Splendide, la cavalcade 2017 a rendu le soleil jaloux

Ce dimanche 26 février 2017, le matin, le ciel était au bleu fixe, avec une météo excellente et des températures printanières. Tout était au vert, les voyants aussi et de ce côté la cavalcade pouvait se dérouler sans problèmes majeurs. L’évolution était des meilleures. Petite aubade pour rappeler aux Poussanais qu’ils avaient rendez-vous avec la fête du carnaval mais aussi défilé impressionnant composé de nombreux Anonymous de l’Espoir avec des Harley plus belles les unes que les autres et des véhicules anciens d’adhérents du Rétro Pouss’Auto qui avaient souhaité s’associer à la fête.

 Entre des motards en grande forme et des amateurs de voitures de collection qui présentaient une palette de modèles cette introduction ne laissait pas insensible. Un beau circuit autour de Poussan entre 10 h 30 et 12 h qui s’est terminé par une belle parade sur le Riverain près du Café Beauséjour où un apéritif était partagé par les conducteurs du Rétro Pouss et les Motards.

Une bonne entrée en matière. Nul ne pouvait avoir oublié que ce dimanche avait lieu dès 14 h, la cavalcade de Poussan. Mais à priori, tous le savaient déjà. Le calme de l’agglomération poussannaise à l’heure du repas annonçait un défilé exceptionnel car chacun se concentrait sur la montre avant que la sono de Rezone ne réveille l’ambiance pour assurer une belle transition jusqu’à 14 H. le soleil était bien au rendez-vous avec un petit vent qui restait correct. Pour le plus grand plaisir des participants et des spectateurs il faisait beau, il faisait bon, le top, de bien belles conditions pour cette cavalcade.

 Histoire de reprendre des forces, de se motiver pour trois tours de ville, de nombreux carnavaliers avaient décidé, après avoir sagement vérifié le bon fonctionnement de leur char et celui du matériel, de partager un repas convivial dans le hangar Decoux, ou au siège de leur association, ou encore chez eux dans un local approprié. ils avaient eux-mêmes préparé le repas et se félicitaient qu’enfin les festivités puissent débuter après 2 mois d’efforts.

Quant aux miss, Tamara Foncias, et ses dauphines, Sarah Soria et Lucie Hernandez, elles allaient assurer avec charme sur un magnifique char pour l’occasion, celui d’une Cendrillon honorée comme une Reine. Un juste retour des choses. Elles étaient d’ailleurs les reines de la journée et avaient donc droit à une attention particulière, dès le matin.. A partir de là, la chaleur interne et celle du cœur pour certains, le très beau temps et l’ambiance bon enfant pour d’autres, allaient permettre de tout oublier et de s’en donner à cœur joie durant la cavalcade.

Le village vibrait et était prêt à partager quelques heures de douce folie guidée par Jeannot Artières son Maître de cérémonie. Si personne ne manquait à l’appel, il y avait une bonne organisation pour regagner sa place suivant l’ordre établi devant le hangar car chaque formation devait respecter le programme et chacune d’entre elles avait sorti son char à l’avance.Les Carnavaliers regagnaient leurs groupes. La cavalcade avait pris forme sous un soleil radieux : « Subitement, l’intensité du son est monté d’un cran, les énergies ont ainsi pu se libérer. Les différents groupes posaient pour la postérité, c’était parti. » L’on posait pour la postérité.Dans le centre de Poussan, déjà le petit train du Carré d’As avec ses Mexicains et ses Africains prenaient des passagers pour leur faire découvrir le circuit. 

 

Et sur le parking de la Cave Coopérative, les moteurs des Harley qui allaient ouvrir la route tournaient déjà… Comme il était prévu, Jeannot et Chantal Artières, Maître de Cérémonie accompagné par Madame, assumait sa fonction avec sérieux, avec élégance et classe avec un humour qui caractérise un animateur d’exception.

Faisant honneur à tous les Poussanais et aux très nombreux visiteurs qui avaient rempli les rues dans lesquelles le très très long défilé allait passer, il n’ouvrait pas la cavalcade mais il était précédé par le petit train que le Carré d’As avait réservé depuis des semaines et par les Motos de l’Espoir.

Une très belle introduction avec un train qui se remplissait par quelques spectateurs désirant réaliser un tour de circuit et des motos rutilantes dont les pilotes, les Anonymous de l’Espoir, n’avaient même pas à passer la seconde vitesse… Entre sirènes et klaxons, entre chromes et phares, la bruyante cavalcade étincelait sous le soleil : que du bonheur. A le rendre jaloux.

 Dès le 1er tour, après avoir remercié tous ceux qui avaient permis la réalisation de ce très beau spectacle, après avoir félicité tous ceux qui ont permis qu’il se déroule dans de bonnes conditions, et après avoir encouragé participants et spectateurs venus très nombreux, Jeannot montant sur l’estrade réservée à l’organisation allait commenter le passage des chars devant les Halles et sur le riverain avec l’aide de Jérôme (Rezone) qui assurait aussi l’animation musicale.

Tandis que les spectateurs de plus en plus serrés se regroupaient au centre du village et sur le Boulevard Prosper Gervais, Jusqu’à la Rue Marcel Palat les amis du cochon l’entraînaient dans une folle danse, faisant des haltes devant des points stratégiques et faisant virevolter ses 300 kg, avec une facilité déconcertante. Ils n’étaient pourtant pas plus de dix mais ces costauds anciens et nouveaux s’étaient entraînés le dimanche précédent. Car il fallait faire honneur à ce magnifique cochon dont c’était le 21ème anniversaire et d’ailleurs il arborait encore de belles bougies sur sa tête. Depuis de nombreuses années, ses porteurs sont restés fidèles à l’animal totémique. La Peña de Béziers assurait le rythme aussi bien pour ce symbole imposant que pour le groupe .Si le canon à confetti se promenait entre les formations, les enfants montés sur les chars allaient se charger d’en déverser sur les carnavaliers et sur des spectateurs heureux d’être associés à la déambulation.

Le football et son Cap avec son arbitre mis en valeur occupait la 1ère place. Fort de sa jeunesse, il donnait le ton de cette cavalcade souriante et sympathique. Le stade des Baux ne sera pas désert durant de longues années, bien au contraire. Un autre char faisait son apparition, celui des Pir’Nanas aidées par des tennismen qui avaient décidé de partir cette année dans un pays bien accueillant, celui des dinosaures, mais des animaux devenus très gentils pour l’occasion. Du tonus et une recherche esthétique qui en disait long sur la suite du défilé.

 Et de l’énergie l’on en retrouvait encore avec le club de Break-Dance de Poussan toujours en forme et ayant du renfort pour l’occasion, avec son énorme Radio à roulettes, la musique ne manquait pas. Ils enchaînaient les démonstrations pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Le Paradis des Mers, avec de très belles couleurs, celles qui font rêver, c’était le nom du char du groupe des filles , un char permettant à toutes ces adeptes du Monde marin de s’en donner à cœur joie. Des heures et des heures de travail pour un beau chef-d’œuvre.

Le handball avait fait fort aussi .Il était parti cette année aux JO. Des Jeux bien spéciaux dignes de Rasta Rocket avec des lanceurs de tronc bien affutés et des spécialistes du Bobsleigh venant de Jamaïque. Ils parvenaient toutefois à battre des records qui seront peut-être homologués par la Fédération poussannaise des Sports. Suivant la Pena Del Sol, l’arbre de Paren’Thau qui est tout un symbole pour les membres de cette association, était entouré par familles et enfants, heureux d’être réunis et d’avoir réalisé en commun une si belle structure, signe d’espoir et de vie.

 Il en était de même pour le char des bonbons, bien appétissant construit par le groupe de Zumba Zmbtt34. Une douce et belle composition qui ne laissait pas le public indifférent alors que des démonstrations redoublaient en nombre et en intensité. On y était bien… Dans la fête.

 Et au cas où il y aurait des problèmes, un groupe de sportifs motivés, celui du Tambourin était prêt à nous apporter de l’aide . Des Super Héros assez jeunes mais toujours conquérants comme ils le sont tous les week-end sur les terrains. L’on ne pouvait pas manquer leur beau tambourin pivotant. Et toujours pour la sécurité de tous, mais surtout en signe de paix, un char à fleurs, était entouré par des membres du JAP plus décidés à partir en permission, qu’à suivre des ordres pour réaliser des manœuvres. Les plus nombreux du défilé, les Bee Gees étaient toujours aussi impressionnants. Char sonorisé avec Maître DJ et équipé de modules divers. Un temple d’Asie dont des architectes pourraient s’inspirer. Place aux enfants à l’avant entre 2 dragons bien imposants et si dans le temple le Maître des lieux assurait à fond, à l’arrière avec une énergie débordante, ils étaient bien motivés pour le suivre.

 

Toujours une structure magnifique qui est comme pour les autres chars, le fruit d’un énorme travail par de nombreux carnavaliers solidaires. Précédant la Pena Bastid And Co, le groupe de la MJC avait eu la bonne idée de partir en voyage dans les Iles, histoire de se retrouver dans le rêve tout en restant à Poussan.

 Ce fut chose faite avec des couleurs chatoyantes et des chorégraphies adaptées. Quelle énergie pour des danseuses transcendées. Pour tous les carnavaliers, c’était une joie indescriptible sous un temps magnifique et, exceptionnel pour un carnaval dont ils profitaient au maximum. Et le public en redemandait car le spectacle le satisfaisait. Il en voulait encore. Pourtant, précédé par la pena locale de Batid And Co, le char de la Reine étincelant, venait clôturer cette très belle cavalcade qui a plu par sa longueur, son organisation, le soin apporté aux costumes et surtout par la beauté de ses chars souvent de grande taille, avec de beaux contrastes que la lumière ambiante valorisait.

Que des sourires, du charme et de la grâce pour ses jeunes filles qui accompagnaient le soleil.

 Le public ne s’est d’ailleurs pas trompé. Il a répondu présent en venant en masse pour apprécier les efforts et la prestation d’une multitude de carnavaliers. Et le Carrosse de Cendrillon clôturait à merveille cette magnifique cavalcade avec des belles cendrillons devenues reines, entourées et soutenues jusqu’au bout par tous ceux qui leur ont permis de vivre ce rêve.

A l’heure où certains préféraient poursuivre, les spectateurs remerciaient tous ceux qui ont su, grâce à des efforts prolongés, créer l’événement, y participer et s’investir jusqu’au bout.

 

Avec ses trois tours à la hauteur des attentes des Poussannais, cette cavalcade restera dans les annales par sa beauté et par son naturel qui associées au soleil ont illuminé le centre ville. Malgré des contraintes sécuritaires, une organisation et des innovations qui ont plu à la majorité des spectateurs ce fut donc une après-midi de rêve.

 Alors que les enfants allaient goûter au Foyer des Campagnes après un début de troisième tour, certains groupes se permettaient un dernier plaisir, faire la fête en famille.

Un grand merci à tous, vraiment, ce fut un très beau spectacle avec ses moments magiques dont on se souviendra longtemps. N’oubliez-pas, la fête continue dès lundi avec le bal des enfants puis celui des adultes.