Poussan

Les maternelles découvrent les dromadaires

cls32IMG_8933Le 17 juillet, le CLSH de Poussan s'est rendu à Dromasud avec les maternelles, à Balaruc-le-vieux. Après le brossage des dromadaires et un peu de vocabulaire à retenir… Rien de tel qu’ une petite balade dans la garrigue au rythme du désert…

Fiest'à Poussan 2017 : Punta Rock et Groove pour rythmer la soirée

La 21ème édition de Fiesta Sète s'annonçait comme son habitude riche en découvertes et surprises avec un festival qui sait associer des artistes de renommée internationale et de nombreuses découvertes, toujours axées autour de la richesse et de la diversité des musiques vivantes..fiest 2017DSC_0102

"musiques vivantes plutôt que musiques du monde tout simplement parce que celles que nous chérissons parlent au présent de notre monde d’aujourd’hui. Nos choix restent ainsi guidés, pour l’essentiel, par une certaine idée de la modernité, du métissage et du mouvement. Rien ne nous enthousiasme autant que les propositions musicales aux saveurs inédites, les mixtures les plus audacieusement relevées, à condition que qualité et plaisir soient au rendez-vous !"

Fiest'A Sète c'est : 14 jours de festival 30 000 festivaliers, toutes manifestations confondues 25 groupes, plus de 250 artistes issus des 4 coins du monde 14 concerts au Théâtre de la Mer 8 concerts dans les communes autour du Bassin de Thau et à Sète Des séances de cinéma musical Des tchatches musicales Des ateliers enfants Des before et afters sur la plage Des stands de cuisine du monde sur les lieux des concerts Plus de 400 adhérents à l’association Métisète qui organise le festival.

fiest2017DSC_0047

Elle se déroule en 2017 du 22 Juillet jusqu'au 7 Août. Début du premier acte avec, les concerts autour du Bassin de Thau avant de retourner à Sète. Et ce samedi, c'était à Poussan. Près de 15 jours de concerts avec pourtant une programmation du plus haut niveau, pour des rencontres exceptionnelles. Il y a de quoi se faire plaisir avec des artistes, de l'Amérique du sud à l'Afrique pour les musiques du monde, mais aussi différents styles jusqu'à des musiques traditionnelles . Du 1er au 7 août, cap sur le Théâtre de la Mer à Sète pour une semaine de concerts.

Sans oublier les tchatches musicales, les expositions et les séances de cinéma sans compter toutes les rencontres. D'ailleurs pour en savoir plus sur les derniers concerts, une seule adresse : Retrouvez la programmation complète sur www.fiestasete.com.

A partir de 20 h 30, ce samedi soir, les choses se sont donc accélérées : José Bel qui s'occupe de l'association Métisète invitait le public à se rapprocher de la scène pour présenter Fiest'A Sète et pour l'inviter à voyager avec les 2 formations qui allaient animer la soirée : " C'est la 17ème fois que nous sommes reçus à Poussan et que nous pouvons y organiser une soirée de Fiest'A Sète en partenariat avec la Mairie et le comité des Fêtes du Carré d'As. C'est toujours un plaisir et cette année nous allons commencer par un beau voyage musical vers le Honduras , avec Aurélio. Que cette soirée soit chaleureuse avec un début très très fort :

En effet, "Au-delà du Parlement du Honduras où il a siègé, c’est sur les scènes internationales qu’Aurelio fait vivre la tradition Garifuna. Rescapé du naufrage d’un navire négrier, son peuple s’est construit, dans l’adversité et le sang, une langue (mélange créole d’arawak, de yoruba, d’anglais, d’espagnol, de français) et une culture farouchement indépendante, mais aujourd’hui menacée, où musique, danse et récits ont toujours été l’expression d’une lutte pour la survie, contre le colonialisme et la ségrégation. Un attachement légitime de la part d’une des rares communautés afro-américaines à avoir su se préserver de l’esclavage, et à qui Aurelio rend un hommage passionné."

fiest2017DSC_0043

"Chanteur et guitariste Aurelio Martínez, un temps député dans son pays, voit son art comme un outil plus puissant que la politique. « Mes chansons ne sont pas que des chansons, elles me permettent d’aborder les problèmes qu’il y a dans notre société." "Le centre de la communauté garifuna est la croyance et le respect pour les ancêtres. Les Garinagu conservent leur puissante connexion spirituelle avec les générations passées de tout groupe familial à travers un rituel appelé "Dugu". Un chef spirituel appelé «Buyei» ou chaman préside les membres de la famille qui se déplacent du monde entier pour se réunir au lieu de rencontre dugu appelé «temple». Aucune dépense n'est épargnée car le pain frais de fruits de mer, de porc, de volaille et de manioc est préparé pour des jours de guérison, de danse, de percussion et de communion avec le monde spirituel"

"Ce spiritualisme engendre une créativité parmi Garinagu sous forme de musique, de danse et d'art. Punta Rock est une interprétation musicale moderne d'une danse culturelle Garinagu. La danse de Punta accompagnant la musique - avec ses mouvements séduisants et ses rythmes - est la danse la plus populaire au Beliz."

Aucun problème pour les spectateurs qui se laissaient entraîner sans retenue dans des rythmes bien particuliers mais si prenants. Entre rock, accents africains, andalous et d'Amérique du Sud, on y était, dans le bon tempo propice au partage et à la joie de se laisser aller. Sétois, vacanciers, Poussannais, connaisseurs ou néophytes, profitaient de cette opportunité pour passer une bonne soirée et danser sans retenue.

fiest2017DSC_0091

Le public s’approchait rapidement des 900 spectateurs au meilleur de la soirée (23 h). tandis que déjà la pause technique était à l'ordre du jour. Le public qui avait un peu changé était osmose avec eux tout en appréciant cette douce nuit qui s'annonçait musicale.

A l'heure de la Pause, direction les rafraîchissements et les points snacks car même si cela fait longtemps que Poussan s'associe à Fiesta Sète pour l'organisation d'une soirée, le Carré d'As, de la buvette à l'accueil des groupes, fait son maximum. Après plus d'une heure de concert, José Bel revenait sur Fiest'A Sète et sur les formidables concerts de cet été en précisant qu'il fallait faire vivre avec Fiest'à Sète et adhérer au projet pour que cela perdure.

A l'heure de la Pause, direction les rafraîchissements et les points snacks car même si cela fait longtemps que Poussan s'associe à Fiesta Sète pour l'organisation d'une soirée, le Carré d'As, de la buvette à l'accueil des groupes, fait son maximum.

Se profilait alors un autre voyage entre France et Colombie avec THE BONGO HOP.

"Après huit années passées à Cali, le trompettiste, DJ, journaliste, prof de sciences politiques Etienne Sevet a déballé à Lyon son sac débordant de carnets de voyage sonores, d’impressions afro-caribéennes, de souvenirs tropicaux, et les a agencés en un concentré d’énergie, de moiteur, de sensualité toutes colombiennes. Épaulé par des amis de là-bas et d’ici, il a conçu The Bongo Hop comme un projet où le groove est roi. Vellenato, cumbia, kompa, afro funk et high-life s’y entrechoquent sur des beats hip hop pour une exhortation à la guinche sans frontières."

fiest2017P1550264

Le résultat : un mix imparable de rythmiques afro caribéennes (highlife, afrobeat, vallenato, kompa, cumbia colombienne), combinées au groove de sections de cuivres explosifs, de claviers tempétueux, de riffs de guitares afro funk et de beats hip hop. Une seconde fois l'on se laissait porter par ces sonorités si particulières qui nous invitaient encore au voyage musical dont Fiest'à Sète a le secret.

Deux concerts très différents, par deux groupes particuliers mais n'est-ce pas l'objectif de Fiest'à Sète ?. Il y avait de la qualité, et surtout la joie et du plaisir pour les groupes et pour le public qui n'a jamais autant bougé, avec l'envie de partager des instants magiques.

Objectif atteint car une des volontés premières de ce festival est de est de s'affirmer en tant qu'entité culturelle, loin des tendances et des modes. L'on a pu le vérifier encore. Et n'hésitez pas à poursuivre car le festival s’attache cette année à mettre encore en lumière la diversité du patrimoine musical mondial, et à partager sans la moindre modération ces immenses richesses.

Pour en savoir plus : www.fiestasete.com/

Avec Fabrice une première visite très instructive

Ce samedi 22 juillet, à 18 heures, avait lieu une visite historique du village de Poussan avec un guide qui fait référence dans ce domaine, Fabrice Bertrand, accompagné . La visite était organisée par le service Culturel de la ville de Poussan.berDSC_0017

Pendant près de deux heures, grâce au guide, près de douze personnes, des Pousannais mais aussi quelques visiteurs extérieurs, sont parties à la découverte de ce patrimoine exceptionnel poussannais, des châteaux de Montlaur et de Malbois, de la chapelle des Pénitents, du prieuré bénédictin et d’un plus modeste patrimoine tout autant intéressant.Avec l’observation de nombreuses façades et maisons, l’on comprenait comment les siècles avaient façonné en fonction des besoins la structure du village.

berDSC_0003

Car jadis deux lieux de culte s’étaient développés : Saint-Vincent et Saint-Cléophas. Poussan est toujours une limite, mais entre deux évêchés, celui d’Agde et de Maguelone. De St-Cléophas-des-Moulières il ne reste aucune trace. Exploitation agricole devenue hôpital pour permettre aux pèlerins de se reposer, il fut détruit durant la guerre de Cent ans, certainement. Saint-Vincent-de-Jonquières, en bordure de la nouvelle voie, était un prieuré dépendant des Bénédictins de la Chaise-Dieu et un noyau d’habitat se serait constitué autour de l’église dont il reste certaines ruines, aujourd’hui. Ce commerce avec la Chaise Dieu a permis aux Bénédictins de s’enrichir et de de rassembler autour du territoire un certaine population. D’autres lieux de culte comme celui de Saint-Sulpice-de-Thoron, ou celui de l’Ermitage en allant vers le Puech Gayès montrent avec d’autres sites comme celui du Cous où une nécropole a été mise à jour, que des points de peuplement, bien que très dispersés, étaient nombreux sur la commune.

montlaur 030 (2)

Tous disparaîtront à plus ou moins long terme car certainement à partir de l’ancienne villa Porcianus ou plus précisément sur son territoire vont apparaître l’église Saint-Pierre et le château. L’église sera mentionnée en 960 certainement construite sur un lieu de culte du IXe siècle. En 990, elle est associée à un château construit à la place d’une tour qui l’aurait précédé. Le village ou castrum ne sera clairement cité qu’en 1105 se développant d’abord sur les flancs sud et ouest du plateau où dominent église et château. La visite a donc commencé par les Halles puis le groupe s’est dirigé vers la place de l’église petit à petit. Fabrice Bertrand n’était pas avare de détails et donc les participants avaient l’occasion de plonger dans cette histoire locale qui est une de nos richesses mais aussi d’aller à la rencontre virtuelle des anciens habitants et de ce qu’ils ont bien voulu nous transmettre.

En conclusion, ce fut l’observation des remparts pour que le public puisse apprécier le caractère global du centre historique de Poussan.

Une autre visite est prévue le 12 août.

Poussan des origines : du néolithique aux Romains

A l’heure des visites guidées de Poussan, il est bon de se souvenir que l’occupation actuelle du site est le résultat d’une très longue évolution qui débutait à l’époque du néolithique.

Si bien plus tard, l’agglomération de Poussan se développera autour du château Montlaur, l’on a retrouvé des traces de l’époque du Néolithique avec une fréquentation humaine dans la périphérie de la commune. L’époque Paléolithique n’a pas de représentation à Poussan qui vivait alors sous le régime de la dernière glaciation (entre 80 000 et 35 000 ans) . Le site le plus proche occupé par l’homme de Néandertal serait celui de la grotte d’Antonègre, à Montbazin.poussCapture

 

Entre 3 200 et 2 500 ans av J-C l’homme, qui est devenu agriculteur, se serait installé sur le territoire communal. Il y a certainement vécu auparavant, mais aucune trace ne permet de l’affirmer. Il y fabriquait des haches, il réalisait des poteries, et commença à travailler le cuivre au Chalcolithique jusqu’en 1 800 av. J-C. D’après Raymond Monjardin et Marc Lugand, tous les deux archéologues, une dizaine de sites présentent alors des signes d’habitat avec des tessons de céramique comme à l’Estaque, aux Ors ou à Roumège, avec deux haches trouvées autour du Puech Bruneaud et du Mas Blanc et même avec un mobilier céramique qui concerne La garenne, les Oulettes ou Glauga. L’implantation des habitats alors constitués de cabanes réalisées avec des matériaux périssables est de préférence choisie sur des hauteurs en forme de terrasses, à l’abri du vent du nord. Certains d’entre eux ont en outre vue sur l’étang de Thau.

Cette ouverture sur la Méditerranée aura une influence déterminante aux périodes suivantes : celles de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer. Bien plus tard, en 121 av J-C, les Romains victorieux à Marseille des Valques, créent une capitale, Narbonne et une voie de communication, la voie Domitienne. Traversée par cette Via Domitia, le secteur poussannais est mis en valeur, et le cadastre se formalise, dans un but fiscal. On en retrouve encore des traces sur la commune.

Et comme les terres doivent être exploitées, celles de Poussan dépendront du territoire de Nîmes. De cette période, l’on a retrouvé un Cippe funéraire (monument funéraire sous la forme d’un pilier bas qui signalait l’emplacement d’une tombe ), celui de de Lulius Chrysio, dans la basse-cour du Château au XVIIème siècle.

D’après Gilles Sauron, Chrysio était un citoyen romain, un notable, propriétaire à Poussan, d’une villa et d’un domaine. Sa villa devait être source de profit mais aussi lieu d’une résidence luxueuse avec des bains. Il semblerait qu’un autre notable, Porcius, ait possédé un domaine semblable qui serait à l’origine du nom de Poussan. Depuis 1960, plusieurs sites ont été découverts comme celui des Clachs, une exploitation agricole d’une superficie de 1 ha 1/2, avec un bâtiment composé de plusieurs pièces à vocation agricole et résidentielle. son occupation prendra fin vers le VIème siècle.

A 400 m de là, à « Roumège », un établissement Gallo-Romain fut aussi découvert : habitat luxueux, thermes avec tubulure de chauffage et cellier viticole pour ce domaine de trente hectares entre la colline et l’étang. D’autres sites comme celui du « Cateau », ou celui de la Fontaine de « Glauga » ont été étudiés, mais l’ activité du premier cessera vers le IIIème siècle, tandis que la source de Glauga fut divinisée et le lieu occupé jusqu’à la fin de l’Antiquité.. Enfin, au Mas Blanc, sur le site de Tarroussel aussi et au Puech Gayès, l’occupation connaîtra un développement jusqu’au VIème siècle.

De l’étang de Thau à Montbazin, la plaine n’est alors pas déserte même si le Puech Gayès n’est pas devenu une agglomération. La voie Domitienne y joue le rôle de frontière, mais la Pax Romana (jusqu’en 180 à l’annonce de la mort de l’empereur Marc-Aurèle) aurait fait perdre au Puech sa valeur stratégique. Poussan avait des campagnes exploitées avec des fermes et des villas.

Il faudra attendre le Moyen Age pour voir le phénomène urbain se manifeste.

Fiest'àSète à Poussan le 22 juillet

Chemin de la cave coopérative – Devant l’ancienne cave, 34560 Poussan 

20 h 30

En partenariat avec le Comité des Fêtes le Carré d’As et la Mairie de Poussan

Entrée libre

AURELIO

Hondura

http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2016/07/fiesta17Capture.jpg

Au-delà du Parlement du Honduras où il a siègé, c’est sur les scènes internationales qu’Aurelio fait vivre la tradition Garifuna. Rescapé du naufrage d’un navire négrier, son peuple s’est construit, dans l’adversité et le sang, une langue (mélange créole d’arawak, de yoruba, d’anglais, d’espagnol, de français) et une culture farouchement indépendante, mais aujourd’hui menacée, où musique, danse et récits ont toujours été l’expression d’une lutte pour la survie, contre le colonialisme et la ségrégation. Un attachement légitime de la part d’une des rares communautés afro-américaines à avoir su se préserver de l’esclavage, à qui Aurelio rend un hommage passionné.

THE BONGO HOP

Colombie/France

http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2016/07/fiesta2Capture.jpg

 Après huit années passées à Cali, le trompettiste, DJ, journaliste, prof de sciences politiques Etienne Sevet a déballé à Lyon son sac débordant de carnets de voyage sonores, d’impressions afro-caribéennes, de souvenirs tropicaux, et les a agencés en un concentré d’énergie, de moiteur, de sensualité toutes colombiennes. Épaulé par des amis de là-bas et d’ici, il a conçu Bongo Hop comme un projet où le groove est roi. Vellenato, cumbia, kompa, afro funk et high-life s’y entrechoquent sur des beats hip hop pour une exhortation à la guinche sans frontières. 

Des visites guidées de Poussan

aff-visites-17-1Le service culturel de la ville propose en collaboration avec Fabrice Bertrand et Loïc Vannson, pour l’été, des visites guidées de Poussan. Les visites sont gratuites et le départ est à 18 h devant les halles. (Environ 1 h)

"Poussan qui fait partie de cette catégorie de villes ou villages avec une organisation spatiale basée sur la circularité est à ce titre-là une circulade. Car l’agglomération est née au pied d’un château et d’un prieuré bénédictin gardant une forme spécifique avec une partie haute et une basse contournées par une double enceinte de forme circulaire, abritant du bâti non structuré..."

Informations de rentrée scolaire pour Poussan

La demande de dérogation pour le retour à la semaine de quatre jours a été acceptée par l'académie pour les écoles de Poussan.

eco1Capture

 - Le guichet unique du pôle enfance jeunesse est ouvert tout l’été, chaque matin, de 8h à 12h.

- Les dossiers d’inscription 2017/2018 sont disponibles au bureau du guichet unique et téléchargeables sur le site de la Ville.

- La note d’information à destination des familles comportant des informations utiles sur le fonctionnement de nos structures est disponible au bureau du guichet unique et téléchargeable sur le site de la Ville.

- Des affiches explicatives sur le retour à la semaine des 4 jours seront placardées à l’entrée des groupes scolaires et mises en lignes sur le site de la Ville. 

- L’inscription à la cantine, l’achat des cartes d’accueil ALP, l’inscription au centre de loisirs (mercredi journée entière) ne seront possibles qu’à réception du dossier d’inscription, des pièces complémentaires demandées et du règlement à jour des prestations souhaitées.

La rentrée est toujours un moment intense pour les familles et le pôle enfance jeunesse, cette année le sera doublement. Nous comptons donc sur votre aide pour informer les familles de la nécessité de se procurer le dossier d’inscription, de nous le retourner avant la rentrée scolaire et de venir procéder à l’inscription de leur enfant auprès du guichet unique.

Site de la Mairie de Poussan : http://www.ville-poussan.fr/

Une matinée du 14 juillet ludique et conviviale

Ce 14 juillet, bien que la nuit ait été courte pour certains, le service animation de la mairie de Poussan avait organisé une matinée récréative surtout pour les enfants .140717DSC_0279 (29)

Le baromètre était au beau fixe pour tous même avec la chaleur et avec quelques rafraîchissements en guise d’apéritif, les choses étaient facilitées, question moral.Les plus jeunes n’avaient pas oublié le rendez-vous puisqu’ils arrivaient petit à petit, sur le boulodrome du Jardin Public. Les jeux ont un peu changé pourtant le plaisir est resté le même. D’autant que cette année, un effort était notable avec de nombreux ateliers revenus au goût du jour : La course au sac, la farine, la pêche aux canards…

140717DSC_0268 (42)

Mais aussi avec d’autres plus modernes… Avec le jeu du fil électrique, celui du chamboule tout, les volontaires élus ou d’autres spontanés faisaient le bonheur de chacun. Le jeu de la farine avec ses jetons faisait un malheur et avec des bonbons en prime, les petits étaient aussi heureux que leurs aînés. Et pour les plus grands avec la course au sac ou celle des garçons de café la motivation était toujours la même. Et vers 11 h 40, tous les participants ainsi que les spectateurs se retrouvaient autour d’un apéritif républicain du 14 juillet qui ne l’oublions pas fête la prise de la Bastille qui est aujourd’hui considérée comme le symbole de la Révolution française dont elle marque le commencement.

Une bonne ambiance et un nouveau départ pour l’été jusqu’au 15 août.

Andrea Neri, sur les traces de Leonardo da Vinci

Cette année marque les 30 ans des échanges scolaires entre les villes de Poussan et de Larciano en Toscane qui sont officiellement jumelées depuis 2013 et l’année 2017 marque également les 500 ans de l’arrivée de Léonard de Vinci en France.

 La commune de Larciano étant limitrophe de celle de Vinci où est né Leonard de Vinci, Andréa Neri, architecte, membre de l’association italienne du comité de jumelage italien, un passionné qui a réalisé une cinquantaine de maquettes d’après les croquis du génial créateur de la renaissance, les a mis généreusement à la disposition du service culturel de la ville de Poussan. Mais il faut savoir qu’il en possède plus de 150 autres sans rapport avec Léonard de Vinci. Diplômé en architecture à l’Université degli Studi di Firenze en 1980, sa thèse sur les « Interventions et restaurations sur les ouvrages en béton armé endommagés par des événements sismiques » reçoit la mention très bien et les félicitations du jury. Il devient ensuite un expert en études sismiques pour l’Italie. L’université de Florence l’a chargé d’étudier et de suivre différents événements telluriques survenus en Italie et à l’étranger.

Durant toutes ses années son esprit aiguisé, son intérêt pour tout ce qui peut rentrer en mouvement, pour tout ce qui fonctionne et devient mobile seront mis au service de son métier qui du dessin à la conception, de plans à la réalisation de maquettes a un lien très étroit avec sa passion pour Léonard de Vinci et pour son œuvre extraordinaire.

 Dès l’âge de 14 ans, en effet, dans l’usine de menuiserie de son père, il réalise des maquettes statiques et dynamiques en bois et se découvre une passion pour le modélisme. Tout y passera, les avions, les automobiles, les maisons, les voiliers et les paquebots comme le Titanic.

Mais emporté par le sport (Basketteur de très haut niveau) et par sa profession, il ne s’y remettra qu’après sa retraite sportive. Parallèlement il participera avec quelques amis à la construction de différentes machines de siège, armes et équipements militaires pour la promotion du château médiéval de Larciano, son village.

 

« Tout m’intéresse dans la réalisation des maquettes. Le dessin, la conception, le montage. J’ai été fasciné par Léonard de Vinci qui habitait jadis à 10 kms de chez moi. J’ai rapidement eu envie de réaliser moi-même des maquettes en rapport avec le métier de mon père, le côté médiéval de Larciano et ma passion pour le dessin. Le lien était logique avec Léonard de Vinci qui dans ce domaine a surtout réalisé des plans ou des dessins d’observation touchant même à l’anatomie, des travaux qu’il faut interpréter en se replongeant dans son époque. Il dessinait tout et comprenait tout rapidement et souvent d’une façon obsessionnelle. »

Andréa s’est laissé prendre par cette belle passion pour Léonard il y a plus de 15 ans . Après quelques réalisations, il est allé à la rencontre de Carlo Pedretti pour avoir son avis. Carlo Pedretti est professeur émérite d’histoire de l’art italien et titulaire de la chaire d’études léonardiennes de l’Université de Californie à Los Angeles, un professeur avec qui il a toujours des échanges très enrichissants…

C’est l’opportunité pour lui de réaliser des maquettes des « Machines de Leonardo. » en s’approchant le plus possible des dessins de l’époque. Ayant construit aujourd’hui plus d’une cinquantaine d'entre-elles, le dernier modèle, réalisé à la demande du professeur Pedretti est le « Compteur d’eau » étudié par Léonard de Vinci en 1510 pour Bernardo Rucellai.

Stimulé par ce spécialiste devenu son ami, Andréa ne s’arrête plus et travaille déjà sur de nouvelles maquettes pour toujours et toujours explorer l’univers de Léonard de Vinci, cet homme né le 15 avril 1452, un peintre florentin et un homme d’esprit universel, à la fois artiste, organisateur de spectacles et de fêtes, scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste, peintre, sculpteur, architecte, urbaniste, botaniste, musicien, poète, philosophe et écrivain…

 Et quel plaisir pour Andréa de voir ses maquettes exposées à Poussan, une seconde naissance pour elles…

Exposition de maquettes d’après des dessins originaux du génie italien par Andrea Neri.
Du 5 mai au 30 juillet (le samedi et le dimanche : 10h/12h et 15h/19h – Foyer des campagnes à Poussan (Visite possible) pour les groupes en semaine sur inscription au 04 67 78 99 56).

Une soirée Nationale très sereine

Ce 13 juillet, la ville de Poussan vous conviait à une entrée en matière toujours appréciée par les Poussannais et les visiteurs, les plus âgés et les plus petits, une retraite au flambeau qui devait démarrer vers 21 h 30 de la place de la mairie.

 Chacun avait reçu son lampion et sa bougie des mains d’élus ou de volontaires qui se faisaient un plaisir de les distribuer. Déjà, à l’extérieur les lumières scintillaient tandis que les premières étoiles se faisaient remarquer. Il était plus de 21 h 30 mais les participants heureux de se retrouver pour la Fête Nationale en profitaient pour discuter un peu de leurs vacances.13 juillet2017DSC_0275 (31)

La pena Bastid And Co était en grande forme. Des airs gais et entraînants allaient animer toute la soirée pour nous la rendre encore plus douce. Seul le vent venait la troubler car au lieu de se calmer il se renforçait. C’était parti avec un peu de retard mais pour la bonne cause, et pour une balade bien conviviale. Le vent tenait, l’on doutait un peu quant au feu d’artifice.

13 juillet 2017DSC_0278 (28)

 En présence de plusieurs élus, d’une des Dauphines et de Tamara Foncillas, Miss de la Commune, le défilé a traversé le Riverain pour se diriger vers le Skate-Park.

Il a fallu du temps pour que les nombreux spectateurs trouvent place sur la butte du petit stade. Vers 22 h 35, extinction des feux avant que ce ne soit le ciel qui s’enflamme.

Un très beau spectacle pyrotechnique pour une commune comme Poussan allait enchanter le public qui aurait voulu qu’il se poursuive longtemps alors que la tramontane baissait de régime. Entre le bruit, la lumière et la fumée, l’attention était sollicitée au maximum durant plus de 15 minutes.

13 juillet 2017P1550116

Entre marron d’air, bombes et comètes, avec des palmiers et des étoiles, le voyage du Feu a été bien complet. Mais il fallait s’y résoudre, toutes les bonnes choses ont une fin. Et c’est la Marseillaise qui saluait ce feu d’artifice bien applaudi. Tandis que certains rentraient chez eux d’autres n’avaient pas oublié que devant la Mairie un verre de vin à la Française (vin avec glaçons et fruits y ayant macéré) était servi sur place par les organisateurs de la soirée.

La Pena Bastid And Co se chargeait d’assurer l’animation musicale, le vin à la Française faisait le reste. Ce 13 juillet fut simple mais convivial pour le bonheur de ceux qui avaient désiré y participer.

JAP : un stage de préparation physique sambo

Du 7 au 9 juillet le JAP, Judo Athlétic Club de Poussan, organisait un stage de préparation physique sambo en altitude au CREPS de Font Romeu.sambo 10 07 17Capture Les 22 participants, de minimes à masters, de tous niveaux et de tous horizons (de Paris à Toulon en passant par Poussan avec ses 10 combattants) ont pu s’entraîner ensemble sur leurs techniques sambo combat et sportif, se confronter à un travail cardio sachant que les défis en altitude demandent plus d’efforts.

En enchaînant aussi séances de footing , musculation et natation.

Et avec des séances de récupération, sauna, cryothérapie, le groupe s’est donné à fond, une cohésion et une entente se sont bien développées.

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito

Loupian : bientôt les Augustales 2017

Augustales-LoupianD.jpg

Les Augustales - Journées romaines : 2 jours pour découvrir l'Antiquité en famille! Les 29 et 30 juillet au Musée de site Villa-Loupian !Journées dédiées à l’Antiquité, au public familial, mais aussi aux passionnés d’histoire et d’archéologie gallo-romaine. Animations autour des civilisations grecques, celtes et romaines avec démonstrations et ateliers pour petits et grands. Entrée libre. Cette année encore, vous pourrez participer, le samedi soir, à un grand repas romain ! Destiné à un public familial, mais aussi aux passionnés d'histoire et d'archéologie...

» commune/loupian