Occitanie

Fiscalité locale

Le Conseil économique, social et environnemental « pour une réforme globale de la fiscalité locale »


Le CESE appelle à engager rapidement une réforme ambitieuse de la fiscalité locale, pour sauvegarder l’intérêt général Souvent remanié, parfois contesté mais jamais repensé, le système de fiscalité locale est aujourd’hui très majoritairement jugé obsolète. L’ensemble des acteurs s’accorde en effet pour critiquer la complexité de la fiscalité locale et invoquer la nécessité de la réformer.

Le système de fiscalité locale est aujourd’hui inadapté. De corrections mineures en réformes partielles, aucune action globale ambitieuse n’a été menée depuis 35 ans. Il convient dès lors de réformer en profondeur un système fiscal dont l’objectif reste de financer le fonctionnement des politiques et services publics d’intérêt général (déplacements en bus ou en train, accès à l’école, au lycée, à l’université, eau potable, gymnase, théâtre, bibliothèque, ramassage des déchets ménagers ou encore couverture internet, etc.).

Evaluer – Dialoguer – Réformer, telle est la méthode que propose le CESE dans son avis « Pour une réforme globale de la fiscalité locale » afin de rétablir une fiscalité locale juste, pérenne et efficiente. Pour construire ce nouveau cadre rapidement, le CESE suggère l’organisation d’états généraux de la fiscalité locale et formule plusieurs recommandations parmi lesquelles :

  •  Simplifier et clarifier l’architecture du système
    Le CESE préconise, dans le cadre d’une réforme globale de la fiscalité nationale, de simplifier l’architecture du système de la fiscalité locale, en concentrant les ressources fiscales sur deux des quatre strates de collectivités locales actuelles. À titre d’exemple, le déplacement de la fiscalité du « bloc communal » vers le « bloc intercommunal » renforcerait la cohérence de gestion et la solidarité entre les collectivités d’un même territoire de vie, et donnerait aux élus plus de moyens au service d’une réelle autonomie d’action de leurs collectivités respectives.

  • Financer plus justement l’action des collectivités locales
    Le CESE estime que l’affectation, aux collectivités locales en fonction de leurs principales compétences, d’une part de la collecte d’impôts nationaux dits dynamiques, permettrait de remédier aux disparités de potentiel fiscal qui s’accentuent entre territoires.
    Cette meilleure répartition des recettes fiscales nationales pourrait s’exprimer concrétement par l’affectation d’une part de TVA aux régions, corrélativement à leur compétence de développement économique, ou encore par l’affectation d’une part de CSG aux départements, en lien avec leur compétence sociale.

  • Renforcer la solidarité entre les territoires
    La future loi-cadre sur la fiscalité locale devrait intégrer une réforme complète du système de péréquation. Il conviendrait d’insister sur sa simplification, de privilégier le recours à la péréquation verticale, de prévoir un dispositif d’évaluation permanente de son fonctionnement et de son efficacité, et d’instaurer une gouvernance partagée entre l’Etat et les collectivités locales.

  • Faire évoluer les rapports entre l’Etat et les collectivités locales ainsi que les rapports entre les collectivités locales et les habitants
    La Conférence nationale des territoires (CNT) pourrait initier un dialogue sur la répartition des recettes fiscales, et aurait la charge d’arrêter un accord triennal révisable annuellement. Le CESE préconise également la signature d’accords triennaux entre l’Etat et toutes les collectivités locales qui auront la responsabilité de lever l’impôt. Ils permettraient aux élus de bénéficier de lisibilité et incluraient un pacte de bonne gestion.
    Enfin, chaque collectivité en charge de lever l’impôt pourrait organiser des «Conférences citoyennes triennales sur le budget ». Y seraient associés habitants, syndicats, entreprises, associations, qui pourraient alors s’informer et s’exprimer sur les grandes hypothèses d’orientation envisagées par la collectivité.


Cet avis, rapporté par Jean-Karl DESCHAMPS (Groupe des Associations) et Didier GARDINAL (Groupe des Entreprises), pour la section de l’économie et des finances du CESE, présidée par Hélène FAUVEL (Groupe CGT- FO), a été présenté lors de l’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental du 10 avril 2018.
L’avis a été adopté en plénière avec 141 voix pour, 27 abstentions et 3 voix contre.

L'Occitanie confirme le potentiel et l'attractivité de son territoire

Investissements Directs Etrangers (IDE)

Business France a présenté mardi 3 avril le bilan 2017 des investissements internationaux en France, réalisé avec les agences régionales de développement économique. En se classant au 3e rang des régions françaises en nombre de projets d'investissement étrangers accueillis et au 5e rang en termes d'emplois créés ou maintenus, Occitanie / Pyrénées-Méditerranée confirme le potentiel et l'attractivité de son territoire auprès des opérateurs étrangers. Elle est par ailleurs 1ère du classement sur le volet production.OCCICapture

 Dans le cadre de sa Stratégie Régionale pour l'Emploi et la Croissance, la Région a fait de l'attractivité une de ses priorités. Il s'agit de promouvoir le potentiel régional - entreprises, savoir-faire, productions, qu'elles soient industrielles, agroalimentaires ou agricoles, universités et laboratoires - afin d'inciter les entreprises à investir, à s'installer et à créer de l'emploi pérenne en Occitanie. La Région se mobilise ainsi pour faciliter l'installation, la construction ou l'extension, le recrutement, la recherche et l'innovation des entreprises étrangères.

 Cette mobilisation régionale sur l'attractivité territoriale porte ses fruits. L'étude de Business France, réalisée en lien avec l'agence régionale AD'OCC, montre qu'au cours de l'année 2017, 140 projets étrangers ont permis la création ou le maintien de 3 349 emplois. A ce titre, sur la période étudiée, la région Occitanie pèse 10% du nombre total d'emplois liés aux investissements étrangers en France. Cette performance témoigne de la montée en puissance du territoire puisqu'en 2016 la région comptabilisait 120 projets pour 2 519 emplois créés ou maintenus.

 En 2017, les projets d'extension de sites sont majoritaires et représentent près des trois quarts des investissements, ce qui confirme la capacité du territoire à pérenniser et à développer les investissements qu'il accueille.

 Du côté des secteurs d'activité, l'Occitanie a attiré 38% des projets et 40% des emplois liés à des investissements étrangers dans le secteur des « matériels aéronautiques, navals et ferroviaires » (1ère région française) ainsi que 20% des projets et 23% des emplois sur le volet « agroalimentaire, agriculture, pêche ».

 Par ailleurs, Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est la 1ère région française en matière d'accueil de projets de production (ex-aequo avec Grand Est), avec 17% des projets accueillis au niveau national. Le territoire est également attractif sur le plan de la logistique, avec 15% des projets (2e région après Ile-de-France), ce qui confirme la pertinence de la création d'un Cluster dédié pour accompagner le développement et l'attractivité de la filière. Sur le volet R&D, 12% des projets accueillis en France sont basés en Occitanie, ce qui la place au 3e rang des régions françaises sur ce segment.

 Concernant la provenance des investissements étrangers enregistrés en 2017, Etats-Unis (26 projets et 559 emplois), Allemagne (17 projets et 276 emplois) et Italie (14 projets et 173 emplois) confirment les liens étroits du territoire avec ces partenaires historiques. Dans ce classement, d'autres partenaires étrangers témoignent de leur intérêt pour le territoire régional. L'Occitanie représente ainsi 33% des projets d'investissements marocains, et respectivement 23% et 13% des emplois créés par la Chine et le Japon sur le territoire national en 2017.

Ainsi, dans la perspective de renforcer ses relations avec les investisseurs étrangers, la Région étoffe son offre d'accompagnement des entreprises dans leur installation sur son territoire, en mobilisant et en coordonnant tous les acteurs publics et privés autour d'une stratégie commune : pour chaque projet, le territoire d'Occitanie doit apporter une réponse pertinente et qualitative, qui sera déterminante dans le choix d'implantation sur le territoire.

 

« Ce nouveau palmarès réalisé par Business France avec notre agence AD'OCC illustre une fois encore, non seulement le potentiel de notre territoire en termes de localisation, de compétences et d'infrastructures, mais également la qualité de l'accompagnement du service public régional. Grâce à notre écosystème, à la pointe dans bien des domaines, et à nos savoir-faire d'excellence, nous montrons qu'il existe une place pour les productions de qualité et à forte valeur ajoutée. C'est le message que nous portons sur la scène internationale : il y ici en Occitanie tous les éléments réunis pour la création d'activité et de valeur. C'est la mission confiée à notre agence de développement économique AD'OCC, qui travaille sur l'attractivité du territoire pour faire connaître et valoriser ses atouts à l'international. Notre combat pour l'emploi nous conduits bien sûr à miser sur ces investissements venus de l'étranger. Dans cette compétition internationale pour attirer ces projets créateurs d'emplois, la Région poursuivra la dynamique engagée avec l'ensemble des partenaires, notamment l'Etat, afin que l'implantation soit facilitée et encouragée, évidemment d'un point de vue administratif mais également pour ouvrir tous les écosystèmes à ces entreprises étrangères, comme nos centres de formation, de recherche, d'enseignement supérieur... Voire même culturels et sportifs ! L'Occitanie est une terre d'accueil par excellence » souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

  Les chiffres clés des investissements étrangers en Occitanie en 2017

- Plus de 1 200 entreprises étrangères

- Employant plus de 80 000 salariés

- 146 projets d'investissements décidés en 2017

- Dont 140 permettant la création ou le maintien de 3 349 emplois

- 3e région en nombre de projets accueillis

- 1ère région (ex-aequo avec Grand-Est) pour l'accueil de projets de Production

- 2e région pour l'accueil de projets de Logistique

- 5e en termes d'emplois créés ou maintenus

- 11% des projets accueillis en France

- 10% des emplois créés ou maintenus par des entreprises étrangères en France

CRJ : les candidatures sont ouvertes jusqu'au 27 avril

Education - Jeunesses

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée vient d'engager sa nouvelle « politique jeunesses » axée sur la citoyenneté et l'émancipation des jeunes. Ce panel d'actions innovantes et participatives s'appuiera notamment sur la création d'un outil de concertation dédié : le Conseil Régional des Jeunes (CRJ).

Les jeunes souhaitant se mobiliser et s'impliquer dans l'animation citoyenne de leur Région peuvent dès à présent faire acte de candidature sur le site internet www.laregion.fr/candidater-au-CRJ.

 La Région a souhaité faire de l'apprentissage et de l'exercice de la citoyenneté un élément clé de sa nouvelle « stratégie jeunesses ». Ainsi, grâce au CRJ, elle donne aux jeunes d'Occitanie les moyens de participer pleinement aux politiques régionales qui les concernent au quotidien.

 Pour répondre aux attentes des jeunes exprimées lors de la concertation, portant sur la création d'une instance crédible, simple et utile aux politiques régionales et aux jeunes, la Région proposera un format inédit et un fonctionnement innovant. Le CRJ comptera 158 membres maximum désignés pour un mandat de 2 ans par la Région, par tirage au sort le cas échéant, afin d'assurer une juste représentation des territoires. La composition de ce CRJ reflètera la diversité sociologique de la jeunesse régionale en s'attachant à ce que chaque bassin de vie vécu soit convenablement représenté et en respectant la parité. Son fonctionnement sera basé une dimension présentielle, nécessaire et demandée par les jeunes, non exclusivement à Toulouse ou à Montpellier.

 Le CRJ sera un espace d'impulsion, de concertation et de consultation permettant aux jeunes d'Occitanie de participer directement à la vie et au devenir de leur territoire ainsi que d'enrichir, par leurs propositions, le projet régional. La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée sera la première en France à donner une dimension numérique au fonctionnement du CRJ à travers le « site jeune » et en interaction avec la plate-forme citoyenne dont la Région souhaite se doter en 2018.

 Cette nouvelle instance de concertation sera installée en juin prochain à l'issue d'un appel à candidatures auprès des jeunes de 15 à 29 ans résidants en Occitanie.

 Comment participer ?

 Appel à candidatures disponible sur le « site jeune » de la Région jusqu'au 27 avril 2018 : www.laregion.fr/candidater-au-CRJ
 
+ d'infos sur le CRJ

 « Dès 2016, nous avons engagé de nouvelles politiques volontaristes à destination des jeunes, car nous sommes convaincus que la réussite de notre région dépend de sa capacité à les écouter, à les impliquer et à leur faire confiance. Avec la Carte Jeune, la gratuité des manuels scolaires et des premiers équipements pour les apprentis ou la construction de nouveaux lycées, nous souhaitons leur donner, dans tous les territoires, les moyens de s'épanouir, de réussir, de vivre pleinement en Occitanie. Aujourd'hui, cette stratégie régionale concrétise et structure cette ambition forte. Le Conseil Régional des Jeunes sera un formidable lieu de débat, d'échange et de construction collective, pour un projet régional partagé, réaliste et ambitieux. J'invite nos jeunes à se mobiliser, à participer et à faire entendre leur voix. Aujourd'hui, nous envoyons un message fort aux jeunes d'Occitanie, et leur donnons les clés pour inventer l'avenir » souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Présentation de l'édition 2018 du Mondial du Vent de Leucate

Kamel Chibli, vice-président de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en charge de l'Education, de la Jeunesse et du Sport, représentant la présidente Carole Delga, tiendra une conférence de presse, ce vendredi 06 avril, à 11h, à l'Hôtel de Région de Montpellier, accompagné de Michel Py, maire de Leucate et conseiller régional, pour présenter l'édition 2018 du Mondial du Vent, qui se déroulera du 17 au 22 avril prochains, à Leucate.OCCICapture

 Paul Serin et Valentin Garat, kitesurfeurs de haut niveau témoigneront de leur expérience durant cette conférence de presse.

 Pendant 6 jours à Leucate, sur la Plage de La Franqui, le Mondial du vent associera compétitions internationales de kitesurf et windsurf à de très nombreuses animations pour le grand public. Les meilleurs riders mondiaux y seront présents et de nombreux spectateurs sont attendus.

 « Le Mondial du Vent s'est imposé au fil des années comme un événement incontournable pour les sports de glisse en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Les engagements de cette manifestation répondent à l'ambition de la Région : permettre à tous les habitants de pratiquer un sport sur l'ensemble du territoire et assurer le rayonnement de l'Occitanie sur la scène sportive nationale et internationale. Au-delà d'un réel effet positif sur le dynamisme et la structuration du mouvement sportif régional, ce rassemblement, tout comme d'autres grands événements sportifs, représente un levier important économique » a déclaré la présidente à quelques jours de la conférence.

 

Occitanie / Pyrénées - Méditerranée, dans le top 10 mondial des sports de glisse

  •  - Région dans le top 10 mondial des destinations des sports de glisse
  • -1ère région de France pour le Kitesurf (15 000 pratiquants, 120 acteurs économiques, 1 000 emplois, 12 champions du monde).
  • -Défi Wind de Gruissan : le plus grand rassemblement de windsurfers au monde

 Avec 200 km de côtes et plus de 200 jours de vent par an, avec la chaîne des Pyrénées sur 400 km et plus de 200 jours de soleil par an, les conditions de pratique de la glisse sont optimales en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, pour le loisir, comme pour le haut niveau.

Grande concertation citoyenne sur l'alimentation

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Jean-Louis Cazaubon, vice-président en charge de l'agroalimentaire et de la viticulture, présenteront le mardi 3 avril, la grande concertation citoyenne sur l'alimentation,  déclarée « grande cause régionale » pour l'année 2018.OCCICapture

 Citoyens, professionnels du secteur agricole et agro-alimentaire et territoires sont invités à bâtir collectivement tout au long de l'année la démarche « Alimentation Occitanie », de la production à la consommation, en passant par la transformation, les questions culturelles et environnementales, la qualité des produits ou encore les modes de consommation, la santé et les fractures alimentaires.

 A partir de la 1ère semaine d'avril et jusqu'à fin juin, les habitants d'Occitanie auront la possibilité de s'exprimer et donner leur avis sur les problématiques liées à l'alimentation via un questionnaire en ligne. Cette concertation sera suivie de rencontres territoriales, organisées dans les 13 départements d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

 Le questionnaire, la campagne de communication et le calendrier de la concertation territoriale seront notamment présentés lors de la conférence de presse.

 « Parce que l'alimentation nous concerne tous, au quotidien, j'ai décidé d'en faire la grande cause régionale 2018. Jusqu'à l'été prochain, une concertation citoyenne sans précédent en France donnera ainsi la parole aux consommateurs d'Occitanie, afin d'enrichir le travail mené en amont avec les acteurs du territoire et les collectivités. Cette grande consultation inédite en France permettra de construire ensemble le futur Plan Alimentation régional », a déclaré la présidente Carole Delga a quelques jours de la conférence.

2èmes Rencontres culture et patrimoine, organisées par la Région

Carole Delga : « Aujourd'hui, plus que jamais, nous défendons la culture comme un des piliers de notre société »

 La présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, est intervenue ce matin à Carcassonne, lors des deuxièmes Rencontres régionales de la culture et du patrimoine. Après un premier temps de concertation organisé fin 2016, la Région a réuni à nouveau les professionnels du secteur, à l'occasion du lancement de sa politique culturelle et patrimoniale, sur la période 2018-2021.OCCICapture

Aux côtés de Dominique Salomon, vice-présidente en charge de la culture, du patrimoine et des langues régionales, et d'élus régionaux, Carole Delga a rappelé l'engagement et l'ambition portée par la Région.

 « Culture partout et pour tous : voici des principes qui me sont chers. Je souhaite que cette nouvelle politique régionale culturelle et patrimoniale, s'adresse au plus grand nombre et à l'ensemble des générations. Je suis tout particulièrement attentive à réduire les inégalités territoriales et culturelles, à soutenir les acteurs des arts et de la culture, notamment dans leur démarche de création, à conforter la participation et la responsabilité citoyenne par une action publique dédiée. Notre stratégie est bâtie sur des principes forts : la concertation avec les acteurs territoriaux et les professionnels pour aboutir à une démarche ambitieuse favorisant l'innovation et l'expérimentation », a annoncé Carole Delga.

 En 2018, le budget de la Région consacré à la culture et au patrimoine est renforcé et représente plus de 3% du budget régional, en augmentation de 12% par rapport à 2017. La nouvelle politique régionale est le fruit d'un an et demi de concertation, réunissant plus de 2700 acteurs du secteur, pour répondre au mieux aux attentes des professionnels et des publics.

 Axe n°1 : Renforcer l'égalité d'accès à la culture et maintenir un aménagement culturel équilibré du territoire

Une des missions de la Région est d'assurer un maillage culturel équilibré sur l'ensemble du territoire, afin de permettre, à travers des lieux et équipements structurants de proximité, l'accès à toutes les disciplines artistiques. La politique régionale agit en faveur de la réduction des inégalités, y compris culturelles, avec notamment le Pass Train Express Régional, qui permettra au public d'accéder à faible coût à l'ensemble des sites patrimoniaux, musées et manifestation culturelles sur le territoire.

Dans un souci constant de médiation et d'ouverture, l'action régionale se concentre également sur l'éducation artistique et culturelle à travers des programmes de qualité tels que « lycéens et apprentis au cinéma ».

 Axe n°2 : Financer et encourager la création produite en Occitanie et accompagner l'innovation

La Région souhaite créer dès cette année une journée régionale « portes ouvertes des ateliers d'artistes », en vue de donner plus de visibilité aux artistes d'Occitanie et les faire connaître du grand public, des habitants comme des touristes.

Le numérique favorise de nouvelles formes de créations et modifie de manière considérable les pratiques des publics. La Région s'engage auprès des acteurs du domaine culturel afin d'accompagner cette transition. Elle apporte son appui à des expérimentations culturelles innovantes, développant à la fois des pratiques artistiques collectives ainsi que des parcours de visite transversaux alliant plusieurs disciplines.

 Axe n°3 : Fortifier l'économie de la culture et du patrimoine

Le secteur culturel dans son acception la plus large implique de fortes retombées économiques et touristiques pour le territoire régional et ses habitants. La Région souhaite développer son soutien à ces filières en renforçant, entre autres, l'aide à la création audiovisuelle, afin que davantage de fictions, films d'animation et documentaires soient tournés en région et ainsi accroître les retombées économiques, l'emploi mais aussi la visibilité de la région. Le soutien à la filière du livre est de la lecture est également stratégique, avec la nouvelle agence régionale « Occitanie Livre et Lecture ».

L'action régionale favorise également les synergies entre les acteurs et se positionne pour accompagner leur formation et professionnalisation tout au long de leur carrière.

 Axe n°4 : Accroître la visibilité et le rayonnement à l'international de la culture et du patrimoine de l'Occitanie

Afin de développer un tourisme culturel d'excellence, la Région est très impliquée dans la valorisation du patrimoine antique sur son territoire. Elle pilote par exemple la création du Musée régional de la Narbonne Antique, NARBO VIA, financé à hauteur de 50 M€. La Région s'attache également à accroître la mobilité artistique à l'international. Le Prix Occitanie Médicis a vu le jour, en partenariat avec l'académie de France à Rome, afin d'accueillir chaque année un artiste émergent de la région en résidence à Rome durant 3 mois. Ce dernier sera ouvert cette année aux artistes plasticiens.

 « Symbole de l'ouverture à l'autre et au monde, je suis convaincue que la culture joue un rôle essentiel dans notre société. Je soutiens par ailleurs une vision de la culture en partage, riche de ses croisements et de ses mélanges. En ces temps troublés, il est nécessaire de défendre sa place et de soutenir la création, la culture étant l'une des meilleures réponses à la barbarie. Faisons également de nos singularités des forces. En effet, l'Occitanie bénéficie d'un patrimoine et d'une vitalité culturelle exceptionnels. Au-delà de l'attractivité du territoire, ce dynamisme doit renforcer la cohésion et participer à la construction de notre identité commune », a également déclaré Carole Delga.

5ème édition du festival Escale à Sète : fêtez la Méditerranée du 27 mars au 2 avril !

Organisé depuis 2010 par l'association Escale à Sète avec le soutien de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, le festival Escale à Sète revient pour sa 5ème édition du 27 mars au 2 avril 2018.

regiP1020713

 Avec plus de 300 000 visiteurs lors de la dernière édition en 2016, le Festival Escale à Sète fait aujourd'hui partie des grands rendez-vous d'Occitanie et s'impose comme le plus grand festival de traditions maritimes de tout le bassin méditerranéen.

 Pendant une semaine, le festival propose une fête conviviale et familiale aux côtés de l'ensemble des professionnels de la mer. Au programme cette année, l'installation d'un village méditerranéen mettant à l'honneur l'Adriatique et les deux pays invités de cette édition, l'Italie et la Croatie, des spectacles nautiques mettant en scène quelques-uns des navires historiques présents lors de l'évènement, de nombreux concerts et spectacles rendant hommage aux cultures insulaires méditerranéennes.

 Pour cette 5ème édition, le festival a été placé sous le haut patronage de la Commission nationale française pour l'Unesco. La manifestation sera également marquée par la première escale de la célèbre réplique de l'Hermione en Méditerranée.

 « La Région est fière d'accueillir et d'accompagner depuis presque 10 ans déjà Escale à Sète : la reconnaissance populaire et institutionnelle dont bénéficie ce festival aujourd'hui est la juste récompense d'un engagement exemplaire en faveur de la préservation et de la promotion de notre patrimoine maritime régional. La Méditerranée fait partie de l'ADN de notre Région et ce festival l'incarne magnifiquement », a déclaré Carole Delga. 

 Partenaires de l'évènement, la Région Occitanie, le Port de Sète-Frontignan et le Parlement de la Mer, se sont fortement impliqués pour proposer une programmation culturelle riche et inédite, avec un maitre-mot essentiel : le partage d'une culture maritime exceptionnelle. Dans ce cadre, la Région a notamment créé un parcours culturel original dans la ville mettant en valeur le patrimoine maritime et les gens de mer. 

 Depuis 2010, la Région accompagne le festival Escale à Sète. Cette année, près de 200 000€ ont ainsi été mobilisés.

Les 2èmes Rencontres culture et patrimoine

Carole Delga ouvre les 2èmes Rencontres culture et patrimoine, organisées par la Région

Jeudi 29 mars 2018 à 9h30, Palais des Congrès de Carcassonne - rue des 3 CouronnesOCCICapture

 La présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, interviendra lors des deuxièmes Rencontres régionales de la culture et du patrimoine, accompagnée de Dominique Salomon, vice-présidente en charge de la culture, du patrimoine et des langues régionales. Après un premier temps de concertation organisé fin 2016, la Région réunit à nouveau les professionnels du secteur, à l'occasion du lancement de sa politique culturelle et patrimoniale, sur la période 2018-2021.

 « La culture joue un rôle primordial dans l'éveil de la pensée et des consciences mais également dans la réaffirmation des valeurs de la démocratie. Elle forge notre vision et notre compréhension du monde et contribue à bâtir notre identité, ainsi que la cohésion et l'attractivité d'un territoire. Aussi, en 2018, la Région adopte une nouvelle politique culturelle et patrimoniale qui témoigne de notre ambition et de notre engagement. Elle est bâtie sur des principes forts : une élaboration en concertation avec les acteurs territoriaux et les professionnels du secteur, et la nécessité d'aboutir à une politique ambitieuse favorisant l'innovation et l'expérimentation » a notamment déclaré Carole Delga.

 La colonne vertébrale de cette nouvelle stratégie régionale se décline en quatre axes, quinze objectifs opérationnels et quatre-vingt-dix actions. Conformément à ces engagements, le budget de la Région consacré à la culture et au patrimoine représente plus de 3 % du budget régional et est en outre renforcé en 2018 (en augmentation de 12% par rapport à l'année précédente).

 Programme des Rencontres :

 10h - 10h30 : Intervention de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

 10h30 - 10h40 : Intervention de Laurent Roturier, directeur régional des Affaires culturelles.

 10h40 - 12h30 : Table-ronde en présence de Dominique Salomon, vice-présidente, d'Emmanuel Wallon, professeur de sociologie à l'Université Paris-Nanterre et de professionnels du secteur.

Marie Cozette prend la direction du Centre régional d'art contemporain Occitanie

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, annonce la nomination de Marie Cozette, à la tête du Centre Régional d'Art Contemporain. Elle succède à Noëlle Tissier, fondatrice et directrice du centre d'art depuis avril 1997.

 Agée de 41 ans, Marie Cozette dirigeait auparavant le centre d'art contemporain - la synagogue de Delme, en Moselle, depuis 2007.

À ce titre, elle a assuré le commissariat de nombreuses expositions personnelles d'artistes français et internationaux, émergents ou reconnus (Jean-Luc Moulène, Hippolyte Hentgen, Shilpa Gupta, Susan Hiller, Marie Cool Fabio Balducci, Eric Baudelaire, Edith Dekyndt, Yona Friedman, Julien Prévieux, Katinka Bock...) et a accueilli en résidence de nombreux artistes (Anne-Charlotte Finel, Violaine Lochu, Julien Creuzet, Eva Taulois, Dominique Ghesquière...) tout en développant des coproductions européennes avec Bruxelles, Karlsruhe, Saint Sébastien, Milan, Londres, etc.

 

Diplômée de l'Ecole du Louvre, Marie Cozette est historienne de l'art de formation. De 2003 à 2005, elle a co-fondé et co-dirigé deux lieux d'exposition indépendants à Paris, dédiés à la scène artistique émergeante : The Store, puis Bétonsalon. En 2005 et 2006, elle a été directrice artistique de la box, galerie de l'école nationale supérieure d'art de Bourges autour d'une programmation et d'une publication intitulées « Les formes du délai », signée avec Julie Pellegrin et Keren Detton.

Elle a enseigné à l'école supérieure d'art de Lorraine - Metz la culture générale et l'histoire des expositions en 2014 et 2015. Elle a participé à de nombreux jury (diplômes d'écoles d'art, Biennale de Venise...) et a été membre du comité d'acquisition du Frac Champagne Ardenne en 2015 et 2016.

 Depuis 2007, elle intervient régulièrement pour des conférences dans divers contextes en France : Journées professionnelles dans les écoles d'art, Fondation Ricard, FIAC, Centre Pompidou, Printemps de Septembre ; et à l'étranger : ARCO Madrid, Western Front Vancouver, Toronto University, Institute of Contemporary Art de Winnipeg, China Central Academy of Fine Arts - Pékin, Université des arts - Xi'An, etc.

 Marie Cozette prendra ses fonctions au Centre Régional d'Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée à Sète,  le 1er août 2018.

Journal de la Région n° 11 - Janvier 2018 - Editions départementalisées

Téléchargez l'édition de l'Hérault

Un numéro spécial pour chacun des 13 départements d’Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, comprenant 4 pages qui reviennent en détails sur des réalisations de la Région concernant l’emploi, l’éducation, les transports, l’économie, l’agriculture, la santé…

A découvrir également, les nouvelles mesures mises en place en 2018 ainsi que le nouveau budget, faisant la part belle à l’effort d’investissement, le plus important de toutes les Régions françaises.

Et la Région précise : "Sans oublier la mobilisation pour les lignes à grande vitesse qui ne faiblit pas, au contraire, un dossier consacré au développement des territoires de montagne, mais aussi un gros plan sur les nouveaux Grands Sites Occitanie, un zoom sur les tournages en pays catalan, un quizz pour devenir incollable sur les spécialités culinaires de la région ou encore une recette sacrément culottée de haricot tarbais pour becs sucrés. Et puis c’est le moment de biner, planter, fertiliser… Nous vous proposons une sélection jardinage de graines, plantes ou encore potagers urbains « Produits en Occitanie »."

Enfin, en dernière page du magazine, Olivia Ruiz se livre sur ses racines méditerranéennes et son attachement à sa région natale.

https://www.laregion.fr/IMG/pdf/cr11-he_rault-bat_web.pdf

Avec le CDI intérimaire, la Région et Adecco innovent

Avec le CDI intérimaire, la Région et Adecco innovent pour booster l'emploi et répondre aux besoins des entreprises

 Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Pierre Lombard, Directeur Général des Opérations Adecco France, ont signé ce mardi 20 mars, une convention en faveur de l'emploi et de la formation professionnelle en Occitanie.OCCICapture

 L'emploi intérimaire, en progression de 10,2% en Occitanie en 2017, participe à la dynamique de reprise de l'emploi dans la région et constitue un levier de développement économique sur lequel la Région Occitanie souhaite aujourd'hui s'appuyer, en partenariat avec Adecco. Signée pour la période 2018-2019, la convention entre la Région et Adecco s'articule autour de 3 axes prioritaires :

-       Anticiper les métiers de demain, les besoins prospectifs des entreprises et les compétences à former,
-       Faciliter les démarches partenariales entre acteurs du territoire afin de mieux répondre aux besoins des filières, des secteurs et des entreprises,
-       Innover, en créant des pratiques au service des publics en difficulté et des entreprises.

 « En réponse à la constante progression démographique de notre région, nous devons chaque année créer 22 000 nouveaux emplois. Il est aussi nécessaire de répondre aux besoins en compétences des entreprises qui peinent à recruter avec 15 000 offres d'emplois qui restent non pourvues sur notre territoire, faute de qualification. Ce nouveau partenariat avec Adecco va permettre de renforcer l'action de la Région pour relever ces défis notamment via le développement du CDI intérimaire et les pôles de compétences partagés pour renforcer la sécurisation des parcours professionnels et favoriser l'accès à l'emploi. Nous agissons concrètement et collectivement pour apporter aux entreprises les compétences nécessaires à leur développement, pour les aider à faire face aux évolutions technologiques, et pour faire du combat pour l'emploi une réussite pour tous », a déclaré Carole Delga.

 « Nous sommes très heureux d'unir nos forces avec la Région sur le terrain de l'emploi. Nous sommes en effet convaincus que les politiques d'emploi doivent être menées au niveau local. Pour favoriser l'accès à l'emploi de chacun, sécuriser les parcours professionnels, répondre aux pénuries de compétences et préparer les métiers de demain, nous misons sur la formation professionnelle et sur des innovations telles que le CDI intérimaire et les Pôles de Compétences Partagées », a déclaré Pierre Lombard, Directeur Général Opérationnel d'Adecco.

 2 atouts pour booster l'emploi et répondre aux besoins des entreprises régionales

Le CDI Intérimaire est un des principaux leviers sur lequel la Région et Adecco souhaitent s'appuyer dans le cadre de cette convention. Ce type de contrat alterne des périodes de missions dans les entreprises et des « intermissions ». Il  permet aux salariés d'envisager plus sereinement leur avenir professionnel et personnel, avec une garantie mensuelle de rémunération, tout en sécurisant leur parcours professionnel. Le CDI intérimaire continue son importante progression (+82,4 % sur un an) pour concerner près de 26 400 contrats fin 2017 en France, dont 48% signés par Adecco. En Occitanie, Adecco a signé près de 600 CDII sur un total d'environ 1000.

 Autre dispositif que la Région Occitanie et Adecco souhaitent développer pour favoriser la montée en compétences des salariés et offrir une solution ressources humaines souple et efficace aux entreprises : les pôles de compétences partagées (PCP).  Les pôles de compétences partagées réunissent les entreprises d'un même secteur d'activité pour lesquelles le groupe Adecco s'engage à mettre à disposition un groupe de 50 à 100 collaborateurs en CDI intérimaires, recrutés et formés avec le concours des entreprises.  4 PCP existent d'ores-et-déjà en Occitanie : à Montpellier et Toulouse sur le secteur du BTP, à Montauban autour de la logistique et à Toulouse dans le tertiaire. Des projets de création sont en cours à Moissac, à Nîmes, à Castres ou encore à Montpellier et Toulouse.

 Au-delà de ces outils, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Adecco s'engagent également à collaborer pour mutualiser leurs ressources sur l'évolution des besoins en compétences et des métiers en tension, renforcer les liens entre Adecco et les organismes de formations partenaires de la Région pour créer des passerelles directes de recrutement ou encore pour favoriser le recours au CDI Intérimaire pour les publics possédant un faible niveau de qualification, notamment dans les formations de l'Ecole régionale du numérique créée par la Région.

 L'emploi intérimaire en Occitanie

 "En décembre 2017, la région Occitanie comptait 56 400 intérimaires, soit une progression de 10,2% sur un an (contre 6,6% en moyenne dans l'hexagone)*. Le secteur tertiaire concentre le plus grand nombre d'intérimaires avec 39% de la part totale, notamment dans la construction. La plupart des intérimaires en Occitanie sont des ouvriers qualifiés. Une proportion en forte augmentation, le nombre d'ouvriers qualifiés employés pour des missions courtes ayant augmenté de près de 16% en un an.

 

*Statistiques Pôle Emploi (février 2018)