Occitanie

Des lycées d’Occitanie cultivent les vocations du ciel et de l’espace

Ils ont pour nom Saint-Exupéry, Airbus, Mistral… Dans des lycées professionnels à Blagnac, Toulouse, Saint-Orens de Gameville mais aussi Nîmes, Tarbes, Figeac, les jeunes d’Occitanie apprennent les métiers aéronautiques via des CAP, Bac Pro ou BTS Aéronautique. L’Occitanie affiche fièrement sa fibre « aéro » avec son Campus des Métiers et des Qualifications de l’aéronautique et du spatial.

Près de 40 établissements forment les lycéens d'Occitanie aux métiers de l'aéronautique et du spatial
Près de 40 établissements forment les lycéens d’Occitanie aux métiers de l’aéronautique et du spatial

Le « Campus des Métiers et des Qualifications de l’aéronautique et du spatial Occitanie », labellisé fin 2016, regroupe près de 40 établissements de formation, dont les grandes écoles Enac et ISAE Sup’Aero, mais aussi trois lycées de l’agglomération toulousaine. En plus du lycée polyvalent et des métiers de la productique et de la maintenance aéronautique Saint-Exupéry de Blagnac - siège du Campus des Métiers et Qualifications -, s’y adossent le lycée privé Airbus des métiers de l’aéronautique et le lycée Pierre-Paul Riquet de Saint-Orens de Gameville.
L’un des plus grands lycées à vocation aéronautique, le lycée Saint-Exupéry prépare aux Bac Pro Aéronautique (construction-maintenance des avions) et BTS Aéronautique (assemblage et maintenance des aéronefs). Le lycée Pierre-Paul Riquet de Saint-Orens de Gameville - premier de France à obtenir le label lycée de l’espace en 2010 - offre un « Parcours Espace » de la seconde à la terminale, à travers divers enseignements. La ville rose abrite aussi l’un des seuls lycées professionnels privés d’entreprise restant en France : le lycée Airbus. Basé chemin du Sang de Serp au cœur de la plus ancienne usine de l’entreprise, ce lycée privé sous contrat forme plus de 300 lycéens par an et a reçu plus de 5 000 élèves depuis 1949. Sa palette va du Bac professionnel au BTS dans quatre métiers principaux : avionique, structure aéronefs, chaudronnerie et usinage. Son taux de réussite au baccalauréat 2018 atteint… 100%.
 

D’autres lycées à Nîmes, Tarbes, Figeac ou encore Narbonne, ont un pied dans les airs. La section aéronautique du lycée Louise Michel de Narbonne offre en 2nde une initiation aux composants de l’aéronautique et de l’espace, avec des cours théoriques, pratiques et des vols d’initiation. Le lycée des métiers de l’industrie Jean-François Champollion de Figeac propose un CAP Aéronautique option structure en deux ans. À Tarbes, le lycée des métiers de l’industrie Jean Dupuy affiche un Bac Pro Aéronautique option structure, tandis qu’à Nîmes le lycée des métiers Frédéric Mistral programme un Bac Pro Aéronautique options avionique ou systèmes. Les enseignements professionnels de Frédéric Mistral profitent du site aéroportuaire Nîmes-Alès-Camargue-Cévennes. À Nîmes toujours, le lycée privé Emmanuel d’Alzon a un BTS Aéronautique. Nouveauté 2019 : la formation peut se faire via l’alternance (apprentissage ou professionnalisation). 

Nouveau : devenir peintre en aéronautique au lycée Gallieni de Toulouse

La section d’enseignement professionnel du lycée polyvalent et des métiers Joseph Gallieni de Toulouse ouvre à la rentrée 2019 une « formation complémentaire d’initiative locale » (FCIL) d’un an de peintre en aéronautique. Les FICL, ce sont des formations courtes après un Bac Pro dont l’objectif est d’acquérir une qualification dans un secteur porteur du marché de l’emploi local ou régional.

Carole Delga : « l'Occitanie est LA région des transports du futur »

Du 17 au 23 juin, l'Occitanie expose ses savoir-faire, ses innovations et ses pépites industrielles sur le 53e Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace Paris-Le Bourget. Pour l'occasion, 85 entreprises régionales sont accompagnées par la Région et son agence de développement AD'OCC sur toute la durée du salon. Accueillies sur le pavillon « Aerospace Valley Occitanie - Nouvelle Aquitaine », le plus grand des pavillons régionaux cette année, elles témoignent de la vitalité de la filière aéronautique et spatiale en Occitanie. Au total, plus de 250 entreprises régionales sont présentes cette année, illustrant ainsi la position leader de l'Occitanie sur la scène internationale.

 La présidente de Région Carole Delga conduit, aujourd'hui et demain, la délégation régionale aux côtés notamment d'Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, et Yann Barbaux, président du Pôle Aerospace Valley (programme détaillé à retrouver dans le dossier de presse ci-joint). Focus sur principaux temps forts du mardi 18 juin.

 Une convention dédiée aux applications et technologies spatiales

La présidente de Région a officialisé avec le CNES (Centre national d'études spatiales) une convention sur les applications et les technologies spatiales faisant suite à la déclaration d'intention des « Territoires précurseurs pour les applications et les technologies spatiales » signée en 2017. Afin d'accompagner les mutations de la filière (nouveaux entrants, nouvelles applications, « New Space »...), la Région a notamment intégré un volet « Espace » au Plan ADER 4, doté au total de 200 M€. Aujourd'hui, avec cette convention, Région et CNES définissent conjointement les objectifs et ambitions nécessaires pour mettre les solutions et technologies spatiales au service du développement économique sur le territoire par des actions de coopérations ciblées autour de 3 grands axes : développer les usages des solutions et technologies spatiales au service du développement et de l'attractivité économique du territoire régional ; mettre les solutions et technologies spatiales au service des politiques publiques régionales et des enjeux sociétaux ; préparer et former les générations futures au spatial.

 « Cette convention nous permet d'aller plus loin pour structurer une nouvelle dynamique économique de la donnée, capable d'exploiter les données massives au profit des domaines du spatial, de l'aéronautique, de l'internet des objets, des véhicules autonomes et connectés, du climat et de l'environnement ou encore de l'agriculture... En cohérence avec notre Plan ADER, et son volet dédié au spatial, elle contribuera à l'accompagnement de la filière régionale en lien notamment avec l'apparition de nouveaux acteurs, l'émergence nouveaux usages et le développement du New Space » a notamment déclaré Carole Delga à l'occasion de la signature de la convention avec Jean-Yves Le Gall, président du CNES.

 

Innovation, transition énergétique et emploi industriel au cœur de l'action régionale

Aux côtés d'Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, et de Yann Barbaux, président du Pôle Aerospace Valley, Carole Delga a présenté à la presse les grandes ambitions de la Région pour l'aéronautique et le spatial :

 « Avec plus de 650 entreprises et 90 000 emplois dédiés, la filière aéronautique et spatiale est l'un des moteurs de la dynamique économique régionale, un facteur clé du rayonnement à l'international de l'Occitanie. La 53e édition du Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace Paris-Le Bourget se tient cependant dans un contexte particulier : la filière doit faire face à de nombreux défis avec une concurrence qui s'intensifie sur le marché international, particulièrement en Asie, et en même temps l'urgence climatique. Dans ce contexte, il est important de rappeler que nous sommes LA région des transports du futur : les avions du futur, le métro autonome, les taxis volants, les drones, le Big Data, l'IA... tout s'invente ici en Occitanie. C'est le sens de notre présence forte sur cette édition et c'est aussi pourquoi nous accompagnons, dans le cadre de notre plan hydrogène de 150 M€, le projet PIPAA visant à faire de Safran Power Units un leader mondial sur les piles à combustible pour le secteur de l'aviation avec des usages auxiliaires au sol et embarqués. Il s'inscrit dans le projet Hyport lui aussi unique en région » a déclaré la présidente Carole Delga à cette occasion.

 

Une cuvée spéciale Sud de France à l'occasion du Bourget 2019

Parce que l'aéronautique et le vin sont deux des piliers de l'économie régionale, la Région Occitanie s'est associée à Nicolas de Saint Exupéry et à la Fondation Antoine de Saint Exupéry pour créer une cuvée spéciale « Sud de France - Bourget 2019 ». Les bénéfices seront versés au profit de la Fondation, qui mène diverses actions à travers le monde en faveur de la jeunesse.A l'occasion du salon, la présidente de Région a remis un chèque de 10 000 € à Olivier Agay, secrétaire général de la fondation, en présence de Nicolas de Saint-Exupéry, viticulteur, et Claude Garrandès, président de l'association Arrimage.

 La présidente de Région a par la suite rencontré les écoles d'Occitanie présentes dans le hall « Avion des métiers » :

 « J'incite les jeunes à aller vers les métiers de l'aéronautique et du spatial, qui offrent de formidables débouchés et permettent de toucher à des domaines très divers, avec des progressions de carrière... L'aéronautique, le spatial, cela nous fait rêver, et il faut rappeler que ces métiers sont ouverts à tous, tout particulièrement aux jeunes filles. Aujourd'hui, il n'y a pas assez de femmes dans l'industrie, nous devons œuvrer dès l'orientation pour faciliter l'accès à ces filières. C'est un secteur qui recrute, avec des perspectives d'avenir dans notre région.

Notre stratégie pour l'emploi dans l'aéronautique : former et aides les entreprises à se développer, à décrocher des marchés, à s'engager dans la recherche et l'innovation. Il faut viser l'excellence dans ce domaine, nous développer toujours plus, notamment autour de l'avion plus propre au regard de l'urgence climatique ».

 Carole Delga a clôturé cette première journée sur le salon par une rencontre avec les entreprises régionales accueillies sur le pavillon Aerospace Valley. Elle poursuivra son déplacement au Bourget ce mercredi 19 juin avec, notamment, le lancement du programme « Industrie du futur ».

Aérospatiale : l’Occitanie embarque ses « pépites » au Salon du Bourget

Plus de 250 entreprises régionales sont présentes au Salon du Bourget

Fort de ses 1 550 m2, le pavillon collectif des Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine rassemblées sous la bannière Aerospace Valley formera le plus grand « équipage » régional du salon du Bourget 2019, qui va rassembler le monde de l’aéronautique et de l’espace. Il sera inauguré le premier jour du salon, lundi 17 juin. « Rendez-vous sur Terre des professionnels du Ciel », la 53e édition du salon offrira jusqu’au 23 juin une formidable vitrine des technologies et des métiers. Au total, plus de 250 entreprises régionales investiront l’événement, qui attend 6 jours plus de 320 000 visiteurs, dont au moins 140 000 professionnels, et plus de 3 500 journalistes du monde entier.

Très riche, l’écosystème régional de l’aéronautique et de l’espace bénéficie d’un savoir-faire d’excellence, de formations reconnues, de groupes mondiaux, de PME innovantes et de laboratoires de recherche de pointe, affirme Carole Delga. C’est en Occitanie que des passionnés imaginent et construisent l’avion du futur.
Le stand régional accueille 80 exposants d'Occitanie, des start-up prometteuses, de grandes écoles et des centres de recherche.
Le stand régional accueille 80 exposants d’Occitanie, des start-up prometteuses, de grandes écoles et des centres de recherche.

Monté par le pôle Aerospace Valley, la CCI Occitanie, l’agence régionale de développement économique Ad’Occ et son homologue aquitaine ADI, le stand collectif abritera une escadrille d’environ 80 exposants d’Occitanie. Y embarqueront aussi les grandes écoles ISAE SupAero et Enac (trois-quarts des ingénieurs français du secteur sont formés en Occitanie) et les centres de recherche Onera et IRT Saint-Exupéry. Les espaces « Reso + » et « Mecanic Vallée » hébergeront des start-ups prometteuses, dont les innovations en IoT, big data, intelligence artificielle et réalité augmentée, seront au cœur de l’aéronautique du futur. Nouveauté : un « chalet » permettra d’accueillir des chefs de délégations étrangères ou de grands groupes, pour promouvoir le savoir-faire d’Occitanie.
Enfin, la délégation occitane au Salon du Bourget offrira aussi des animations très grand public du vendredi 21 au dimanche 23 juin, grâce aux interventions des hauts lieux de l’aéronautique et de l’espace en Occitanie : la Cité de l’Espace, le musée Aeroscopia, l’Envol des pionniers, la Ferme des Etoiles près de Fleurance dans le Gers et le Pic du Midi.Plus de 250 entreprises régionales sont présentes au Salon du Bourget

Une filière d’envergure, fortement soutenue par la Région

Selon l’Insee (source : Insee Flash avril 2019), les 654 sociétés d’Occitanie relevant de l’aéronautique et du spatial emploient 107 350 salariés, dont près de 89 400 sont dédiés à l’activité aérospatiale. 70% des salariés travaillent chez les sous-traitants, fournisseurs et prestataires de services. Bonne nouvelle : l’effectif régional dédié à l’activité aérospatiale a gagné 3,1% entre 2016 et 2017.
Au Salon du Bourget 2017, la Région avait annoncé son Plan « Ader 4 », signé en juillet 2018 avec l’Etat. Elle mobilisera 200 M€ pour son nouveau Plan régional aéronautique et spatial. Les précédentes générations de Plans Ader avaient soutenu la plateforme PAC-Aero sur les piles à hydrogène, la construction du Centre spatial universitaire de Montpellier, la souscription au fonds de capital-investissement Aerofund 3…

En savoir plus
  • L’Occitanie s’envole au Bourget 2019 ! En vidéo

Transport ferroviaire et attentes des usagers

Jean-Luc Gibelin et les conseillers régionaux font le point dans les départements

 

Après la mise en place de la convention TER 2018-2025, et à un an de l'achèvement de l'actuel contrat de Plan Etat-Région, la présidente de Région Carole Delga a présenté récemment une enquête CSA venant confirmer les ambitions de la Région et les attentes des habitants pour qui le train reste un mode de transport d'avenir.

 Dans ce cadre, et alors que 64% des habitants d'Occitanie attendent de la SNCF qu'elle assure d'abord une mission de service public et un rôle important dans l'aménagement du territoire, Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des transports, et les conseiller.es régionaux.ales de la majorité, tiendront une série de conférences de presse dans les départements afin d'aborder les enjeux locaux en matière de mobilité ferroviaire.

 

Le programme de prochaines conférences de presse départementales 

 

Mercredi 19/06/2019

13h

Carcassonne

Maison de Région
5 rue Aimé Ramond

 

16h

Tarbes

Maison de Région
8 avenue des Tilleuls

 

Mardi 25/06/2019

14h

Auch

Maison de Région
Place Jean David

 

16h30

Cahors

Maison de Région
107 quai Cavaignac

 

Mercredi 26/06/2019

09h

Béziers

Maison de Région
5 avenue Alphonse Mas

 

14h30

Perpignan

Maison de Région - Centro del Mon
35 boulevard Saint-Assiscle

 

Vendredi 28/06/2019

11h

Nîmes

Maison de Région
3 place des Arènes

 

Des milliers d’opportunités d’emplois dans l’aéronautique et le spatial

Bonne nouvelle pour un secteur économique majeur d’Occitanie : le groupement des industries aéronautiques françaises Gifas envisage 15 000 embauches parmi ses membres en 2019. Au Salon du Bourget, sur l’espace « L’Avion des métiers » entreprises et écoles - dont plusieurs d’Occitanie - présentent jusqu’au 23 juin l’éventail des professions, ouvertes aux jeunes, à l’alternance, et qui se conjuguent aussi au féminin.

Au Salon du Bourget, 70 entreprises et organismes de formation présentent la panoplie des métiers de l'aéronautique et du spatial
Au Salon du Bourget, 70 entreprises et organismes de formation présentent la panoplie des métiers de l’aéronautique et du spatial

 
Mécanicien avionique, peintre aéronautique, technicien usinage, ingénieur d’études intelligence artificielle… Toute la panoplie des métiers de l’aéronautique et du spatial se présente du 17 au 23 juin sur l’espace « L’Avion des métiers » au Salon du Bourget 2019, occupé par 70 entreprises et organismes de formation. Tels Airbus, Latécoère, Liebherr Aerospace, Thales ou Sabena Technics, autant d’opérateurs bien présents en Occitanie, comme les écoles Enac, ISAE SupAéro de Toulouse et la Fondation Van Allen de Montpellier. L’Insee recense en Occitanie 654 sociétés travaillant pour cet univers emploient 107 350 salariés, dont 89 400 dédiés à l’activité aérospatiale. 70 % des emplois salariés se trouvent chez les sous-traitants, fournisseurs et prestataires de services.
 

Bonne nouvelle : l’effectif régional de l’activité aérospatiale est en pleine ascension : il a gagné 3,1% fin 2017. Seconde bonne nouvelle : les membres du Gifas (groupement des industries aéronautiques françaises) envisagent 15 000 recrutements en 2019, réalisés à 70 % en CDI. Parmi les entreprises recrutant en Occitanie, le sous-traitant Ratier Figeac, qui fait travailler 1 300 personnes dans le Lot sur les hélices pour les ATR, bombardiers et avions militaires, prévoit d’embaucher 50 personnes. Employeur de 1 400 salariés à Toulouse et à Campsas en Tarn-et-Garonne, Liebherr-Aerospace Toulouse, qui fabrique et maintient les systèmes d’air installés dans les avions, a 70 postes à pourvoir d’ici à la fin 2019.

Plus d’alternance, plus de femmes
JPEG - 103.7 ko

Demandeuse de talents, la filière intègre les jeunes, qui font 20 % des embauches. Elle fait aussi de plus en plus appel à l’alternance, avec 7 300 jeunes (+7% sur un an), dont 5 700 en contrats d’apprentissage, début 2019 en France. Thalès à Toulouse et Sabena Technics à Nîmes proposent plusieurs offres en juin sur le portail spécialisé AeroEmploiFormation.
Reste l’enjeu de la féminisation. Selon le Gifas, la proportion des femmes a gagné 5 points en une décennie (2007-2017) pour atteindre presque le quart des effectifs (23%). La mixité commence sur les bancs des écoles : c’est pourquoi l’Enac a lancé en 2018 « Les Elles de l’Enac » pour promouvoir la mixité des formations et l’égalité entre les femmes et les hommes.
 

La Région se mobilise pour les entreprises et l’emploi dans la filière aéronautique et spatiale : l’un des 4 axes du Plan « Ader 4 » est la gestion des ressources humaines et l’anticipation des besoins en emplois et compétences. La Région mobilisera 200 M€ entre 2017-2021 pour accompagner les entreprises de la filière.

Bourgs-Centres : un contrat sur-mesure, noué avec des centaines de territoires

Pour dynamiser leurs bassins de vie, près de 450 petites villes, bourgs ruraux ou péri-urbains d’Occitanie veulent s’engager avec la Région dans des contrats-cadres Bourgs-Centres. Les premiers ont été signés à Bram et Castelnaudary le 6 mai et à Gignac ce jeudi 13 juin. Sur chaque feuille de route, un panel de projets sur-mesure.

Signature du contrat Bourgs-Centres à Gignac (34), le 13 juin 2019
Signature du contrat Bourgs-Centres à Gignac (34), le 13 juin 2019

Initié par un appel à candidatures en septembre 2017, le dispositif d’aménagement du territoire « Bourgs-Centres » bascule mi-2019 dans le vif du sujet en enregistrant ses premières signatures, telle celle de Gignac en Hérault ce jeudi 13 juin. L’offre de partenariat de la Région vers les petites villes, bourgs ruraux ou péri-urbains d’Occitanie a récolté des centaines de retours. De l’Ariège au Tarn-et-Garonne, 448 communes ont manifesté leur intention de s’engager avec la Région. À la mi-2019, 101 contrats Bourgs-Centres ont été approuvés, dernière étape avant la signature.

Chaque contrat cadre définit une feuille de route partagée, précise des moyens techniques et financiers jusqu’à la fin 2021 (date limite pour tous les contrats). Pour répondre aux besoins particuliers du territoire, il valide le soutien de la Région à des projets d’attractivité et d’innovation, de développement économique et d’emploi, d’habitat et de services aux publics, de qualité de vie et de cohésion sociale, de transition énergétique.

Nous menons ensemble une politique contractuelle pluriannuelle pour préparer et construire l’avenir, améliorer le quotidien en nous mobilisant sur tous les fronts, affirme Carole Delga. Aucun territoire ne ressemble à un autre, chacun a ses atouts à faire valoir. Cette façon d’agir garantit l’écoute, l’équité territoriale et la proximité. C’est ma vision de la République des Territoires !

Après Bram et Castelnaudary, premières communes d’Occitanie à signer début mai, c’est donc au tour de Gignac, petite ville centrale d’un bassin de 30 000 habitants entre la moyenne vallée de l’Hérault et Montpellier, de signer un contrat Bourg-Centre, auquel s’est associée la communauté de communes Vallée de l’Hérault. La feuille de route se focalise sur la revitalisation du cœur de ville et de son patrimoine, l’ouverture d’une maison des services, la valorisation de la position de carrefour de Gignac, développer les équipements culturels et sportifs à l’échelle du Cœur d’Hérault, les déplacements « doux » et collectifs avec notamment les créations d’une plateforme de télétravail et d’un pôle d’échanges multimodal autour de la gare routière. À ce jour en Hérault, 12 contrats ont été approuvés et 15 supplémentaires seront soumis à la commission permanente de la Région de juillet.

Eolien en mer flottant

Présent ce matin à Saint Nazaire dans le cadre du lancement d'un parc éolien en mer, le Ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a confirmé l'annonce du Premier Ministre dans son discours de politique générale d'un réhaussement des objectifs des énergies marines renouvelables fixés initialement dans la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Le ministre a annoncé une hausse des objectifs de puissance annuelle sur le volet de l'éolien flottant, passant de 750 MW à 1 GW annuels, ainsi que l'annonce de deux parcs commerciaux de 250 MW en Méditerranée. La présidente de Région, Carole Delga a tenu à réagir à ces annonces :

 Parc Éolien De, Mer, Nuages, Ciel

« Je salue cette décision qui va dans le sens de l'histoire et qui répond à l'urgence écologique à laquelle nous devons répondre collectivement aujourd'hui. Ce changement de cap opéré par le gouvernement vient récompenser des mois de mobilisation de l'ensemble des Régions littorales et de tout un secteur, qui réclamaient la publication d'appels d'offres plus ambitieux.

 

C'est chose faite aujourd'hui et je m'en félicite. Le gouvernement répond à deux de nos revendications :

En fixant un objectif d'1 GW par an, au lieu des 750 MW prévus initialement, c'est toute une filière d'avenir de l'éolien flottant qui va se développer pleinement, en Région Occitanie mais également en Bretagne et en Région Sud comme nous le souhaitions.

Par ailleurs, ce n'est plus un mais bien deux appels d'offre de 250 MW chacun qui sont prévus en Méditerranée, l'un au large des côtes de l'Occitanie et l'autre au large des côtes de Sud, répondant ainsi à la demande commune du président Renaud Muselier et de moi-même  », a ajouté Carole Delga suite à cette annonce.

« Ces annonces confirment ainsi la capacité de la Région Occitanie de mener à bien la stratégie de développement de l'éolien en mer qu'elle porte, notamment avec les investissements engagés dans le port de Port La Nouvelle, et contribuent pleinement à nos objectifs de 1ere Région à énergie positive» a conclu Carole Delga.

Pour rappel, Carole Delga avait rencontré en avril dernier François de Rugy pour lui faire part de ses attentes, de celles de tout un tissu économique régional et national pour la publication d'appels d'offres plus ambitieux en Occitanie, mais également en Région Sud et Bretagne. Aux côtés de Renaud Muselier, président de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, de Gaël Le Saout, présidente de la commission économie, agriculture et mer, Europe, de la Région Bretagne et des représentants de France Energies Eoliennes et du syndicat des Energies Marines, la présidente de la Région Occitanie avait par ailleurs réaffirmé ses ambitions lors du salon mondial de l'éolien flottant FOWT, organisé pour la première fois à Montpellier cette année.

Quand l’innovation technologique fait avancer les traitements du cancer

Révolutionner la radiothérapie en la guidant via la résonance magnétique (IRM), c’est l’innovation de l’équipement de pointe inauguré ce vendredi 14 juin à l’Institut régional du Cancer de Montpellier (ICM). La Région a participé pour plus de 1 M€ à l’achat de cet outil de niveau mondial, qui permettra un bond en avant dans le traitement personnalisé des cancers.

Un nouvel équipement de pointe pour le traitement des cancers, inauguré ce matin à l’Institut régional du Cancer de Montpellier

Sun-Fair, c’est le nom de code du projet de santé publique inauguré ce 14 juin à l’Institut du Cancer de Montpellier (ICM). C’est surtout une grande avancée dans le traitement des cancers : utiliser l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour guider les rayons permet de réaliser des irradiations plus ciblées, plus efficaces sur les tumeurs tout en étant moins dangereuses pour les organes sains. Seulement déployé à une dizaine d’exemplaires dans le monde et trois en France, l’équipement MRIdian Linac de la société ViewRay permettra de traiter plus de tumeurs, notamment du foie et du pancréas, difficiles à traiter avec la radiothérapie classique. Dès septembre, neuf patients seront traités chaque jour à l’ICM de Montpellier. La Région a apporté une aide à l’investissement de 1,05 M€ sur un budget de près de 9,9 M€. Sa contribution s’inscrira dans le contrat territorial qui sera conclu avec la métropole de Montpellier.

Ce nouvel équipement de pointe de l’ICM Montpellier représente un saut scientifique et médical majeur, commente Carole Delga. Il fédère médecins, chercheurs et industriels, permet la synergie des questions de santé avec les sciences dures et technologiques. C’est une illustration de la médecine du futur.
Cet équipement montpelliérain est une illustration de la médecine du futur

Portée par l’ICM avec le soutien du Site de recherche intégrée Montpellier Cancer, l’innovation implique de nombreux chercheurs et sociétés montpelliéraines : les centres hospitaliers universitaires de l’ICM et du CHU de Montpellier, sept instituts de recherche biomédicale, deux centres de recherches en sciences humaines et sociales, mais aussi l’Institut d’Electronique et des Systèmes et le laboratoire d’informatique, robotique et microélectronique de l’université de Montpellier, la Fédération universitaire d’oncologie radiothérapie et la start-up montpelliéraine NovaGray.
Plusieurs projets de recherche clinique devraient démarrer en 2019-2020, parmi lesquels 8 projets portés par l’ICM. L’équipement sera également à la base d’un programme d’intelligence artificielle appliqué à la radiothérapie, baptisé Suni-ART. À noter aussi que l’équipement montpelliérain sera très complémentaire du Gammaknife du CHU de Toulouse pour le traitement neurochirurgical localisé, ce qui constitue une opportunité d’échanges entre les sites d’Occitanie.

En savoir plus

Exposition de lancement de la Route des Métiers d'Art d'Occitanie

Exposition de lancement de la Route des Métiers d'Art d'Occitanie mise en place par la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat, en collaboration avec les 13 Chambres de Métiers et de l’Artisanat d’Occitanie et le soutien de la Région.
Du 28 au 30 JUIN 2019, les artisans d'art vous attendent pour vous faire découvrir leur savoir-faire exceptionnel à l'Abbaye-Ecole de Sorèze dans le Tarn.

Image articles

Une cinquantaine de professionnels des Métiers d’Art d’Occitanie exposeront leur savoir-faire exceptionnel au coeur de la prestigieuse Abbaye-École de Sorèze dans le Tarn.L’exposition-vente, reflet de l’excellence des Métiers d’Art de la région, lancera officiellement la ROUTE DES MÉTIERS D’ART D’OCCITANIEproposée par la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat d’Occitanie avec le soutien de la Région.

UN LIEU D’ART EMBLÉMATIQUE POUR DÉCOUVRIR LA ROUTE DES MÉTIERS D’ART D’OCCITANIE

Sorèze occupe une position centrale en Occitanie. Patrimoine reconnu comme l’un des Grands Sites d’Occitanie, aux sources du Canal du Midi mais surtout, lieu historique de transmission des savoirs avec l’Abbaye-École, qui offre un enseignement novateur depuis le 17e siècle, à la renommée internationale.En 2017, l’URMA (Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat), antenne du Tarn s’implante à l’Abbaye-École afin d’y propo-ser 19 CAP en Métiers d’Art et de participer au dynamisme culturel de Sorèze.Ainsi, l’Abbaye-École de Sorèze apparaît comme le lieu idéal pour accueillir l’exposition de lancement dédiée aux professionnels des Métiers d’Art de la région, qui vous inviteront alors à emprunter la Route des Métiers d’Art d’Occitanie

LA ROUTE DES MÉTIERS D’ART D’OCCITANIE

Un nouvel itinéraire en Occitanie ! La Route des Métiers d’Art, mise en place par la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat, en collaboration avec les 13 Chambres de Métiers et de l’Artisanat d’Occitanie et le soutien de la Région.Elle se présente comme une vitrine de savoir-faire exceptionnels, réunissant une sélection de 170 ateliers d’art à découvrir sur les territoires de la région. Bien plus qu’une opération de valorisation des Métiers d’Art, elle est le reflet d’un réseau de profession-nels engagés et passionnés, ayant à coeur de faire partager leur savoir-faire.Pour partir à leur rencontre, vous pourrez créer vos propres circuits, alliant découvertes patrimoniales, culturelles et gastrono-miques, grâce à la carte disponible sur : www.metiersdart-occitanie.com

UNE EXPOSITION D’ENVERGURE RÉGIONALE

L’exposition de lancement de la ROUTE DES MÉTIERS D’ART D’OCCITANIE rassemblera, sur 3 jours, des pièces uniques réalisées par une cinquantaine de professionnels des Métiers d’Art d’Occitanie adhérents à la Route des Métiers d’Art. Les pièces exposées seront disponibles à la vente.L’occasion de visiter un monument historique prestigieux, de découvrir un échantillon des talents de notre région participant à la Route des Métiers d’Art et d’acquérir des oeuvres d’art uniques, « made in Occitanie ».

 

INFOS PRATIQUESABBAYE ÉCOLE DE SORÈZE

Logis des PèresRue Lacordaire - 81540 Sorèze

Vendredi 28 juin2019, de 15h à 17h

Samedi 29 et dimanche 30 juin 2019, de 10h à 18h

Entrée gratuite

Education : les nouveaux lycées bâtissent l’avenir des jeunes

JPEG - 1.6 Mo

À l’image de l’Occitanie, la vallée de l’Hérault gagne toujours plus d’habitants et d’élèves. L’ouverture à la rentrée 2020 du lycée de Gignac - sa première pierre a été posée ce jeudi 13 juin - soulagera les établissements saturés de Lodève et Clermont-l’Hérault tout en réduisant les trajets des lycéens. Avec ses structures en bois et terre cuite, ses panneaux photovoltaïques et ses toits végétalisés, un réseau de géothermie et des espaces verts à foison, le futur lycée sera un bâtiment à énergie positive, comme tous les lycées construits par la Région Occitanie. Grâce à cet investissement de 45 M€, 1 130 élèves pourront à terme suivre des filières générale, technologique ou professionnelle dans le tertiaire et l’électronique.

Au sud de Toulouse à Cazères, un autre établissement de 1 200 élèves facilitera aussi dès la rentrée 2020 la vie des lycéens scolarisés actuellement entre Saint-Gaudens et Muret. Le lycée polyvalent Martin Malvy, dont la première pierre sera posée lundi 17 juin, mettra l’accent sur le tourisme et l’artisanat d’art. Autre particularité : son service de restauration favorisera les filières courtes, le tri et le recyclage.

Pose de la 1ère pierre du lycée Simone Veil à Gignac (34)
                                                                                 Pose de la 1ère pierre du lycée Simone Veil à Gignac (34)
Le soutien à l’éducation et la jeunesse est une clé des défis de demain. Avec ces nouveaux établissements, les lycéens vont bénéficier d’établissements innovants, exemplaires sur le plan environnemental, dotés de formations reliées à l’économie locale, souligne Carole Delga. En développant son Plan Pluriannuel d’Investissement des lycées, la Région se veut utile à tous et proche de chacun.

Pour bâtir l’avenir de la jeunesse d’Occitanie, la Région programme 1 milliard d’euros pour la construction et la rénovation des lycées, centres de formation d’apprentis, instituts de formations sanitaires et sociales…
Déjà, cinq lycées neufs ont vu le jour depuis 2016. Après Gignac et Cazères en 2020, deux ouvriront leurs portes à la rentrée 2021 à Sommières dans le Gard et Gragnague en Haute-Garonne. Le programme sera finalisé avec le lycée de Cournonterral, près de Montpellier.

Toutes ces constructions, dont la Région assure la maîtrise d’ouvrage, remplissent aussi les carnets de commandes des acteurs du BTP d’Occitanie, d’autant que les marchés régionaux intègrent des clauses d’insertion et privilégient le recours à des entreprises locales : c’est le cas de la quasi-totalité des 21 sociétés opérant sur le chantier du lycée gignacois.
En savoir plus

Carole Delga à Gignac et Saint-Guilhem-le-Désert

«Ici, la Région se tient aux côtés des acteurs qui travaillent à la vitalité de nos territoires »


Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, était aujourd'hui dans l'Hérault, à Gignac puis à Saint-Guilhem-le-Désert. La pose de la 1ère pierre du lycée polyvalent de Gignac et sa rencontre avec les acteurs politiques et associatifs du territoire, a notamment été l'occasion pour la présidente de Région de rappeler toute l'importance de la prise en compte et de la valorisation des communes dans le développement des territoires.  En fin de soirée, Carole Delga s'est également rendue à Saint-Guilhem-le-Désert à la rencontre du Maire et des habitants lors d'une déambulation dans les rues de la commune.

 La Présidente de Région a débuté sa visite par un échange avec les élus de la Communauté de Communes Vallée de l'Hérault afin de faire le point avec eux sur des projets de territoire.gigCapture

 Puis, aux côtés notamment de Jean François Soto, Maire de Gignac et Louis Villaret, président de la Communauté de communes Vallée de l'Hérault et du Pays Cœur d'Hérault, Carole Delga a lancé la construction du lycée polyvalent et professionnel de Gignac pour lequel la Région investit 45 M€, et annoncé publiquement le nom retenu : celui de Simone Veil.

 «  Depuis 2016 nous avons engagé un plan massif de rénovation et de construction dans les lycées, car ma priorité est que chaque jeune d'Occitanie ait les mêmes chances de réussite et les mêmes conditions d'enseignement, qu'il vive dans une petite commune ou dans une métropole. C'est tout le sens de la construction de ce nouveau lycée, qui sera également la garantie pour les lycéen.ne.s et leurs familles de l'amélioration de leur quotidien, notamment en limitant leur temps de trajet », a déclaré Carole Delga.

 A Gignac, Carole Delga a également participé à la signature du contrat Bourg-Centre de la commune aux côtés de Jean-François Soto, Maire de Gignac, du président de la Communauté de communes Vallée de l'Hérault et co-signataire du contrat, Louis Villaret et du président de la CCI de l'Hérault, André Deljarry. Ce contrat, qui mise sur l'essor et le dynamisme de la commune de Gignac, décline sur la période 2018-2021 plusieurs axes de développement qui permettront la réalisation de projets concrets pour le développement de la commune tels que l'extension du Centre Culturel, la création d'une plateforme de télétravail ou celle d'un Pôle d'Echange Multimodal.

 « Avec les contrats Bourg-Centre nous sommes dans le concret, en agissant avec et pour les territoires. Ces contrats sont conçus sur-mesure avec les partenaires locaux pour penser un développement qui soit utile à tous et réponde véritablement aux besoins des habitants » a ajouté Carole Delga à la suite de cette signature.

 Conviés à la signature du contrat bourg-centre, plus de 200 acteurs associatifs de Gignac ont eu l'occasion d'échanger longuement avec la présidente de Région, qui n'a pas manqué de saluer leur engagement :

 

«  Plus de 120 associations sont recensées sur la seule commune de Gignac, c'est énorme ! C'est la preuve du dynamisme de cette commune et de votre engagement, vous qui œuvrez au quotidien pour la vitalité de votre territoire. La Région est à vos côtés, notamment à travers ce contrat bourg-centre que nous signons aujourd'hui », a déclaré Carole Delga devant une salle comble.

 

Enfin, la Présidente de Région a souhaité prendre le temps d'aller à la rencontre du maire et des habitants de Saint-Guilhem-le-Désert. Inscrit au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO et placée sous le label Grand Site d'Occitanie, Saint-Guilhem-le-Désert est l'un des joyaux touristiques français. Plus de 650 000 visiteurs viennent chaque année découvrir son abbaye et ses ruelles moyenâgeuses. Attentive à la préservation du patrimoine, la Région a participé au financement de la restauration de l'autel de l'abbaye de Gellone et contribue chaque année à sa programmation culturelle.