 élus, Maires, Conseillers municipaux, ainsi que des représentants des services de l’Etat, deux départements et des Directeurs de port, de la réglementation, des sports, du Développement Durable des communes et des services de police.

A partir du 3 décembre : la Région lance 'Japon en Occitanie'

A partir du 3 décembre, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée donne le coup d'envoi de « Japon en Occitanie », une série d'évènements ayant pour objectif de découvrir, valoriser et célébrer les diverses expressions de l'amitié occitano-japonaise dans les domaines de l'art et la culture, l'éducation, la gastronomie, l'industrie, la recherche et l'innovation, le sport et la paix. Les 1ers temps forts de 'Japon en Occitanie' se dérouleront du 3 au 9 décembre à Toulouse et Montpellier.

 

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée entretient avec le Japon des relations fortes initiées en 2015 par la signature d'un accord multithématique de coopération avec la préfecture de Kyoto, puis renforcées par un accord sectoriel avec la Préfecture d'Aïchi, l'adhésion au Réseau Mayors for Peace basé à Hiroshima et l'organisation depuis 2016 de plusieurs missions à l'attention d'entreprises et d'universités du territoire.

 

L'année 2018 marque par ailleurs le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon, le 150e anniversaire de la « Restauration de Meiji » et le 100e anniversaire de la « Chambre de Commerce et d'Industrie France-Japon ». Une série de manifestations culturelles sur le thème "Japonismes 2018 : les âmes en résonance" est ainsi organisée tout au long de l'année en France. 'Japon en Occitanie' s'inscrit dans cette dynamique nationale.


Dans le cadre de 'Japon en Occitanie', la Région exposera notamment à Toulouse :

- Trois Kimonos dont un datant de l'ère Meiji et un autre orné de 5 estampes d'Hiroshige reproduites à la main prêtés à la Région par Anita Henry, conférencière spécialiste du Japon. Deux obis (longue ceinture ornée de plus de 4m accompagnant traditionnellement le Kimono) provenant de la même collection privée seront également exposés.

 - Une quinzaine de céramiques de l'artiste japonais Rizü Takahashi, représentant des objets du quotidien et des pièces d'art. Installé à Villaudric (31) depuis plus d'une dizaine d'années, Rizü Takahashi est originaire de la montagne de Mizunami, haut lieu de la céramique au Japon.

 Ces deux expositions sont proposées en partenariat avec le Centre Culturel Franco-Japonais de Toulouse.

 - Les dessins de l'Ecole Internationale de Manga et d'Animation

Ouverte en 2016, l'Ecole Internationale du Manga et de l'Animation (EIMA) de Toulouse est la première école à offrir une formation supérieure diplômante en Manga. Elle accueille chaque année une trentaine d'élève en formation initiale et également des cours préparatoires. L'EIMA exposera 20 dessins de ses élèves sur le thème des relations franco-japonaises. 4 élèves réaliseront également sur place une fresque de 1,5m sur 3 sur le thème de la paix.

 -  5 œuvres d'Ikebana -l'art de faire vivre les fleurs-  réalisées par Marette Renaudin (5 autres seront réalisées en direct lors de la conférence du 5 décembre)

Installée depuis plusieurs décennies à Toulouse, Marette Renaudin est l'une des maîtres les plus reconnues en France de cet art traditionnel japonais fondé sur la composition florale.

 L'Hôtel de Région de Toulouse sera ouvert au public pour l'occasion du 4 au 7 décembre 2018.

 Veuillez trouver ci-dessous le programme complet de 'Japon en Occitanie' :

 Lundi 3 décembre 2018

 17h00-18h30 Rencontre des entreprises japonaises et françaises de l'aéronautique présentes dans le cadre du salon AEROMART

Hôtel de Région Toulouse (salle Gascogne)

 AEROMART Toulouse est une convention d'affaires internationale des industries aéronautique et spatiale. Ce sera la 12ème édition de ce salon organisé en alternance à Nagoya et à Toulouse. Cette année, plus de 3 000 visiteurs venus de quelques 45 pays sont attendus.

 18h30 Ouverture de la semaine franco-japonaise en Occitanie par Michèle Guarrigues, conseillère régionale, suivie du vernissage des expositions

Hôtel de Région Toulouse (Hall Rouergue)

 Mardi 4 décembre 2018

 14h00- 17h00 Live Painting par les élèves de l'Ecole Internationale de Manga et d'Animation

Hôtel de Région Toulouse (Hall Rouergue)

 Mercredi 5 décembre 2018

 13h00- 16h00 Live Painting par les élèves de l'Ecole Internationale de Manga et d'Animation

Hôtel de Région Toulouse (Hall Rouergue)

 14h30-16h00 Conférence Ikebana par Mariette Renaudin : « Ikebana : promesse des saisons »

Hôtel de Région Toulouse (salle Gascogne)

 Jeudi 6 décembre 2018

 

12h45 Forum Destination Internationale - Témoignage des apprentis ayant effectué un stage au Japon et dégustation de thés de Kyoto.

Parc des expositions de Montpellier

 Organisé par le réseau CCI International Occitanie, en partenariat avec la Région Occitanie et Business France, le Forum Destination International est l'événement annuel dédié à toutes les entreprises souhaitant se développer sur les marchés étrangers avec une attention particulière accordée aux PME-PMI. Les apprentis accompagnés par la Région dans le cadre d'un stage de 2 mois au Japon chez 3 grands chefs cuisiniers au printemps dernier seront mis à l'honneur durant le Forum. La Préfecture de Kyoto offrira également à cette occasion une dégustation de thés.

 Dimanche 9 décembre 2018

 14h00-17h30 : « Japon-France : perspectives croisée de la préparation aux jeux olympiques et à l'accompagnement à la performance du public jeune »

CREPS de Toulouse

 La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, la Fédération Française de Judo, la ligue Occitanie de Judo, la Fondation du Japon et le Kodokan organisent conjointement au CREPS de Toulouse cet évènement dans le cadre de 'Japonismes 2018', de 'Japon en Occitanie', et du programme d'actions « Occitanie Ambition 2024 », lancé par la Région pour fédérer et accompagner le mouvement sportif en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

 Deux ateliers de judos destinés aux enseignants et hauts gradés, de 45 minutes chacun, seront dispensés par Haruki Uemura, président du Kodokan, champion olympique et champion du monde, et Tadahiro Nomura, seul judoka à avoir remporté trois titres de champion olympique.

 La journée se clôturera par une conférence débat sur l'approche culturelle de la préparation aux Jeux Olympiques et l'accompagnement à la performance du jeune public autour de trois disciplines (judo, baseball, rugby).

 

Présentation de l’offre de service « Compétences et ressources humaines »

Fin 2017, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée lançait une offre de service Ressources Humaines inédite à destination des entreprises régionales.

L’objectif ?

Proposer des solutions innovantes pour aider les TPE et PME en matière de Ressources humaines :

diagnostics RH, développement des compétences, recrutement, etc. Aujourd’hui, les nouveaux dispositifs composant l’offre de service de la Région sont pleinement opérationnels et permettent de répondre concrètement aux besoins en compétences des entreprises d’Occitanie.

Le Lundi 3 décembre prochain, Emmanuelle Gazel, vice-présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée déléguée à l’emploi, à la formation professionnelle et à l’apprentissage, présentera l’offre de service « Compétences et ressources humaines », sur le site de la Région de Capdeville (salle Sud de France) à Montpellier, à partir de 14h30. 

 Cette présentation sera enrichie de témoignages d’entreprises ayant bénéficié des premiers Pass et Contrat RH mis en place par la Région, de l’intervention de membres du nouveau réseau régional des « développeurs de l’apprentissage » ainsi que d’une démonstration de l’application ANIE, la 1ère application de « matching » gratuite dédiée à l’apprentissage.

 

Projet de Loi d'Orientation des Mobilités (LOM)

Réaction de Carole Delga au projet de Loi d'Orientation des Mobilités (LOM) présenté aujourd'hui en Conseil des ministres

 « En l'état, le projet de LOM présenté ce jour en Conseil des ministres par Elisabeth Borne, ministre des transports, peut être amélioré pour mieux répondre aux défis de la mobilité de nos concitoyens, singulièrement dans notre région. C'est ce que j'ai indiqué ce week-end à Elisabeth Borne, lors d'un entretien téléphonique. OCCICapture

 La mobilisation est forte, ici, en Occitanie, notamment depuis les Etats Généraux du Rail et de l'Intermodalité en 2016, pour développer les trains du quotidien et accueillir la grande vitesse, indispensables pour améliorer les transports de nos concitoyens, pour mieux relier et desservir notre territoire. Cette mobilisation va s'amplifier, notamment en vue du débat parlementaire qui aura lieu au printemps prochain.

 Quelques propositions que l'Occitanie porte depuis plusieurs mois, trouvent tout de même leur place dans cette proposition de loi :

- Concernant le financement des LGV, il est indiqué dans la LOM que « les travaux seront poursuivis avec les collectivités locales afin de préciser les conditions dans lesquelles la mise en place de ressources dédiées permettrait d'anticiper les calendriers de réalisation des lignes Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Béziers-Perpignan ». Je veux donc que nous continuions à travailler, avec les collectivités partenaires, pour qu'une société de financement voie le jour (sur le modèle obtenu par le Grand Paris Express), afin de faciliter l'avancée des études et travaux. Parce que je crois à 100% au bien-fondé de ces deux lignes, tant pour l'attractivité des territoires que pour les déplacements quotidiens. Seules ces deux LGV conditionnent l'amélioration des mobilités du quotidien, et permettront la création d'un RER sur le nord-toulousain et d'un RER littoral entre Lunel, Montpellier et Sète. Je continuerai à montrer qu'un calendrier plus resserré de réalisation de ces deux projets est indispensable, 2030 n'étant pas un horizon acceptable. Je reste mobilisée sur ce point pour reprendre le travail engagé avec l'Etat et les Métropoles concernées notamment lors d'une prochaine rencontre au ministère des finances.

- Concernant les autres lignes ferroviaires : je veux rappeler que selon une étude du Conseil général de l'environnement et du développement durable, l'offre de transports ferrés d'ici 2030 va augmenter de 71% en Occitanie (contre 34% dans le même temps en France). Il faut donc plus de volontarisme politique. C'est pourquoi la Région s'est engagée sur un « plan rail » de 4,5 milliards d'euros d'ici 10 ans avec notamment « plus et mieux » de TER et la réouverture de 6 lignes. Pour gagner en efficacité, j'ai demandé à la ministre des transports d'envisager une gestion régionalisée de certaines de ces lignes, plus proche des besoins. Cet appel semble avoir été entendu puisqu'en marge de cette loi, et au cas par cas, un transfert de propriété ou une maîtrise d'ouvrage régionale pourraient être une option à expérimenter. L'Occitanie y est prête, comme je l'ai à plusieurs reprises indiqué.

 - L'autoroute Toulouse-Castres est bien inscrite dans le projet de loi avec une livraison prévue en 2023. Je regrette que d'autres projets d'infrastructures, telles les contournements ouest de Montpellier et Nîmes, soient renvoyés au Contrat de Plan Etat-Région (CPER). Pour rappel, en Occitanie, nous attendons que l'Etat tienne ses engagements dans le cadre de ce Contrat et débloque 550 millions d'euros toujours attendus pour démarrer les travaux.

 Concrètement, sur le terrain, une dizaine d'opérations routières et ferroviaires sont en attente de déblocage : contournements de Baraqueville et d'Adé, déviation de Laudun-l'Ardoise, fin de la mise à 2x3 voies du périphérique toulousain, déviation de Gimont, déviation de Baillargues/Saint-Brès et le contournement ouest de Montpellier ainsi que celui de Nîmes, échangeur de Saint-Chély d'Apcher, mise à 2x2 voies Ille sur Tet/ Prades, tronçon ferroviaire Limoux-Quillan, Le Cévenol (travaux d'urgence sur la voie)...

- Enfin, j'ai proposé à Elisabeth Borne, en septembre dernier, la création, par la loi, d'une Agence des Mobilités en Occitanie, qui se verrait transférer, en accord et en partenariat avec les collectivités volontaires, les compétences mobilités et réseaux accompagnées d'une révision des modes de financements. L'idée est de simplifier la gouvernance pour, là aussi, gagner en efficacité pour nos concitoyens : amener des solutions concrètes à la saturation des villes.  

 En conclusion, je veux redire la volonté de la Région Occitanie de travailler et de mobiliser, d'ici le printemps 2019, les citoyens, les élus, les parlementaires, pour que cette loi permette de réelles avancées pour nos concitoyens et pour les territoires. »

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

« Les Régions sont prêtes à participer à la réparation du tissu social »

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a signé aux côtés de 11 président.es de Régions, une tribune publiée dans le journal L'Opinion ce mardi 27 novembre 2018. Les président.es de Régions appellent le président de la République à prendre des « mesures d'urgences » pour réparer la fracture territoriale et sociale en France.

 OCCICapture

Tribune - « Les gilets jaunes, nous les avons rencontrés dans nos Régions. Ce serait une très grave erreur de caricaturer leur révolte en un mouvement extrémiste manipulé par l'ultra droite ou l'ultra gauche. Le mouvement des gilets jaunes est l'expression vivante de la fracture territoriale et sociale dans notre pays. Il exprime la colère de nos concitoyens des territoires péri-urbains et ruraux, contraints de se loger toujours plus loin de leur lieu de travail.

 La métropolisation accélérée à l'œuvre depuis une dizaine d'années dans notre pays s'est traduite par un renchérissement du coût du logement qui pousse les classes moyennes vers la périphérie. Un tiers des salariés des métropoles n'habitent pas le territoire urbain. Ce mouvement de fond a augmenté les besoins de déplacements et accentué la fracture entre des élites essentiellement urbaines qui profitent de la mondialisation, et les autres qui, dans les banlieues ou les campagnes, n'en touchent aucun dividende et craignent le déclassement.

 

Ce mouvement, c'est le cri de ceux qui sont percutés de plein fouet par les variations des prix des carburants, et qui sont stigmatisés en tant qu'automobilistes alors que le parc automobile ne représente pas plus de 15% des émissions de gaz à effet de serre, alors que les bâtiments représentent 40% de la consommation énergétique. C'est la raison pour laquelle tant de nos compatriotes le soutiennent par procuration en posant leur gilet jaune derrière leur pare-brise.

 

Si l'on nie cette évidence, on se trompe sur les solutions à apporter. Aujourd'hui, il faut d'abord changer de discours, reconnaître la souffrance de nos compatriotes, et pas la nier. Il faut prendre des mesures d'urgence et en premier lieu un moratoire sur la hausse des taxes au 1er janvier. Ce premier geste est symbolique. Il ne s'agit pas de renoncer à bâtir une fiscalité écologique, mais d'avoir le courage de prendre le temps de la réécrire d'une manière qui soit socialement plus acceptable, plus transparente et mieux ciblée, au risque de finir exsangue et d'être en incapacité de réformer jusqu'à la fin du mandat.

Les régions font déjà beaucoup en faveur de la transition écologique pour contribuer à réduire les émissions de CO2 liées aux transports. Elles multiplient les services de transport collectif par bus ou par train, en cherchant à en atténuer le coût pour l'usager. Sur les trains régionaux le prix du billet ne représente en moyenne que 10% du coût du transport. Elles financent également le permis de conduire pour les jeunes lycéens ou apprentis. Les régions développent des plans hydrogène visant à l'adaptation à ce nouveau carburant des moteurs des bateaux, des bus et bientôt des trains. Elles distribuent des aides à l'acquisition de véhicules électriques et accompagnent le déploiement des réseaux de bornes de rechargement. Elles ont parfois repris sous leur propre gestion et en prenant de gros risques financiers les liaisons intercités exsangues. Elles expérimentent de nouvelles formes de mobilités partagées en misant sur le collectif et l'intelligence artificielle.

 

Mais le premier combat, c'est celui du logement qui doit devenir la première urgence publique. Au moment où l'État fait le choix de diminuer les moyens donnés au crédit d'impôt pour la transition énergétique, les régions participent ou initient des plans de réhabilitation énergétique des bâtiments, notamment dans le parc social et pour le logement des jeunes, et attribuent des chèques éco-énergie. Dans ce contexte, les Régions sont prêtes à participer à la réparation du tissu social.

 

Elles sont prêtes à renforcer leurs efforts en matière d'efficacité énergétique des logements si l'État revient à une politique ambitieuse, en commençant par les logements sociaux et les parcs privés associés. Au-delà de leurs effets sur l'environnement, ces mesures réduiront la facture logement pour nos concitoyens. Elles attendent beaucoup de la future loi sur les mobilités, dont la version initiale présentait une ambition élevée et avait fait l'objet de larges concertations territoriales avec l'ensemble des associations d'élus et des partenaires.

 

Les régions souhaitent que soit affirmé et clarifié leur rôle de chef de file de la mobilité au-delà des seuls transports publics pour pouvoir mettre en œuvre de façon plus générale et efficace des politiques innovantes de transport partagés, de co-voiturage, de véhicules collectifs, reposant sur un système d'information ouvert. Elles pourront promouvoir et faciliter le fret ferroviaire et les formes de transport de marchandise alternatives à la route. Elles pourront accompagner les entreprises dans la mise en place des plans de déplacement de leurs salariés.

 

Par ailleurs, pour les territoires insulaires, à l'image de la Corse, des dispositifs adaptés à leurs particularités, notamment fiscaux et sociaux, doivent être mis en œuvre dans le cadre du droit à la différenciation. Enfin, au plan social, les Régions en appellent à l'État, en complément de leur action, pour que soit mis en place un système d'accompagnement des individus les plus modestes et dépourvus de solutions alternatives de mobilité.

 

Sur ces bases, les Régions seraient prêtes à engager des concertations, sur le terrain, avec ceux qui manifestent leur désarroi et avec l'ensemble des forces vives de leur territoire, pour trouver des solutions et co-construire des réponses adaptées. Le chef de l'État trouverait ainsi dans les Régions des alliées pour relever ensemble le défi de l'avenir de la planète, sans obscurcir celui d'un grand nombre de nos concitoyens. »

 

Signée par :

Hervé Morin (Normandie) - François Bonneau (Centre-Val de Loire) - Valérie Pécresse (Ile-de-France) - Renaud Muselier (Provence-Alpes-Côte d'Azur) - Loïg Chesnais-Girard (Bretagne) - Carole Delga (Occitanie / Pyrénées-Méditerranée) - Marie-Guite Dufay (Bourgogne-Franche-Comté) - Christelle Morançais (Pays de la Loire) - Alain Rousset (Nouvelle Aquitaine) - Jean Rottner (Grand Est) - Gilles Simeoni (Corse) - Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes)

Annonce de la PPE et éolien en mer flottant

Carole Delga demande au Président de la République de répondre à l'appel des industriels

 Dans le cadre de l'annonce demain par le Président de la République de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE) qui fixera le cap du bouquet énergétique national, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, se mobilise pour faire de la France un des espaces stratégiques du développement de l'éolien en mer flottant dans le monde.OCCICapture

 

« La transition énergétique est au cœur du projet que les Régions portent pour leurs territoires. Afin qu'elle soit une réalité pour nos habitants, j'ai des objectifs clairs et ambitieux : faire de l'Occitanie la première Région à énergie positive d'Europe. Cela passe par une division par deux de notre consommation d'énergie et, dans le même temps, la multiplication par trois de notre production d'énergies renouvelables d'ici 2050.  Mais face à l'urgence climatique, il nous faut avancer plus vite.

 Le rassemblement qui s'est tenu à Narbonne le 15 novembre en faveur de l'éolien en mer flottant a démontré tout le potentiel de cette filière. Industriels, collectivités, laboratoires, universités, associations, etc., tous sont mobilisés. Car nous en sommes convaincus, l'éolien flottant constitue une formidable opportunité d'accélérer la transition énergétique sur nos territoires tout en favorisant le développement de l'économie locale industrielle et de l'emploi.

 Aussi, réunis avec les Présidents des Régions Bretagne et Sud PACA et les signataires du Pacte de Narbonne, nous demandons que la PPE permette de lancer sans attendre le premier appel d'offres commercial, d'une capacité minimum de 3X250 MW, simultanément sur les deux façades Méditerranéenne et Atlantique. Cette masse critique de 750 MW devra être suivi d'une augmentation progressive des volumes dans le temps pour répondre aux investissements de la filière industrielle. D'ici 2030, l'objectif défini par les trois Régions est d'installer 4 GW d'éoliennes flottantes, dont 1,5 GW en Occitanie.

Aujourd'hui, les Régions, aussi volontaires soient-elles, ne peuvent développer une filière seule sans le soutien d'un État stratège. C'est pourquoi j'en appelle au Président de la République (voir courrier en PJ). Alors que s'ouvre dans quelques jours la COP24 à Katowice, la France doit défendre son économie verte et être offensive avec les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris ».

Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan

La Région Occitanie et les collectivités partenaires alertent l'Etat sur l'avancement de la LGV et confirment leur volonté d'abandonner le projet de gare nouvelle à Béziers

 

Dans un courrier adressé hier à Etienne Guyot, préfet de la Région Occitanie, Pierre Pouëssel, préfet de l'Hérault, Alain Thirion, préfet de l'Aude, et Philippe Chopin, préfet des Pyrénées-Orientales, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et les collectivités co-signataires, alertent l'Etat, à l'avant-veille de l'annonce du projet de Loi d'Orientation des Mobilités (LOM), sur un certain nombre de points du dossier de Projet d'Intérêt Général (PIG) de la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan dont la consultation s'est terminée hier.

« Si cette actualisation du PIG répond aux demandes des collectivités auprès du gouvernement d'une sanctuarisation du tracé entre Montpellier et Perpignan, préservant ainsi le foncier nécessaire à la réalisation de la future LGV, le dossier ne fait pas mention de l'état concret d'avancement du projet, pour lequel nous attendons de l'Etat une confirmation du lancement de l'enquête publique en 2019, impliquant de ce fait que l'Autorité Environnementale et le Commissariat Général à l'Investissement soient saisis préalablement et sans attendre », écrivent les élus. « Il est, de plus, indiqué une mise en service de la première phase à l'horizon 2030, ce qui ne correspond en rien au calendrier proposé et défendu par les collectivités. Cette annonce est prématurée puisque la LOM, qui doit acter la programmation des investissements de l'Etat, ne sera pas soumise au Parlement avant 2019 ».

Par ailleurs, ils ajoutent d'une seule voix : « Afin de faire avancer le dossier, les collectivités ont confirmé sans attendre leur participation au financement des prochaines études et acquisitions foncières, représentant 20 M€ ».

Enfin, « s'agissant de la gare nouvelle de Béziers [...], le réaménagement de la gare actuelle bien insérée dans la ville à la jonction des réseaux des mobilités quotidiennes, dont les TER et les autocars qui sont les instruments d'une irrigation de tout un arrière-pays, constitue une orientation rationnelle et pragmatique. Il est ainsi préférable de privilégier l'accessibilité de Béziers en renforçant le rôle de la gare centre par un pôle d'échange multimodal (PEM) intra-urbain afin d'éviter la tendance à l'éclatement des déplacements. C'est pourquoi les études sont engagées et financées par l'ensemble des acteurs locaux en faveur d'un pôle d'échanges d'envergure autour de la gare actuelle. Nous demandons la révision de la prise en compte de la gare nouvelle de Béziers dans le dossier d'enquête publique et la prise en considération du projet de PEM de centre-ville.»

Retrouvez l'intégralité de ce courrier en suivant le lien.

Liste des présidents de collectivités signataires :

Carole DELGA

Présidente de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée

Hermeline MALHERBE

Présidente du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales

Kléber MESQUIDA

Président du Conseil Départemental de l'Hérault

André VIOLA

Président du Conseil Départemental de l'Aude

Régis BANQUET

Président de la Communauté d'Agglomération Carcassonne Agglo

Jacques BASCOU

Président de la Communauté d'Agglomération du Grand Narbonne

François COMMEINHES

Président de la Communauté d'Agglomération Sète Agglopôle Méditerranée

Gilles D'ETTORE

Président de la Communauté d'Agglomération Hérault Méditerranée

Frédéric LACAS

Président de la Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée

Jean-Marc PUJOL

Président de la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole

 

Copie de ce courrier a également été adressée à la ministre des transports Elisabeth Borne.

Campus européen de l'innovation touristique à Montpellier

Carole Delga au Campus européen de l'innovation touristique à Montpellier : « Je veux faire de l'Occitanie, la région pilote en matière d'innovation touristique en Europe»

 OCCICapture

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée organisait aujourd'hui, au Parc des expositions de Montpellier, le Campus européen de l'innovation touristique, destiné aux professionnels du tourisme. Ce rendez-vous annuel incontournable a réuni cette année plus de 1400 personnes et 800 entreprises.

« Avec le Campus européen de l'innovation touristique, nous embarquons tout à la fois les professionnels et les territoires. En faisant travailler public et privé et d'abord les entreprises touristiques, nous créons les conditions de l'innovation. Les territoires doivent être les bénéficiaires de cette innovation touristique : dans le prolongement du Campus, il faut permettre des expérimentations sur les territoires sous la forme d'ateliers de créativité avec les professionnels et les acteurs locaux. C'est le rôle même de la Région d'infuser les projets dans les territoires, et de le faire en prenant en compte les spécificités de chacun », souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, aux côtés de son vice-président Jean-Louis Guilhaumon.

 

Quelques pistes de réflexion pour favoriser le développement de l'innovation touristique en Région Occitanie :

-          Faciliter l'accès des entreprises aux financements publics,

-          Accompagner plus intensément les initiatives innovantes des entreprises et renforcer leur visibilité,

-          Favoriser l'expérimentation in-situ des innovations,

-          Mettre en place un outil de veille pour accueillir et soutenir des startups à fort potentiel,

-          Encourager les destinations intelligentes et connectées,

-          Favoriser les collaborations entre les entreprises touristiques et celles hors du secteur touristique (finance, transport et aménagement),

-          Implanter de nouvelles formes d'hébergement touristique.

 

« Réunir en un même lieu et en même temps des acteurs publics et privés, c'est une réelle innovation. Les différents formats permettent des échanges que l'on n'aurait pas pu avoir ailleurs. Les panels sont très riches en réunissant autour de tables-rondes des intervenants que l'on n'a pas l'habitude de voir et d'entendre ensemble. Cette 2ème édition prouve que le Campus prend racine », témoigne Jean-François Bey, président de la Confédération Occitanie hôtellerie de plein air, vice-président Airhotel campings.

  « Le Campus européen de l'innovation touristique est un évènement indispensable pour que toute la communauté des acteurs du tourisme se retrouve, partage et prépare l'avenir », souligne Karim Soleilhavoup, Directeur général Logis hôtels.

 La Région Occitanie mobilise plus de 200 M€ sur 5 ans pour le secteur touristique, notamment via des dispositifs d'accompagnement en direction des entreprises (PASS, contrats, RH). En 2018, 224 dossiers ont été soutenus, permettant ainsi le maintien de  745 emplois et la création de plus de 300 emplois.

La Région développe l'attractivité touristique de la destination Occitanie / Sud de France, via ses 40 Grands Sites, en s'appuyant sur ce qui fait son authenticité : la vitalité et la diversité des territoires, la qualité des terroirs, des savoir-faire régionaux, l'art de vivre et la convivialité, le sens de l'accueil.

Par ailleurs, le Fonds d'intervention Tourisme, opérationnel au 1er semestre 2019, apportera une réponse adaptée aux besoins de financement des porteurs de projets publics, parapublics et privés, en incitant les organismes bancaires à les accompagner par le biais de prêts subordonnés en complément des prêts bancaires classiques. Ce fonds sera mis en place, en partenariat avec la Banque Européenne d'Investissement, à hauteur de 100 M€, dont 35 M€ de la Région.

A noter : l'Appel à candidatures pour rejoindre la 2e promotion de l'Open Tourisme Lab Nîmes Métropole / Région Occitanie est lancé ! Les startups ont jusqu'au 1er janvier 2019 pour déposer leur dossier.

Le tourisme, un secteur clé pour la Région Occitanie

2ème industrie de la région, devant l'aéronautique et le spatial et derrière l'agro-alimentaire et l'agriculture : représente 10% du PIB régional ; 14 Mds€ de chiffres d'affaires ; 108 000 emplois ; 38 000 entreprises

1ère région de séjour pour les touristes Français, avec 154 millions de nuitées

4ème région touristique de France, avec 30 millions de touristes par an

1ère région en nombre de nuitées campings, avec plus de 26 millions de nuitées

1ère destination thermale de France avec 188 000 curistes et 30 établissements thermaux, soit près de 1/3 du marché national du thermalisme

L'Occitanie accueille près de 6% des entreprises innovant dans le tourisme en France, soit plus de 2 500 entreprises.